ALLEMAGNE

  • Allemagne : Menace terroriste

    Imprimer

    Deux cas ont été détectés récemment montrant le même membre de l'État islamique « Abou Harb », un expert en fabrication de bombes qui se trouverait en Irak, organisant un projet d'attentat à distance via l'application WhatsApp. 

    Dans le dernier cas, la recrue était un réfugié de 16 ans originaire de Syrie. Il prévoyait d'attaquer la synagogue de Hagen ? Son père serait vaguement lié à l'auteur des attentats de Paris de novembre 2015.

    L'arrestation de ce réfugié syrien a été réalisée à la mi-septembre suite à une dénonciation d'un service secret étranger. L'avertissement disait que quelqu'un préparait apparemment une attaque contre une synagogue, probablement un jour férié juif. Une commission spéciale (Soko) "Dach" composée de 50 personnes a été mise en place en Rhénanie du Nord-Westphalie. Elle a finalement pu identifier l'étudiant syrien de Hagen, venu en Allemagne en tant que réfugié dans le cadre du regroupement familial.

    Dans un premier temps, c'est le père du jeune homme qui a été visé par les enquêteurs. Les autorités avaient des informations selon lesquelles il entretenait des contacts sur la scène salafiste. Entre autres choses, il aurait une connaissance commune avec l'un des assaillants de novembre 2015.

    Ls enquêteurs ont découvert sur son téléphone portable de grandes quantités de matériel de propagande de l'État islamique, y compris des vidéos de décapitation. La découverte la plus importante, cependant, était des messages de discussion que le suspect aurait échangés avec Abou Harb, un membre de l'Etat islamique. L'étudiant de Hagen aurait suivi une sorte de "cours en ligne" pour la fabrication d'explosifs et la construction de bombes via WhatsApp. 

    Le 17 août, à 11h14, "Abu Harb" aurait demandé à son disciple via le chat ce qu'il comptait faire avec une bombe ? Le jeune Syrien aurait répondu à peine deux minutes plus tard que son objectif était une synagogue. Il avait déjà inspecté le bâtiment. La synagogue est gardée par la police à l'avant, mais à l'arrière il peut placer une bombe en toute discrétion. De nombreuses photos de la synagogue de Hagen auraient en effet été retrouvées sur son téléphone portable par les enquêteurs.

    Abou Harb est également impliqué dans une affaire similaire. Début août, les enquêteurs de Berlin-Schmargendorf ont arrêté un Syrien de 16 ans qui aurait été instruit par "Abou Harb". Ici aussi, un service secret étranger avait fourni des informations décisives. Les enquêteurs de l'organisation structurelle spéciale (BAO) "Hydra" ont fouillé l'appartement des parents du jeune homme et ont découvert des objets que le suspect aurait acquis pour la fabrication d'explosifs. Le parquet de Berlin enquête actuellement sur le Syrien pour avoir préparé un attentat terroriste. Contrairement à l'homme de Hagen, cependant, il est à nouveau en fuite.

  • Le Danemark s'engage à fournir une aide de 72 millions de dollars à l'Autorité palestinienne

    Imprimer

    Le gouvernement danois s'est engagé, jeudi 23 septembre 2021, à fournir une aide à l'Autorité palestinienne d'un montant de 72 millions de dollars, sur cinq ans.

    C'est ce qui ressort d'une rencontre entre le Premier ministre palestinien Mohamed Shtayyeh et le représentant du Danemark en Palestine Ketil Karlsen, à Ramallah.

    Dans une déclaration accordée aux journalistes après la signature de l'accord, Shtayyeh a fait savoir que l'aide danoise était arrivée à un moment crucial et qu'elle sera allouée au financement de projets dans les secteurs de l'agriculture, des collectivités locales et des institutions de la société civile.

    Et d'ajouter que ce qui comptait le plus, c'était le fait que toute l'aide soit conforme au Plan de développement national palestinien.

    Pour sa part, Karlsen a indiqué que le soutien de son pays à l'Autorité palestinienne se concentrait sur le renforcement des droits humains, la promotion de la responsabilité et de la démocratie, la création d'emplois, ainsi que sur la promotion de la paix et de la stabilité, avec un intérêt particulier pour les femmes et les jeunes.

    Plus tôt cette année, le Danemark avait annoncé un soutien budgétaire à l'Office de secours et de travaux des Nations Unies (UNRWA) à hauteur de 82 millions de dollars, pour les cinq prochaines années.

    L'engagement danois envers l'Autorité palestinienne intervient quelques jours après celui de l'Allemagne à hauteur de 100 millions d'euros d'aide sur 3 ans.

    Ce sont les deux premières aides accordées par des pays européens à l'Autorité palestinienne, depuis le début de 2021.

    Au cours des dernières années, l'aide européenne moyenne accordée à l'Autorité palestinienne a dépassé les 200 millions d'euros soit l'équivalent de 235 millions de dollars.

    Mercredi, le ministre palestinien des Finances a noté lors d'une réunion tenue à Ramallah avec des représentants de pays et des donateurs, que l'aide étrangère à l'Autorité palestinienne avait diminué de 90% cette année.

  • Allemagne : Un réfugié syrien planifiait une attaque contre une synagogue à l'occasion de Yom Kippour

    Imprimer

    Une importante opération de sécurité a été menée dans la ville de Hagen en Rhénanie du Nord-Westphalie mercredi soir 15 septembre 2021. Cinq personnes ont été interpellées.La police a perquisitionné l'appartement d'un réfugié syrien suspecté de terrorisme. Selon les informations du SPIEGEL, le Syrien de 16 ans aurait prévu de commettre un attentat à la bombe contre la synagogue locale. 

    Un service prévu et d'autres célébrations ont été annulés. Des chiens détecteurs d'explosifs ont été utilisés dans les locaux et dans les environs. La police n'a pu trouver sur place aucune indication d'un risque imminent. 

    Les autorités sécuritaires avaient auparavant reçu une information d'un service secret étranger. Le service partenaire avait mis en garde contre un islamiste en Allemagne qui se serait comporté de manière suspecte sur Internet. Selon les informations du SPIEGEL, l'extrémiste aurait parlé d'une attaque à l'explosif contre une synagogue lors d'une communication surveillée avec un partenaire de "chat". L'enquête a conduit au Syrien de 16 ans qui vit à Hagen dans un appartement avec son père.

    Le projet terroriste devait correspondre au début de la plus haute fête juive, Yom Kippour. Le parquet de Düsseldorf enquête sur l'adolescent soupçonné d'avoir préparé un acte de violence grave et dangereux pour l'État.

    La période de commémoration et de pénitence juives se termine à Yom Kippour depuis les célébrations du Nouvel An juif début septembre. La police de Dortmund responsable de l'affaire Hagen a annoncé qu'elle était en contact étroit avec la communauté juive.

    La communauté juive de Hagen est petite. Selon l'Office central de protection des juifs en Allemagne, elle comptait 264 membres en 2020 .

  • Allemagne : Un réfugié afghan attaque une femme au couteau "parce qu'elle travaillait"

    Imprimer

    Un Afghan de 29 ans  a attaqué et grièvement blessé une femme jardinier paysagiste de 58 ans qui travaillait dans un parc à Berlin, prétendument parce qu'il n'aimait pas le fait qu'elle travaillait en tant que femme , a annoncé la police dimanche.

    L'attaque dans le quartier Wilmersdorf a eu lieu samedi après-midi, et un passant de 66 ans, qui a tenté de venir au secours de la femme, a également été grièvement blessé.

    La police a déclaré que l'agresseur, dont l'identité n'a pas été donnée conformément aux lois allemandes sur la protection de la vie privée, aurait approché la femme et lui aurait parlé. Puis il a soudainement sorti un couteau et l'a poignardée plusieurs fois dans le cou. Il a également attaqué l'homme qui a essayé d'aider la femme. L'identité des victimes n'a pas non plus été divulguée.

    Le parquet général de Berlin a déclaré dimanche que l'agresseur avait été arrêté pour tentative de meurtre et voies de fait graves.

  • Allemagne : les jihadistes allemands

    Imprimer

    Il y a toujours des islamistes allemands qui se battent en Syrie. Les autorités enquêtent pour savoir s'ils pourraient prépareer des attentats en Europe. L'un de ces djihadistes allemands a été arrêté en Afrique de l'Ouest.

    Marius A. aurait tenté d'entrer avec un faux passeport vietnamien. Les gardes-frontières de l'aéroport du Sénégal n'ont pas été convaincus par le document. En y regardant de plus près, il s'est avéré que le voyageur n'était pas un Vietnamien, mais un Allemand. Il s'agissait en outre d'un homme suspecté de terrorisme qui était recherché dans le monde entier par Interpol.

    Le jihadiste, Marius A., originaire d'une petite ville près de Munich et récemment enregistré à Kleve, en Rhénanie du Nord-Westphalie, est détenu au Sénégal depuis début septembre 2020. En Allemagne le procureur général enquête sur des soupçons de terrorisme. L'Office fédéral de la police criminelle (BKA) dispose de sa propre équipe d'enquête sur son affaire appelée "Sky". Marius A. serait un combattant du djihad. Il a gagné la Syrie via la Turquie en 2013. Là, il aurait rejoint le groupe terroriste "Jabhat al-Nusra" (la branche syrienne d'al-Qaïda) et combattu dans leurs rangs pendant plusieurs années. Puis il a disparu soudainement. Les enquêteurs du BKA ont également été surpris qu'il ait finalement été arrêté en Afrique de l'Ouest.

    De nombreux islamistes allemands en Syrie
    Selon le Bureau de la protection de la Constitution (BKA), plus de 1 070 islamistes ont quitté l'Allemagne pour la Syrie et l'Irak . La plupart d’entre eux ont rejoint l'«État islamique» (Daech), qui est maintenant considérée comme ayant été vaincue militairement et qui a la quasi-totalité de son ancien territoire. Cependant, de nombreux islamistes allemands se battraient toujours en Syrie - aux côtés d'autres groupes terroristes idéologiquement proches du réseau Al-Qaida et ennemis de l'Etat islamique. Il s'agit notamment de "Hayat Tahrir Al-Sham" (HTS), un regroupement de plusieurs groupes de combattants islamistes, qui comprend également "Jabhat al-Nusra", "Junud al-Sham" et "Hurras ad-Din". Ces groupes, qui sont principalement actifs dans les régions autour d'Alep, Edleb et Hama y combattent les militaires du régime d'Assad ainsi que les unités russes. Ils seraient plus de 10 000 combattants de différents pays d'origine. Le nombre de djihadistes allemands censés se trouver dans ces zones est estimé par les autorités locales de sécurité à environ 60 à 100 personnes.

    Propagande sur les réseaux sociaux
    Ce sont principalement des hommes d'origine turque et convertis à l'islam du sud de l'Allemagne qui ont rejoint HTS et les autres milices terroristes ces dernières années. Certains d'entre eux ont diffusé à plusieurs reprises de la propagande via les médias sociaux tels que Telegram, se sont filmés pendant les combats quotidiens, et ont appelé leurs confrères allemands à soutenir la guerre contre le régime d'Assad - apparemment avec un certain succès.

    Début janvier, le procureur général a fait fouiller le domicile de quatorze personnes à Berlin, en Bavière, dans le Bade-Wurtemberg, en Basse-Saxe et en Hesse. Quatre suspects, dont une femme, ont été arrêtés. Ils avaient formé un "réseau international de financement du terrorisme" qui collectait des fonds en Allemagne et les transférait ensuite via la Turquie à des combattants du groupe HTS en Syrie.

    Menace terroriste pour l'Europe?
    Jusqu'à présent, il n'y a eu aucune preuve concrète que ces djihadistes constituaient une menace terroriste pour l'Europe. Les combattants de HTS, de "Junud al-Sham" et des autres groupes ont avant tout un agenda régional et s'efforcent d'établir un état islamiste en Syrie. 

    Le régime d'Assad et ses partisans russes et iraniens, ainsi que les membres de l'Etat islamique, sont tenus pour responsables d'assassinats ciblés. Ils sont considérés comme leurs véritables ennemis. 

    Le groupe «Hurras ad-Din» (HAD), «Gardiens de la foi» en arabe, poursuit  un «agenda djihadiste mondial» et pourrait également planifier des attaques en dehors de la zone de guerre syrienne, peut-être même en Europe, selon lune évaluation des services de sécurité. Il est considéré comme une ramification du réseau Al-Qaïda et ses chefs sont des djihadistes étrangers qui ont acquis une expérience dans les zones de crise en Afghanistan, au Pakistan, en Irak et au Yémen. Plus récemment, ils ont été de plus en plus ciblés par les services secrets américains en particulier. Plusieurs commandants de la HAD, dont des islamistes originaires de Jordanie, d'Égypte et de Tunisie, ont été tués dans des frappes de drones ces derniers mois. Il y a probablement quelques Allemands membres de HAD. On sait peu de choses sur ces membres allemands. Les autorités supposent que seuls quelques extrémistes allemands ont rejoint ce groupe. 

    Les services de sécurité cherchent à savoir où se trouvent les jihadistes allemands - s'ils sont encore en vie. Il y a quelques jours, une photo est apparue sur Internet montrant le cadavre d'un allemand - cet allemand d'origine turque a apparemment été tué au combat. Certains djihadistes allemands auraient quitté la zone de guerre, certains pourraient être en Turquie ou au Liban. Marius A. avait apparemment disparu de Syrie en 2020 et s'était rendu en Afrique. Ce qu'il prévoyait de faire au Sénégal, qu'il veuille rejoindre un autre groupe terroriste en Afrique de l'Ouest, qu'il soit sur le chemin du retour en Europe ou qu'il veuille simplement se cacher, n'est toujours pas clair. L'islamiste emprisonné est actuellement pris en charge par le personnel consulaire de l'ambassade d'Allemagne à Dakar. Un transfert vers la République fédérale devrait avoir lieu si la situation pandémique le permet.

  • Allemagne : Interdiction d'une ONG musulmane pour financement du terrorisme

    Imprimer

    Le gouvernement allemand a annoncé, mercredi 5 mai 2021, l'interdiction de l'ONG musulmane Ansaar, accusée de financer le terrorisme islamiste sous couvert de son action caritative et visée par une série de perquisitions dans le pays.

    Le ministre de l'Intérieur Horst Seehofer "a interdit les associations +Ansaar International e.V.+ et ses branches", un réseau qui "finance le terrorisme dans le monde entier avec des dons", a tweeté le porte-parole du ministère. "Si vous voulez combattre le terrorisme, vous devez tarir ses sources d'argent", a déclaré M.Seehofer.

    Cette interdiction a pris effet mercredi matin et s'est accompagnée de perquisitions et de saisies dans des domiciles et garages situés dans dix régions d'Allemagne, selon la radio SWR.

    L'ONG, créée en 2012 et basée à Düsseldorf (ouest), est dans le viseur des autorités depuis plusieurs années. Elle récolte des dons pour des actions caritatives dans les régions en crise comme la Syrie, le Yemen ou la bande de Gaza. Mais selon un document du ministère de l'Intérieur cité par SWR, l'association est proche de la mouvance salafiste et des actions de "prosélytisme" sont menées auprès d'enfants accueillis dans les locaux de l'organisation en Allemagne qui fait la promotion du "salafisme extrémiste".

    Les dons collectés par les associations servent également à soutenir le terrorisme via des organisations telles que la milice jihadiste syrienne Jabhat al-Nusra, qui a depuis été absorbée par la milice Hayat Tahrir al-Sham, le mouvement islamiste palestinien Hamas dans la bande de Gaza et de la milice Schebab en Somalie, avance le même document.

    En tout neuf organisations sont considérées par le ministère de l'Intérieur comme des sous-organisations d'Ansaar International - notamment le Somali Committee for Information and Advice à Darmstadt, en Hesse, une fondation de l'ancien professionnel du football Änis Ben-Hatira à Berlin et l'association WWR-Help.

    Lien permanent Catégories : ALLEMAGNE 0 commentaire
  • Maroc : Menace d'un jihadiste marocain

    Imprimer

    Un djihadiste marocain a ouvertement appelé ses compatriotes à mener des attentats-suicides au Maroc. Mohamed Hajib qui est aussi citoyen allemand et habite en Allemagne a été incarcéré au Maroc de 2010 à 2017. Malgré cet appel à mener des attentats dans le Royaume, les autorités allemandes n'ont pas réagi.

    Lien permanent Catégories : ALLEMAGNE, MAROC 0 commentaire