Qasem Souleimani

  • Irak : Des milliers de personnes défilent à Bagdad pour commémorer le premier anniversaire de la mort de Qassem Soleimani 

    Imprimer

    Dimanche 3 janvier, des dizaines de milliers d'Irakiens ont défilé à Bagdad, pour commémorer le premier anniversaire de l'assassinat du commandant de la force iranienne al-Qods, Qasem Soleimani, et de Abu Mahdi al-Muhandis, le commandant adjoint du Hashed al-Chaabi, une coalition de milices irakiennes majoritairement chiites et pro-iraniennes  .
     
    Soleimani, al-Muhandis et huit de leurs camarades ont été tués par une frappe de drone américain qui visait leurs véhicules près de l'aéroport international de Bagdad il y a exactement un an.
     
    Les manifestants irakiens se sont rassemblés place Tahrir pour commémorer les deux dirigeants et condamner l'acte d'agression commis par les États-Unis.
     
    Les manifestants ont demandé de venger Souleimani et ont scandé des slogans contre les États-Unis, l'appelant le «Grand Satan». Le Premier ministre irakien Mustafa al-Kazimi, proche de Washington, a également été conspué par les manifestants.
     
    «Oh al-Kadhimi, vous êtes lâche, vous êtes un agent des Américains», scandaient les manifestants.
     
    Les manifestants ont également brandi des banderoles soutenant les groupes armés chiites irakiens pro-iraniens et les mouvements de la «résistance» libanais, à Gaza et au Yémen.
     
    Abu Hussein al-Hamidawi, secrétaire général du Kata'ib Hezbollah, a publié une déclaration à cette occasion, louant la manifestation à Bagdad.
     
    «Aujourd'hui, nous n'entrerons pas dans l'ambassade du mal [l'ambassade des États-Unis], et nous ne renverserons pas ce gouvernement, a déclaré al-Hamidawi. «Nos armes sont plus contrôlées et organisées que les armées et institutions militaires les plus prestigieuses de l'histoire. C'est la plus légitime et la plus rationnelle, et elle restera entre nos mains jusqu'à ce que Dieu le veuille.
     
    Une série de rassemblements ont eu lieu pour commémorer l'assassinat de Souleimani et d'al-Muhandis en Iran, au Liban, en Syrie et au Yémen.







    Chant iranien en mémoire à Souleimani et Muhandis
    Un chant iranien en farsi, hébreu et arabe pour l'anniversaire de l'assassinat de Souleimani et Al-Muhandis. Vidéo

  • Iran: les assassins de Qassem Soleimani ne seront en sécurité nulle part

    Imprimer

    Le chef de la justice iranienne, Ibrahim Raisi, a averti vendredi que les assassins du commandant de la Force al-Qods, une unité d'élite des Gardiens de la révolution islamique d'Iran, le général Qassem Soleimani, "ne seront en sécurité nulle part dans le monde", à un moment où l'Iran a commencé à commémorer le premier anniversaire de l'élimination de son chef militaire le plus important par une frappe américaine en Irak.
     
    Raisi a déclaré lors d'une cérémonie tenue à l'Université de Téhéran (photo) à l'occasion du premier anniversaire de la mort de Qassem Soleimani le 3 janvier 2020, que même le président américain Donald Trump, qui a ordonné l'élimination de Soleimani, «ne peut échapper à la justice».
     
    "Ceux qui ont joué un rôle dans le meurtre ne seront en sécurité nulle part dans le monde", a déclaré Raisi.
     
    Le commandant de la Force al-Qods, chargée des opérations extérieures, a été tué à l'aube du 3 janvier 2020, avec  Abu Mahdi al-Muhandis,, le chef adjoint du Hashed al-chaabi (Forces de mobilisation populaire irakiennes), lors d'une frappe aérienne près de l'aéroport de Bagdad, dans une opération d'élimination ciblée qui a placé la République islamique face à des défis en termes de rôle régional. Souleimani était l'un de ses acteurs les plus importants.
     
    L'assassinat d'un commandant prestigieux comme Soleimani, sur ordre direct de Trump, a accru les tensions entre Washington et Téhéran. Bien que ces derniers aient bombardé la base d'Ain al-Assad en Irak qui abritait  des soldats américains, quelques jours plus tard, les responsables iraniens ont affirmé que la «vengeance» contre les personnes impliquées dans l'assassinat de Souleimani n'avait toujours pas eu lieu..
     
    Le général  Ismail Qaani, qui a succédé à Souleimani à la tête de la Force al-Qods, a averti lors de la cérémonie à l'université de Téhéran, que la réponse pourrait venir n'importe où.
     
    « A l'intérieur chez eux (aux États-Unis), des gens pourraient sortir pour donner une réponse à son acte vile», a-t-il dit.
     
    Les relations rompues entre Téhéran et Washington pendant près de quatre décennies ont été témoins de tensions croissantes pendant l'ère Trump, qui a adopté une politique de "pression maximale" sur la République islamique, et s'est retiré unilatéralement en 2018 de l'accord sur le programme nucléaire iranien et a réimposé des sanctions économiques sévères à l'Iran.
     
    Depuis l'été 2019, les deux pays ont été par deux fois au bord de l'affrontement direct, notamment après l'assassinat de Souleiman.

  • Irak : Alerte sécuritaire à Bagdad

    Imprimer

    L'armée irakienne a annoncé vendredi 1er janvier 2021que ses forces seraient déployées dans des zones identifiées comme «des rampes de lancement pour des attaques de missiles». Ls autorités ont décidé de renforcer la sécurité dans la zone verte en raison de craintes sécuritaires
     
    Le porte-parole du commandement des opérations conjointes, le général de division Tahsin Al-Khafaji,  a déclaré: "Le Commandement des opérations conjointes a travaillé au déploiement des forces et à l'augmentation de leur nombre dans les zones qui ont été diagnostiquées et utilisées pour lancer des missiles. Les efforts de renseignement et de surveillance aérienne ont été intensifiés, les patrouilles de contrôle ont été intensifiées et des équipements et dispositifs modernes ont été mis en place."
     
    L'alerte coïncide avec le premier anniversaire du meurtre du commandant de la Force iranienne al-Qods, Qassem Soleimani, et du chef adjoint des forces de mobilisation populaire, Abu Mahdi Al-Muhandis, le 3 janvier 2020, lors d'un raid américain près de l'aéroport international de Bagdad.
     
    Al-Khafaji a déclaré: "Le Commandement des opérations conjointes dispose d'informations indiquant que les terroristes tentent de commettre un acte criminel."
     
    Il a souligné que «le commandement des opérations conjointes a le droit de modifier ses plans et de mobiliser les forces de sécurité», notant que ce déploiement «fait partie d'un plan de sécurité pour faire face aux défis à venir».
     
    Une source sécuritaire à Bagdad a précisé que la mise en alerte des forces de sécurité à Bagdad «avaient pour but de dissuader toute tentative de lancer des attaques de missiles contre l'ambassade américaine dans la zone verte en conjonction avec le premier anniversaire du meurtre de Soleimani et de Muhandis».
     
    Le 20 décembre, des inconnus ont tiré 8 missiles sur la zone verte, dont la plupart sont tombés sur des bâtiments résidentiels, tandis qu'une des roquettes est tombée près d'un poste de contrôle de sécurité, blessant une personne, selon le communiqué du ministère irakien de la Défense.
     
    Le président américain Donald Trump a accusé l'Iran d'être derrière l'attaque, tandis que les autorités irakiennes ont déclaré qu'elles avaient arrêté un "hors-la-loi", qui s'est avéré plus tard être un membre de la faction armée "Asaib Ahl al-Haq" affiliée aux Forces de mobilisation populaire  (Hashed al-Chaabi), proche de l'Iran.  La personne arrêtée est soupçonnée d'être impliquée dans l'attaque au missile. .
     
    Et le Premier ministre irakien Mustafa Al-Kazimi s'est engagé la semaine dernière à une "confrontation" si nécessaire, après le déploiement d'éléments armés de "Asaib Ahl al-Haq" dans différentes zones de Bagdad, pour protester contre l'arrestation d'un de ses dirigeants.

  • L'Iran accuse la société de sécurité britannique G4S d'être impliquée dans les assassinats de Qasim Soleimani & Abu Mahdi Muhandis

    Imprimer

    Le procureur général de Téhéran, Ali Al-Qassi Mehr, a accusé la société britannique G4S, responsable de la sécurité de l'aéroport de Bagdad, d'être impliquée dans l'assassinat de Qassem Soleimani. Le procureur a fait cette déclaration  lors d'une séance de suivi juridique et judiciaire du dossier de l'assassinat de Qassem Soleimani et d'Abu Mahdi a-Muhandis. Le juge en chef Ibrahim Raisi et les responsables des agences judiciaires, militaires, de sécurité, de renseignement et politiques participaient à la réunion. la compagnie britannique est accusée par la justice iranienne d'avoir communiqué à l'armée américaine en Iraq la des informations sur l'arrivée de l'avion transportant Qassem Soleimani. Le procureur a également accusé  l'Allemagne d'être impliquée dans l'assassinat de Soleimani. La base de l’armée de l’air américaine en Allemagne était chargée de diriger l’avion, qui a ciblé le convoi de Soleimani et a fourni des informations et des données aéronautiques aux forces américaines. Le procureur général a confirmé que les autorités iraniennes s’employaient à poursuivre la société britannique chargée de la sécurité de l’aéroport de Bagdad. Il a ajouté: "L'identité de 45 personnalités américaines responsables de l'assassinat de Soleimani a été identifiée et nous avons soumis un ordre de les convoquer à la police internationale Interpol.".

  • Irak: Des personnes non identifiées assassinent un dirigeant du mouvement sadriste

    Imprimer

    EqZXXVeXIAcbmyt.jpegUne source de sécurité irakienne a déclaré mardi 29 décembre que des hommes armés non identifiés avaient assassiné un chef d'une faction du mouvement sadriste dans la province de Diwaniyah, dans le sud du pays.
     
    Le capitaine de la police de Diwaniyah, Jamal Al-Din Al-Sudairy, a déclaré que des hommes armés non identifiés avaient tiré sur le chef des Brigades de la paix, Rami Al-Shabani (photo ci-contre).
     
    Il a ajouté: "La fusillade a eu lieu ce matin dans le district d'Al-Daghara à Al-Diwaniyah, ce qui a conduit au meurtre d'Al-Shabani sur place."
     
    Al-Sudairy a ajouté que les autorités compétentes "ont ouvert une enquête sur l'incident pour trouver les auteurs et leurs motivations derrière".
     
    Il n'y a encore eu aucun commentaire officiel de la part des «Brigades de la Paix» ou du mouvement sadriste (chiite) sur l'incident.
     
    Les Brigades de la Paix (Saraya al-Salam) sont une faction chiite influente au sein des Forces de mobilisation populaire (Hashed al-Chaabi) . Elles sont dirigées par l'imam chiite Moqtada al-Sadr.
     
    L'incident survient à la lumière de l'atmosphère tendue en Irak avec l'approche du premier anniversaire de l'assassinat du commandant de la Force iranienne al-Qods, Qassem Soleimani, et du chef adjoint du Hashed al-Chaabi, Abu Mahdi Al-Muhandis, lors d'un bombardement aérien américain près de l'aéroport international de Bagdad le 3 janvier.
     
    On craint que les factions irakiennes proches de l'Iran ne lancent des attaques contre les forces et les intérêts américains, au milieu d'un avertissement de Washington selon lequel il répondra fermement à toute attaque qui ferait des victimes américaine

  • Irak : Les brigades du Hezbollah irakien menacent le premier ministre Al-Kazemi: "Ne testez pas notre patience"

    Imprimer

    Les Brigades du Hezbollah irakien (Kataëb Hezbollah) ont menacé samedi 26 décembre le Premier ministre Mustafa Al-Kazemi, l'appelant à "ne pas tester" leur patience.
     
    Asaib Ahl al-Haq et Kataib Hezbollah sont deux factions puissantes sous l'égide des Forces de mobilisation populaire (Hashed al-Chaabi), et elles entretiennent des liens étroits avec l'Iran.
     
    Le responsable de la sécurité des Brigades du Hezbollah, "Abu Ali Al-Askari", a déclaré dans un tweet : "La région bouillonne aujourd'hui dans une marmite chaude, et la possibilité d'une guerre totale existe, qui appelle à la retenue pour gaspiller l'opportunité sur l'ennemi (se référant à l'Amérique), et Son parti initiateur. "
     
    Il a ajouté: "Peut-être que les bombardements de ces derniers jours ne servent que l'intérêt de notre ennemi insensé, Trump, et cela ne doit pas être répété."
     
    Il poursuit "Notre alliance avec les frères des factions de la résistance, qu'elles soient locales ou étrangères, est une alliance solide, et tout ce qui les touche nous touche, et nous nous engageons à les défendre dans les cadres définis et établis entre nous."
     
    Il a conseillé à Al-Kazemi de "ne pas tester la patience de la résistance  aujourd'hui", menaçant Al-Kazemi en disant: "Ni "Etellaat" (les services de renseignement iraniens), ni la CIA américaine, ni les soumissionnaires ne le protégeront dans l'intérêt de la patrie."
     
    L’Irak se trouve plongée dans une atmosphère de fortes tensions depuis le bombardement de la Zone verte, où se trouve l’ambassade américaine, mercredi. Cela coïncide avec l’approche du premier anniversaire de l’assassinat par les Etats-Unis  du commandant de la Force iranienne al-Qods, Qassem Soleimani, accompagné du chef adjoint du commandant du Hashed al-Chaabi, Abu Mahdi al-Muhandis.
     
    Les services de sécurité irakiens ont arrêté plusieurs personnes soupçonnées d’être impliquées dans l’attaque, dont un dirigeant de premier plan de la faction «Asa'ib Ahl al-Haq», qui a déployé ses hommes armés vendredi soir dans les rues de Bagdad pour faire pression pour sa libération.
     
    Cependant, le ministère irakien de l'Intérieur a refusé de le libérer, et Al-Kazemi a menacé dans un tweet que le gouvernement était prêt pour une confrontation «décisive» si nécessaire.
     
    Mercredi, le président américain Trump a averti l'Iran, dans le contexte de l'attaque au missile contre l'ambassade, des risques si un Américain était tué..
     
    Washington accuse les factions irakiennes armées liées à l'Iran d'être derrière les attaques, qui visent son ambassade et ses bases militaires en Irak.
     
    Des factions chiites armées, notamment les brigades du Hezbollah irakien et Asa'ib Ahl al-Haq, liées à l’Iran, ont menacé de cibler les forces américaines en Irak si elles ne se retiraient pas conformément à la décision du Parlement de mettre fin à sa présence militaire dans le pays.
     
    Le Parlement a voté à la majorité, en janvier dernier, pour mettre fin à la présence militaire étrangère dans le pays, à la suite de l'assassinat de Soleimani et de Muhandis lors d'une frappe aérienne américaine près de l'aéroport international de Bagdad.

    al-Askari.jpegDimanche 27 décembre - Derniers développements
    Al-Arabiya affirme que les forces de l'ordre irakiennes ont émis un mandat d'arrêt contre Abu Ali al-Askari (photo), chef du Hezbollah irakien.

  • Pakistan : Le retour de Syrie des combattants de la brigade chiite Zainabiyoun - un risque sécuritaire

    Imprimer

    L'Iran a profité des guerres en Irak, en Syrie et au Yémen pour accroître son influence dans ces pays à forte population chiite. Les Iraniens ont joué un rôle prédominant dans l'évolution des conflits en Irak, en Syrie et au Yémen, notamment en envoyant de nombreux mercenaires chiites.

    L'Iran s'est directement impliqué dans la guerre civile syrienne à un moment où les forces fidèles à Bachar al-Assad étaient en train de s'effondrer. Il est d'abord intervenu sous prétexte de protéger des sites considérés comme sacrés dans le chiisme. Mais, après avoir subi de lourdes pertes et face aux critiques acerbes de nombreux pays arabes , Téhéran est plutôt intervenu par le biais de nombreux groupes de mercenaires chiites organisés et armés par le Corps des gardiens de la révolution iranienne (CGRI) et les forces spéciales al-Qods.

    Ces groupes comprennent la Brigade Fatemiyoun, réputée pour avoir un grand nombre de combattants recrutés parmi les chiites afghans, et la Brigade Zainabiyoun, désignée comme force de frappe, dont l'effectif est estimé entre deux et cinq mille membres de la communauté chiite pakistanaise.

    Les Gardiens de la révolution ont invité le Hezbollah libanais pour la première fois en Syrie en 2012. Plus tard, une quinzaine de groupes, dont des chiites afghans et pakistanais, ont été armés et envoyés sur le champ de bataille. Ces groupes ont eu un fort impact sur l'évolution de la guerre civile syrienne et la survie du régime d'Assad.

    Depuis quelque temps, le besoin de ces groupes armés diminue progressivement, le véritable problème étant maintenant de savoir quel sera leur avenir. L'un de ces groupes de mercenaires recrutés organisés par les Gardiens de la révolution iraniens, la Brigade Zainabiyoun, est particulièrement préoccupant à cet égard, car les membres de ce groupe armé, avec une grande expérience de combat, sont susceptibles de constituer une menace pour la sécurité nationale du Pakistan dans l'avenir.

    Pakistan et problèmes sectaires
    Le conflit chiite-sunnite au Pakistan prend un tour dangereux, chaque année, au mois de Muharram [le premier mois du calendrier lunaire islamique qui commémore le massacre de Karbala en l'an 680. Cette flambée est généralement le résultat soit d'attaques dans des zones à forte population chiite, soit de commentaires provocateurs ou de déclarations faites par des religieux chiites.

    Lors du dernier Muharram, un religieux chiite utilisant un langage provocateur et insultant dans une émission télévisée sur les trois premiers califes du prophète Mahomet (les trois qui ont précédé Ali, le premier imam chiite) a une fois de plus fait monter la tension au Pakistan. Une série de bagarres entre groupes chiites et sunnites du pays a accompagné la diffusion de séquences vidéo et de commentaires religieux provocateurs sur les réseaux sociaux.

    Quand on observe le grand nombre de précédents dans le passé, cette friction constante entre chiites et sunnites soulève la question de savoir si un conflit sectaire pourrait survenir au Pakistan, un conflit suffisamment grand pour mettre en danger sa sécurité intérieure et déclencher l'instabilité dans le pays. Ce fanatisme religieux et ces incidents sectaires au Pakistan remontent à la Révolution iranienne de 1979. Juste après la révolution, les chiites de la ville pakistanaise de Bakkar ont créé un mouvement pour mettre en œuvre l'interprétation chiite de la loi islamique.

    Le chef de ce mouvement était Arif Hussain al-Hussaini, un étudiant du leader de la révolution iranienne, l'ayatollah Khomeiny. Soutenu par l'Iran. Al-Hussaini a tenté de créer une sphère d'influence en capitalisant sur les réseaux auxquels il était affilié au Pakistan ainsi que sur les circonstances favorables et l'atmosphère idéologique générale engendrée par la révolution iranienne.

    Dans les madrasah pakistanaises, al-Hussaini diffusait une propagande en faveur de la révolution iranienne et incitait leurs jeunes à se rendre en Iran pour recevoir toutes sortes d’éducation. Al-Hussaini essayait également de diriger les efforts pour importer l'idéologie révolutionnaire de l'Iran au Pakistan. Ses efforts ont pris une dimension différente avec la création de la Brigade Zainabiyoun.

    Les années de propagande menée par le réseau al-Hussaini ont porté leurs fruits, et l'Iran a commencé à recruter très facilement des militants pakistanais pour la brigade Zainabiyoun, qui a été utilisée par l'Iran dans la guerre civile syrienne.

    La montée en puissance des organisations chiites pakistanaises n'est pas surprenante. Dans un pays où environ 80 à 85% des Pakistanais sont sunnites, qui adhèrent à diverses écoles de pensée islamiques sunnites (Deobandis, Barelvis, Soufis et Salafis / Wahhabites), les organisations chiites soutenues par l'Iran exercent une influence significative.

    Le Pakistan a été le théâtre de violences sectaires entre sunnites et chiites; Depuis 1986, date à laquelle les premiers incidents entre les deux communautés se sont produits, on a enregistré près de trois mille attaques sectaires depuis cette date. Elles ont coûté la vie à environ 10 000 personnes.

    La Brigade Zainabiyoun
    La brigade Zainabiyoun, qui a subi de nombreuses pertes dans les attaques de drones armés menées par les forces turques dans la province syrienne d'Edleb, est composée de chiites pakistanais. Elle est basée principalement autour d'Alep et de Damas. .

    La Brigade Zainabiyoun a été créée en 2014 à la suite d'une attaque de missiles par les milices salafistes sur le sanctuaire chiite de Sayyida Zaynab à Damas en 2012. Téhéran affirme que les miliciens chiites pakistanais ont été envoyés en Syrie pour protéger le sanctuaire de Sayyida Zaynab contre les attaques des rebelles sunnites syriens.

    Le groupe, qui tire son nom de Zaynab, la fille du cousin du prophète Mahomet et gendre Ali. Les membres de ce groupe sont beaucoup plus éduqués que les autres organisations soutenues par l'Iran. La majorité d'entre eux sont des étudiants pakistanais venus en Iran pour poursuivre leurs études ou des «pèlerins» venus accomplir des rituels chiites.

    L'Université internationale Al-Mustafa, située dans la ville de Qom en Iran, est l'un des centres de recrutement les plus importants où de nombreux étudiants pakistanais rejoignent les rangs de la brigade Zainabiyoun.

    Bien qu'on estime les effectifs du groupe entre deux et cinq mille militants, les responsables des services de renseignement pakistanais affirment que le nombre réel de combattants pakistanais pourrait être beaucoup plus élevé. La majorité des membres de la brigade Zainabiyoun viennent du Parachinar à dominance chiite dans le district de Kurram de la zone tribale sous administration fédérale (FATA), où le contrôle du gouvernement pakistanais est faible. Les recruteurs des combattants pakistanais en Syrie sont les Gardiens de la révolution islamique d'Iran (CGRI) et la Force al-Qods qui soutiennent le régime syrien.

    Les principaux outils de l'Iran: pauvreté et idéologie
    Au regard des études, la pauvreté et les motivations idéologiques semblent être les principales raisons pour les Pakistanais de s'engager dans la brigade Zainabiyoun . L'Iran fait miroiter des emplois et des revenus à la population chiite pakistanaise pauvre qui s'est réfugiée dans ce pays, il utilise également la foi en tant qu'outil d'exploitation sectaire-idéologique.

    La propagande chiite faite par l'Iran pour recruter des combattants dans la brigade Zaynabiyyoun a des répercussions au Pakistan. En mettant l'accent sur les sanctuaires chiites ciblés et désacralisés par l'Etat islamique, en particulier dans la guerre civile syrienne, l'Iran suscite également la haine contre les groupes sunnites combattant aux côtés de l'opposition en Syrie et persuade les Chiites de prendre les armes au nom de la protection de leur communauté

    Les jeunes chiites sont généralement plus sensibles à l'idéologie chiite, ce qui facilite l'activité des propagandistes de Téhéran pour recruter des volontaires pour les milices chiites. La promesse que ceux qui meurent pendant la guerre seront considérés comme des martyrs et enterrés dans la ville sainte iranienne de Qom est également utilisée comme un outil idéologique.

    Un autre atout de l’Iran est sa capacité à transformer la pauvreté en opportunité. Les pauvres parmi les chiites qui se sont réfugiés en Iran se voient offrir la citoyenneté, des emplois et un revenu stable pour eux-mêmes et leurs familles, et se sentent donc obligés d'accepter de se battre aux conditions qu'impose l'Iran. Sinon, ils risquent la déportation vers le Pakistan. Les combattants pakistanais se voient offrir un salaire mensuel moyen d'environ 120 000 roupies (700 à 750 dollars) en échange de leur engagement dans la milice Zaynabiyyoun. Ils se voient même promettre des vacances de 15 jours après trois mois.

    Toutes sortes de formations et tous les besoins essentiels sont organisés et satisfaits par la Force al-Qods, uité d'élite des Gardiens de la Révolution.

    Conséquences de la création de la brigade Zainabiyoun, des attaques anti-chiites ont commencé à se produire au Pakistan. A la fin de 2015, plus de 20 personnes ont perdu la vie et d'autres blessées par une explosion qui a eu lieu dans le centre de Parachinar, où la communauté chiite du district de Kurram de la zone tribale sous administration fédérale constitue la majorité.

    Lashkar-e-Jhangvi, un groupe anti-chiite violent, a revendiqué la responsabilité de l'attaque. Ali Abu Sufyan, le porte-parole du groupe, a déclaré que le but de l'attaque était «de se venger des crimes commis par l'Iran et Assad contre les musulmans syriens» et a ajouté qu'il avait averti le peuple de Parachinar d'arrêter d'aller en Iran pour rejoindre les rangs d’Assad et aussi cesser d’y envoyer des militants.

    Après cette première attaque, de nombreuses autres ont eu lieu dans des villes à population majoritairement chiite, sans compter les affrontements, qui ont lieu chaque année au mois de Muharram, dans tout le pays.

    Les groupes militants et la sécurité nationale du Pakistan
    La dynamique en Syrie a changé ces derniers temps et le besoin de groupes de combattants chiites étrangers a également diminué. Cette situation crée des incertitudes sur le sort de la Brigade Zainabiyoun et sur l'avenir que lui réserve l'Iran. Les services de renseignement pakistanais ont noté un nombre élevé de combattants rentrés de Syrie au Pakistan.

    Le principal problème vient de l'incapacité du Pakistan à mettre en place les mesures nécessaires jusqu'à présent. La question de savoir ce qui se passera lorsque ces militants reviendront au Pakistan est une question qui perturbe les experts en sécurité pakistanais. Le Pakistan pourra-t-îl faire face au retour de militants aguerris formés par les gardiens de la révolution islamique d'Iran et la force al-Qods et devenus des pions de l'Iran dans le pays ?

    Hormis les problèmes de sécurité qu'ils pourraient causer au Pakistan à l'avenir, la présence du groupe est déjà devenue une pomme de discorde au Pakistan. Parmi les dangers que ces militants pourraient poser; on trouve principalement l'influence idéologique que ces personnes pourraient avoir sur les jeunes. Ces militants, une fois revenus au Pakistan, constitueront un réseau d'influence de l'Iran dans la région.

    Le deuxième danger est que ces militants seront en mesure de rouvrir les plaies sectaires sensibles du Pakistan quand on leur en donnera l'ordre et de déclencher l'instabilité dans la région. De cette manière, Téhéran pourrait s'immiscer dans les affaires intérieures du Pakistan chaque fois qu'il le jugera nécessaire et continuer le jeu par procuration dans la région.

    Islamabad se comporte de manière très négligente à cet égard. Les autorités pakistanaises n'ont ni interdit les groupes et organisations appelant les jeunes Pakistanais à rejoindre la brigade Zainabiyoun, ni développé une politique stricte concernant l'utilisation du Pakistan par Téhéran comme une sorte de terre de recrutement de militants.

    Bien qu'il soit de notoriété publique que l'Iran recrute des militants au Pakistan, la réticence de l'administration d'Islamabad à réagir officiellement à la situation inquiète les experts en sécurité. Cette attitude du Pakistan s'explique par un certain nombre de considérations. La première est le fait que le Pakistan est depuis longtemps confronté à une crise économique et financière. Le Pakistan, qui se range normalement du côté de l'Arabie saoudite principalement pour des raisons économiques, se sent acculé en raison de la détérioration récente des relations avec Riyad.

    Cci explique sans doute pourquoi, Islamabad tient à éviter de nuire à ses relations avec l'Iran, notamment en prenant des mesures contre la Brigade Zaynabiyoun. La seconde est qu'Islamabad détesterait voir l'Iran se rapprocher de l'Inde au cas où il provoquerait une détérioration de ses relations avec Téhéran.

    Mais le temps passe et Islamabad n'a toujours pas pris de mesures pour faire face à la menace, ce qui risque d'augmenter encore les tensions sectaires dont le pays est coutumier.

    Selon les experts pakistanais de la sécurité, il est clair que l'Iran a un rôle indéniable dans les événements qui se déroulent au Pakistan. On peut citer le cas de Kulbhushan Yadav, qui serait un soldat de la marine indienne et un espion des renseignements indiens capturé à la frontière entre le Pakistan et l'Iran, ou encore le cas de la fuite en Iran d'Uzayr Baluj (ressortissant pakistanais et iranien, qui a assassiné de nombreuses personnes et est également impliqué dans de nombreux crimes organisés).

    En outre, on peut noter que la Brigade Zainabiyoun n’a jamais été sérieusement critiquée dans les médias pakistanais. Puisqu'aucune critique officielle de la Brigade Zainabiyoun n'est venue du gouvernement à ce jour, les médias pakistanais évitent également d'aborder la question. Pourtant, si les citoyens d'un pays, qui est vulnérable aux conflits sectaires, sont chargés par un autre pays de se battre en son nom, les médias ont la responsabilité de maintenir cette question à l'ordre du jour et d'enquêter sur elle dans le souci de la sécurité.

    De plus, c'est un fait que l'Iran n'a pas pleinement utilisé son influence au Pakistan dans les conflits sectaires jusqu'à aujourd'hui. Cependant, avec le retrait des forces américaines d'Afghanistan, il est prévisible que l'Iran jouira d'une influence qui pourrait menacer les équilibres régionaux. Une confirmation de cette situation alarmante est apportée par le fait, qu'après le meurtre de Qassem Suleimani, Ismail Qaani a été nommé nouveau commandant de la Force al-Qods, une division principalement responsable des opérations militaires extérieures.

    Avant de devenir le chef de la force al-Qods, Qaani a été étroitement impliqué dans le recrutement de militants du Pakistan et d'Afghanistan, ainsi que dans leur transport en Iran et leur entraînement. Le fait que Ghani dispose de larges réseaux dans la région et la connaisse très bien est un problème qui inquiète les experts en sécurité, car beaucoup trouvent très probable que l'Iran n'hésitera pas à utiliser les militants formés et expérimentés de la Brigade de Zainabiyoun dans l'éventualité d'un conflit sectaire au Pakistan.