Qasem Souleimani

  • Pakistan : Le retour de Syrie des combattants de la brigade chiite Zainabiyoun - un risque sécuritaire

    Imprimer

    L'Iran a profité des guerres en Irak, en Syrie et au Yémen pour accroître son influence dans ces pays à forte population chiite. Les Iraniens ont joué un rôle prédominant dans l'évolution des conflits en Irak, en Syrie et au Yémen, notamment en envoyant de nombreux mercenaires chiites.

    L'Iran s'est directement impliqué dans la guerre civile syrienne à un moment où les forces fidèles à Bachar al-Assad étaient en train de s'effondrer. Il est d'abord intervenu sous prétexte de protéger des sites considérés comme sacrés dans le chiisme. Mais, après avoir subi de lourdes pertes et face aux critiques acerbes de nombreux pays arabes , Téhéran est plutôt intervenu par le biais de nombreux groupes de mercenaires chiites organisés et armés par le Corps des gardiens de la révolution iranienne (CGRI) et les forces spéciales al-Qods.

    Ces groupes comprennent la Brigade Fatemiyoun, réputée pour avoir un grand nombre de combattants recrutés parmi les chiites afghans, et la Brigade Zainabiyoun, désignée comme force de frappe, dont l'effectif est estimé entre deux et cinq mille membres de la communauté chiite pakistanaise.

    Les Gardiens de la révolution ont invité le Hezbollah libanais pour la première fois en Syrie en 2012. Plus tard, une quinzaine de groupes, dont des chiites afghans et pakistanais, ont été armés et envoyés sur le champ de bataille. Ces groupes ont eu un fort impact sur l'évolution de la guerre civile syrienne et la survie du régime d'Assad.

    Depuis quelque temps, le besoin de ces groupes armés diminue progressivement, le véritable problème étant maintenant de savoir quel sera leur avenir. L'un de ces groupes de mercenaires recrutés organisés par les Gardiens de la révolution iraniens, la Brigade Zainabiyoun, est particulièrement préoccupant à cet égard, car les membres de ce groupe armé, avec une grande expérience de combat, sont susceptibles de constituer une menace pour la sécurité nationale du Pakistan dans l'avenir.

    Pakistan et problèmes sectaires
    Le conflit chiite-sunnite au Pakistan prend un tour dangereux, chaque année, au mois de Muharram [le premier mois du calendrier lunaire islamique qui commémore le massacre de Karbala en l'an 680. Cette flambée est généralement le résultat soit d'attaques dans des zones à forte population chiite, soit de commentaires provocateurs ou de déclarations faites par des religieux chiites.

    Lors du dernier Muharram, un religieux chiite utilisant un langage provocateur et insultant dans une émission télévisée sur les trois premiers califes du prophète Mahomet (les trois qui ont précédé Ali, le premier imam chiite) a une fois de plus fait monter la tension au Pakistan. Une série de bagarres entre groupes chiites et sunnites du pays a accompagné la diffusion de séquences vidéo et de commentaires religieux provocateurs sur les réseaux sociaux.

    Quand on observe le grand nombre de précédents dans le passé, cette friction constante entre chiites et sunnites soulève la question de savoir si un conflit sectaire pourrait survenir au Pakistan, un conflit suffisamment grand pour mettre en danger sa sécurité intérieure et déclencher l'instabilité dans le pays. Ce fanatisme religieux et ces incidents sectaires au Pakistan remontent à la Révolution iranienne de 1979. Juste après la révolution, les chiites de la ville pakistanaise de Bakkar ont créé un mouvement pour mettre en œuvre l'interprétation chiite de la loi islamique.

    Le chef de ce mouvement était Arif Hussain al-Hussaini, un étudiant du leader de la révolution iranienne, l'ayatollah Khomeiny. Soutenu par l'Iran. Al-Hussaini a tenté de créer une sphère d'influence en capitalisant sur les réseaux auxquels il était affilié au Pakistan ainsi que sur les circonstances favorables et l'atmosphère idéologique générale engendrée par la révolution iranienne.

    Dans les madrasah pakistanaises, al-Hussaini diffusait une propagande en faveur de la révolution iranienne et incitait leurs jeunes à se rendre en Iran pour recevoir toutes sortes d’éducation. Al-Hussaini essayait également de diriger les efforts pour importer l'idéologie révolutionnaire de l'Iran au Pakistan. Ses efforts ont pris une dimension différente avec la création de la Brigade Zainabiyoun.

    Les années de propagande menée par le réseau al-Hussaini ont porté leurs fruits, et l'Iran a commencé à recruter très facilement des militants pakistanais pour la brigade Zainabiyoun, qui a été utilisée par l'Iran dans la guerre civile syrienne.

    La montée en puissance des organisations chiites pakistanaises n'est pas surprenante. Dans un pays où environ 80 à 85% des Pakistanais sont sunnites, qui adhèrent à diverses écoles de pensée islamiques sunnites (Deobandis, Barelvis, Soufis et Salafis / Wahhabites), les organisations chiites soutenues par l'Iran exercent une influence significative.

    Le Pakistan a été le théâtre de violences sectaires entre sunnites et chiites; Depuis 1986, date à laquelle les premiers incidents entre les deux communautés se sont produits, on a enregistré près de trois mille attaques sectaires depuis cette date. Elles ont coûté la vie à environ 10 000 personnes.

    La Brigade Zainabiyoun
    La brigade Zainabiyoun, qui a subi de nombreuses pertes dans les attaques de drones armés menées par les forces turques dans la province syrienne d'Edleb, est composée de chiites pakistanais. Elle est basée principalement autour d'Alep et de Damas. .

    La Brigade Zainabiyoun a été créée en 2014 à la suite d'une attaque de missiles par les milices salafistes sur le sanctuaire chiite de Sayyida Zaynab à Damas en 2012. Téhéran affirme que les miliciens chiites pakistanais ont été envoyés en Syrie pour protéger le sanctuaire de Sayyida Zaynab contre les attaques des rebelles sunnites syriens.

    Le groupe, qui tire son nom de Zaynab, la fille du cousin du prophète Mahomet et gendre Ali. Les membres de ce groupe sont beaucoup plus éduqués que les autres organisations soutenues par l'Iran. La majorité d'entre eux sont des étudiants pakistanais venus en Iran pour poursuivre leurs études ou des «pèlerins» venus accomplir des rituels chiites.

    L'Université internationale Al-Mustafa, située dans la ville de Qom en Iran, est l'un des centres de recrutement les plus importants où de nombreux étudiants pakistanais rejoignent les rangs de la brigade Zainabiyoun.

    Bien qu'on estime les effectifs du groupe entre deux et cinq mille militants, les responsables des services de renseignement pakistanais affirment que le nombre réel de combattants pakistanais pourrait être beaucoup plus élevé. La majorité des membres de la brigade Zainabiyoun viennent du Parachinar à dominance chiite dans le district de Kurram de la zone tribale sous administration fédérale (FATA), où le contrôle du gouvernement pakistanais est faible. Les recruteurs des combattants pakistanais en Syrie sont les Gardiens de la révolution islamique d'Iran (CGRI) et la Force al-Qods qui soutiennent le régime syrien.

    Les principaux outils de l'Iran: pauvreté et idéologie
    Au regard des études, la pauvreté et les motivations idéologiques semblent être les principales raisons pour les Pakistanais de s'engager dans la brigade Zainabiyoun . L'Iran fait miroiter des emplois et des revenus à la population chiite pakistanaise pauvre qui s'est réfugiée dans ce pays, il utilise également la foi en tant qu'outil d'exploitation sectaire-idéologique.

    La propagande chiite faite par l'Iran pour recruter des combattants dans la brigade Zaynabiyyoun a des répercussions au Pakistan. En mettant l'accent sur les sanctuaires chiites ciblés et désacralisés par l'Etat islamique, en particulier dans la guerre civile syrienne, l'Iran suscite également la haine contre les groupes sunnites combattant aux côtés de l'opposition en Syrie et persuade les Chiites de prendre les armes au nom de la protection de leur communauté

    Les jeunes chiites sont généralement plus sensibles à l'idéologie chiite, ce qui facilite l'activité des propagandistes de Téhéran pour recruter des volontaires pour les milices chiites. La promesse que ceux qui meurent pendant la guerre seront considérés comme des martyrs et enterrés dans la ville sainte iranienne de Qom est également utilisée comme un outil idéologique.

    Un autre atout de l’Iran est sa capacité à transformer la pauvreté en opportunité. Les pauvres parmi les chiites qui se sont réfugiés en Iran se voient offrir la citoyenneté, des emplois et un revenu stable pour eux-mêmes et leurs familles, et se sentent donc obligés d'accepter de se battre aux conditions qu'impose l'Iran. Sinon, ils risquent la déportation vers le Pakistan. Les combattants pakistanais se voient offrir un salaire mensuel moyen d'environ 120 000 roupies (700 à 750 dollars) en échange de leur engagement dans la milice Zaynabiyyoun. Ils se voient même promettre des vacances de 15 jours après trois mois.

    Toutes sortes de formations et tous les besoins essentiels sont organisés et satisfaits par la Force al-Qods, uité d'élite des Gardiens de la Révolution.

    Conséquences de la création de la brigade Zainabiyoun, des attaques anti-chiites ont commencé à se produire au Pakistan. A la fin de 2015, plus de 20 personnes ont perdu la vie et d'autres blessées par une explosion qui a eu lieu dans le centre de Parachinar, où la communauté chiite du district de Kurram de la zone tribale sous administration fédérale constitue la majorité.

    Lashkar-e-Jhangvi, un groupe anti-chiite violent, a revendiqué la responsabilité de l'attaque. Ali Abu Sufyan, le porte-parole du groupe, a déclaré que le but de l'attaque était «de se venger des crimes commis par l'Iran et Assad contre les musulmans syriens» et a ajouté qu'il avait averti le peuple de Parachinar d'arrêter d'aller en Iran pour rejoindre les rangs d’Assad et aussi cesser d’y envoyer des militants.

    Après cette première attaque, de nombreuses autres ont eu lieu dans des villes à population majoritairement chiite, sans compter les affrontements, qui ont lieu chaque année au mois de Muharram, dans tout le pays.

    Les groupes militants et la sécurité nationale du Pakistan
    La dynamique en Syrie a changé ces derniers temps et le besoin de groupes de combattants chiites étrangers a également diminué. Cette situation crée des incertitudes sur le sort de la Brigade Zainabiyoun et sur l'avenir que lui réserve l'Iran. Les services de renseignement pakistanais ont noté un nombre élevé de combattants rentrés de Syrie au Pakistan.

    Le principal problème vient de l'incapacité du Pakistan à mettre en place les mesures nécessaires jusqu'à présent. La question de savoir ce qui se passera lorsque ces militants reviendront au Pakistan est une question qui perturbe les experts en sécurité pakistanais. Le Pakistan pourra-t-îl faire face au retour de militants aguerris formés par les gardiens de la révolution islamique d'Iran et la force al-Qods et devenus des pions de l'Iran dans le pays ?

    Hormis les problèmes de sécurité qu'ils pourraient causer au Pakistan à l'avenir, la présence du groupe est déjà devenue une pomme de discorde au Pakistan. Parmi les dangers que ces militants pourraient poser; on trouve principalement l'influence idéologique que ces personnes pourraient avoir sur les jeunes. Ces militants, une fois revenus au Pakistan, constitueront un réseau d'influence de l'Iran dans la région.

    Le deuxième danger est que ces militants seront en mesure de rouvrir les plaies sectaires sensibles du Pakistan quand on leur en donnera l'ordre et de déclencher l'instabilité dans la région. De cette manière, Téhéran pourrait s'immiscer dans les affaires intérieures du Pakistan chaque fois qu'il le jugera nécessaire et continuer le jeu par procuration dans la région.

    Islamabad se comporte de manière très négligente à cet égard. Les autorités pakistanaises n'ont ni interdit les groupes et organisations appelant les jeunes Pakistanais à rejoindre la brigade Zainabiyoun, ni développé une politique stricte concernant l'utilisation du Pakistan par Téhéran comme une sorte de terre de recrutement de militants.

    Bien qu'il soit de notoriété publique que l'Iran recrute des militants au Pakistan, la réticence de l'administration d'Islamabad à réagir officiellement à la situation inquiète les experts en sécurité. Cette attitude du Pakistan s'explique par un certain nombre de considérations. La première est le fait que le Pakistan est depuis longtemps confronté à une crise économique et financière. Le Pakistan, qui se range normalement du côté de l'Arabie saoudite principalement pour des raisons économiques, se sent acculé en raison de la détérioration récente des relations avec Riyad.

    Cci explique sans doute pourquoi, Islamabad tient à éviter de nuire à ses relations avec l'Iran, notamment en prenant des mesures contre la Brigade Zaynabiyoun. La seconde est qu'Islamabad détesterait voir l'Iran se rapprocher de l'Inde au cas où il provoquerait une détérioration de ses relations avec Téhéran.

    Mais le temps passe et Islamabad n'a toujours pas pris de mesures pour faire face à la menace, ce qui risque d'augmenter encore les tensions sectaires dont le pays est coutumier.

    Selon les experts pakistanais de la sécurité, il est clair que l'Iran a un rôle indéniable dans les événements qui se déroulent au Pakistan. On peut citer le cas de Kulbhushan Yadav, qui serait un soldat de la marine indienne et un espion des renseignements indiens capturé à la frontière entre le Pakistan et l'Iran, ou encore le cas de la fuite en Iran d'Uzayr Baluj (ressortissant pakistanais et iranien, qui a assassiné de nombreuses personnes et est également impliqué dans de nombreux crimes organisés).

    En outre, on peut noter que la Brigade Zainabiyoun n’a jamais été sérieusement critiquée dans les médias pakistanais. Puisqu'aucune critique officielle de la Brigade Zainabiyoun n'est venue du gouvernement à ce jour, les médias pakistanais évitent également d'aborder la question. Pourtant, si les citoyens d'un pays, qui est vulnérable aux conflits sectaires, sont chargés par un autre pays de se battre en son nom, les médias ont la responsabilité de maintenir cette question à l'ordre du jour et d'enquêter sur elle dans le souci de la sécurité.

    De plus, c'est un fait que l'Iran n'a pas pleinement utilisé son influence au Pakistan dans les conflits sectaires jusqu'à aujourd'hui. Cependant, avec le retrait des forces américaines d'Afghanistan, il est prévisible que l'Iran jouira d'une influence qui pourrait menacer les équilibres régionaux. Une confirmation de cette situation alarmante est apportée par le fait, qu'après le meurtre de Qassem Suleimani, Ismail Qaani a été nommé nouveau commandant de la Force al-Qods, une division principalement responsable des opérations militaires extérieures.

    Avant de devenir le chef de la force al-Qods, Qaani a été étroitement impliqué dans le recrutement de militants du Pakistan et d'Afghanistan, ainsi que dans leur transport en Iran et leur entraînement. Le fait que Ghani dispose de larges réseaux dans la région et la connaisse très bien est un problème qui inquiète les experts en sécurité, car beaucoup trouvent très probable que l'Iran n'hésitera pas à utiliser les militants formés et expérimentés de la Brigade de Zainabiyoun dans l'éventualité d'un conflit sectaire au Pakistan.

  • Irak : Des pro-Iraniens incendient le siège d'un parti kurde

    Imprimer

    Plusieurs centaines de partisans du Hachd al-Chaabi, une coalition de paramilitaires pro-Iraniens désormais intégrée aux forces irakiennes, ont incendié samedi 17 octobre le siège du parti au pouvoir au Kurdistan après des critiques formulées par l'un de ses cadres, a constaté un photographe de l'AFP.

    La foule a saccagé l'imposant bâtiment du Parti Démocratique du Kurdistan (PDK, du leader kurde Massoud Barzani) dans le centre de Bagdad, avant de l'incendier en dépit d'un déploiement policier important. Au milieu d'imposantes colonnes de fumée noire, les manifestants brandissaient des drapeaux du Hachd ainsi que des portraits du général iranien Qassem Soleimani et de l'ancien commandant du Hachd Abou Mehdi al-Mouhandis, tous deux assassinés par Washington au début de l'année. Ils ont brûlé le drapeau kurde ainsi que des portraits de Massoud Barzani.

    Le président du Kurdistan autonome, Netchirvan Barzani, a dénoncé "un groupe de hors-la-loi" ayant "hissé le drapeau du Hachd" au-dessus du QG du PDK. "Nous condamnons cette attaque qui relève d'actes de sabotage", a-t-il ajouté, appelant Bagdad à enquêter et juger les responsables. De son côté, Massoud Barzani, président du PDK, a dénoncé "une insulte au drapeau sacré du Kurdistan" et exhorté les autorités centrales à "prendre les mesures nécessaires".

    Hoshyar Zebari, ancien ministre irakien des Affaires étrangères et haut cadre du PDK, avait estimé il y a deux semaines que "la mission première du nouveau gouvernement est de nettoyer la Zone Verte (où siègent les autorités irakiennes et l'ambassade américaine,) de la présence milicienne du Hachd". Il a ensuite qualifié le Hachd de "force hors-la-loi", alors que ce dernier ne cesse de souligner qu'il a été intégré aux forces régulières après avoir combattu aux côtés de l'Etat et de la coalition internationale contre le groupe Etat islamique (EI).

    Interrogée par l'AFP, la cheffe du groupe parlementaire du PDK à Bagdad, Vian Sabry, a accusé "des groupes indisciplinés d'être derrière" l'attaque, se refusant à nommer les auteurs. Le 1er octobre, le service du contre-terrorisme du Kurdistan avait, pour la première fois, accusé nommément le Hachd d'avoir tiré des roquettes ayant visé l'aéroport d'Erbil, capitale de la région autonome du Kurdistan irakien, où sont stationnés des soldats américains. Fin août, une foule avait pris d'assaut et incendié une chaîne de télévision appartenant à un politicien sunnite pour avoir diffusé un programme festif le jour du deuil chiite d'Achoura.

  • L'Iran compte venger Soleimani en visant "tous ceux impliqués", menace le chef des gardiens de la révolution

    Imprimer

    Le chef du Corps des Gardiens de la Révolution Islamique (CGRI), armée idéologique de la République islamique d'Iran, a affirmé samedi 19 septembre que Téhéran entendait venger la mort du général Kassem Soleimani en visant "tous ceux impliqués".

    Le site d'informations américain Politico a rapporté il y a une semaine, citant deux responsables américains non identifiés, un complot d'assassinat de Lana Marks, ambassadrice des Etats-Unis en Afrique du Sud nommée en octobre 2019. Les représailles à la mort du général iranien dans un raid américain seraient prévues avant l'élection présidentielle américaine de novembre, selon ce média. Le président américain, Donald Trump, a affirmé quelques jours après cette publication que "toute attaque de la part de l'Iran, sous quelque forme que ce soit, contre les Etats-Unis sera(it) suivie d'une attaque contre l'Iran qui sera mille fois plus forte en magnitude".

    "M. Trump, notre revanche pour le martyre de notre grand commandant est certaine, sérieuse et réelle, mais nous sommes respectables et nous prendrons notre revanche avec équité et justice", a affirmé le général de division Hossein Salami (photo), chef des gardiens de la révolution, cité samedi sur leur site officiel Sepahnews. "Vous pensez que nous viserions une ambassadrice en Afrique du Sud pour le sang de notre frère martyr. Nous ciblerons tout ceux ayant été directement ou indirectement impliqués dans le martyr de ce grand homme. C'est un message sérieux", a-t-il expliqué.

    Soleimani, chef de la Force al-Qods - unité d'élite chargée des opérations extérieures des gardiens de la révolution islamique -, a été tué le 3 janvier par une frappe aérienne américaine près de l'aéroport international de Bagdad. L'Iran a tiré dans les jours suivants des missiles vers des bases américaines et d'autres pays membres de la coalition en Irak.

    Les relations entre Washington et Téhéran sont très tendues depuis la Révolution islamique de 1979 mais elles ont empiré après l'arrivée à la Maison Blanche de M. Trump, qui a retiré unilatéralement en mai 2018 son pays de l'accord de Vienne sur le programme nucléaire iranien conclu en 2015 avec les grandes puissances. Washington a réimposé de lourdes sanctions contre Téhéran et s'efforce à faire rétablir les sanctions onusiennes.

  • Irak : Un engin explosif improvisé (IED) a pris pour cible un véhicule diplomatique britannique à Bagdad

    Imprimer

    L'ambassade britannique à Bagdad a déclaré qu'un véhicule diplomatique britannique a été touché par une bombe artisanale mardi matin (15 septembre) sur la route de l'aéroport de Bagdad. L'explosion n'a fait aucun blessé.

    Il n'y a pas eu de revendication immédiate de responsabilité, selon Reuters.

    Par ailleurs, à 1 heure du matin mardi, deux roquettes Katioucha ont atterri à l'intérieur de la zone verte fortement fortifiée de Bagdad, qui abrite des bâtiments gouvernementaux et des missions étrangères, mais n'ont fait ni victimes ni dégâts, a déclaré l'armée dans un communiqué. Les misiles Katioucha auraient été interceptés par des tirs de C-Ram ((counter rocket, artillery, and mortar system) :

    (voir la vidéo). 

    Queques heures plus tôt, l'armée irakienne a déclaré dans un communiqué que deux engins explosifs avaient ciblé un convoi d'équipement appartenant à la coalition dirigée par les États-Unis. Aucune victime n'a été signalée.

    Les attaques de roquettes contre des cibles américaines ont augmenté au cours des dernières semaines.

    Washington attribue la responsabilité de ces attaques aux milices soutenues par l'Iran. L'Iran n'a pas directement commenté ces incidents, mais des groupes soupçonnés d'être liés à l'Iran, ont revendiqué certaines attaques.

    L'Irak, souvent le théâtre de débordements de violence dus aux tensions entre les États-Unis et l'Iran, cherche à éviter d'être entraîné dans une conflagration régionale.

    Le Moyen-Orient a frôlé un conflit total en janvier après qu'un drone américain ait tué le général iranien Qassem Soleimani et le chef paramilitaire irakien Abu Mahdi al-Muhandis à l'aéroport de Bagdad.

    Les milices alignées sur l'Iran ont juré de venger leur mort.

  • Iran/USA : Trump promet une riposte "mille fois plus forte" à toute attaque de l'Iran

    Imprimer

    Le président Donald Trump a promis lundi une riposte des Etats-Unis "mille fois plus forte" à toute attaque de l'Iran, après des informations de presse faisant état d'un projet d'assassinat par Téhéran d'une diplomate américaine.

    "Toute attaque de la part de l'Iran, sous quelque forme que ce soit, contre les Etats-Unis sera suivie d'une attaque contre l'Iran qui sera mille fois plus forte en magnitude!", a tweeté Donald Trump.

    Selon le site d'informations Politico, qui cite deux responsables américains sous couvert de l'anonymat, les services de renseignement pensent que le gouvernement iranien envisageait de tenter d'assassiner l'ambassadrice des Etats-Unis en Afrique du Sud, Lana Marks, proche de Donald Trump. La menace, détectée depuis le printemps, est devenue plus précise ces dernières semaines, d'après les sources de Politico, alors que Téhéran entend venger la mort de son puissant général Qassem Soleimani, tué en janvier par une frappe américaine en Irak sur ordre du président américain.

    Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a affirmé lundi qu'il prenait ces informations "au sérieux". Le ministère iranien des Affaires étrangères a quant à lui estimé qu'il s'agissait de "fausses informations", "sans fondement".

    Son porte-parole a évoqué des "méthodes répétitives et nauséabondes pour créer un climat anti-iranien sur la scène internationale". L'Iran a "démontré son adhésion durable aux principes et usages de la diplomatie internationale", tandis que l'administration Trump "a agi au mépris de nombreuses normes et méthodes internationalement acceptées", a-t-il affirmé. Le président américain a retiré en 2018 les Etats-Unis de l'accord international sur le nucléaire iranien, jugeant ce texte insuffisant pour empêcher Téhéran de se doter de la bombe atomique et pour endiguer son influence "néfaste" au Moyen-Orient.

    Mais malgré des sanctions américaines sans précédent, sa campagne de "pression maximale" n'a pas favorisé la négociation d'un "nouvel accord", objectif affiché par le milliardaire républicain, et les tensions entre les deux pays ennemis restent vives.

  • Iran/USA : l'Iran prévoyait d'assassiner l'ambassadrice américaine en Afrique du Sud en représailles à l'assassinat du général Soleimani

    Imprimer

    L'organe de presse américain Politico , citant des rapports d'agences de renseignement, écrit que l'ambassadrice américaine en Afrique du Sud Lana Marks a été identifiée par les dirigeants iraniens comme une cible pour venger l'élimination du général Qasem Soleimani.

    Dans la publication de Nahal Tusi et Natasha Bertrand, il est dit que la menace pour la vie de Lana Marx était connue au printemps, mais ces dernières semaines, cette menace est devenue "plus spécifique". Selon les renseignements américains, l'ambassade iranienne en Afrique du Sud était impliquée dans le complot.

    Un porte-parole du gouvernement américain a déclaré que Marx avait été informé de la menace.

    Lana Marks, 66 ans, est devenue ambassadrice des États-Unis en Afrique du Sud en octobre 2019. Auparavant, elle était connue, tout d'abord, comme une femme d'affaires prospère qui a créé sa propre marque de sacs à main de luxe, a de nombreuses relations internationales et connaît bien Donald Trump depuis plus de deux décennies (il l'a personnellement recommandée pour le poste d'ambassadeur à Pretoria).

    Lana Marks est née en Afrique du Sud dans une famille juive, son père était originaire de Lituanie. Elle parle plusieurs langues sud-africaines, dont l'afrikaans et le khosa. Autre épisode de sa biographie: elle était une amie proche de la princesse Diana, décédée en 1997.

    Il est possible que Marx ait été ciblée par les Iraniens en raison de son amitié avec Trump et de ses origines juives.

    Liquidation de Qassem Suleimani
    Dans la nuit du 3 janvier 2020, vers 00h30 heure locale, Qasem Soleimani est arrivé de Syrie à l'aéroport international de Bagdad. Il a été accueilli par des représentants du commandement de la coalition de milices chiites pro-iraniennes Al-Hashd al-Shaabi. Alors qu'un convoi de plusieurs véhicules conduisait Soleimani à la sortie de l'aéroport et passait près du terminal de fret, un drone d'attaque américain a tiré quatre missiles sur les véhicules.

    Selon le commandement d'Al-Hashd al-Shaabi, 12 personnes ont été tuées, dont le commandant des forces iraniennes al-Qods, Qassem Soleimani, le commandant adjoint d'Al-Hashd al-Shaabi, Abu Mahdi al-Muandis.

  • Irak : La zone verte de Bagdad visée par un missile Katyusha

    Imprimer

    Le système de défense anti missile américain Sea Ram, installé à l'intérieur de la "zone verte" fortement fortifiée, au milieu de la capitale irakienne, Bagdad, a répondu à une attaque de missiles à l'aube du mercredi 5 août.
    Les sirènes ont retenti à l'intérieur de l'ambassade américaine (située dans la zone verte); pour que le personnel gagne les abris, tandis qu'un missile Katyusha était détruit par le système de défense anti missile.
    Peu après, l'armée irakienne a annoncé la découverte de sept roquettes Katyusha avec des plates-formes dirigées vers la zone verte.
    Les attaques de missiles, principalement par des militants irakiens pro-iraniens contre des cibles comprenant des diplomates et des soldats américains, se répètent depuis des mois.
    La «zone verte» comprend le siège des institutions gouvernementales et des missions diplomatiques, y compris l'ambassade américaine, qui a fait l'objet d'attaques répétées de missiles.
    La fréquence de ces attaques a augmenté depuis l'assassinat du commandant iranien de la «Force al-Qods», Qassem Soleimani, et du chef de l'organisation irakienne de «Hashd al-Chaabi», Abu Mahdi Al-Muhandis, lors d'un raid aérien américain à Bagdad le 3 janvier.
    Depuis octobre 2019, l' Irak a été le théâtre de plus de 30 attaques visant les intérêts militaires et diplomatiques américains.
    Washington accuse les brigades irakiennes du «Hezbollah» et d'autres factions proches de l'Iran d'être derrière les attaques.

    9701d42b-a963-47ed-9809-ee37b1aff98f.jpg