général Daoud Yaya Brahim (ministre de la défense)

  • Tchad : Conflit intercommunautaire à Abéché : le bilan s’alourdit à 27 morts

    Imprimer

    Des violences intercommunautaires se sont produites dimanche 19 septembre 2021 à Tiyo, un village situé à une trentaine kilomètres d'Abéché dans la province du Ouaddai. Un dernier bilan fait état de 27 morts et quatre blessés, selon le ministre tchadien de la Justice, Mahamat Ahmat Alhabo.

    « Hier c’était Moito, aujourd’hui c’est Abeché, le conflit foncier continue à tuer. Pour des lopins terre, les Tchadiens s’entretuent ! 27 habitants des villages Kidji-Mira et Tiyo sont morts ce dimanche 19 septembre. Ils se disputent une superficie de 25 Km2 environ », a affirmé lundi soir, le ministre de la Justice à la télévision nationale tchadienne.

    Afin de constater de visu ce qui c’était passé, une délégation composée notamment du ministre en charge de la Défense, Daoud Yaya Brahim, du ministre de la Sécurité publique, Souleyman Abakar Adam et du ministre de la Justice, Mahamat Ahmat Alhabo s'est rendue lundi à Abéché, dans la province du Ouaddaï, à bord d’un hélicoptère militaire.

    Le président du Conseil militaire de transition, Mahamat Idriss Déby Itno, a lui aussi présenté ses condoléances aux familles éplorées tout en appelant la justice à faire son travail.

    « Face à cette barbarie d'un autre temps, le Gouvernement a dépêché sur place plusieurs ministres pour prendre toutes les mesures qui s'imposent afin que les criminels à l'origine de ce bain de sang soient sévèrement punis conformément à la loi », a annoncé dans un tweet, le président du Conseil militaire de transition du Tchad.

  • G5-Sahel : Les ministres de la Défense du G5 Sahel discutent d'une nouvelle approche sécuritaire

    Imprimer

    Les ministres de la Défense des pays du G5 Sahel ont entamé, mardi après-midi 31 août 2021, une réunion extraordinaire à Niamey, en présence des chefs d'état-major des armées de leurs pays.

    "En prenant cette initiative de nous retrouver à Niamey, il s'agira pour nous de définir une approche à adopter pour minimiser les conséquences que peut engendrer cette nouvelle donne sécuritaire", a déclaré le ministre nigérien de la Défense Alkassoum Indatou.

    "Aujourd'hui, tout en saluant les efforts entrepris à divers niveaux, force est de constater que la situation sécuritaire sur l'ensemble de notre espace commun reste imprévisible et volatile", a-t-il ajouté, précisant que cette situation "demeure particulièrement préoccupante dans le fuseau centre de la Force conjointe du G5 Sahel, communément appelé zone des trois frontières ou du Liptako-Gourma, avec la menace persistante et croissante des activités des groupes terroristes".

    Dans son discours d'ouverture de la rencontre, le ministre tchadien de la Défense et président du conseil des ministres de la Défense du G5 Sahel, le général Daoud Yaya Brahim a indiqué que la lutte contre le terrorisme au Sahel nécessite une "mutualisation" des efforts des différents pays de l'espace et l'appui des forces alliées.

    "La question sécuritaire doit être une priorité afin de préserver cet espace du banditisme transfrontalier, du trafic illicite et du terrorisme", a-t-il déclaré.

    "Nous devons mutualiser les ressources pour arriver à cet objectif, celui de sécuriser la bande du Sahel afin de permettre une libre circulation des personnes et des biens", a insisté le ministre Daoud Yaya Brahim.

    La rencontre de Niamey qui s'achève ce mercredi 1er septembre 2021, va déboucher sur des recommandations qui seront soumises aux chefs d'État des pays du G5 Sahel en vue d'une réorientation de la lutte contre le terrorisme au Sahel.

    Le G5 Sahel est un cadre institutionnel de coopération et de suivi de politiques de développement et de sécurité créé lors d'un sommet organisé les 15 et 17 février 2017 par cinq États du Sahel : Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad.

    Il est doté d'un Secrétariat permanent et d'une Force conjointe chargée de lutter contre le terrorisme.