Gazprom

  • Украина: Газпром снижает поставки по Северному потоку еще на половину – до 20% мощности

    Imprimer

    Российский газовый монополист Газпром сообщил, что с 27 июля уменьшит поставки в Германию по газопроводу Северный поток еще на половину – до 33 млн кубометров в сутки. Это всего 20% от общей мощности газопровода, составляющей 167 млн кубометров в сутки.

    "В связи с окончанием срока межремонтной наработки до капитального ремонта "Газпром" останавливает эксплуатацию еще одного газотурбинного двигателя Siemens на КС "Портовая". Суточная производительность КС "Портовая" с 07:00 МСК 27 июля составит до 33 млн куб. м в сутки", – говорится в заявлении российской компании.

    Перед этим Газпром заявил, что получил от Siemens документы от властей Канады на ранее арестованную турбину Северного потока, но все равно не будет увеличивать поставки газа.

    История сокращения поставок газа в Германию
    14 июня Газпром заявил, что поставки газа через Северный поток из-за проблем с оборудованием могут быть обеспечены в объеме до 100 млн куб. м в сутки (при плановом объеме 167 млн куб. м в сутки).
    С 16 июня поставки в Германию сократили еще на треть – до 67 млн кубометров в сутки.
    И в Германии, и в Украине заявляли, что заявления России о технических проблемах на газопроводе – это ложь. На самом деле решение Газпрома ограничить поставки газа носило политический характер.

  • Ukraine : Gazprom réduit encore de moitié les approvisionnements via Nord Stream - à 20 % de la capacité

    Imprimer

    Le monopole gazier russe Gazprom a annoncé qu'à partir du 27 juillet, il réduirait encore de moitié l'approvisionnement de l'Allemagne via le gazoduc Nord Stream, à 33 millions de mètres cubes par jour. Cela ne représente que 20 % de la capacité totale du gazoduc, qui est de 167 millions de mètres cubes par jour.

    "En raison de la fin du délai entre les révisions, Gazprom a arrêté le fonctionnement d'un autre moteur à turbine à gaz Siemens à la station de compression Portovaya. La production quotidienne de la station de compression Portovaya à partir de 7h00 heure de Moscou le 27 juillet sera de 33 millions de mètres cubes par jour", a déclaré la société russe dans un communiqué.

    Avant cela, Gazprom a déclaré avoir reçu de Siemens des documents des autorités canadiennes pour la turbine Nord Stream précédemment arrêtée, mais n'augmenterait toujours pas l'approvisionnement en gaz.

    Historique de la réduction des livraisons de gaz à l'Allemagne
    - Le 14 juin, Gazprom a annoncé qu'en   raison de problèmes d'équipement , l'approvisionnement en gaz via Nord Stream ne pourrait être assuré que jusqu'à 100 millions de mètres cubes. m par jour (au lieu d'un volume prévu de 167 millions de mètres cubes par jour).
    - Depuis le 16 juin, les livraisons vers l'Allemagne ont été réduites d'un autre tiers - à 67 millions de mètres cubes par jour.
    - L'Allemagne et l'Ukraine ont déclaré que les déclarations de la Russie sur les problèmes techniques du gazoduc étaient un mensonge. En fait, la décision de Gazprom de limiter l'approvisionnement en gaz est de nature politique.
    - Le 10 juin, le Canada  a annoncé  sa décision de livrer la turbine controversée à l'Allemagne. L' Allemagne  est soulagée par la décision du Canada. Elle est également  appuyée par les États-Unis .

  • Ukraine : Le gaz russe coupé en Finlande, le Donbass lourdement bombardé - Reddition du bataillon Azov

    Imprimer

    L'approvisionnement en gaz naturel de la Finlande par la Russie a été interrompu samedi 21 mai 2022, tandis qu'en Ukraine les forces russes pilonnaient les positions de Kiev dans le Donbass, après avoir annoncé la veille la prise de contrôle total de Marioupol.

    Plus de gaz russe pour la Finlande
    "Les livraisons de gaz naturel à la Finlande dans le cadre du contrat d'approvisionnement de Gasum ont été interrompues", a déclaré cette compagnie énergétique publique finlandaise en assurant pouvoir obtenir du gaz d'autres fournisseurs et poursuivre "normalement" ses activités. Le fournisseur Gazprom a confirmé la suspension.

    Le pays nordique, qui a suscité la colère de Moscou en décidant de rejoindre l'Otan, rejoint ainsi la Pologne et la Bulgarie parmi les pays auxquels Gazprom a coupé le gaz parce qu'ils refusaient de payer en roubles, une exigence formulée en avril. La Finlande est déjà privée depuis mi-mai des exportations russes d'électricité.

    Marioupol : Les défenseurs d'Azovstal se sont rendus
    En Ukraine, où les forces russes ont lancé une invasion le 24 février, le complexe sidérurgique Azovstal à Marioupol, ultime poche de résistance dans ce port stratégique sur la mer d'Azov, est "passé sous le contrôle complet des forces armées russes" après la reddition des derniers soldats ukrainiens, a indiqué vendredi soir le porte-parole du ministère russe de la Défense, précisant que la nouvelle avait été transmise au président russe Vladimir Poutine.

    Des images publiées par Moscou montraient des cohortes d'hommes en tenue de combat émergeant de l'aciérie, certains avec des béquilles ou des bandages, après une longue bataille qui était devenue un symbole de la résistance ukrainienne à l'invasion russe.

    "Sauvetage de nos héros" 
    "Le commandement militaire supérieur a donné l'ordre de sauver les vies des militaires de notre garnison et d'arrêter de défendre la ville", avait affirmé dans la journée dans une vidéo sur Telegram le commandant du régiment Azov, Denys Prokopenko, un large pansement au bras droit et le gauche tuméfié, depuis ce qui semblait être un local souterrain. Kiev récuse le terme de reddition, M. Zelensky évoquant "le sauvetage de nos héros".

    L'armée russe a publié vendredi soir des images qu'elle a présentées comme étant celles de la fouille de combattants ukrainiens désarmés par des soldats russes. L'Ukraine espère échanger des prisonniers de guerre mais la Russie a fait savoir, visant implicitement le régiment Azov, qu'elle considérait une partie d'entre eux comme des combattants "néonazis". Le Comité international de la Croix-Rouge a exhorté les deux parties à lui accorder l'accès aux prisonniers de guerre et aux internés civils, "où qu'ils soient détenus".

    Accusations de crimes de guerre
    La bataille pour le contrôle de Marioupol a donné lieu à de multiples accusations de crime de guerre par les puissances occidentales, notamment lors de l'attaque d'une maternité. L'Ukraine a ouvert plus de 12.000 enquêtes pour crimes de guerre depuis le 24 février, selon le Parquet ukrainien. Vendredi, le sergent Vadim Chichimarine, 21 ans, a admis avoir tué sur l'ordre de son chef un civil non armé au début de l'offensive, lors du premier procès d'un soldat russe accusé de crimes de guerre depuis le début de l'invasion.  Le verdict est attendu lundi. Le jeune soldat s'est dit "sincèrement désolé", mais son avocat l'a déclaré "non coupable" de meurtre avec préméditation et de crimes de guerre dans ses plaidoiries finales.

    Contre-offensive en juin ?
    Après avoir échoué à prendre Kiev et Kharkiv, la deuxième ville ukrainienne (Nord-Est), la Russie concentre ses efforts militaires dans l'Est et le Sud. "L'ennemi ne cesse de mener des opérations offensives dans la zone opérationnelle orientale afin d'établir un contrôle total du territoire des régions de Donetsk et de Lougansk et de maintenir le corridor terrestre avec la Crimée temporairement occupée", a indiqué l'état-major des forces ukrainiennes sur Facebook samedi matin.

    Dans le bassin houiller du Donbass, partiellement contrôlé depuis 2014 par des séparatistes pro-russes, le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou a assuré que la conquête de la région de Lougansk était "presque achevée". Le porte-parole du ministère ukrainien de la Défense Oleksandre Motouzianyk a avancé que la situation "montrait des signes d'aggravation", et que "les forces d'occupation russes menaient un feu intense sur toute la ligne de front". "Pendant que nous résistons, nos troupes reçoivent des armes étrangères, se réarment, se regroupent, et je pense qu'en juin nous verrons la contre-attaque", a toutefois assuré dans la nuit de vendredi à samedi le gouverneur local Serguiï Gaïdaï.

    A Lozova, une ville de l'Est, au moins huit personnes dont un enfant ont été blessées par une frappe de missile russe sur un centre culturel fraîchement reconstruit, ont annoncé vendredi des responsables ukrainiens.

    Des frappes russes avaient fait 12 morts et 40 blessés jeudi à Severodonetsk, dans la région de Lougansk, selon M. Gaïdaï, une attaque qualifiée par M. Zelensky de "brutale et absolument inutile", tandis que les habitants recroquevillés dans les sous-sols décrivaient un interminable calvaire de terreur. Severodonetsk et Lyssytchansk, séparées par une rivière, constituent la dernière poche de résistance ukrainienne dans la région.

    "Couloirs humanitaires"
    Alors que les négociations menées il y a quelques semaines sous médiation turque sont au point mort, l'Italie a indiqué vendredi avoir proposé la constitution d'un "groupe international de facilitation composé d'organisations internationales" comme l'ONU, l'UE et l'OSCE. "L'objectif est de travailler pas à pas (...) en partant par exemple des trêves localisées, de l'évacuation des civils, de la possibilité d'ouvrir des couloirs humanitaires sécurisés, et ensuite évidement de monter en puissance pour arriver à un cessez-le-feu général, puis une paix durable avec un véritable accord de paix", a expliqué le ministre italien des Affaires étrangères Luigi Di Maio à Turin.

    Le G7 décide une gigantesque aide financière pour l'Ukraine
    L'heure est dans l'immédiat à la guerre, et les pays du G7 réunis en Allemagne ont promis vendredi de mobiliser 19,8 milliards de dollars (18,7 milliards d'euros) afin d'aider l'Ukraine à "combler son déficit financier". La veille, le Congrès américain avait débloqué une gigantesque enveloppe de 40 milliards de dollars pour l'Ukraine, visant notamment à permettre à l'Ukraine de s'équiper en blindés et de renforcer sa défense antiaérienne.

  • L'Ukraine a annoncé l'arrêt du transit d'un tiers du gaz russe vers l'Europe. 

    Imprimer

    L'opérateur du système de transport de gaz de l'Ukraine a déclaré qu'à partir du 11 mai, il arrêtera le transit du gaz russe vers l'Europe via les stations de la région de Lougansk en raison de "cas de force majeure". C'est ce qu'indique un message publié le 10 mai sur le site Internet de l'opérateur. À son tour, Gazprom a déclaré qu'ils ne voyaient aucun obstacle à la poursuite du transit par l'Ukraine.

    La déclaration de l'opérateur indique qu'il est impossible de poursuivre le transport de gaz via la station de mesure du gaz de Sokhranovka (GMS) et la station de compression frontalière de Novopskov, qui sont situées sur le territoire contrôlé par les troupes russes.

    Selon l'opérateur, près d'un tiers du gaz russe (jusqu'à 32,6 millions de mètres cubes par jour) vient de Russie vers l'Europe via la région de Lougansk. Afin de remplir les obligations en matière de transit de gaz, l'opérateur du réseau de transport de gaz de l'Ukraine a proposé de transférer ce volume à la station de mesure de gaz de Sudzha, située sur le territoire contrôlé par l'Ukraine.

    Le représentant officiel de "Gazprom" Sergei Kupriyanov, à son tour, a déclaré qu'ils ne voyaient aucun obstacle à la poursuite du transit par l'Ukraine.

    «Le transfert de volumes vers la station de mesure de gaz de Sudzha, basé sur le schéma de flux russe, est technologiquement impossible. La répartition des volumes est clairement énoncée dans l'accord de coopération daté du 30 décembre 2019, et la partie ukrainienne en est bien consciente », a-t-il ajouté (cité par Interfax).

  • Россия: Бывший топ-менеджер российской газовой компании "Новатэк" Сергей Протосеня, его жена и дочь найдены мертвыми в Испании

    Imprimer

    Бывший топ-менеджер российской газодобывающей компании "Новатэк" Сергей Протосеня, его жена и дочь найдены мертвыми на вилле в курортном городке Льорет-де-Мар, недалеко от Барселоны. Об этом сообщает радио "Свобода".

    Как предполагают следователи, 55-летний предприниматель, чье состояние оценивалось в 400 миллионов евро, зарубил близких топором, а потом повесился. Однако не исключается и версия, что речь идет об убийстве, замаскированном под самоубийство.

    Напомним, что три дня назад в Москве были найдены тела 51-летнего бывшего вице-президента "Газпромбанка" Владислава Аваева, его жены и 13-летней дочери. Предполагается, бизнесмен застрелил жену и дочь, после чего покончил с собой.

  • Russie : L'ancien cadre supérieur de la compagnie gazière russe Novatek Sergey Protosenya, sa femme et sa fille retrouvés morts en Espagne

    Imprimer

    L'ancien cadre supérieur de la compagnie gazière russe Novatek Sergey Protosenya, sa femme et sa fille ont été retrouvées morts dans une villa de la station balnéaire de Lloret de Mar, près de Barcelone. L'information a été rapportée par par Radio Liberty .

    Selon les enquêteurs, l'homme d'affaires de 55 ans, dont la fortune était estimée à 400 millions d'euros, aurait massacré ses proches à coups de hache puis se serait pendu. Cependant, la version selon laquelle il s'agit d'un meurtre déguisé en suicide n'est pas exclue.

    Rappelons qu'il y a trois jours, les corps de l'ancien vice-président de Gazprombank Vladislav Avaev, âgé de 51 ans, de sa femme et de sa fille de 13 ans ont été retrouvés à Moscou. L'homme d'affaires aurait tiré sur sa femme et sa fille, puis se serait suicidé.

  • Украина: Хакеры Anonymous взломали базу Gazprom Linde Engineering и выложили сотни тысяч писем сотрудников

    Imprimer

    Международная хакерская группа Anonymous объявила о взломе базы данных одной из компаний "Газпрома" (совместное предприятие с Linde).

    В открытый доступ выложен файл, содержащий около 768 тысяч писем сотрудников Gazprom Linde Engineering (файл размером 728 Gb).

    Клиентами Gazprom Linde Engineering являются "Газпром", "Газпром инвест", "Газпром нефть", Linde, "Новатэк", "Татнефть", China National Chemical Engineering, Sojitz и RusChemAlliance.

    24 февраля 2022 года, вскоре после вторжения армии РФ в Украину, хакеры из международной группы Anonymous заявили, что "находятся в состоянии кибервойны против России". Начались атаки на сервера российских государственных структур и российских федеральных СМИ, которые продолжаются до сих пор.

    Lien permanent Catégories : Anonymous, Gazprom, UKRAINE 0 commentaire