Galmudug (Etat semi-autonome)

  • Somalie : Nouvelle frappe U.S. contre une position des Shebaab

    Imprimer

    Un drone vraisemblablement américain a tiré deux missiles sur une position des islamistes al-Shabaab, près des villes de  Qaid et Hariri Tiri  dans la région de Mudug de l'Etat semi-autonome de Galmudug dans le centre de la Somalie, dimanche 1er août dans la matinée. 
    _aT5p-rF (1).jpeg

    Le raid est intervenu alors que de violents affrontements ont lieu dimanche 1er août entre les forces gouvernementales et les jihadistes d'"Al-Shabab" près des deux localités.  Pour l'instant, les forces somaliennes n'ont pas réussi à entrer dans la zone contrôlée par les Shebaab.

    Il s'agit du troisième raid du genre en deux semaines, les États-Unis ayant revendiqué la responsabilité de deux raids précédents au cours des deux dernières semaines.

  • Somalie : Deuxième raid américain sur al-Shabab en trois jours

    Imprimer

    L'armée américaine a annoncé une nouvelle frappe aérienne contre les militants islamistes d'Al-Shabaab, l'aile d'Al-Qaïda en Somalie. C'est la deuxième frappe U.S. contre al-Shabab cette semaine.

    Le département américain de la Défense (Pentagon) a déclaré que la frappe avait été menée à proximité de la région de Galmudug.

    L'attaque survient trois jours seulement après une frappe américaine similaire visant le mouvement islamiste lié à al-Qaïda, qui cherche à renverser le gouvernement somalien et à imposer son interprétation stricte de la loi islamique.

    "Les forces américaines ont le mandat de mener des frappes en soutien aux forces de combat partenaires dans le cadre de l'autodéfense collective", a déclaré le Pentagone dans un communiqué.

  • Somalie : Combats entre forces gouvernementales et islamistes Shabaab

    Imprimer

    Des combats ont éclaté dimanche matin 4 juillet 2021 au niveau du village d'al-Dheere près  la ville de Dhusamareb, capitale de la région de Galmudug, entre les forces gouvernementales - forces spéciales Gorgor et NISA d'un côté - et les islamistes al-Shabaab de l'autre, .

    Les forces gouvernementales seraient tombés dans une embuscade tendue par les islamistes Shebaab entre Eldhere et Tuulo-hayow sur la route reliant Guriel et Dhusamareb, au centre de la Somalie.

    15 combattants al-shabaab auraient été tués et une grande quantité d'armes récupérées au cours de l'offensive de l'armée nationale somalienne  dimanche matin.

    Du coté de l'armée nationale somalienne, les pertes s'élèvent à 7 tués et 8 blessés.

  • Somalie : attentat suicide dans un bar, au moins 10 morts

    Imprimer

    Au moins dix civils ont été tués, vendredi 2 juillet 2021, dans un attentat suicide perpétré contre un tea shop situé au centre de la capitale. L

    Le terroriste s'est fait exploser près du carrefour de Juba, non loin du quartier général des renseignements nationaux à Mogadiscio. L'homme portait un gilet suicide et s'est fait exploser près d'un bar très fréquenté. L'attaque a eu lieu aux heures de pointe, alors que de nombreuses personnes se trouvaient à l'intérieur de l'établissement. Il y aurait  dix morts et des dizaines de blessés. Le nombre de morts pourrait être plus élevé. Des médias locaux ont fait état d'environ huit morts.  

    Aucun groupe n'a encore revendiqué l'attentat, bien que le groupe islamiste al-Shabaab, une organisation affiliée à al-Qaïda soit suspecté. Le 28 juin ,30 personnes, dont 17 militaires et 13 civils, avaient été tués lors d'une attaque menée par le groupe al-Shabaab. La cible des islamistes était  une base militaire dans la ville de Wisil, dans l'État semi-autonome de Galmudug. Les assaillants avaient utilisé deux voitures piégées et échangé des tirs avec les forces gouvernementales et des habitants armés. 

    Al-Shabaab, qui contrôle des parties du territoire somalien depuis 2011, vise à renverser le gouvernement de Mogadiscio, soutenu par divers pays, pour imposer sa propre interprétation de la loi islamique. 

    L'organisation terroriste a contrôlé de vastes zones du pays jusqu'en 2011, date à laquelle ses combattants ont été expulsés des principales agglomérations, dont Mogadiscio, grâce à l'offensive de l'armée somalienne et des troupes de l'Union africaine. En Somalie, 20 000 hommes de l'opération de maintien de la paix de l'Union africaine, la Mission de l'Union africaine en Somalie (AMISOM), sont présents pour combattre le groupe al-Shabaab. Les États-Unis font également partie des pays qui ont le plus combattu le groupe islamiste dans le pays de la Corne de l'Afrique, menant des frappes aériennes à répétition contre des jihadistes. Fin 2020, l'ancien président américain Donald Trump a ordonné à   environ 700 soldats américains de se retirer de la Somalie, réduisant l'engagement de Washington contre le groupe al-Shabaab, considéré comme l'un des principaux affiliés d'al-Qaïda.

    Le  rapport national sur le terrorisme de 2019, publié par le gouvernement américain, a révélé que l'Afrique de l'Est représente « un refuge pour al-Shabaab », qui contrôle de facto une grande partie du territoire du centre-sud de la Somalie, où il collecte également des « impôts » et soumet les dirigeants locaux . Selon le rapport, à partir de ces positions, les terroristes organisent, planifient et mènent des attaques, contre le Kenya voisin. En 2019, selon les données publiées par le rapport, les attaques d'al-Shabaab se seraient multipliées et se seraient concentrées sur des objectifs gouvernementaux et notamment des membres et des dirigeants d'institutions, pour saper leur crédibilité et leur efficacité. En février 2017, le président somalien Mohamed Abdullahi Mohamed a déclaré l'état de guerre contre le groupe islamiste.

  • Somalie : 13 soldats tués dans une attaque revendiquée par les islamistes shebab

    Imprimer

    Treize soldats somaliens, dont un haut responsable militaire du renseignement, ont été tués dimanche dans l'explosion d'une mine au passage de leur véhicule, revendiquée par les islamistes radicaux shebab, ont indiqué à l'AFP des responsables militaires et des témoins.

    L'explosion a eu lieu près du village d'Eldhere, à 30 km de Dhusamareb, la capitale de l'Etat semi-autonome de Galmudug, à environ 400 km au nord de la capitale Mogadiscio. "Nous pensons que leur véhicule a heurté une mine posée par des terroristes à la sortie de Dhusamareb", a déclaré à l'AFP un responsable militaire dans cette localité, Mohamed Ali.

    "Huit membres (en fait 13 selon un dernier bilan) des forces de sécurité ont été tués et deux autres ont été blessés", a-t-il dit.

    Abdirashid Abdinur (Qooje) .jpeg"Abdirashid Abdinur (Qooje) (phhoto), le commandant de l'Agence de sécurité nationale (NISA) dans le district de Dhusamareb" figure parmi les personnes tuées, a ajouté le responsable militaire. Abdiweli Adan, un autre responsable militaire, a déclaré que les soldats étaient en train de mener des opérations sécuritaires dans cette région lorsque leur véhicule a heurté un engin explosif.

    "L'explosion a entièrement détruit leur véhicule et tué presque tous ceux qui étaient à son bord. Un ou deux soldats ont survécu mais ils sont grièvement blessures", a-t-il ajouté. Les shebab affiliés à el-Qaëda, qui ont revendiqué l'attaque dans un bref communiqué, ont affirmé avoir tué quatorze soldats dont un commandant en chef.

    Peu de temps après l'explosion, de violents combats ont éclaté entre les forces somaliennes et les islamistes al-Shabaab à Eldher, près de la ville de Galmudug. Ils sont toujours en cours.

    Par ailleurs, dans la région d'Arbiska, près de Mogadiscio, une mine artisanale a également ciblé un convoi transportant des membres de la police spéciale somalienne, dimanche matin. Trois policiers ont été blessés. Cette force spéciale de la police sont entraînés par les forces turques.

    Les shebab ont contrôlé Mogadiscio, capitale d'une Somalie plongée dans le chaos depuis 30 ans, avant d'en être évincés en 2011 par les troupes de l'Union africaine (UA) qui soutiennent le fragile gouvernement fédéral.

    Ils contrôlent toujours de vastes zones rurales d'où ils mènent leurs opérations. Au moins cinq civils sont morts et dix ont été blessés dans une autre attaque menée dimanche dernier à Mogadiscio, par les shebab, qui ont affirmé viser un ancien général à la retraite.

  • Somalie : 30 tués dans un attentat-suicide dans le centre du pays

    Imprimer

    Trente personnes, dont trois hauts gradés de l'armée, ont été tués vendredi 18 décembre dans un attentat-suicide dans le centre de la Somalie, devant un stade où le Premier ministre Rooble Mohamed Hussein était attendu, selon la police.  On connaît l'identité des trois officiers supérieurs tués  : Ex Galkayo DC, Mohamud Yasin Tumey ; Gen Mukhtar, Cmdr of Danab forces in Galmudug ; Capt. Marsho, deputy Danab's 6th division. Par ailleurs, le général Qooje, Commandant de la 21ème division de l'armée nationale somalienne a été  sérieusement blessé. 

    Eph61NMXEAAgh7P.jpeg

    Eph61NNW4AA2Jl1.jpeg

    Eph61NMXMAEFnvv.jpeg

    Les islamistes radicaux shebab, liés à Al-Qaïda, ont revendiqué dans un bref communiqué l'attentat, qui visait selon eux le Premier ministre. Celui-ci n'était pas encore arrivé au moment de l'explosion. Les shebab ont affirmé que plusieurs officiers de l'armée avaient péri, citant les commandants de deux unités militaires locales.

    "Il y a eu une forte explosion causée par un kamikaze à l'entrée du stade, six personnes (trente selon un dernier bilan) ont été tuées dont trois hauts responsables militaires", a déclaré un policier de Galkayo, Mohamed Abdirahman, joint par l'AFP. "L'explosion s'est produite alors que le Premier ministre était attendu, pour un discours, dans le stade" de la partie Sud de Galkayo, située dans l'Etat semi-autonome de Galmudug, a-t-il ajouté. Galkayo, à 600 km au nord de Mogadiscio est à cheval entre l'Etat du Galmudug et celui du Puntland, lui-aussi semi-autonome. La ville a été le théâtre ces dernières années de violences meurtrières entre les troupes des deux régions et entre les clans rivaux occupant ses parties Nord et Sud.

    Eo-z8DYWEAEW_ci.jpeg

    Un responsable militaire de Galkayo, le colonel Ahmed Dahir, a indiqué à l'AFP que "le kamikaze visait des hauts responsables militaires qui se trouvaient près de l'entrée du stade", sans pouvoir dire "exactement combien de personnes ont péri".

    La Somalie est plongée dans le chaos depuis la chute du régime militaire du président Siad Barré en 1991, suivie d'une guerre de chefs de clans et de la montée en puissance des shebab. Ces derniers ont contrôlé la capitale somalienne avant d'en être évincés en 2011 par les troupes de l'Union africaine (UA) qui soutiennent le fragile gouvernement somalien. Ils contrôlent toujours de vastes zones rurales d'où ils mènent leurs opérations.