Gafsa

  • Tunisie : Poursuite de troubles nocturnes dans plusieurs villes

    Imprimer

    Des heurts ont éclaté pour la quatrième nuit consécutive dans plusieurs villes de Tunisie, où des manifestants ont pris pour cible la police mobilisée pour faire respecter le couvre-feu lié à la pandémie de coronavirus et qui a répliqué avec des gaz lacrymogènes.
     
    A Tunis, quelques centaines de manifestants ont jeté des pierres et quelques cocktails Molotov sur des policiers déployés en force, notamment dans plusieurs quartiers populaires dont la vaste cité d'Ettadhamen située en périphérie de la capitale. Les forces de l'ordre ont tiré d'importantes quantités de gaz lacrymogènes. A Sfax, deuxième plus grande ville du pays, des protestataires ont incendié des pneus et coupé des routes, a constaté un correspondant de l'AFP. Des heurts ont également eu lieu à Gafsa, où les habitants protestaient contre la destruction par les autorités d'un point de vente informel, a indiqué un autre correspondant. Des échauffourées ont également éclaté au Kef, à Bizerte (nord) et Kasserine (centre-ouest), à Sousse et Monastir (centre-est), selon des médias locaux.
     
    Le ministère de l'Intérieur, qui avait annoncé lundi plus de 600 arrestations, n'était pas en mesure à ce stade de détailler les arrestations et dégâts survenus dans la nuit de lundi à mardi.
     
    Ces heurts ont éclaté au lendemain du dixième anniversaire de la révolution qui a chassé du pouvoir Zine el Abidine Ben Ali et son régime policier, alors que la pandémie de coronavirus a exacerbé une profonde crise sociale en Tunisie. La Tunisie a connu un confinement général de quatre jours qui s'est achevé dimanche pour tenter d'endiguer une flambée de cas de Covid-19. Un couvre-feu à 20 heures est en vigueur depuis octobre.

  • Tunisie: une cellule terroriste démantelée à Gafsa

    Imprimer

    Les autorités sécuritaires tunisiennes ont démantelé une cellule terroriste ayant pour objectif d’établir “un émirat” dans le gouvernorat de Gafsa, au sud du pays.

    C’est ce qu’a fait savoir, mercredi, le ministère tunisien de l’Intérieur via un communiqué rendu public.

    “Le Département de la lutte contre le terrorisme de la Garde nationale a découvert le plan des trois terroristes arrêtés, après avoir tenté d’influencer un imam pour attirer des jeunes”, rapporte le communiqué.

    Lundi, l'organisation terroriste Daech a revendiqué l’attaque terroriste de Sousse (est), qui a fait un mort et un blessé dans les rangs des forces de l’ordre.

    Depuis mai 2011, la Tunisie a été le théâtre de plusieurs attaques terroristes qui se sont intensifiées en 2013, tuant des dizaines de membres de l'armée et des forces de sécurité et des touristes étrangers, avant que la fréquence des attentats ne baisse au cours de ces dernières années.