G4S (société de sécurité privée)

  • Irak : La base US Victory camp touchée par deux roquettes Katioucha à l'aéroport international de Bagdad

    Imprimer

    Jeudi 10 septembre, une nouvelle attaque à la roquette a frappé l'aéroport international de Bagdad, dans la banlieue ouest de la capitale irakienne, selon la cellule de sécurité des médias irakiens.

    "Une roquette Katioucha a atterri à l'aéroport international de Bagdad sans causer de pertes, a déclaré la Cellule de sécurité des médias dans un communiqué.

    Selon la déclaration de la cellule de sécurité des médias, la fusée a été lancée depuis le district d'al-Furat, qui est situé à quelques mètres de la section orientale de l'aéroport.

    Saberin News, une chaîne de télégrammes proche des groupes armés chiites, a affirmé que deux roquettes avaient touché la section militaire de l'aéroport international de Bagdad. Selon la chaîne, qui est assez précise, la roquette a frappé le bureau de poste de l'armée dans la partie détenue par les États-Unis, connue sous le nom de "Camp Victory", tandis que des hélicoptères survolaient la zone.

    Il y a quatre jours, une roquette similaire avait frappé l'aéroport international de Bagdad. La frappe visait le siège de la société de services de sécurité britannique G4S, qui est responsable de la sécurité de l'aéroport.

    Des groupes armés chiites irakiens seraient à l'origine des attaques contre l'aéroport international de Bagdad et d'autres installations irakiennes accueillant des troupes américaines. Ces groupes ont juré d'expulser les troupes américaines du pays après l'assassinat du commandant de la force al-Quds, le général Qassem Soleimani, et d'Abu Mahdi al-Muhandis, commandant adjoint des unités de mobilisation populaire (Hashed al-Chaabi), une coalition de milices chiites, au début de cette année.

  • IRAK: Une attaque de missile vise une société britannique de services de sécurité à Bagdad

    Imprimer

    Une attaque de missile a visé le siège de la société britannique de sécurité «G4S» dans le quartier de Qadisiyah, à l'ouest de la capitale irakienne, Bagdad, selon une source sécuritaire jeudi.

    Ahmed Khalaf, un officier de police à Bagdad avec le grade de capitaine, a déclaré qu'"une attaque de missiles Katyusha avait visé à l'aube aujourd'hui le siège de la société britannique de services de sécurité G4S, qui est responsable de la sécurité de l'aéroport international de Bagdad".

    Khalaf a expliqué que "l'attaque avait causé des dommages (matériels) importants au bâtiment" et "on ne sait pas encore s'il y a eu des victimes ou non".

    Aucune partie n'a immédiatement revendiqué la responsabilité de cette attaque, qui est la première du genre visant le siège d'une société étrangère de services de sécurité en Iraq.

    Des factions chiites armées, y compris les brigades du «Hezbollah», avaient menacé de viser les forces et les intérêts américains s’ils ne se retiraient pas conformément à la décision du Parlement de mettre fin à la présence militaire étrangère dans le pays.

    Le 5 janvier, le parlement a voté à la majorité pour mettre fin à la présence militaire étrangère en Irak.

    Les États-Unis accusent les Brigades du "Hezbollah" et d'autres factions armées proches de l'Iran d'être à l'origine des attaques répétées de missiles visant son ambassade et les bases militaires où ses soldats sont déployés, ainsi que d'autres forces de la coalition internationale pour combattre l'EI en Irak.

  • https://www.frontlive-chrono.com du mercredi 28 novembre 2018

    Imprimer

    Afghanistan: forte explosion près de la société privée de sécurité britannique G4S à Kaboul

     

    Algérie : Bouteflika, « manœuvres politiques » en vue des prochaines élections présidentielles

     

    Cameroun : 29 blessés dans un attentat-suicide dans l’extrême-nord

     

    Italie : arrestation d’un Libanais d’origine palestinienne préparant un attentat au nom de l’EI

     

    Syrie: Saoudiens et émiratis auraient déployés des troupes à l’est de l’Euphrate

     

    Syrie: Nouveau round de négociations à Astana (Kazakhstan)

     
    Abonnement nécessaire pour lire les articles de Frontlive-Chrono 
    Trois options : 100€ pour un an / 60€ pour six mois ou 12€ par mois