Frères musulmans en Libye

  • Libye: pour l'Armée Nationale Libyenne (Haftar) le problème, ce sont les Frères musulmans

    Imprimer

    À un moment où le paysage libyen continue de connaître des développements positifs, notamment la reprise des activités sur le champ pétrolier d'al-Sharara, l'Armée nationale libyenne (ANL) a déclaré que l'un des obstacles à la conclusion d'un accord est représenté par les «Frères musulmans», en référence au gouvernement de Tripoli, également connu sous le nom de gouvernement d'accord national (GNA), et son allié turc.

    C'est ce qu'a déclaré le porte-parole de l'ANL, Ahmed al-Mismari , selon lequel le gouvernement de Tripoli et Ankara "plaisantent avec la région". Dans le même temps, l'ONU a été invitée à unifier les initiatives avancées jusqu'ici, par diverses parties, en une seule "proposition de paix" et il a été souligné comment l'Égypte a exprimé sa volonté de mettre fin à la crise libyenne en suivant les vision de l'ANL, qui se situe dans le contexte de la lutte contre le terrorisme.

    Les paroles d'al-Mismari interviennent à un moment où, une fois qu'une relative trêve a été conclue sur les fronts de combat libyens, divers acteurs régionaux et internationaux se sont engagés dans une série de dialogues et de pourparlers visant à trouver une solution politique en Libye. . Parmi les dernières initiatives, la capitale égyptienne accueille, à partir du dimanche 11 octobre et pour une durée de trois jours, une série de réunions au cours desquelles des délégations liées à la Chambre des représentants de Tobrouk et au Haut Conseil d'État discutent des moyens d'organiser des élections anticipées en Libye et avancer sur la voie du «processus constitutionnel», sous l'égide des Nations Unies.

    Tel que rapporté par al-Jazeera, sur la base de sources du Haut Conseil d'État, chaque délégation est composée d'une dizaine de membres, dont trois sont membres du comité chargé de rédiger une nouvelle Constitution, qui participent aux réunions en tant que conseillers . Un membre du Haut Conseil d'Etat, Nasser Matroud, a déclaré que les membres du comité de dialogue du Haut Conseil d'Etat étaient divisés selon trois «pistes». Cela signifie que chaque sous-commission est engagée dans différents pourparlers, avec des objectifs spécifiques, à savoir la voie "exécutive" à Genève, visant à définir un nouveau gouvernement et de nouveaux organes exécutifs, les réunions à Bouznika, au Maroc, qui visent à nommer les soi-disant " positions souveraines » et, enfin, les réunions du Caire, dont le thème central est le processus constitutionnel.

    Entre-temps, il y a eu un autre résultat important, à savoir la réouverture du champ pétrolier d'al-Sharara , le plus grand champ pétrolier de Libye, situé dans le sud-ouest du pays. La nouvelle est arrivée le 11 octobre et c'est la National Oil Corporation (NOC) qui l'a annoncée, affirmant qu'elle avait "levé l'état de force majeure" après avoir conclu un accord "sur l'honneur" avec le général de l'armée nationale libyenne (ANL), Khalifa Haftar, et les forces qui lui sont fidèles, responsables de la fermeture du terrain et de l'interruption des activités, depuis le 18 janvier dernier. La NOC a indiqué avoir déjà donné des instructions à l'opérateur Acacus, responsable de la gestion d'al-Sharara, pour permettre une reprise des activités de production dans le respect des normes de sécurité.

    Comme l'a également souligné al-Mismari de l'Armée Nationale Libyenne, la réouverture d'al-Sharara représente une mesure significative et positive, également parce qu'elle pourrait permettre à la Libye de doubler sa production de pétrole brut et de relancer son économie. On estime que le champ contient environ 3 milliards de barils de pétrole, soit près d'un tiers de la production libyenne de pétrole brut.

    Depuis le 18 janvier dernier, des groupes alliés au général de l'ANL avaient bloqué les activités d'exportation à la fois à al-Sharara et sur d'autres champs, y compris al-Fil, dans le cadre d'un «mouvement de colère du Fezzan», dirigé avant tout contre l'ingérence continue de la Turquie. Cela a fait chuter la production pétrolière libyenne de 1,2 million de barils par jour à seulement 72000, tout en entraînant des pertes de plus de 8 milliards de dollars en 208 jours , selon les dernières données fournies par la compagnie pétrolière d'État libyenne, National Oil Corporation (NOC), le 15 août. Malgré une libération partielle le 10 juillet, le lendemain 11 juillet, les forces de Haftar avaient de nouveau ordonné l'arrêt des exportations, faute d'accord sur la répartition des revenus pétroliers. Puis, le 18 septembre, Haftar a ordonné la réouverture des champs pétrolifères et des ports, à la suite d'un nouvel accord. Cet accord prévoit la création d'un comité chargé de gérer les activités de production et d'exportation, ainsi que de partager équitablement les revenus pétroliers.

    Mitiq, signataire de l'accord au nom du gouvernement de Tripoli, a considéré la réouverture d'al-Sharara comme un geste positif qui devrait faciliter la réalisation d'une solution politique, visant à mettre fin à une situation de grave instabilité, qui caractérise la Libye depuis le 15 février 2011, date du début de la révolution et de la guerre civile. Après la chute du régime de Mouammar Kadhafi, en octobre de la même année, la Libye n'a jamais réussi à faire une transition démocratique. Depuis, deux côtés s'affrontent. D'une part, il y a le gouvernement de Tripoli, né avec les accords de Skhirat du 17 décembre 2015, et dirigé par le Premier ministre Fayez al-Sarraj, qui représente le seul exécutif reconnu par l'ONU. Ses principaux soutiens sont la Turquie, l'Italie et le Qatar. De l'autre côté, il y a le Parlement de Tobrouk (HoR) et l'Armée Nationale Libyenne commandée par le général Khalifa Haftar, soutenus par l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, l'Égypte, la Russie et la France. La Jordanie est également considérée comme l'un de ses principaux exportateurs d'armes.

    EkHYtPgWkAAugxb.png

    Lien permanent Catégories : Al Wefaq (nom arabe du Gouvernement d'Accord Natio, AL-Charara oil field, Armée Nationale Libyenne, Champ pétrolier al-Fil, Champ pétrolier de Sharara, Fayez al-Sarraj, FRÈRES MUSULMANS, Frères musulmans en Libye, Gouvernement d'unité nationale (GNA), Gouvernement de l'Est libyen, Haftar Khalifa, House of Representative (HoR), Intervention militaire turque en Libye, LIBYE, Mesmari Ahmed (porte-parole de l'ANL), Mitiq Ahmed, NOC (compagnie pétrolière libyenne), Politique de l'Egypte en Libye, Politique de la France en Libye, Politique de la Russie en Libye, Politique de la Turquie en Libye, Politique des Emirats Arabes Unis en Libye, Politique turque en Libye, Pourparlers de paix de Bouznika (Maroc), Tobrouk, Tripoli 0 commentaire
  • Grèce/Turquie : Quelle est la position de Donald Trump et Angela Merkel face à la crise entre la Grèce et la Turquie ?

    Imprimer

    On connaît la position de la France qui s'est résolument rangée du côté de la Grèce. La position des Etats-Unis et de l'Allemagne est moins claire. Pourtant, le rôle du président américain Donald Trump et de la chancelière allemande Angela Merkel est crucial alors qu'Athènes se prépare à faire face à la poursuite des provocations turques, la semaine prochaine, en raison de la tenue par la Turquie de grandes manœuvres militaires. Il est clair que tout incident en Méditerranée orientale coûtera aux deux parties un coût élevé et alourdira le fardeau sur l'économie turque déjà épuisée. La Turquie a commencé à sentir le prix de son intervention en Libye. À la lumière de cela, Athènes compte sur l'intervention diplomatique de Washington et de Berlin pour tenter de désamorcer les tensions avec la Turquie.

    Ni Trump ni Merkel ne veulent d'un conflit armé en Méditerranée
    La Grèce ne sous-estime pas les liens étroits que le président américain Trump a développés avec le président turc Erdogan. Néanmoins, Athènes a été encouragée par la volonté dont Trump a fait preuve en réponse à la crise de la Méditerranée orientale, puisqu'il a appelé Mitsotakis, le premier ministre grec, à deux reprises, lorsque les tensions ont atteint leur apogée et a proposé d'aider à calmer la situation.

    Trump est confronté à des élections présidentielles difficiles dans les deux mois et le soutien de la diaspora grecque aux États-Unis est également important. Il est peu probable que Trump soit prêt à risquer sa réélection en raison d'un conflit militaire entre deux pays de l'OTAN.

    Il en va de même pour la chancelière allemande Merkel, qui ne veut pas d'un conflit gréco-turc à un moment où son pays détient la présidence tournante de l'Union européenne pour une période de 6 mois. Malheureusement, Heiko Maas, ministre allemand des Affaires étrangères, n'a obtenu aucun résultat tangible au cours de sa récente visite à Ankara; Et lors de sa visite à Athènes, Maas a clairement laissé entendre que des sanctions seraient inévitables à la fin du mois de septembre si la Turquie continue ses violations de l'espace maritime grec

    La Grèce manoeuvre bien jusqu'à maintenant
    Athènes estime avoir marqué deux points alors qu'Erdogan tente d'opérer un changement de statut des eaux territoriales en Méditerranée orientale et en mer Égée: l'acceptation d'un accord avec l'Égypte qui définit en partie des zones économiques exclusives, et l'annonce par la Grèce d'une extension de ses eaux territoriales dans la mer Ionienne de 6 milles à 12 milles marins.

    Quel est l'objectif du bellicisme d'Erdogan ?
    Quel est l'objectif d'Erdogan ? Essaye-t-il de préserver l'adhésion sans faille de ses partisans, de les détourner des problèmes les plus urgents, ou encore de se préparer à des élections anticipées ? Et s'il décide de prendre le risque d'une guerre, quel bénéfice espère-t-il obtenir ? Ecraser les Grecs, étendre le territoire turc et gagner en influence dans la région ?

    Même si la Turquie parvenait à réaliser des gains territoriaux au détriment des Grecs, ces gains resteraient illégaux et auraient un coût politique et économique énorme pour Ankara.

    Erdogan se trouve dans une impasse : exécuter ses menaces ou reculer piteusement
    Malheureusement, Erdogan se trouve maintenant dans une impasse. S'il recule, cela signifiera que les menaces de la Turquie ne sont qu'un canular. C'est peut être pour cela que le bureau d'information de la présidence turque a fait une déclaration affirmant que «La Turquie continue d'être (la Turquie pour la paix), aux quatre coins du monde, avec des solutions pacifiques et à long terme qu'elle propose aux problèmes internationaux.»

    Erdogan : le nouveau sultan islamiste
    Mais il y a un autre aspect du "problème Erdogan" et c'est une erreur que font beaucoup de critiques internationaux: Erdogan est obnubilé par son idéologie "frères musulmans" ainsi que par le mythe de la résurrection  de l'empire ottoman. Et on aurait tort de croire qu'Erdogan joue sur les nerfs de la communauté internationale et n'a pas vraiment l'intention de passer à l'acte, quelle qu'en soit la conséquence. Il ambitionne de devenir le leader incontesté des Frères musulmans et le sultan d'un nouvel empire ottoman dont l'influence s'étendrait du Moyen Orient, à l'Afrique du nord, à l'Asie centrale et même aux confins sud de l'Europe.

    Sous la bannière des Frères Musulmans, il a le soutien du Qatar, le financier de la cause, du gouvernement libyen de Tripoli, seul reconnu par l'ONU et des sympathies en Tunisie. Il compte également des "proxies" au Yémen au sein du parti al-Islah, représentant local des Frères, et en Somalie.

    Sous la bannière ottomane, on trouve l'Azerbaïdjan (qui parle une langue turque), les Turkmènes syriens, la Bulgarie, et des sympathies dans un certain nombre de pays d'Asie centrale et dans les Balkans.

    Un axe anti-Ottoman ?
    Les manoeuvres d'Erdogan sont en train de redéfinir la carte géopolitique de toute la région et c'est sans doute pour cela que la Serbie, ennemie héréditaire de la Turquie, a décidé de transférer son ambassade à Jérusalem, un nouvel allié de la coalition déjà formée par la Grèce, Israël, l'Egypte et la France, l'Arabie saoudite et les Emirats Arabes Unis, sans compter la Libye du maréchal Khalifa Haftar. On pourrait rajouter l'Autriche, qui se souvient sans doute de la menace ottomane, et qui semble soutenir la Grèce dans son conflit avec la Turquie.

  • Libye : Un raid aérien des forces de Haftar tue 30 cadets d’une académie militaire à Tripoli

    Imprimer

    Lire la suite