FRÈRES MUSULMANS

  • Frères musulmans : Election d'un nouveau chef

    Imprimer

    Les Frères musulmans ont élu un nouveau chef suprême pour remplacer Mahmoud Ezzat, qui a été arrêté par les autorités égyptiennes il y a trois semaines. Le nouveau chef des Frères musulmans est Ibrahim Munir (photo).

    Un représentant du mouvement Talat Fahmi a rappelé que les Frères musulmans étaient une organisation régie par une charte et que les décisions organisationnelles sont prises collectivement. Il a également déclaré que Mahmoud Hussein occupait toujours le poste de secrétaire général.

    La branche la plus influente du mouvement - la branche égyptienne - a déjà annoncé qu'elle soutenait l'élection de Munir. On sait également que le chef suprême par intérim a déjà entamé des changements de personnel destinés à renforcer sa position à la tête du mouvement.

  • Grèce/Turquie : Quelle est la position de Donald Trump et Angela Merkel face à la crise entre la Grèce et la Turquie ?

    Imprimer

    On connaît la position de la France qui s'est résolument rangée du côté de la Grèce. La position des Etats-Unis et de l'Allemagne est moins claire. Pourtant, le rôle du président américain Donald Trump et de la chancelière allemande Angela Merkel est crucial alors qu'Athènes se prépare à faire face à la poursuite des provocations turques, la semaine prochaine, en raison de la tenue par la Turquie de grandes manœuvres militaires. Il est clair que tout incident en Méditerranée orientale coûtera aux deux parties un coût élevé et alourdira le fardeau sur l'économie turque déjà épuisée. La Turquie a commencé à sentir le prix de son intervention en Libye. À la lumière de cela, Athènes compte sur l'intervention diplomatique de Washington et de Berlin pour tenter de désamorcer les tensions avec la Turquie.

    Ni Trump ni Merkel ne veulent d'un conflit armé en Méditerranée
    La Grèce ne sous-estime pas les liens étroits que le président américain Trump a développés avec le président turc Erdogan. Néanmoins, Athènes a été encouragée par la volonté dont Trump a fait preuve en réponse à la crise de la Méditerranée orientale, puisqu'il a appelé Mitsotakis, le premier ministre grec, à deux reprises, lorsque les tensions ont atteint leur apogée et a proposé d'aider à calmer la situation.

    Trump est confronté à des élections présidentielles difficiles dans les deux mois et le soutien de la diaspora grecque aux États-Unis est également important. Il est peu probable que Trump soit prêt à risquer sa réélection en raison d'un conflit militaire entre deux pays de l'OTAN.

    Il en va de même pour la chancelière allemande Merkel, qui ne veut pas d'un conflit gréco-turc à un moment où son pays détient la présidence tournante de l'Union européenne pour une période de 6 mois. Malheureusement, Heiko Maas, ministre allemand des Affaires étrangères, n'a obtenu aucun résultat tangible au cours de sa récente visite à Ankara; Et lors de sa visite à Athènes, Maas a clairement laissé entendre que des sanctions seraient inévitables à la fin du mois de septembre si la Turquie continue ses violations de l'espace maritime grec

    La Grèce manoeuvre bien jusqu'à maintenant
    Athènes estime avoir marqué deux points alors qu'Erdogan tente d'opérer un changement de statut des eaux territoriales en Méditerranée orientale et en mer Égée: l'acceptation d'un accord avec l'Égypte qui définit en partie des zones économiques exclusives, et l'annonce par la Grèce d'une extension de ses eaux territoriales dans la mer Ionienne de 6 milles à 12 milles marins.

    Quel est l'objectif du bellicisme d'Erdogan ?
    Quel est l'objectif d'Erdogan ? Essaye-t-il de préserver l'adhésion sans faille de ses partisans, de les détourner des problèmes les plus urgents, ou encore de se préparer à des élections anticipées ? Et s'il décide de prendre le risque d'une guerre, quel bénéfice espère-t-il obtenir ? Ecraser les Grecs, étendre le territoire turc et gagner en influence dans la région ?

    Même si la Turquie parvenait à réaliser des gains territoriaux au détriment des Grecs, ces gains resteraient illégaux et auraient un coût politique et économique énorme pour Ankara.

    Erdogan se trouve dans une impasse : exécuter ses menaces ou reculer piteusement
    Malheureusement, Erdogan se trouve maintenant dans une impasse. S'il recule, cela signifiera que les menaces de la Turquie ne sont qu'un canular. C'est peut être pour cela que le bureau d'information de la présidence turque a fait une déclaration affirmant que «La Turquie continue d'être (la Turquie pour la paix), aux quatre coins du monde, avec des solutions pacifiques et à long terme qu'elle propose aux problèmes internationaux.»

    Erdogan : le nouveau sultan islamiste
    Mais il y a un autre aspect du "problème Erdogan" et c'est une erreur que font beaucoup de critiques internationaux: Erdogan est obnubilé par son idéologie "frères musulmans" ainsi que par le mythe de la résurrection  de l'empire ottoman. Et on aurait tort de croire qu'Erdogan joue sur les nerfs de la communauté internationale et n'a pas vraiment l'intention de passer à l'acte, quelle qu'en soit la conséquence. Il ambitionne de devenir le leader incontesté des Frères musulmans et le sultan d'un nouvel empire ottoman dont l'influence s'étendrait du Moyen Orient, à l'Afrique du nord, à l'Asie centrale et même aux confins sud de l'Europe.

    Sous la bannière des Frères Musulmans, il a le soutien du Qatar, le financier de la cause, du gouvernement libyen de Tripoli, seul reconnu par l'ONU et des sympathies en Tunisie. Il compte également des "proxies" au Yémen au sein du parti al-Islah, représentant local des Frères, et en Somalie.

    Sous la bannière ottomane, on trouve l'Azerbaïdjan (qui parle une langue turque), les Turkmènes syriens, la Bulgarie, et des sympathies dans un certain nombre de pays d'Asie centrale et dans les Balkans.

    Un axe anti-Ottoman ?
    Les manoeuvres d'Erdogan sont en train de redéfinir la carte géopolitique de toute la région et c'est sans doute pour cela que la Serbie, ennemie héréditaire de la Turquie, a décidé de transférer son ambassade à Jérusalem, un nouvel allié de la coalition déjà formée par la Grèce, Israël, l'Egypte et la France, l'Arabie saoudite et les Emirats Arabes Unis, sans compter la Libye du maréchal Khalifa Haftar. On pourrait rajouter l'Autriche, qui se souvient sans doute de la menace ottomane, et qui semble soutenir la Grèce dans son conflit avec la Turquie.

  • Frontlive-Chrono : Mardi 14 avril 2020

    Imprimer

    Ces articles sont également publiés en : English (Anglais) Русский (Russe) العربية (Arabe) Deutsch (Allemand) Español (Espagnol) Italiano (Italien) 日本語 (Japonais) Nederlands (Néerlandais) 简体中文 (Chinois simplifié) polski (Polonais) Português (Portugais - du Portugal)

    Suisse: Un haut responsable de Daech poursuivi par la justice en Suisse

    Le Ministère public de la Confédération (MPC) a déposé un acte d’accusation contre un ressortissant irakien auprès du Tribunal pénal fédéral. Il lui est reproché d’avoir été actif pour le compte du groupe État islamique (EI) en tant que membre de ce dernier opérant depuis la Suisse. En détention depuis 2017 Selon l’acte d’accusation, le…Login abonnés


    Syrie : les combattants de Quneitra ont refusé de combattre en Libye dans les rangs de la « PMC Wagner »

    Le groupe terroriste État islamique a profité de l’épidémie de coronavirus, qui a entraîné une diminution de l’activité de l’armée syrienne, pour intensifier les actions contre les forces du régime. Ils attaquent les unités d’autodéfense kurdes, affirme l’agence de presse israélienne News.co.il. Les militants de l’Etat islamique ont maintenu leur présence dans les régions désertiques…Login abonnés


    Libye : pluie de roquettes sur Tripoli

    Des dizaines de roquettes s’abattent sur la capitale libyenne Tripoli depuis la conquête lundi par les forces loyales au Gouvernement d’union nationale (GNA) de villes stratégiques dans l’ouest libyen, qui étaient aux mains du maréchal Khalifa Haftar. Les forces pro-GNA se sont emparées lundi des deux villes côtières de Surman et Sabratha, respectivement à 60…Login abonnés

  • Koweït : une cellule « terroriste » liée aux Frères musulmans démantelée

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais)

    Une cellule « terroriste » liée au mouvement des Frères musulmans a été démantelée au Koweït et ses membres arrêtés, a annoncé vendredi le ministère de l’Intérieur de ce petit pays du Golfe.
    Les personnes « arrêtées sont de nationalité égyptienne et appartiennent à l’organisation des Frères musulmans », a déclaré le ministère dans un communiqué cité par l’agence de presse officielle KUNA. Elles sont accusées de faire partie d’une « cellule terroriste », a indiqué le ministère, précisant que certaines personnes arrêtées ont déjà été « condamnées pour terrorisme » à des peines allant jusqu’à 15 ans de prison par la justice égyptienne. L’Egypte a émis des avis de recherche pour ces personnes, selon le ministère koweïtien, qui n’a pas précisé le nombre de personnes arrêtées vendredi. Une enquête est en cours, a-t-il ajouté.
    Depuis la destitution en 2013 par l’armée de l’ex-président islamiste Mohamed Morsi à la faveur de manifestations populaires massives, les Frères musulmans sont interdits et sévèrement réprimés en Egypte. La confrérie est ainsi considérée comme organisation « terroriste » par Le Caire et par ses alliés, comme l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis.
    Les Frères musulmans ne sont pas interdits au Koweït.

    Liste des articles publiés sur Frontlive-Chrono le 12 juillet 2019

    • Afghanistan : au moins neuf morts dans un attentat contre un mariage exécuté par un enfant kamikaze de 13 ans – Abonnés
    • Gaza : « Marche » à la frontière de Gaza. Hamas : « Nous donnerons une semaine à Israël – Abonnés
    • Grande Bretagne: Londres envoie un deuxième navire de guerre dans le Golfe – Abonnés
    • Iran: les Gardiens de la Révolution disent avoir frappé des « terroristes » au Kurdistan irakien (vidéo) – Abonnés
    • Koweït : une cellule « terroriste » liée aux Frères musulmans démantelée – Lecture libre
    • Somalie: une énorme explosion s’est produite dans un hôtel de la ville côtière de Kismayo, suivie de coups de feu – Abonnés
    • Syrie : treize civils tués dans les raids du régime sur le Nord-Ouest (vidéo) – Abonnés
    • La Turquie reçoit la première livraison de missiles S-400 russes au risque de représailles américaines (vidéo) – Abonnés
  • Frontlive-Chrono: Récapitulatif des principaux évènements du Moyen Orient, Afrique du nord et Sahel du 10 mars 2019

    Imprimer

    Liste des articles publiés sur Frontlive-Chrono le dimanche 10 mars 2019.


    Abonnement nécessaire pour lire les articles ci-dessous
    Trois options : 100€ pour un an / 60€ pour six mois / 12€ par mois

     

    FRANÇAIS

    • Algérie: Des lycéens se rassemblent dans les rues pour rejeter la candidature de Bouteflika – Abonnés
    • Gaza: Nouveaux raids israéliens à Gaza après le tir d’une roquette – Abonnés
    • Grande Bretagne: Deux femmes ayant rejoint Daech en Syrie déchues de leur nationalité britannique, selon la presse – Abonnés
    • La Malaisie expulse 6 Egyptiens et un Tunisien – Abonnés
    • Maroc: Rabat rapatrie de Syrie huit Marocains soupçonnés d’être liés au « terrorisme » – Abonnés
    • Syrie : l’offensive finale contre Daech à Baghouz n’a pas repris, samedi, comme prévu – Abonnés
    • Syrie (16:00): fin du délai donné par les Forces Démocratiques Syriennes à Daech pour la « reddition » de ses combattants – Abonnés
    • Thaïlande: Sept bombes ont explosé dans le sud – Abonnés

     

    ENGLISH

    • Algeria: renewed protests in spite of public transport shutdown – Subscribers
    • Gaza: New Israeli raids on Gaza after rocket fire – Subscribers
    • Great Britain: Two women who joined Daech in Syria lost their British nationality, according to the press – Subscribers
    • Malaysia deports 6 Egyptians and one Tunisian – Subscribers
    • Morocco: Rabat repatriates eight Moroccan jihadists from Syria – Subscribers
    • Syria: the final offensive against Daesh in Baghouz still suspended due to the latest civilian evacuations – Subscribers
    • Syria (16:00): end of the deadline given by the Syrian Democratic Forces to Daech for the “surrender” of its fighters – Subscribers
    • Thailand; Seven bombs exploded in the south – Subscribers

     

    العربية (ARABIC)

    سوريا: قوات سوريا الديمقراطية تعلن انتهاء المهلة لاستسلام مسلحي داعش
    سوريا: 
    تعليق الهجوم على جيب داعش الاخير في سوريا والمدنيون يواصلون المغادرة
    الجزائر: 
    تلاميذ الثانويات يحتشدون بالشوارع رفضا لترشح بوتفليقة
    غزة
    سلسلة غارات إسرائيلية على قطاع غزة

    DEUTSCH

    • Algerien: Erneute Proteste trotz Stilllegung des öffentlichen Verkehrs – Abonnenten
    • Gaza: Neuer israelischer Luftangriff auf Gaza nach Raketenbeschuss – Abonnenten
    • Großbritannien: Zwei Frauen, die Daech in Syrien angehörten, haben laut Presse ihre britische Staatsangehörigkeit verloren – Abonnenten
    • Malaysia deportiert 6 Ägypter und einen Tunesier – Abonnenten
    • Marokko: Rabat repatriiert acht marokkanische Dschihadisten aus Syrien – Abonnenten
    • Syrien: Die letzte Offensive gegen Daech in Baghuz ist aufgrund der letzten zivilen Evakuierungen noch ausgesetzt – Abonnenten
    • Syrien (16:00): Der Endkampf gegen die allerletzte IS-Hochburg hat begonnen – Abonnenten
    • Thailand; Sieben Bomben explodierten im Süden – Abonnenten

     

    ESPAÑOL

    • Argelia: nuevas protestas a pesar del bloqueo del transporte público – Suscriptores
    • Gaza: Nuevos ataques aéreos israelíes en Gaza tras el lanzamiento de un cohete – Suscriptores
    • Gran Bretaña: Dos mujeres que se unieron a Daech en Siria perdieron su nacionalidad británica, según la prensa – Suscriptores
    • Malasia expulsa a 6 egipcios y a un tunecino – Suscriptores
    • Marruecos: Rabat repatrío a ocho yihadistas marroquíes desde Siria – Suscriptores
    • Siria: la ofensiva final contra Daech en Baghouz sigue suspendida debido a las últimas evacuaciones civiles – Suscriptores
    • Siria (16:00): fin del ultimátum dado por las Fuerzas Democráticas Sirias a Daech para la “rendición” de sus combatientes – Suscriptores
    • Tailandia: Siete bombas explotaron en el sur – Suscriptores

     

    ITALIANO

    • Algeria: nuove proteste nonostante il blocco dei trasporti pubblici – Abbonati
    • Gaza: Nuovo attacco aereo israeliano a Gaza dopo il lancio di un razzo – Abbonati
    • Gran Bretagna: secondo la stampa, due donne che si sono unite a Daech in Siria hanno perso la cittadinanza britannica – Abbonati
    • La Malesia espelle 6 egiziani e un tunisino – Abbonati
    • Marocco: Rabat ha rimpatriato otto jihadisti marocchini dalla Siria – Abbonati
    • Siria: l’offensiva finale contro Daech a Baghouz ancora sospesa a causa delle ultime evacuazioni di civili – Abbonati
    • Siria (16:00): fine dell’ultimatum dato dalle forze democratiche siriane a Daech per la “resa” dei suoi combattenti – Abbonati
    • Thailandia; sette bombe sono explose nel sud – Abbonati

     

    NEDERLANDS

    • Algerije: Opnieuw protesten in ondanks stilleggen openbaar vervoer – Abonnees
    • Gaza: Nieuwe Israëlische razzia’s op Gaza na raketvuur – Abonnees
    • Groot-Brittannië: Twee vrouwen die zich bij Daech in Syrië hebben aangesloten, hebben hun Britse nationaliteit verloren – Abonnees
    • Maleisië deporteert 6 Egyptenaren en een Tunesiër – Abonnees
    • Marokko: Rabat repatriëert acht Marokkaanse jihadisten uit Syrië – Abonnees
    • Syrië: het laatste offensief tegen Daech in Baghouz is nog steeds opgeschort vanwege de laatste civiele evacuaties – Abonnees
    • Syrië (16:00): Ultieme strijd tegen allerlaatste IS-bolwerk begonnen – Abonnees
    • Thailand; Zeven bommen ontplofte in het zuiden – Abonnees

     

    POLSKI

    • Algieria: Uczniowie szkół średnich zbierają się na ulicach przeciwko kandydaturze Boutefliki – Subskrybenci
    • Gaza: Siły powietrzne Tsahali uderzają w cele w Strefie Gazy – Subskrybenci
    • Wielka Brytania: Według doniesień prasowych dwie kobiety, które dołączyły do syryjskiego IS w Syrii, utraciły obywatelstwo brytyjskie – Subskrybenci
    • Malezja deportuje sześciu Egipcjan i jednego Tunezyjczyka – Subskrybenci
    • Maroko: Rabat repatriował ośmiu marokańskich dżihadystów z Syrii – Subskrybenci
    • Syria: Ostatnia ofensywa przeciwko IS w Baghausie jest nadal zawieszona z powodu niedawnej ewakuacji ludności cywilnej – Subskrybenci
    • Syria (1600 godzin): koniec terminu wyznaczonego przez Syryjskie Siły Demokratyczne na wydanie bojowników IS – Subskrybenci
    • Tajlandia; na południu eksplodowało siedem bomb – Subskrybenci

     

    PORTUGUÊS

    • Argélia: novos protestos apesar do bloqueio do transporte público – Assinantes
    • Gaza: Novos ataques aéreos israelenses em Gaza após o disparo de foguetes – Assinantes
    • Grã-Bretanha: Duas mulheres que se juntaram a Daech na Síria perderam sua nacionalidade britânica – Assinantes
    • Malásia expulsa 6 egípcios e um tunisino – Assinantes
    • Marrocos: Rabat repatriou oito jihadistas marroquinos da Síria – Assinantes
    • Síria: a ofensiva final contra Daech em Baghouz ainda suspensa devido às últimas evacuações civis – Assinantes
    • Síria (16:00): fim do ultimato dado pelas Forças Democráticas Sírias a Daech para a “rendição” de seus combatentes – Assinantes
    • Tailândia; Sete bombas explodiram no sul – Assinantes

     

    РУССКИЙ ЯЗЫК

    • Алжир: Старшеклассники собираются на улицах против кандидатуры Бутефлики — Подписчики
    • Великобритания: Две женщины, присоединившиеся к сирийскому ИГ в Сирии, лишились британского гражданства — Подписчики
    • Газa: ВВС Цaxaла нанесли удары по целям в секторе Газы — Подписчики
    • Малайзия депортирует 6 египтян и одного тунисца — Подписчики
    • Марокко: Рабат репатриировал из Сирии восемь марокканских джихадистов — Подписчики
    • Сирия: окончательное наступление на ИГ в Багхаузе по-прежнему приостановлено в связи с последней эвакуацией гражданского — Подписчики
    • Сирия (16 ч. 00 м.): окончание крайнего срока, установленного Сирийскими демократическими силами для «сдачи» боевиков ИГ — Подписчики
    • Таиланд; На юге взорвались семь бомб — Подписчики

     

     

  • https://www.frontlive-chrono.com - Mercredi 9 janvier 2019

    Imprimer

    Liban : la SG démantèle à Ersal une cellule de l’Etat islamique qui préparait des attentats

     

    Libye : les forces de la Rada révèlent les identités de terroristes recherchés lors des derniers attentats

     

    Libye: La justice ordonne l’arrestation de Belhadj : le début de la fin des Frères musulmans en Libye ?

     

    Syrie : Assassinat d’un commandant militaire du Hezbollah à Daraa

     

    Syrie: huit jihadistes étrangers capturés, dont un Américain de 16 ans et un Allemand, Lucas Glas

     
    Abonnement nécessaire pour lire les articles de Frontlive-Chrono 
    Trois options : 100€ pour un an / 60€ pour six mois ou 12€ par mois
     
     

  • Rien ne va plus dans la péninsule arabique : Grandes puissances, faites vos jeux !

    Imprimer

    Rien ne va plus dans la péninsule arabique : Grandes puissances, faites vos jeux !

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais)

    Décidément, l’Arabie saoudite n’arrive plus à se faire respecter par les Émirats de la Péninsule arabique. Signe, sans doute,  que cette puissance régionale est minée de l’intérieur, malgré l’arrivée fracassante sur les scènes nationale et régionale du prince Mohammed Ben Salmane, le nouvel homme fort du pouvoir saoudien.
    Le Qatar s’était déjà émancipé de l’influence saoudienne
    Malgré le blocus imposé par Riyad au Qatar, celui-ci résiste aux pressions économiques de ses voisins de la Péninsule arabique. Ce que reprochent le pouvoir saoudien aux Qataris, c’est qu’ils aient cherché à s’émanciper de sa tutelle. Doha a volontairement profité des révolutions de ce qu’on a appelé, un peu vite, le « printemps arabe » pour chercher à gagner en puissance et se poser en rival de Riyad. La chaîne de télévision qatarie al-Jazeera a été mise au service de tous les mouvements des Frères musulmans qui, à l’époque du déclenchement de ce vaste mouvement de contestation, représentait la seule véritable force politique dans nombre de pays arabes.  Et si le Qatar tient tête, c’est qu’il a trouvé en la Turquie, autre championne de la cause des Frères musulmans, un allié de poids. Le divorce entre Riyad et Doha est une aubaine pour Recep Tayyip Erdogan, le président turc, qui se voit tout d’un coup autorisé à aménager une base militaire turque dans le Golfe arabo-persique.
    Les Emirats arabes unis infligent un nouveau camouflet à l’Arabie saoudite
    Mais aujourd’hui, c’est d’un nouveau camouflet à la puissance saoudienne dont il s’agit. Voilà que ce petit Emirat a l’intention de créer au Yémen une république du Yémen du sud dont il pense qu’elle lui serait inféodée.  En effet, depuis dimanche 28 janvier 2018, les indépendantistes sudistes, armés par les Émirats arabes unis, se sont dressés contre le pouvoir du président Abd Rabbo Mansour Hadi, reconnu comme l’autorité légitime du Yémen par la communauté internationale avec la ferme intention de chasser les forces de Hadi hors d’Aden et de sa région pour fonder une nouvelle République du Yémen du Sud, comme celle-ci a existé entre 1967 et 1990.
    L’action de la coalition arabe dirigée par l’Arabie saoudite est un échec
    Voila bientôt trois ans que la coalition arabe dirigée par l’Arabie saoudite intervient sans succès au Yémen pour défaire une rébellion chiite (houthis) aidée par l’Iran, la puissance rivale de l’Arabie saoudite.  Il est clair que l’Arabie saoudite est incapable d’imposer sa loi à l’ensemble du Yémen face à une rébellion chiite déterminée, très bien organisée et très bien armée. Le royaume saoudien ne dispose tout simplement pas du personnel suffisant pour entreprendre une intervention au sol.
    Le prince héritier Ben Salmane a bien tenté de former une « alliance militaire islamique anti-terroriste » (lire anti-chiite) mais il n’a reçu que des refus polis des puissances qui disposaient de forces militaires nombreuses, comme le Pakistan et l’Egypte, qui auraient pu, éventuellement, engager sur le terrain un personnel nombreux..
    Quant aux forces locales alliées, elles sont trop fragiles et trop peu fiables en raison du jeu entre tribus, hommes forts (zouama) et rivalités de toutes sortes.
    Le président Abd Rabbo Mansour Hadi, réfugié en Arabie saoudite, ne contrôle même pas la ville d’Aden où son gouvernement s’est réfugié, n’arrive pas à progresser le long de la mer rouge pour prendre le port d’al-Hudaydah, piétine dans la province de Marib pour progresser vers Sanaa et est mis en échec dans ses tentatives de dégager la garnison gouvernementale encerclée dans la ville de Taëz.
    Le constat devient évident : l’action de la coalition internationale ne mène nulle part, sauf à mener une guerre sans fin dans ce pays désertique et pauvre parmi les pauvres.
    Ce constat, les autorités émiraties ont du le faire et trouver qu’il était temps de tirer leur épingle du jeu. Depuis des mois, ils ont armé et entraîné une force sudiste, soi-disant pour lutter contre les chiites houthis et contre les groupes jihadistes qui prospèrent dans le pays, al-Qaïda dans la Péninsule arabique (AQPA) et l’Etat islamique.
    Pourquoi les Emirats arabes unis prennent-ils le risque de s’affronter à Riyad ?
    Pour les Emirats, l’enjeu en vaut la chandelle. Si l’offensive des indépendantistes sudistes réussies, ils savent pouvoir compter sur l’alliance émiratie. En contrepartie, les Émirats auront à disposition le port d’Aden, éminemment stratégique là où mer rouge et océan indien se rencontrent.  Il ne reste plus qu’à convaincre le sultanat d’Oman de rester neutre, ce qu’il aspire de toute façon à être pour faire passer des convois terrestres ou maritimes entre les Emirats et le port d’Aden.
    Grandes puissances : Faites vos jeux !
    Les grandes puissances ne peuvent rester à l’écart de l’énorme partie de poker qui est en train de se jouer dans la région.  Les pays occidentaux, Etats-unis en tête, disposent de bases militaires et de centres de commandement dans toute la région, Arabie saoudite, Qatar, et Emirats arabes unis. La Russie est restée absente de cette région, malgré ses efforts pour entamer un dialogue « apaisé » avec les monarchies de la Péninsule arabique. Mais Moscou n’a certainement pas oublié que l’éphémère République du sud Yémen survivait grâce à l’assistance économique de l’Union soviétique. Si, donc, une république du sud Yémen revoit le jour, il est probable que ses dirigeants se tournent à nouveau vers Moscou pour bénéficier de son aide politico-économique. Après Tartous en Syrie, les Russes pourraient très vite disposer d’une nouvelle base à Aden et entamer par la même occasion un dialogue fructueux avec les Emirats arabes unis. Grandes puissances, faites vos jeux !

    Plus d'informations sur notre site web :

    https://www.frontlive-chrono.com