Frappes américaines contre les milices iraniennes

  • Syrie : Frappes de Tsahal sur des cibles à Alep, Lattaquié et Deir ezZor

    Imprimer

    (image d'archive)

    Mardi 6 septembre, peu après 20h00, les médias syriens ont fait état de frappes aériennes contre des cibles sur la partie militaire de l'aéroport d'Alep (Nayrab) et dans la région de Lattaquié. Damas affirme que les attaques ont été menées par l'armée de l'air israélienne. Cinq missiles auraient été tirés depuis la mer Méditerranée.

    L'agence d'État syrienne SANA affirme que les défenses aériennes syriennes ont pu abattre plusieurs missiles israéliens visant des cibles à Alep.

    Les médias de l'opposition syrienne ont confirmé que des cibles à Alep et à Lattaquié avaient été touchées par les avions de Tsahal. La piste de l'aéroport international d'Alep a été endommagée. Tous les vols entrants et sortants de l'aéroport d'Alep ont été transférés vers l'aéroport international de Damas, ce qu'a confirmé Sana.

    Selon les informations préliminaires, des objectifs appartenant aux forces pro-iraniennes ont été touchés.

    Il convient de noter qu'à Deir ezZor, au cours du mois de juillet, les frappes ont généralement été menées par les forces de la coalition dirigée par les États-Unis, et non par Tsahal.

    Il s'agit de la deuxième attaque attribuée à l'armée de l'air israélienne contre l'aéroport d'Alep au cours des sept derniers jours.

    Le 31 août, une frappe aérienne à l'aéroport d'Alep avait détruit des dépôts d'armes et de munitions des forces pro-iraniennes. Selon l'OSDH, un total de trois missiles avaient été tirés, atteignant leurs cibles avec précision, causant des dégâts importants. Le même jour, des installations militaires iraniennes à Masyaf avaient été attaquées. La piste de l'aéroport d'Alep avait également été endommagée, ce qui a été confirmé par des images satellites. Les images fournies  par la société israélienne ImageSat International, l'opérateur du satellite d'observation Eros-B et fournit des solutions de renseignement, ont permis de conclure que la frappe de la piste de l'aéroport d'Alep (contrairement, par exemple, aux récentes frappes sur la piste de l'aéroport de Damas) n'avait pas pour but de le désactiver pendant un long moment, mais n'a été menée que pour empêcher un avion iranien d'atterrir. Il s'agissait également d'un avertissement qu'à l'avenir, si des tentatives sont faites pour restaurer les dépôts d'armes des forces pro-iraniennes à Alep et leur livrer de nouvelles armes, la piste de l'aéroport pourrait être détruite de manière plus importante.

    L'aéroport d'Alep est d'une grande importance pour le Corps des Gardiens de la Révolution Islamique d'Iran (CGRI) qui l'utilise pour transporter des armes et des experts militaires d'Iran vers le sud de la Syrie  et le Liban.

  • Syrie : Une base militaire américaine à nouveau frappée en Syrie

    Imprimer

    Selon l'agence étatique syrienne SANA, pour la deuxième fois en une journée, une base de la province de Deir ezZor, où sont stationnées des troupes américaines, a été la cible d'une attaque au missile. La base est située près du champ pétrolifère de "Konoko".

    Le 25 août au matin, le Commandement central américain (Centcom) a signalé qu'à la suite du bombardement par des militants pro-iraniens des bases de Green Village et de Konoco dans le nord-est de la Syrie, trois militaires américains avaient été blessés.

    Il y a eu des frappes de représailles. Cibles atteintes. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, au moins neuf miliciens pro-iraniens ont été tués.