Foutouri

  • Burkina Faso : 5 soldats tués par l'explosion d'une mine dans l'Est

    Imprimer

    Au moins 5 soldats burkinabè ont été tués par l'explosion d'un engin explosif improvisé (IED) dans la localité de Kirgou-Peulh dans la province de la Komandjari dans l'Est du Burkina Faso. Les troupes burkinabè opéraient à partir de Foutouri dans le cadre de l'opération conjointe burkinabé-nigérienne "Taanli 2".
    FF4K_LlWQAABG_T.jpeg

    "Une patrouille du détachement militaire de Foutouri a heurté dimanche, un engin explosif improvisé dans la localité de Kirgou-Peulh (Est). Le bilan provisoire selon les infos est de 5 militaires tués", a rapporté la plateforme de suivi des attaques terroristes au Burkina Faso "Sahel Security".

    L'attaque a également fait au moins 5 blessés, selon les médias locaux burkinabè.

    Depuis 2015, le Burkina Faso est la cible d'attaques terroristes ayant fait de nombreuses victimes et plus de 1,4 million de déplacés internes.

    La situation s'est dégradée ces dernières semaines dans plusieurs régions du pays provoquant des mouvements de contestation.

    Des organisations de la société civile ont annoncé une manifestation le dimanche 12 décembre 2021.

    Pour sa part, le président burkinabè a procédé à une vague de remplacement au sein de la hiérarchie militaire.

    Dans la foulée il a lancé le recrutement de 3000 soldats de rang pour renforcer les effectifs des troupes.

  • Burkina Faso : Plus d'une dizaine de civils tués par des hommes armés dans l'est du pays

    Imprimer

    On déplore un nouveau massacre de civils par plusieurs hommes armés dans le village de Kodyel ( département de Foutouri dans la province de Komondjari), à l'est du Burkina Faso, ce lundi 3 mai 2021.

    "Le bilan provisoire fait état de deux Volontaires pour la Défense de la Patrie (VDP) tombés, de plus d'une dizaine de populations civiles tuées, de nombreux blessés enregistrés et de plusieurs concessions et greniers incendiés", a écrit le gouverneur de la région de l’Est, le Colonel Saidou T. P.Sanou dans un communiqué. Selon plusieurs sources, le nombre de victimes décédées se monterait en fait à une trentaine.

    Selon la même source, le Centre de Santé et de Promotion Sociale (CSPS) de ladite localité a été saccagé et des produits pharmaceutiques emportés par les assaillants.

    Tout en condamnant une "attaque lâche et barbare" le gouverneur a indiqué qu’une opération de ratissage était en cours dans la zone.

    L 'attaque n’a pas été revendiquée pour l'instant.

    La région de l’Est burkinabè frontalière avec le Niger, le Mali et le Bénin abrite une grande réserve faunique infestée par des groupes terroristes, qui tentent également d’exploiter les sites miniers artisanaux et les ressources fauniques pour le financement de leurs activités, selon les autorités burkinabè.

    Mardi dernier, dans la même région, deux journalistes européens Espagnols et un Irlandais travaillant dans la protection de l’environnement avaient été tués, après avoir été portés disparus la veille au cours d'une embuscade, tendue contre une unité mixte anti braconnage.

    Débutées depuis avril 2015 au Burkina Faso, les attaques terroristes qui ont fait à ce jour de nombreuses victimes civiles et militaires ainsi que des milliers de déplacés, se sont multipliées ces derniers jours au Burkina Faso, notamment contre les civils.

    Depuis quelques jours, dans des vidéos devenues virales sur les réseaux sociaux, on peut voir des hommes, présentés comme des terroristes portant des armes, sillonner les villages où ils tiennent des rencontres avec les villageois. Ils demandent à ces villageois de rejoindre leur lutte.
    Carte.jpeg

    Lien permanent Catégories : BURKINA FASO, Foutouri, Kodyel 0 commentaire