Forces de Sécurité Intérieure (FSI)

  • Liban : Trois attentats-suicides de l'Etat islamique déjoués dans le bastion du Hezbollah

    Imprimer

    Le Liban a déclaré, mercredi 23 février 2022, avoir déjoué trois attentats-suicides qu'un réseau lié à l'État islamique avait prévu de perpétrer contre des centres religieux dans le fief du Hezbollah dans la banlieue sud de Beyrouth.

    Le ministre de l'Intérieur Bassam al-Mawlawi a déclaré qu'"un groupe terroriste d'affiliation palestinienne qui recrute des jeunes hommes pour commettre des attentats-suicides avec des ceintures explosives et des grenades propulsées par roquettes a été arrêté" par les forces de sécurité intérieure.

    Mawlawi a ajouté, lors d'une conférence de presse au siège des Forces de sécurité intérieure à Beyrouth, que les bombardements, s'ils avaient eu lieu, auraient "fait de nombreuses victimes."

    Les Forces de sécurité intérieure ont déclaré avoir pu recruter une source au sein de "groupes de communication" travaillant pour l'organisation islamiste. Ce dernier a reçu des instructions d'un responsable de l'organisation résidant dans le camp de réfugiés palestiniens d'Ain al-Hilweh au sud du Liban, et en contact avec l'organisation en Syrie.

    L'opérateur s'est chargé de communiquer et de coordonner les attaques avec la source recrutée par les Forces de sécurité intérieure. Le 7 février, ce dernier a été chargé de "mener trois opérations d'immersion simultanées dans la banlieue sud de Beyrouth" contre trois cibles qu'il a identifiées dans le complexe Al-Kadhim dans le quartier Madi, le Husseiniya Al-Nasser à Ouza'i , et le complexe Al-Laylaki.

    Il a été informé des consignes quelques jours après avoir reçu trois gilets explosifs, deux grenades à main et une somme d'argent, selon les Forces de sécurité intérieure.

    Le 16 février, l'opérateur a demandé la mise en œuvre "des opérations d'indulgence dans les prochains jours" et "un clip vidéo des trois auteurs, avec le drapeau (le drapeau de l'État islamique) dressé derrière eux, dans lequel ils déclaraient que l'opération était un hommage au sang du calife Abu Ibrahim al-Qurashi.

    Le chef de l'Etat islamique, Abu Ibrahim al-Qurashi, a été tué dans la nuit du 2 au 3 février 2022, lors d'une opération menée par les forces spéciales américaines dans le nord-ouest de la Syrie.

    Les Forces de sécurité intérieure ont identifié quatre personnes ayant participé à la préparation des attentats et à la remise des armes, résidant au camp d'Ain al-Hilweh. Selon le ministre de l'Intérieur, deux personnes ont été arrêtées dans cette affaire.

    Le camp d'Ain al-Hilweh est le camp le plus densément peuplé du Liban et est connu pour abriter des groupes djihadistes et hors-la-loi, ainsi que des groupes paramilitaires aux références multiples. Les forces de sécurité libanaises n'entrent pas dans les camps en vertu d'un accord non divulgué entre l'Organisation de libération de la Palestine et les autorités libanaises.

    Depuis 2013, le Liban a connu plusieurs attentats à la bombe qui ont fait des dizaines de morts, dont certains revendiqués par des jihadistes, et qui ont spécifiquement visé la banlieue sud de Beyrouth, dont un double attentat suicide en novembre 2015 revendiqué par l'État islamique.

     

     

  • Liban : Un passeur suspecté d'appartenir à l'Etat islamique arrêté au Liban-nord

    Imprimer

    Un passeur actif à la frontière entre le Liban et la Syrie et suspecté d'appartenir à l'organisation terroriste Etat islamique a été arrêté au Liban-nord par la police judiciaire de Halba, rapportent lundi les Forces de sécurité intérieure (FSI).

    Selon un communiqué des FSI, le suspect, M. A., un Libanais de 33 ans, a été localisé le 9 février dans un appartement situé à Aamayer, dans la localité de Wadi Khaled. Il a été arrêté le jour même alors qu'il se trouvait en compagnie de deux individus syriens. Il s'est avéré que ces derniers étaient entrés illégalement sur le territoire libanais. Le suspect a reconnu durant son interrogatoire avoir accepté des sommes d'argent pour faire entrer clandestinement des personnes depuis la Syrie voisine.

    La frontière entre le Liban et la Syrie est poreuse, et les autorités libanaises ont du mal à lutter contre les trafics humains et d'autres contrebandes.

  • Liban : Arrestation d'un jihadiste de l'Etat islamique qui préparait un attentat dans le Akkar (Nord)

    Imprimer

    Les Forces de sécurité intérieure (FSI) ont annoncé, mardi 2 novembre 2021, avoir arrêté dans le Akkar (Liban-Nord) un Libanais appartenant au groupe terroriste Etat islamique (Daech), qui comptait commettre un attentat contre un site religieux de la région. 

    Le jihadiste, âgé de 17 ans, a avoué, lors de l'enquête, avoir rejoint l'Etat islamique et rassemblé du matériel pour préparer des engins explosifs. Il a ajouté qu'il était entré en contact avec un ressortissant syrien membre de l'Etat islamique et qui ne vit pas au Liban, précisant qu'il comptait commettre un attentat contre un site religieux du Akkar, en utilisant un scooter. 

    Les FSI, qui ont saisi des grenades dans un entrepôt proche du domicile du jihadiste, et l'armée libanaise effectuent régulièrement des perquisitions pour arrêter des terroristes et démanteler des cellules islamistes dormantes.

  • Liban : Affrontements entre l'armée libanaise et des terroristes à Wadi Khaled

    Imprimer

    Des affrontements ont eu lieu samedi 26 septembre entre l'armée libanaise et un groupe syrien armé à Wadi Khaled, rapporte la LBCI.
    Certaines informations mentionnent que l'opération a commencé lorsqu'une unité de la Branche de renseignement des Forces de Sécurité Intérieure (FSI) est tombée sur un groupe armé syro-libanais, ce qui a provoqué des affrontements dans la région d'Al-Fard, après quoi l'armée libanaise est intervenue en soutien. Les éléments armés étaient retranchés dans une maison isolée à la périphérie de la ville d'Al-Fard à Wadi Khaled.
    Selon la chaîne, le groupe est accusé de préparer des attentats terroristes. L'armée n'a pas publié de communiqué à ce sujet.

    Dernières informations :
    L'armée libanaise a annoncé la fin de l'opération de sécurité à Wadi Khaled au Akkar avec la mort de 13 terroristes. D'autres sources affirment que 15 éléments armés auraient été tués et 15 autres arrêtés, tandis que deux membres du groupe terroriste auraient réussi à prendre la fuite. Les éléments de la force de frappe sillonnent actuellement la zone à leur recherche.

    Selon des informations, deux terroristes se sont fait exploser pour empêcher leur arrestation par l'armée libanaise.

    Selon les agences de presse libanaises, la «force de frappe» de la Branche de renseignement des Forces de sécurité intérieure était à la poursuite à Wadi Khaled du groupe lié à Khaled al-Talawi, qui a été abattu par l'armée libanaise il y a quelques jours après avoir tué 3 militaires.

    La radio «Voice of Lebanon» a rapporté que le Régiment des frontières terrestres avait envoyé des véhicules blindés et avait mis en place un cordon de sécurité autour de la zone de combats.

    On a appris dernièrement que l'armée et la Division de renseignement des FSI poursuivaient un certain nombre de terroristes sur les hauteurs d'Al-Hisha

    À son tour, Al-Mayadeen TV a rapporté que «le groupe armé est l'une des cellules affiliées au groupe Khaled al-Talawi, qui est associé à l'Etat islamique.

    Les sources ont précisé que la force de frappe de la Division du renseignement des FSI avait mené un raid sur un lieu où se réunissaient des membres de 3 cellules terroristes dans une zone isolée de la périphérie de la ville d'Al-Fard à Wadi Khaled - Akkar à la frontière libano-syrienne.

    Voir la vidéo des affrontements

  • Liban : Un kamikaze syrien se fait sauter pendant une perquisition des forces de sécurité au nord Liban

    Imprimer

    Une personne s'est fait exploser alors que les forces de sécurité libanaises assiégeaient un camp de réfugiés syriens dans la région d'Akkar, au nord du Liban.

    Al-Jadid TV a déclaré que l'explosion avait fait des morts et des blessés. L'attentat suicide a eu lieu lors d'une opération sécuritaire menée par les forces spéciales de la Branche de renseignement. Un syrien s'est fait exploser dans une petite pièce de la zone d'Al-Futuh, située entre Khirbet Dawood et Al-Bireh dans la région du Akkar.

    Le maire de Khirbet Daoud a expliqué que l'explosion n'était pas à proximité de la localité de Khirbet Daoud, et que l'explosion s'est produite au moment où un raid était mené, le matin, par les forces spéciales.

    Il a déclaré: Nous ne savons pas encore si l'explosion a été causée par l'explosion d'une bombe ou si l'homme s'est fait sauter, indiquant seulement que la chambre appartenait à une personne de la ville d'Ain al-Zayt, sans préciser s'il la lui avait louée.

    Pour sa part, l'Agence nationale de presse a rapporté qu'une force de la Division de renseignement des Forces de sécurité intérieure (FSI) à Beyrouth avait fait une descente tôt lundi matin dans une pièce où se trouvait un réfugié syrien dans la localité d'Amiriya et Al-Bireh - Akkar. La perquisition étaie effectuée dans le contexte du récent crime de Kuftoun Koura ( trois hommes avaient été tués), selon l'Agence nationale d'information.

  • Liban, deux Syriens arrêtés alors qu’ils planifiaient des attaques contre des églises et des femmes chrétiennes

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe)deDeutsch (Allemand) esEspañol (Espagnol) itItaliano (Italien)nlNederlands (Néerlandais)

    Les forces de sécurité intérieure libanaises ont arrêté deux Syriens soupçonnés d’avoir des liens avec l’État islamique et de planifier des attentats à la bombe contre des églises et d’attaquer des femmes chrétiennes.
    C’est ce qu’a rapporté, lundi 17 juin, les forces de sécurité intérieure libanaises dans un communiqué de presse.
    « Dans le cadre des opérations de sécurité préventive menées par la Division de l’information sur la surveillance des activités des cellules terroristes, en particulier celles associées au groupe terroriste de l’État islamique, la Division a pu surveiller et identifier un résident du Sud-Liban qui a diffusé l’idéologie de l’Etat islamique sur les médias sociaux et recruté des personnes pour son propre compte », dit-elle.
    Le suspect a été identifié comme étant Z.M., un citoyen syrien vivant dans la ville de Yater, au sud du Liban. Au cours de l’enquête, l’homme a avoué avoir eu des liens avec l’Etat islamique et avoir fait la promotion de son idéologie par une série de canaux et d’applications en ligne. Il a également admis qu’il avait des liens avec des personnes à l’extérieur du Liban qui l’ont aidé à créer des pages de réseautage social pour promouvoir l’idéologie de l’Etat islamique.

    Liste des articles publiés sur Frontlive-Chrono le mardi 18 juin 2019

    • Etats-Unis: Tensions avec l’Iran: Washington envoie 1.000 militaires de plus au Moyen-Orient – Abonnés
    • Irak : une base militaire américaine a essuyé des tirs dans la région de Bagdad – Abonnés
    • Liban, deux Syriens arrêtés alors qu’ils planifiaient des attaques contre des églises et des femmes chrétiennes – Lecture libre
    • Maroc : une cellule liée à l’Etat islamique démantelée, cinq arrestations – Abonnés
    • Syrie : au moins 45 combattants tués dans des affrontements – Abonnés
  • Liban : Affrontements à Bourj Brajné (sud de Beyrouth) - 24 avril 2016

    Imprimer

    Blog sur le Moyen Orient et l’Afrique du nord du 24 avril   2016
    Extrait de la newsletter publiée par Jean René Belliard le samedi 23 avril sur les évènements du Moyen Orient, d’Afrique du Nord et du Sahel. La totalité de la newsletter est envoyée contre abonnement.
    Pour s’abonner, écrire à :

    ptolemee@belliard74.com

    Lire la suite