forces de Libération d'Afrin

  • Syrie : Au moins 5 morts dans une explosion à Afrin sous contrôle turc

    Imprimer

    Au moins 5 personnes ont été tuées et des dizaines d'autres blessées par l'explosion d'un camion piégé dans  la ville d'Afrin, au nord d'Alep.

    Le véhicule piégé était garé près du marché d'al-Hal qui est généralement très fréquenté. Ce secteur est sous le contrôle de rebelles syriens pro-turcs du groupe Armée Nationale Syrienne (ANS). L'explosion a eu lien non loin du siège de Jaysh al-Islam (Armée islamique).

    Afrin a été le théâtre de nombreuses attaques, soit aux engins explosifs improvisés (IED), ou aux voitures et motos piégées. 

    Plus tôt dans la matinée, les forces kurdes auraient tiré plusieurs obus de mortier visant les positions turques situées près de la ville frontalière de Karkamysh. Aucune victime n'a été signalée.

    L'attaque d'Afrin intervient après que deux officiers turcs aient été tués lors d'une attaque à la roquette guidée dans le nord d'Alep le 10 octobre.

    Des groupes de guérilla kurdes, dont les Forces de libération d'Afrin, mènent des insurrections à Afrin et dans d'autres zones occupées par les Turcs dans le nord de la province d'Alep depuis plusieurs années, depuis l'invasion des forces turques.

     

  • Syrie : Des militants kurdes tuent 12 rebelles syriens pro-turcs

    Imprimer

    Jeudi 22 juillet 2021, les "Forces de libération d'Afrin" kurdes dans le nord de la Syrie ont revendiqué une série d'opérations dans et autour de la ville d'Afrin, tuant 12 rebelles syriens pro-turcs.

    Un communiqué des "forces de lbération d'Afrin" a déclaré que « le 16 juillet, les unités du martyr Avesta avaient mené une opération dans le village d'Alamdar dans le district de Rajo. L'opération a entraîné la mort de 3 mercenaires et la blessure d'un mercenaire. Le 18, nos forces ont mené une opération dans le quartier d'Al-Filat, au centre de la ville d'Afrin. Au cours de l'opération, nos forces ont détruit une voiture et deux mercenaires ont été blessés."

    Le communiqué ajoute : « Le 19 juillet, nos forces ont mené une opération dans la ville d'al-Bab contre l'occupation et ses mercenaires, et cette opération a causé des dommages à deux véhicules équipés de mitrailleuses Douchka, en plus de la mort de 7 mercenaires et la blessure de 5 autres. Le même jour, une autre opération a été menée dans le village de Kaljibrin de la ville d'Azaz au cours de laquelle deux mercenaires ont été tués et un autre blessé.

    Les « Forces de libération d'Afrin » ont confirmé que ces opérations avaient entraîné « la mort de 12 mercenaires et blessé 9  autres». Elles ont indiqué qu'"elles aient été menées en représailles aux actions inhumaines de l'occupation turque contre les tombes des martyrs d'Afrin".
    Les rebelles pro-turcs ont en effet détruit les tombes de :
    -14 combattants YPG
    -12 des YPJ
    - 5 membres des forces de l’ordre
    - 3 organisation Cebhet El-Ekrad
    - 1 membre de l’Union d’autodéfense
    - 5 civils
    - Les 31 autres corps sont ceux de civils et de combattants non identifiés.

  • Syrie : Deux véhicules détruits par des missiles guidés à Afrin, occupée par les Turcs

    Imprimer

    Mercredi 28 avril, une attaque aux missiles guidés antichars (ATGM) a ciblé la zone d'Afrin occupée par la Turquie dans le nord de la Syrie.

    Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) et plusieurs autres sources, deux véhicules ont été pris pour cible par des ATGM dans la ville de Bosoufane, dans le sud d'Afrin. La ville est une plaque tournante pour les trafiquants de drogue et d'armes.

    Les deux véhicules étaient des SUV Hyundai Santa Fe. Ce modèle est préféré par les commandants militants. Jusqu'à présent, aucune victime n'a été signalée.

    L'attaque est vraisemblablement le fait des forces kurdes, qui contrôlent une bande de terre au sud d'Afrin. Les forces gouvernementales syriennes et quelques unités de la police militaire russe y sont également présentes.

    C'est la deuxième attaque de ce genre cette semaine. Le 26 avril, les Forces de libération d'Afrin, l'un des nombreux groupes de guérilla kurdes actifs dans le sud d'Afrin, ont pris pour cible un pick-up des forces turques avec un ATGM près de la ville de Bosoufane. Une vidéo de l'attaque a été publiée le 28 avril.

    L'armée turque et les rebelles syriens pro-turcs  ont occupé Afrin au début de 2018 à la suite d'une brève bataille avec les unités de libération du peuple kurde (YPG) et les unités de protection des femmes (YPJ).

    Depuis lors, la situation à Afrin est instable et les incidents sécuritaires sont récurrents.

    Vidéo

  • Syrie : Un mort et 10 blessés lors de combats entre rebelles pro-turcs à Afrin

    Imprimer

    Tard, samedi 27 mars, de violents affrontements ont éclaté entre des rebelles pro-turcs dans la région d'Afrin occupée par l'armée turque. Afrin se trouve  dans le nord d'Alep.

    Des militants de la division Hamza se sont affrontés avec un groupe qui a récemment quitté la division et a rejoint le Sham Corps. Les causes des affrontements n'ont pas encore été révélées, mais elles auraient été personnelles.

    Les affrontements ont éclaté dans le district de Bassouta et se sont ensuite étendus pour atteindre les villages voisins de Burj Bdalu, Kafr Zait et Ayn Dara.

    À la suite d'une intervention de la «police militaire», un organe chargé de l'application de la loi soutenu par la Turquie, et du soi-disant «comité conjoint de restitution des droits», les affrontements ont pris fin. La division Hamza et le Sham Corps, deux factions de l'Armée Nationale Syrienne, sont parvenus à un règlement.

    Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), un militant de Sham Corps a été tué. Dix autres militants des deux côtés ont été blessés.

    Les factions soutenues par la Turquie s'affrontent régulièrement dans les parties occupées du nord et du nord-est de la Syrie. Malgré le contrôle total de ces factions, Ankara ne prend aucune mesure pour les empêcher de s'affronter.

    L'armée turque riposte à une attaque des Forces de Llibération d'Afrin (Kurdes)
    Par ailleurs, l'armée turque et les miliciens pro-turcs de l'Armée Noationale Syrienne ont bombardé Shaalah et Zoyane à l'ouest d'Al_Bab après que les forces de libération d'Afrin aient attaqué des positions des miliciens pro-turcs  à Hawzan.

     

  • Syrie : Un soldat turc tué lors d'une attaque de combattants kurdes dans le nord ouest de la Syrie

    Imprimer

    Un soldat turc a été tué lors d'une attaque des forces kurdes dans le nord-ouest de la Syrie le jeudi 3 décembre, a annoncé le ministère turc de la Défense.

    L'attaque visait une position militaire turque près de la ville de Xezwe dans le nord-ouest d'Alep. Le ministère de la Défense turc a affirmé que les troupes avaient riposté, neutralisant six des assaillants.

    L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a rapporté que trois autres militaires turcs avaient été blessés dans l'attaque.

    Selon la déclaration du ministère de la Défense turc, des opérations étaient toujours en cours dans les environs de Xezwe avec le soutien de drones.

    La Turquie a affirmé que l'attaque avait été menée par les unités de protection du peuple kurde, YPG. Cependant, des sources kurdes ont déclaré que les Forces de libération d'Afrin (ALF) étaient à l'origine de l'attaque.

    En septembre, l'ALF avait déjà ciblé la position turque à Xezwe avec plusieurs missiles guidés antichar. L'attaque avait blessé plusieurs militaires et a entraîné de lourdes pertes matérielles.

    L'ALF a été formée suite à l'occupation turque d'Afrin en 2018. Depuis lors, le groupe kurde a mené des dizaines d'attaques contre l'armée turque et ses mandataires dans le nord-est, le nord et le nord-ouest d'Alep. Plusieurs militaires turcs et des dizaines de militants syriens ont été tués par le groupe.

  • Syrie : La guérilla kurde revendique la responsabilité d'une attaque contre un poste turc dans le "grand Edleb"

    Imprimer

     

    Ehy5WlkWsAEmBRm.jpeg

    Les Forces de libération d'Afrin (ALF) ont revendiqué la responsabilité de la récente attaque d'un poste d'observation militaire turc dans le "Grand Edleb".

    Un certain nombre de roquettes ont visé le poste, qui est situé près de la ville de Xezwe dans le nord-ouest d'Alep, le 12 septembre dans l'après-midi. L'attaque a causé de graves dégâts matériels. Plusieurs membres des services turcs ont été blessés.

    "Le 12 septembre, nos forces ont mené une opération visant un poste de l'armée d'occupation turque dans la ville de Xezwe, dans le district de Jandaris", a déclaré l'ALF dans un bref communiqué publié le 13 septembre.

    Le groupe de guérilla kurde a déclaré qu'il révélerait les résultats de l'attaque du poste de Xezwe et qu'il diffuserait une vidéo de l'opération.

    L'armée turque a répondu à l'attaque de l'ALF en bombardant les villes d'Aqiybah, Sughanka et Burj al-Qas, tenues par les Kurdes. Plus tard, une deuxième attaque a visé le même poste militaire turc. Cette fois, cependant, aucune perte n'a été signalée.

    L'ALF a été formé après l'occupation d'Afrin par les forces turques en 2018. Depuis lors, le groupe kurde a mené des dizaines d'attaques contre l'armée turque et les rebelles syriens pro-turcs dans le nord-est, le nord et le nord-ouest d'Alep. Des dizaines de combattants soutenus par la Turquie ont été tués par le groupe.

    L'attaque du poste de Xezwe a été l'une des opérations les plus audacieuses de l'ALF. Le succès de cette attaque prouve que le groupe kurde s'efforce de développer ses capacités.

    Vidéo de l'attaque d'un poste turc dans la province d'Alep (12 septembre)