Forces de Défense Nationale (FDN)

  • Украина: Сирийские мерценарии не были замечены в участии в боевых действиях в Украине, вопреки предыдущим заявлениям

    Imprimer

    О том, что на стороне РФ в Украине воюют наемники из Сирии, в марте сообщали многие СМИ. Говорилось о сотнях или даже тысячах сирийцах, которые то ли уже отправлены на "украинский фронт", то вскоре туда отправятся. Но источники NEWSru.co.il, специализирующиеся на теме участия сирийских граждан в вооруженных конфликтах, передают, что в настоящее время сирийцы, по всей видимости, не участвуют в боевых действиях против Украины.

    Информация по этому поводу противоречива. Официальных подтверждений нет ни с сирийской, ни с российской, ни с украинской стороны. Данная тема практически не обсуждается сирийскими государственными СМИ. Так, например, госагентство SANA не опубликовало ни одного сообщения по поводу возможной отправки бойцов армии Башара Асада в Украину, хотя публиковало утверждения о том, что в Украине против армии РФ воюют некие "сирийские террористы".

    Военнослужащим и боевикам сирийских формирований, лояльных России, обещали солидный (по меркам Сирии) гонорар за выполнение полицейских функций в Украине. Однако очевидно, что функции "полиции" в Украине сирийцы не могут выполнять, прежде всего, из-за незнания украинского языка и местных реалий. Малоэффективны сирийцы и как воины, так как привыкли воевать в совершенно других природных условиях. Не говоря уже о сложностях взаимодействия сирийцев с военными, не говорящими по-арабски.

    В начале марта западные СМИ сообщали, что российские военные вербуют в Сирии и некоторых других странах Ближнего Востока наемников для войны против Украины, предлагая им "гонорар" 1500-2000 долларов в месяц. 7 марта официальный представитель Пентагона Джон Кирби в интервью ведущему телеканала CNN Джейку Тапперу подтвердил: в американском оборонном ведомстве считают, что "президент России Владимир Путин пытается завербовать иностранных боевиков", в частности из Сирии, для войны в Украине.

    11 марта министр обороны России Сергей Шойгу объявил на заседании Совета безопасности РФ, что его ведомство получает "огромное количество заявок от разного рода добровольцев из разных стран, которые хотели бы приехать в Луганскую и Донецкую народные республики для того, чтобы участвовать в том, как они считают, освободительном движении". "Самое большое количество – из стран Ближнего Востока: уже более 16 тысяч заявок", – тогда сказал Шойгу. Президент РФ Владимир Путин отреагировал на это так: "Если вы видите, что есть люди, которые хотят на добровольной основе, тем более не за деньги, приехать и оказать помощь людям, проживающим на Донбассе, – ну, что же, надо пойти им навстречу и помочь перебраться в зону боевых действий".

    Вскоре после этих заявлений стало известно, что Россия открыла в Сирии, на подконтрольной Башару Асаду территории, 14 центров вербовки наемников. Центры вербовки действуют в Дамаске, Алеппо, Хаме, Ракке, Дир аз-Зуре, сообщали СМИ.

    14 марта генеральный штаб вооруженных сил Украины заявлял, что около 400 сирийских наемников, собирающихся воевать против Украины, прибыли в РФ. Сообщалось, что после непродолжительной подготовки наемников планируется доставлять с авиабазы Хмеймим самолетами на авиабазу в Московской области. Отмечалось, что среди наемников члены так называемого "Ополчения национальной обороны" и подразделения 5-го корпуса вооруженных сил Сирии. При этом украинская разведка заявляла, что Россия обещает ежемесячно выплачивать иностранным наемникам суммы от 300 до 600 долларов США (хотя первоначально назывались суммы от 1500 до 2000 долларов США в месяц).

    17 марта главное управление разведки при министерстве обороны Украины передавало, что недавно из России на военную базу "Хмеймим" в Сирии прибыли более 30 человек (в сообщении они были названы "боевиками"), получивших ранения в ходе боевых действий на украинской территории. Утверждалось, прибытие этих раненых снижает боевой дух сирийцев, которые еще недавно намеревались ехать в РФ для последующей отправки на территорию Украину. Отмечалось, что при вербовке российские военные уверяли сирийцев, что в Украине они будет исполнять исключительно полицейские функции на оккупированных территориях, однако наемников якобы отправляли в зоны боевых действий. Документально эта информация не была подтверждена, сирийские источники о возвращении из Украины раненных сирийцев не сообщали.
    ГУР минобороны Украины уведомлял, что 15 марта для участия в боевых действиях против украинцев с военной базы "Хмеймим" в РФ было направлено 150 наемников. В дальнейшем планировалось отправлять по 300 наемников ежедневно. В общей сложности минобороны РФ рассчитывало, что для участия в войне против Украины будут завербованы до 40 тысяч сирийских наемников (соответствующее обещание дал президент Сирии Башар Асад).

    Но 22 марта украинская военная разведка сообщила, что Сирия проваливает план привлечения боевиков к войне против Украины на стороне РФ. Тогда поступили сведения о встрече между командующим 8-й бригадой в южной сирийской провинции Дараа полковником Насимом Абу Ирра и генералом вооруженных сил РФ Александром Журавлевым (выполняет функции командующего российской группировкой в южных провинциях Сирии). Во время встречи российский генерал потребовал сформировать и предоставить список имен и личной информации боевиков из подразделений Абу Ирра и сил обороны Сирии, которые готовы к участию в войне против Украины. На что сирийский полковник не дал четкого ответа, пообещав выйти на связь после консультаций "с другими представителями руководящего состава 8-бригады".

    Неделю назад базирующаяся в Лондоне мониторинговая группа The Syrian Observatory for Human Rights (SOHR) сообщала, что из России в Сирию вернулась группа сирийских военных, которые находились там в командировке, связанной с инициативой об отправке сирийских наемников в Украину. После этого проводились учения, в которых участвовали около 700 российских и сирийских военнослужащих, в том числе из состава так называемых "Сил Тигра" (25-й дивизиции специального назначения армии Асада), которыми командует полковник Сухель аль-Хасан. Учения проходили на авиабазе "Хмеймим" (провинция Латакия, запад Сирии), а также в провинции Идлиб и в восточной части провинций Хомс и Хама. В частности, отрабатывались десантирование с вертолетов и прыжки с парашютами. Судя по информации SOHR, "Силы Тигра" могут быть направлены в Украину, если поступит соответствующая просьба со стороны Москвы. Но сведений о том, что эти сирийские военнослужащие воюют на территории Украины, ни из российских, ни из украинских источников не поступало.

    При этом 31 марта американское издание The New York Times писало, что "первый контингент (сирийских) солдат прибыл в Россию для прохождения военной подготовки перед отправкой в Украину". Речь шла о не менее 300 сирийских военнослужащих, к которым в будущем могут присоединиться дополнительные сирийские силы.

    За последнюю неделю в украинских СМИ не было ни одной публикации об участии сирийцев в боевых действиях против Украины. Не сообщали о подобном и российские СМИ. Складывается впечатление, что тема "сирийских добровольцев", поднятая около месяца назад Сергеем Шойгу, была очередной пиар-акцией Кремля для демонстрации якобы имеющей место "международной" поддержки "спецоперации" против Украины. Но даже если в итоге сирийские военные или боевики ливанской "Хизбаллы" (под видом "сирийцев"), прошедшие подготовку на российских базах, будут направлены в Украину, это не сыграет никакой значительной роли в исходе данной войны.

     

  • Ukraine : Les mercenaires syriens n'ont pas été vus participant aux combats en Ukraine, contrairement.à des affirmations antérieures

    Imprimer

    L'information selon laquelle des mercenaires syriens combattaient aux côtés de la Fédération de Russie en Ukraine avait été rapporté en mars par de nombreux médias. On parlait de centaines, voire de milliers de Syriens, déjà envoyés sur le « front ukrainien » ou qui allaient bientôt s'y rendre. Mais à l'heure actuelle, les Syriens n'ont pas été repérés participant pas aux hostilités contre les forces ukrainiennes.

    Il n'y a aucune confirmation officielle du côté syrien, russe ou ukrainien. Ce sujet n'est pratiquement pas abordé par les médias d'État syriens. Ainsi, par exemple, l'agence d'État SANA n'a pas publié un seul message sur l'envoi possible de combattants de l'armée de Bachar al-Assad en Ukraine, bien qu'elle ait publié des allégations selon lesquelles certains "terroristes syriens" se battaient contre l'armée russe en Ukraine.

    Les militaires et les militants des formations syriennes fidèles à la Russie se sont vu promettre une solide rémunération (selon les normes de la Syrie) pour exercer des fonctions de police en Ukraine. Cependant, il est évident que les Syriens ne peuvent remplir les fonctions de "police" en Ukraine, principalement en raison de leur ignorance de la langue ukrainienne et des réalités locales. Les Syriens sont également inefficaces en tant que guerriers, car ils sont habitués à se battre dans des conditions naturelles complètement différentes. Sans parler des complexités de l'interaction des Syriens avec les militaires, qui ne parlent pas arabe.

    Début mars, les médias occidentaux avaient rapporté que l'armée russe recrutait des mercenaires en Syrie et dans d'autres pays du Moyen-Orient pour la guerre contre les forces ukrainiennes, leur offrant une « redevance mensuelle » de 1 500 à 2 000 dollars. 

    Le 7 mars, le porte-parole du Pentagone, John Kirby, dans une interview accordée à l'animateur de CNN TV, Jake Tupper, avait confirmé que le ministère américain de la Défense estimait que « le président russe Vladimir Poutine essayait de recruter des combattants étrangers », notamment de Syrie, pour la guerre en Ukraine. 

    Le 11 mars, le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, avait annoncé lors d'une réunion du Conseil de sécurité de la Fédération de Russie que son département recevait « un grand nombre de candidatures de divers types de volontaires de différents pays qui aimeraient rejoindre les Républiques Populaires de Lougansk et  Donetsk  afin de participer à leur libération. » "Le plus grand nombre vient des pays du Moyen-Orient : il y a déjà plus de 16 000 candidatures", avait alors déclaré Choigou. Le président russe Vladimir Poutine avait encore déclaré: « Si vous voyez qu'il y a des gens qui veulent venir aider les gens qui vivent dans le Donbass sur une base volontaire, surtout pas pour de l'argent, alors, eh bien, vous devez les rencontrer à mi-chemin. . » et les aider à se rendre dans la zone de guerre. »

    Peu après ces déclarations, on a appris que la Russie avait ouvert 14 centres de recrutement de mercenaires en Syrie, sur le territoire contrôlé par Bachar al-Assad. Des centres de recrutement ont eu lieu à Damas, Alep, Hama, Raqqa, Deir ezZor, ont rapporté les médias.

    Le 14 mars, l'état-major général des forces armées ukrainiennes a annoncé qu'environ 400 mercenaires syriens venus combattre contre l'Ukraine étaient arrivés en Fédération de Russie. Il a été rapporté qu'après une courte formation, les mercenaires devaient être envoyés par avion de la base aérienne de Hmeimim, en Syrie, à une base aérienne de la région de Moscou. Il a été noté que parmi les mercenaires figuraient des membres des Forces de Défense Nationale (FDS) et des unités du 5e corps des forces armées syriennes. Dans le même temps, les services de renseignement ukrainiens ont déclaré que la Russie avait promis de verser des montants mensuels de 300 à 600 dollars américains aux mercenaires étrangers (bien qu'au départ, les montants aient été de 1 500 à 2 000 dollars américains par mois).

    Le 17 mars, le principal service de renseignement du ministère ukrainien de la Défense avait signalé que plus de 30 personnes étaient récemment arrivées de Russie sur la base militaire de Hmeimim en Syrie (elles étaient appelées «militants» dans le message), après avoir été blessées pendant les hostilités sur le territoire ukrainien. Il a été allégué que l'arrivée de ces blessés portait un coups au moral des Syriens, qui avaient l'intention de se rendre en Fédération de Russie pour un transfert ultérieur sur le territoire de l'Ukraine. Lors du recrutement, l'armée russe avait assuré aux Syriens qu'en Ukraine ils exerceraient exclusivement des fonctions de police dans les territoires occupés, cependant, les mercenaires auraient été envoyés dans des zones de combat. Cette information n'a pas été confirmée et les sources syriennes n'ont pas signalé le retour de Syriens blessés d'Ukraine.

    La Direction principale du renseignement du ministère de la Défense de l'Ukraine a informé que le 15 mars, 150 mercenaires avaient été envoyés en Fédération de Russie depuis la base militaire de Hmeimim pour participer aux hostilités contre les Ukrainiens. Il était prévu d'envoyer 300 mercenaires par jour. Au total, le ministère russe de la Défense s'attendait à ce que jusqu'à 40 000 mercenaires syriens soient recrutés pour participer à la guerre contre l'Ukraine (le président syrien Bachar al-Assad ayant fait cette promesse).

    Mais le 22 mars, les services de renseignement militaires ukrainiens ont signalé que la Syrie échouait dans son plan visant à attirer des militants dans la guerre contre l'Ukraine aux côtés de la Fédération de Russie. Ensuite, des informations ont été reçues sur une réunion entre le commandant de la 8e brigade dans la province sud-syrienne de Deraa, le colonel Naseem Abu Irra et le général des forces armées de la Fédération de Russie Alexander Zhuravlev (agissant en tant que commandant du groupe russe dans les provinces du sud de Syrie). Au cours de la réunion, le général russe a exigé de former et de fournir une liste de noms et d'informations personnelles sur les militants des unités d'Abou Irra et des Forces de défense nationales (FDS) qui sont prêts à participer à la guerre contre l'Ukraine. Le colonel syrien n'a pas donné de réponse claire, promettant de prendre contact après concertation "avec d'autres représentants de la direction de la 8e brigade".

    Il y a une semaine, l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), a rapporté qu'un groupe de militaires syriens était revenu de Russie en Syrie. Il s'y trouvait pour un voyage d'affaires lié à l'initiative d'envoyer des mercenaires syriens en Ukraine. Après leur retour, des exercices ont eu lieu, auxquels ont participé environ 700 militaires russes et syriens, y compris des membres des Forces Tiger (la 25e division des forces spéciales de l'armée d'Assad), commandées par le colonel Suheil al-Hassan. Les exercices se sont déroulés sur la base aérienne de Hmeimim (province de Lattaquié, ouest de la Syrie), ainsi que dans la province d'Edleb et dans la partie orientale des provinces de Homs et de Hama. En particulier, des exercices de dépose depuis des hélicoptères et de parachutisme ont été menés. À en juger par les informations de l'OSDH, les Forces Tiger pourraient être envoyées en Ukraine si une demande correspondante est reçue de Moscou. 

    Au même moment, le 31 mars, l'édition américaine du New York Times écrivait que "le premier contingent de soldats (syriens) était arrivé en Russie pour un entraînement militaire avant d'être envoyé en Ukraine". Il s'agissait d'au moins 300 soldats syriens, qui pourraient être rejoints par d'autres forces syriennes à l'avenir.

    Au cours de la semaine écoulée, il n'y a pas eu une seule publication dans les médias ukrainiens sur la participation de Syriens aux hostilités contre l'Ukraine. Les médias russes n'en ont pas parlé non plus. On a l'impression que le sujet des "volontaires syriens", soulevé il y a environ un mois par Sergueï Choïgou, était un autre coup de presse du Kremlin pour démontrer le prétendu soutien "international" à "l'opération spéciale" contre l'Ukraine. Mais même si à la fin des militaires syriens ou des combattants du Hezbollah libanais (sous couvert de "Syriens"), entraînés sur des bases russes, sont envoyés en Ukraine, cela ne jouera aucun rôle significatif dans l'issue de cette guerre.

  • Ukraine : Selon les services de renseignement ukrainiens, la motivation des mercenaires syriens est très faible.  Certains d'entre eux tenteraient de déserter vers les pays de l'UE

    Imprimer

    La Direction principale du renseignement du ministère ukrainien de la Défense rapporte que plus de 30 mercenaires syriens blessés lors de combats en Ukraine sont récemment arrivés de Russie à la base militaire russe de Hmeimeim en Syrie.

    Selon les renseignements ukrainiens, l'arrivée des premiers blessés saperait le moral des mercenaires Syriens, qui jusqu'à récemment avaient l'intention de se rendre en Fédération de Russie pour combattre ultérieurement sur le territoire ukrainien.

    Le rapport indique que lors du recrutement, l'armée russe a assuré aux Syriens qu'en Ukraine, ils exerceraient exclusivement des fonctions de police dans les territoires occupés. Cependant, il est devenu clair que les mercenaires étaient envoyés dans des zones de guerre.

    Les services de renseignement ukrainiens rapportent que le 15 mars, 150 mercenaires ont été envoyés en Fédération de Russie depuis la base militaire de Hmeimeim pour participer aux hostilités contre les forces ukrainiennes. Il était prévu d'envoyer 300 mercenaires par jour vers la Russie. Au total, le ministère russe de la Défense s'attendait à ce que jusqu'à 40 000 mercenaires syriens soient recrutés pour participer à la guerre contre l'Ukraine (le président syrien Bachar al-Assad aurait fait cette promesse aux autorités russes).

    Faisant état de la diminution de la motivation des mercenaires syriens, la Direction principale du renseignement du ministère ukrainien de la Défense note que certains d'entre eux considèrent leur envoi en Russie et en Biélorussie comme une chance de désertion et de migration illégale vers les pays de l'UE.

    Rappelons que le 14 mars, l'état-major général des forces armées ukrainiennes avait signalé qu'environ 400 mercenaires syriens étaient déjà arrivés en Fédération de Russie pour participer aux hostilités sur le territoire ukrainien.

    On a également signalé que la Russie avait ouvert en Syrie, sur le territoire contrôlé par Bachar al-Assad, 14 centres de recrutement de mercenaires. Des centres de recrutement fonctionnent à Damas, Alep, Hama, Raqqa, Deir al-Zur. Après un court entraînement, les mercenaires sont transportés par avions de la base aérienne de Hmeimeim à une base aérienne de la région de Moscou.

    Parmi les mercenaires figurent des membres des« Forces de Défense Nationale » (FDN - pro-régime) et des unités du 5e corps des forces armées syriennes (pro-russes).

    Selon les services de renseignement ukrainiens, la Russie a promis de payer aux mercenaires étrangers des montants mensuels de 300 à 600 dollars américains (initialement, des montants de 1500 à 2000 dollars américains par mois avaient été annoncés).

  • Syrie : L'Armée Arabe Syrienne lance une opération dans la province de Deir ezZor en réponse au récent massacre de Daech

    Imprimer

    Vendredi 3 décembre 2021, les forces pro-gouvernementales syriennes ont lancé une opération de ratissage à grande échelle dans l'ouest et le nord de la province de Deir Ezzor.

    L'opération, qui est dirigée par l'armée arabe syrienne (AAS) et les Forces de défense nationale (FDN), vise à chasser les membres de l'Etat islamique de la région.

    La veille, l' Etat islamique avait massacré sept travailleurs du pétrole, deux bergers et un membre du service de l'AAS à un faux poste de contrôle installé sur la route al-Madhul – al-Bu Juma'a dans la campagne occidentale de Deir Ezzor.

    Les terroristes ont également tué deux combattants pro-gouvernementaux lors d'une attaque éclair qui visait une position des FDN à la périphérie de la ville d'al-Masrab, dans le nord du gouvernorat.

    On ne sait pas encore si les forces aérospatiales russes soutiendront la nouvelle opération par des cachettes ciblées de l'EI dans la campagne ouest et nord de Deir Ezzor.

    Les terroristes de l'Etat islamique s'efforcent d'étendre leur influence dans le centre de la Syrie depuis quelques années. Les terroristes sont principalement basés dans le désert de Homs qui s'étend entre la campagne occidentale de Deir Ezzor et la campagne orientale de Homs.

  • Syrie : Dix personnes exécutées à un faux check-point installé par Daech

    Imprimer

    Jeudi 2 décembre, des jihadistes de l'Etat islamique ont massacré dix personnes après avoir installé un faux poste de contrôle sur une route clé dans l'ouest de la province de Deir Ezzor, qui est contrôlée par les forces gouvernementales syriennes.
    261816012_442105884185325_12580567380570914_n.jpeg

    Les jihadistes ont réussi à atteindre la route qui relie les villes d'al-Madhul et d'al-Bu Juma'a, après une infiltration réussie. Là, ils ont installé leur poste de contrôle pendant un bon moment.
    261778357_442106447518602_3394679873159249991_n.jpeg

    Au poste de contrôle, les jihadistes ont arrêté un mini-camion qui transportait deux bergers locaux, une mini-fourgonnette transportant sept travailleurs de la compagnie pétrolière syrienne qui revenaient du champ pétrolifère d'al-Kharata et une moto avec un militaire appartenant à la 17e Division de l'armée arabe syrienne. .

    Les dix personnes ont été exécutées par les jihadistes qui ont incendié les cadavres et les véhicules avant de se retirer dans le désert.

    Après l'attaque meurtrière, les Forces de défense nationale (FDN) ont déployé une importante force le long de la route al-Madhul-al-Bu Jama'a. Les combattants des FDN ont secouru un homme qui avait été blessé par les jihadistes et ils procèdent actuellement à la sécurisation de la zone.

    Le champ pétrolier d'al-Kharata se situe à 20 kilomètres au sud-est de la ville de Deir ez-Zor, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

    Cette attaque n'a pas immédiatement été revendiquée. Toutefois, le groupe Etat islamique a revendiqué plusieurs opérations similaires dans cette région riche en pétrole qui faisait jadis partie de son proto-Etat, qui s'étendait sur des larges pans des territoires syrien et irakien. L'OSDH a affirmé qu'un engin explosif avait été utilisé dans l'attaque de jeudi dans un secteur de Deir ez-Zor où des cellules de l'Etat islamique sont toujours actives. Le 13 novembre, au moins sept combattants d'une formation tribale pro-gouvernementale connue sous le nom d'« Usud al-Sharqiyah » avaient été tués dans une  embuscade  tendue par les jihadistes près de la ville d'al-Masrab, dans le nord de la province.. Cinq soldats syriens ont par ailleurs été tués par une explosion à Deir ez-Zor cette semaine, selon les médias d'Etat.

    Al-Kharata a été repris par le régime en 2017 après que les jihadistes de l'Etat islamique aient été expulsés de la région. Le califat autoproclamé de l'Etat islamique a été déclaré définitivement vaincu dans le petit village syrien de Baghouz en mars 2019 au terme d'une longue offensive soutenue par une coalition internationale dirigée par les Etats-Unis. Mais le groupe continue de harceler les forces gouvernementales dans le vaste désert syrien qui s'étend tout le long des faubourgs de Damas jusqu'à la frontière irakienne.

    La Russie, alliée du régime syrien, a mené d'intenses raids aériens ciblant des positions de l'Etat islamique dans le désert syrien au cours des deux derniers jours, rapporte l'OSDH. 

  • Syrie : Toujours des combats à Qamishli entre forces de sécurité kurdes et miliciens pro-régime

    Imprimer

    105733_dsc_0016-768x512.jpegL'assassinat d'un chef de tribu arabe a provoqué une reprise des affrontements entre les Forces de défense nationale (FDN) pro-gouvernementales et les Asayish, l'aile de sécurité des Forces démocratiques syriennes (FDS), dans la ville de Qamishli dans le nord-est de la Syrie. 

    Le chef, Hayis Al-Jaryan (photo ci-contre), a été abattu  quelques minutes seulement après avoir quitté une réunion des leaders trivaux avec les dirigeants des FDN dans le district de Tayy, vendredi 23 avril. Les violents affrontements se poursuivent depuis trois jours dans le district.

    Al-Jaryan, un chef éminent de la tribu Bani Sab'a, participait aux efforts visant à négocier un accord de cessez-le-feu à Qamishli.

    Les Asayish ont accusé les FDN d'avoir assassiné al-Jaryan, qui était un partisan des FDS. Cependant, pour la tribu Tayy, ce sont les Kurdes qui sont responsables de cet assassinat. 

    La mort de Hayis Al-Jaryan a provoqué une reprise des affrontements. Les Asayish ont lancé une nouvelle attaque contre les combattants des FDN dans le district de Tayy. Les kurdes ont capturé dans la matinée du vendredi 23 avril les écoles Fadel Hassan et Ibn Sina situées dans le district.

    La veille, une délégation de la police militaire russe et de l'armée arabe syrienne s'était rendue sur les lignes de front à Tayy et rencontré des officiers des Asayish. Un cessez-le-feu avait été négocié mais il s'est effondré en quelques heures.

    Les Forces Démocratiques Syriennes (kurdes) dont font partie les Asayish, sont accusées par leurs adversaires de vouloir profiter du conflit pour renforcer leur influence à Qamishli. Le conflit est présenté comme une lutte contre le régime, tandis que les forces kurdes sont en fait confrontées à des tribus arabes locales qui défendent leur territoire.

    Pour l'instant, les affrontements se limitent toujours au district de Tayy. Cependant, la situation pourrait bientôt devenir incontrôlable. Les tribus arabes du nord-est de la Syrie pourraient rejoindre le conflit et prêter main forte aux membres de la tribu Tayy aux prises avec les forces kurdes.

    Déjà, selon nos informations, la zone des affrontements entre Asayish et FDN s'est élargie pour inclure également le quartier de Hilko, après avoir été confiné au quartier d'al-Tai.

    Une source militaire au sein des Asayish a déclaré que leurs forces avaient avancé d'environ 300 mètres lors des affrontements du jeudi et qu'elles étaient maintenant très proches du rond-point d'al-Tayy.

    La source a ajouté que les Asayish avait trouvé une grande quantité d'armes et de munitions dans le détachement de Lilo, dont les Asayish ont pris le contrôle tard dans la nuit de mercredi.

    Dernière nouvelle : 
    L'Administration autonome vient d'annoncer vendredi soir 23 avril un accord sur un cessez-le-feu humanitaire à Qamishli. Malheureusement, en début de nuit, malgré le cessez-le-feu, un poste de contrôle des Asayish près du rond-point d'al-Shabab a été la cible de tirs depuis des zones contrôlées par le régime. Les nouveaux affrontements ont duré très peu de temps et le calme est revenu presqu'aussitôt. Ils démontrent cependant la fragilité de la situation sur le terrain.



     

  • Syrie : Une dispute privée déclenche plusieurs heures de combats entre les forces pro-régime et les forces de sécurité kurdes à Qamishli

    Imprimer

    Tard dans la soirée du 20 avril 2021, de violents affrontements ont éclaté entre les Forces de défense nationale syriennes (FDN) pro-gouvernementales et les Asayish, l'aile de sécurité des Forces démocratiques syriennes (SDF) soutenues par les États-Unis dans la ville de Qamishli, dans le nord-est de la Syrie.

    Les Asayish ont affirmé que les FDN avaient attaqué l'un de leurs points de contrôle près du district de Tayy dans la ville. Un officier connu sous le nom de Khaled Haji a été tué et quatre autres ont été blessés dans l'incident. Les Asayish ont répliqué en lançant une attaque contre les positions des FDN à Tayy. 

    Les affirmations des Asayish ont été réfutées par le cheikh Mohamad al-Fars, chef de la tribu Tayy à Qamishli, qui a fourni des détails sur ce qui s'est exactement passé.

    Al-Fars a déclaré à l'agence U-News que des membres des 'Asayish avaient ouvert le feu sur le chef des FDN à Tayy alors qu'il conduisait une personne malade à l'hôpital. Le chef des FDN était accusé d'avoir violé un couvre-feu imposé par les FDS dans le cadre de mesures préventives contre la COVID-19.

    Vidéo de Khaled Haji (tué au cours des affrontements) parlant ici du couvre-feu dans le cadre de la crise sanitaire de la Covid-19

    Au cours des affrontements, qui ont duré jusqu'au matin du mercredi 21 avril, les unités Asayish ont capturé un certain nombre de postes des FDN. Quatre membres de la force pro-gouvernementale ont été blessés.

    Les affrontements à Qamishli sont juste entre les Asayish et les Forces de Défense Nationale (FDN - milice pro-régime). Les forces des Forces Démocratiques Syriennes (FDS - kurdes)  et de l'Armée Arabe Syrienne (l'armée du régime) n'ont pas pris part aux combats.

    Les affrontements se sont calmés suite à une intervention de la police militaire russe, qui maintient une base sur l'aéroport de Qamishli. Les FDN et les Asayish seraient actuellement en pourparlers pour désamorcer la crise et rétablir la stabilité à Qamishli.

    Ce ne sont pas les premiers affrontements entre les FDN et les Asayish à Qamishli, mais ce sont les combats les plus violents. La ville, qui est divisée entre les forces gouvernementales et les Forces Démocratiques Syriennes (kurdes), est encore loin d'être stable.