Fô (région des hauts bassins)

  • Burkina Faso: deux policiers tués dans deux attaques dans l'ouest du pays

    Imprimer

    Deux policiers burkinabè ont été tués, samedi 25 juin 2022, dans une attaque perpétrée par des individus armés non identifiés contre le commissariat de police de Fô, situé dans les Hauts-Bassins dans l'ouest du Burkina Faso, et lors d'une embuscade contre une unité de police, a annoncé la police dans un communiqué.

    Dans la matinée du samedi 25 juin 2022, aux environs de 07h00 heure locale, le Commissariat de police de district (Cpd) de Fô, situé dans la province du Houet, dans la région des Hauts-Bassins, a été la cible d'une attaque perpétrée par des individus armés, indique un communiqué de la police.

    Plus tard dans la journée, une autre équipe de police est tombée dans une embuscade sur l'axe Bobo-Fô, alors qu'elle était en ratissage dans ladite zone, selon la même source.

    « A l'issue de ces deux attaques, on déplore malheureusement le décès de deux policiers et deux autres blessés », souligne le communiqué.

    La même source précise qu'une opération de ratissage menée par les Forces de défense et de sécurité (Fds) de la localité, est actuellement en cours dans la zone.
    Carte.jpeg

    La situation sécuritaire s'est dégradée ces dernières semaines au Burkina Faso avec plusieurs attaques contre des civils et des militaires dans plusieurs localités du pays.

    Vendredi 24 juin, au moins trois personnes dont deux supplétifs de l'armée, ont été tuées dans une attaque perpétrée par des hommes armés non identifiés dans la localité de Comin-Yanga, dans la province du Koulpelgo dans le centre-est du pays, ont annoncé plusieurs sources locales.

    Depuis 2015, le Burkina Faso est en proie aux attaques terroristes qui ont fait de nombreuses victimes et plus de 1,9 millions de déplacés internes. La dernière attaque la plus meurtrière a été enregistrée dans la nuit du 10 au 11 juin contre la commune de Seytenga dans le Sahel, et a fait 86 civils tués selon un bilan officiel.

    Cette attaque a aussi occasionné le déplacement de 31 201 personnes vers la ville de Dori, chef-lieu de la région du Sahel, selon le ministère en charge de l’Action humanitaire du Burkina Faso.

    L'armée burkinabè a donné quatorze jours aux populations pour quitter les zones d’intérêt militaire instituées dans les régions de l’Est et du Sahel burkinabè, où des opérations militaires seront menées bientôt dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, a annoncé vendredi, lors d’un point de presse le commandant des opérations du théâtre national, le lieutenant-colonel Yves Didier Bamouni.