Fermes de Chebaa

  • Israël/Liban : bref échange de tirs à la frontière

    Imprimer

    L'armée israélienne affirme avoir déjoué "une tentative d'infiltration d'une cellule terroriste" à la frontière nord avec le Liban, après avoir rapporté des combats dans ce secteur.
    "Nous avons pu déjouer avec succès une tentative d'infiltration d'une cellule terroriste en Israël", a déclaré à des journalistes le porte-parole de l'armée israélienne Jonathan Conricus, précisant avoir "une confirmation visuelle selon laquelle les terroristes sont retournés au Liban".
    Dans un communiqué en hébreu rendu public lundi 27 juillet à 15H31, l'armée israélienne a indiqué que "des terroristes ont pénétré de quelques mètres au-delà de la Ligne bleue (séparant Israël du Liban, NDLR) et que "les forces de sécurité ont ouvert le feu". L'armée a dit ne pas savoir dans quelles "conditions physiques" les "terroristes" étaient retournés au Liban et précisé qu'il n'y avait pas eu de blessés côté israélien. "Les forces de l'armée sont en état d'alerte et prêtes à réagir en fonction de la situation", est-il précisé dans le communiqué.
    M. Conricus avait auparavant indiqué sur Twitter que des "combats" étaient "en cours dans la région du Mont Dov", en référence à un versant du Mont Hermon revendiqué de longue date par le Liban qui nomme le secteur "fermes de Chebaa". L'ONU considère ce secteur comme faisant partie du plateau du Golan syrien, occupé par Israël depuis 1967. Des correspondants de l'AFP de chaque côté de la frontière ont rapporté des explosions.
    Du côté libanais, Les chaînes de télévision libanaises Al-Mayadin et Al-Manar, associées au Hezbollah, confirment qu'au moins quatre miliciens du Hezbollah ont tenté de pénétrer en territoire israélien dans le secteur du Mont Dov mais ont été stoppé par le tir d'un char Merkava IV de l'armée israélienne. Les combattants chiites libanais ont alors tiré un missile antichar Kornet en direction du char avant de retourner vers le Liban. Les forces israéliennes ont riposté par des tirs d'artillerie. Selon l'armée israélienne, il y avait deux groupes de deux combattants. Un groupe a essayé de pénétrer en territoire israélien tandis que le deuxième groupe servait un lance-missile antichar.
    Les médias libanais proches du Hezbollah rapportent que l'armée israélienne a tiré sur des cibles près du village de Kafr Shuba (à environ 6 kilomètres au nord-est de Rajar) et qu'un obus tiré par les FDI a touché un immeuble résidentiel dans le village d'Al-Khabariya.
    Dans le cadre de cet incident, le commandement de Tsahal a donné des ordres aux résidents des colonies proches de la frontière avec le Liban (de Rosh HaNikra à l'ouest au mont Hermon à l'est): 1) de rester dans leurs maisons ou hôtels, 2) d'interrompre les activités dans un espace ouvert y compris le travail agricole et le tourisme, 3) d'éviter les déplacements inutiles. Les autoroutes près de la frontière nord sont bloquées par l'armée.
    Toutes ces restrictions de mouvement ont été levées à 16H45, le calme étant revenu à la frontière.
    Ces incidents surviennent au lendemain de la chute d'un drone israélien au Liban et après le renforcement de la présence des forces israéliennes à la frontière, sur fond de tensions avec le mouvement armé libanais Hezbollah, très présent dans le sud du Liban et ennemi juré de l'Etat hébreu. L'armée israélienne a indiqué la semaine dernière avoir "élevé son niveau de préparation contre diverses actions ennemies potentielles". Israël est techniquement en état de guerre avec ses voisins syrien et libanais. Le Hezbollah et l'Iran, autre bête noire d'Israël, appuient militairement le régime dans la Syrie en guerre.
    Le Hezbollah nie toute participation dans l'échange de tirs
    Dans une déclaration, le Hezbollah a nié avoir mené une action militaire à la frontière israélo-libanaise. Selon la milice chiite libanaise, l'armée israélienne a ouvert le feu sans provocation sur le territoire libanais. La direction du Hezbollah a réitéré ses menaces de venger la mort de son combattant en Syrie, tué au cours du dernier raid israélien en date.  "Les sionistes seront punis pour leurs crimes", indique le communiqué.