Fayez al-Sarraj

  • Libye : Le Premier ministre libyen Fayez al-Sarraj démissionnera fin octobre

    Imprimer

    Le Premier ministre et chef du conseil présidentiel de Tripoli, Fayez al-Sarraj , a annoncé dans la soirée du 16 septembre qu'il remettrait son mandat à une "nouvelle autorité" d'ici la fin octobre.

    Dans un discours adressé à la population libyenne, à l'occasion de l'anniversaire de la mort d'Omar al-Mukhtar, un "héros national" qui a dirigé la résistance anticoloniale contre les Italiens dans les années 1920, le premier ministre du gouvernement de Tripoli, également connu sous le nom de gouvernement de National Accord (GNA) a révélé son intention de démissionner du poste de premier ministre. La démission sera vraisemblablement présentée à la fin des pourparlers qui conduiront à la formation d'un nouvel exécutif et à la nomination d'un nouveau Premier ministre. Cependant, al-Sarraj a également déclaré qu'il craignait la phase suivante, dans laquelle une nouvelle «autorité exécutive» devra être désignée pour conduire le gouvernement libyen vers la transition. À cet égard, le Premier ministre du GNA a exhorté le "comité de dialogue", organe qui, sous l'égide des Nations Unies, il sera chargé de former le nouveau gouvernement, d'accélérer les procédures et d'honorer ses engagements et sa «responsabilité historique», afin d'assurer une transition «pacifique et sans heurts». Dans le même temps, al-Sarraj s'est félicité des consultations et des réunions entre les délégués des deux parties en guerre, promu par l'ONU, cil vise à unifier les institutions avant la tenue d'élections législatives et présidentielles,

    Al-Sarraj a ensuite déclaré que, depuis la signature des accords de Skhirat le 17 décembre 2015, il s'était engagé à obtenir le plus grand consensus possible des différentes composantes libyennes. "Nous nous sommes uniquement préoccupés de travailler à l'unification des institutions de l'État afin qu'elles puissent fournir leurs services de manière appropriée aux citoyens", a déclaré le Premier ministre. Ce dernier a ensuite souligné que le «climat politique et social» est toujours caractérisé par des divergences et des «polarisations», ce qui rend difficile la recherche d'une solution politique qui préserve le tissu social, de plus en plus en «risque de rupture». À cet égard, le Premier ministre a accusé les partis libyens «obstinés» d’exacerber davantage ces phénomènes de «déploiement» et d’avoir opté pour la guerre. «Le gouvernement a fait tout son possible pour éviter le spectre de la guerre, mais en vain », a déclaré al-Sarraj, ajoutant que, lorsque la capitale Tripoli a été attaquée, il est devenu nécessaire de se battre. Par conséquent, le conflit a été soutenu «de l'extérieur» avec fermeté, comme déterminé à gagner.

    Avec l'aide de la Turquie, le Gouvernement d'Accord National a réussi à assurer le contrôle plusieurs régions de l'ouest de la Libye, à faire face à l'offensive contre la capitale Tripoli, lancée le 4 avril 2019 par l'Armée nationale libyenne (ANL). , dirigée par le général Khalifa Haftar. Cependant, ces derniers mois, la capitale a connu des affrontements internes et externes et, en particulier, des divergences politiques et des manifestations contre la corruption et la médiocrité des services. Par conséquent, comme l'ont révélé des responsables tripolitains, en annonçant sa démission, al-Sarraj viserait à alléger la pression exercée contre lui, jusqu'à ce qu'il quitte complètement la scène une fois les pourparlers de Genève terminés. En plus des nouvelles élections, on s'attend à ce que les parties belligérantes soient appelées à s'entendre sur une nouvelle structure du Conseil présidentiel, unissant les membres des deux groupes, le Gouvernement d'Accord National et la Chambre des députés (HoR), réfugiée en Cyrénaïque (gouvernement de Tobrouk). Cette décision devrait être bien accueillie par les soutiens régionaux de Haftar, notamment l'Égypte et les Émirats arabes unis.

    La situation de grave instabilité en Libye a commencé le 15 février 2011, date qui a marqué le début de la révolution et de la guerre civile. En octobre de cette même année, le pays d'Afrique du Nord a également assisté à la chute du régime du dictateur Mouammar Kadhafi, mais depuis lors, il n'a jamais pu faire une transition vers la démocratie.Il y a deux côtés opposés. D'une part, le gouvernement de Tripoli, né avec les accords de Skhirat du 17 décembre 2015, dirigé par Fayez al-Sarraj et reconnu par l'ONU. De l'autre, le gouvernement de Tobrouk, avec le général Khalifa Haftar. Le gouvernement de Tobrouk reçoit le soutien de l'Arabie saoudite, des Émirats arabes unis, de l'Égypte, de la Russie et de la France. En particulier, le Caire, Riyad et Abu Dhabi soutiennent militairement et économiquement les forces de l'armée de Haftar. Le Qatar, l'Italie et la Turquie soutiennent en revanche le gouvernement internationalement reconnu. La Turquie a envoyé un contingent militaire et de nombreux mercenaires syriens pour défendre les positions du GNA contre les offensives de l'Armée Nationale Libyenne.

  • Libye : Le ministre de l'Intérieur du Gouvernement d'Accord National (GNA) rétabli dans ses fonctions

    Imprimer

    Bachaga.jpgFathi Bachagha (photo), le ministre de l'Intérieur du Gouvernement de Tripoli (GNA) a retrouvé jeudi 3 août ses fonctions après avoir été suspendu provisoirement par le Premier ministre pour une enquête sur ses déclarations à la suite d'incidents survenus lors de manifestations à Tripoli.

    Un décret signé par Fayez al-Sarraj, chef du GNA, "lève la mesure de suspension provisoire de M. Fathi Bachagha, ministre de l'Intérieur, et le rétablit dans ses fonctions à compter de cette date (jeudi)".

    Le décret, publié sur la page Facebook du GNA, ne fait pas mention de l'enquête ou de ses conclusions.

    Selon des vidéos et photos qui ont circulé sur les réseaux sociaux, M. Bachagha est arrivé à la mi-journée au siège du gouvernement à Tripoli, accompagné d'une forte présence policière, pour son audition qui s'est déroulée à huis clos contrairement à ce qu'il avait exigé.

    Le 23 août, M. Bachagha avait été "suspendu provisoirement" par M. Sarraj en attendant une "enquête administrative" sur "ses déclarations concernant les manifestations et les incidents survenus à Tripoli et dans d'autres villes".

    Le ministre avait "pris acte" de sa suspension mais avait demandé à ce que son audition soit "publique et retransmise en directe" par les médias pour qu'il puisse "exposer les faits" aux Libyens, par souci de "transparence et des principes démocratiques".

    Il y a près de deux semaines, des centaines de Libyens ont manifesté pendant plusieurs jours à Tripoli, siège du GNA --reconnu par l'ONU et qui s'oppose au maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l'Est.

    Ils protestaient contre la corruption et la détérioration de leurs conditions de vie, privés des services les plus basiques et épuisés par des années de conflits depuis la fin de la dictature de Mouammar Kadhafi en 2011.

    A plusieurs reprises, des hommes armés ont tiré à balles réelles pour disperser les manifestants, blessant plusieurs d'entre eux tandis que d'autres ont été arrêtés, des incidents que M. Bachagha avait dénoncés.

    Le ministre avait alors accusé des groupes armés d'avoir "enlevé et séquestré" des manifestants pacifiques, les menaçant de "recourir à la force pour protéger les civils".

    En visite en Turquie, allié politique et militaire du GNA face aux pro-Haftar --soutenus eux par l'Egypte, les Emirats arabes unis, l'Arabie Saoudite et la Russie-- lorsque sa suspension avait été annoncée, M. Bachagha était rentré le lendemain à Tripoli.

  • Libye : Les deux parties en conflit ont reçu environ 100 avions et 12 navires de fournitures militaires, selon l'ONU

    Imprimer

    La Représentante spéciale par intérim du Secrétaire général des Nations Unies en Libye, Stephanie Williams, a déclaré lors d'une session du Conseil de sécurité des Nations Unies que depuis le 8 juillet, les forces du maréchal Khalifa Haftar ont reçu environ 70 vols de ravitaillement en matériel militaire qui sont arrivés dans les aéroports de l'est, tandis que 30 vols de ravitaillement ont été envoyés aux aéroports de La Libye occidentale pour soutenir les forces du gouvernement de Tripoli (GNA). En plus de l'arrivée de neuf cargos à l'appui du gouvernement d'accord national (GNA) et de trois cargos pour soutenir Haftar. Ces livraisons sont considérées comme une continuation de la violation de l'embargo international sur les armes imposé à la Libye depuis 2011.

    La Représentante spéciale par intérim du Secrétaire général des Nations Unies en Libye, Stephanie Williams, a exprimé mercredi lors d'une session du Conseil de sécurité des Nations Unies ses regrets face aux violations continues de l'interdiction de l'ONU imposée depuis 2011 sur l'envoi d'armes dans ce pays.

    S'adressant aux membres du conseil, Williams a déclaré que «depuis le dernier exposé du Secrétaire général le 8 juillet, environ 70 vols de ravitaillement ont atterri dans les aéroports de l'est en soutien aux forces du maréchal Khalifa Haftar, tandis que 30 vols de ravitaillement ont été envoyés vers les aéroports de l'ouest de la Libye en soutien au gouvernement d'accord national."

    "De même, environ neuf cargos ont accosté dans les ports occidentaux en appui au Gouvernement d'accord national, alors qu'il a été signalé que trois cargos étaient arrivés en appui aux forces" dirigées par Haftar, a-t-elle ajouté lors d'une séance consacrée au Conseil de sécurité pour discuter de la situation en Libye.

    L'envoyé de l'ONU a souligné que "les sponsors étrangers renforcent leurs actifs dans les principales bases aériennes libyennes à l'Est et à l'Ouest", déplorant que toutes ces activités "constituent une violation grave de la souveraineté de la Libye et une violation flagrante de l'embargo sur les armes imposé par les Nations Unies" à ce pays en 2011.

    Depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye a connu des conflits successifs qui ont épuisé la population du pays qui possède les plus grandes réserves de pétrole en Afrique.

    Williams a expliqué que la Mission d'appui des Nations Unies en Libye, dont le mandat est censé être renouvelé à la mi-septembre, "reçoit toujours des informations faisant état de la présence de mercenaires et d'agents étrangers à grande échelle, ce qui augmente la complexité des dynamiques locales et les chances de parvenir à un règlement à l'avenir".

    La Turquie soutient le gouvernement d'accord national reconnu par les Nations Unies, tandis que les Émirats arabes unis, l'Égypte et la Russie soutiennent le camp de Haftar.

    Au cours de la session, l'ambassadeur de Russie aux Nations Unies, Vasily Nebenzia, a rejeté les accusations répétées portées contre la Russie d'ingérence militaire en Libye, soulignant qu '"il n'y a même pas une armée russe en Libye".

    En revanche, l'ambassadeur américain Kelly Craft a critiqué la présence de mercenaires russes en Libye, liés au gouvernement russe.

    "Il n'y a pas de place en Libye pour les mercenaires étrangers, y compris le groupe Wagner du ministère russe de la Défense, qui combat aux côtés et en soutien des forces fidèles à Haftar", a-t-elle déclaré.

    L'ambassadeur de France, Nicolas de Rivière, a appelé de son côté au renforcement de la mission des Nations Unies en Libye afin qu'elle puisse superviser un éventuel cessez-le-feu et mieux faire respecter l'embargo sur les armes.

    Au cours de la session, plusieurs membres du Conseil ont appelé à la nomination dans les meilleurs délais d'un véritable envoyé de l'ONU en Libye.

    En raison des désaccords actuels entre les États-Unis et leurs partenaires sur les tâches spécifiques de l'envoyé de l'ONU en Libye, le successeur de Ghassan Salameh, qui a démissionné en mars 2020 pour des raisons de santé, n'a pas encore été nommé.

    Depuis 2015, deux puissances au pouvoir sont en conflit: le gouvernement d'accord national (GNA) dirigé par Fayez al-Sarraj, basé à Tripoli (ouest), et un gouvernement parallèle (HoR) soutenu par le maréchal Khalifa Haftar dans l'est du pays.

  • Libye : Le ministre de l'intérieur du Gouvernement d'Accord National (GNA) suspendu après les émeutes de Tripoli

    Imprimer

    Bashagha Fathi.jpgLe chef du Gouvernement d'Accord National (GNA) a décidé vendredi de suspendre provisoirement le ministre de l'Intérieur, après les incidents survenus lors de manifestations pacifiques à Tripoli la semaine dernière, où plusieurs manifestants ont été blessés. Il a également été arrêté à titre de "précaution", pour enquête administrative.

    "Le ministre de l'Intérieur, Fathi Bachagha (photo) est suspendu provisoirement" et répondra à une "enquête administrative" sur "ses déclarations concernant les manifestations et les incidents survenus à Tripoli et dans d'autres villes", selon une décision signée par le chef GNA, Fayez-al-Sarraj.

    Selon le communiqué, "Le sous-secrétaire du ministère de l'Intérieur, le brigadier Khaled Ahmed Al-Tijani, a été chargé de diriger les fonctions du ministère, et il a le droit d'exercer tous les pouvoirs et compétences souverains et ministériels assignés au ministre".

    Dans un autre communiqué, le gouvernement libyen a décidé "d'affecter la force conjointe affiliée à la salle des opérations de la région occidentale pour contrôler la sécurité dans la capitale, Tripoli, en coordination avec le ministère de l'Intérieur, les zones militaires et d'autres agences de sécurité".

    Des centaines de Libyens ont manifesté cette semaine pendant plusieurs jours à Tripoli contre la corruption et la détérioration de leurs conditions de vie.

    Selon la décision, M. Bachagha sera interrogé sur "les autorisations et les permis délivrés" aux manifestants, les mesures de sécurité que son ministère a fournies pour protéger les manifestants mais aussi "les violations commises".

    Rapidement, le ministre a "pris acte" de la décision de M. Sarraj, se disant prêt à se soumettre à une enquête, selon un communiqué publié sur la page Facebook du ministère de l'Intérieur. M. Bachagha a cependant demandé à ce que son audition soit "publique et retransmise en directe" par les médias pour qu'il puisse "exposer les faits" aux Libyens, par souci de "transparence et des principes démocratiques". Il s'est dit prêt à rendre compte des "positions et des communiqués" sur les incidents pendant les manifestations, mais également sa "contestation des mesures de sécurité mises en place par des groupes armés qui ne dépendent pas du ministère de l'Intérieur" et qui ont porté atteinte à la "dignité" et aux "droits" des Libyens en les "réprimant, terrorisant, et censurant".

    La milice islamiste Nawasi
    Dans un communiqué publié jeudi, M. Bachagha avait accusé des groupes armés d'avoir ouvert le feu sur des "manifestants pacifiques mercredi soir (...), tirant à balles réelles au hasard", d'avoir également enlevé et séquestré des manifestants pacifiques. Il avait enfin menacé de "recourir à la force pour protéger les civils". 

    La démission et l'arrestation de Bachagha va bien au-delà d'une simple condamnation de sa gestion de la crise. Certains, au sein du GNA, accusent Fathi Bachagha d'avoir encouragé les manifestations contre le gouvernement d'Accord National. Les groupes armés contre lesquels Fathi Bachagha promettait de protéger les manifestants sont la milice islamiste Nawasi. Ce son les membres de cette milice qui ont tiré à balles réelles sur les manifestants. Il est possible que le chef du GNA ait craint une confrontation entre le ministre de l'intérieur et la milice Nawasi.

    La milice Nawasi est une des plus importantes milices de Tripoli. Elle s'est ralliée au Gouvernement d'Accord Nationale (GNA) en 2016. Elle est chargée à Tripoli de la protection des bâtiments officiels. La milice est dirigée par la famille Gaddour. En 2018, elle a pris part à la bataille de Tripoli. Elle comptait, en 2019, près de 1 800 membres.

    Regain de popularité pour Bachaga
    La décision du GNA semble avoir 2 conséquences : une augmentation de la popularité du Bachagha auprès des manifestants de Tripoli, mais aussi à  Misrata où des habitants sont descendus dans la rue pour protester contre la décision de Fayez al-Sarraj.

    Privés des services les plus basiques dans leur vie quotidienne, les Libyens sont épuisés par des années de conflits depuis la fin de la dictature de Mouammar Kadhafi en 2011.




  • Libye/Turquie : La Turquie est en colère contre Sarraj, président du Gouvernement de Tripoli

    Imprimer

    Des sources médiatiques libyennes ont rapporté qu'Ankara était en colère contre le président du Gouvernement d'Accord National (GNA), Fayez Al-Sarraj, dans le contexte de la déclaration qu'il a publiée concernant le cessez-le-feu en conjonction avec le Président du Parlement (HoR), Aguila Saleh, un accord applaudi par les Nations Unies, dla Mission d'appui des Nations Unies en Libye, la communauté internationale et les pays soutenant toute résolution de la crise libyenne.

    À un moment où la Turquie n'a pas encore officiellement commenté la déclaration de déclarer un cessez-le-feu, mais les sources ont confirmé que l'accord de cessez-le-feu avait été conclu entre Sarraj et Saleh après une forte pression allemande sur Al-Sarraj.

    Les sources ont révélé que le responsable du renseignements- turc, Hakan Fidan et le ministre turc de la Défense avaient eu des contacts séparés avec le président du Conseil suprême d'État, Khaled al-Mishri, et le ministre de l'Intérieur du gouvernement d'accord national, Fathi Bashagha suite à la déclaration publiée par Al-Sarraj.

    Les sources ont confirmé qu'Al-Mashri et Bashagha étaient ceux qui avaient pris l'initiative du contact avec les deux responsables turcs, affirmant leur position inébranlable concernant l'importance de l'alliance stratégique avec le gouvernement turc, exprimant leur manque absolu de confiance envers le maréchal Khalifa Haftar et ses partisans, y compris le président du Parlement, Aqila Saleh. Les sources ont révélé que la situation sur le terrain serait évaluée. À la lumière de l'annonce de "Al-Sarraj" lors de la session de sécurité nationale au milieu de cette semaine.

  • Libye : Les autorités rivales annoncent des élections prochaines et l'arrêt des combats

    Imprimer

    Les autorités rivales en Libye ont annoncé séparément vendredi l'organisation d'élections prochainement et la cessation de tous les combats sur le territoire, une "entente" saluée par l'ONU.

    Dans deux communiqués distincts, Fayez al-Sarraj, chef du Conseil présidentiel du Gouvernement d'union nationale (GNA), basé à Tripoli et reconnu par l'ONU, et Aguila Saleh, président du Parlement élu, basé dans l'est du pays, ont annoncé des élections prochainement et ordonné à toutes les parties d'observer "un cessez-le-feu immédiat et l'arrêt de tous les combats sur tout le territoire libyen".

    Seule exigence de la part de Fayez al-Sarraj : la démilitarisation de Syrte et Jufra, ce que le maréchal Haftar, soutenu par Auila Saleh, a peu de chance d'accepter.

  • Libye : Les avions de l'Armée Nationale Libyenne (Haftar) détruisent un convoi de combattants pro-GNA près de Syrte

    Imprimer

    Les avions de l'Armée Nationale Libyenne (ANL), commandée par le maréchal Khalifa Haftar, ont bombardé des colonnes de véhicules chargés de combattants pro-GNA, le gouvernement de Tripoli dirigé par Fayez al-Sarraj et appuyé par l'ONU, dans la région de Wadi Bay, à l'ouest de Syrte.
    Des sources libyennes ont déclaré que le convoi transportant des combattants pro-GNA, parmi lesquels de nombreux mercenaires pro-turcs, tentait d'infiltrer la ville de Syrte lorsque les jets de l'ANL l'ont bombardé. La colonne aurait été complètement anéantie.
    Cependant, aucun détail n'a été donné sur le nombre d’éléments du groupe pro-GNA ni sur la zone qu'ils tentaient d'infiltrer.
    Aucun parti officiel n'a encore fait de commentaires sur le bombardement de "Wadi Bay" qui est un point d'approche stratégique vers la ligne Syrte et Jufrah sur le flanc nord-ouest des défenses de l'Armée Nationale Libyenne (pro-Haftar).
    Ce raid est survenu un jour après que les Forces de défense côtières aient pris pour cible un bateau qui violait l'embargo maritime au large des côtes de Ras Lanouf.