Faya Largo

  • Tchad : l'armée affirme avoir repoussé une incursion rebelle au nord

    Imprimer

    Les forces armées tchadiennes ont annoncé, samedi 17 avril 2021 dans la soirée, avoir "mis en débandade" une incursion rebelle du Front pour l'alternance et la concorde au Tchad (Fact), dans le nord du pays. Vidéo de la colonne rebelle anéantie.

    Les forces de défense et de sécurité du Tchad ont "mis en débandade, ce 17 avril aux environs de 15 heures, la colonne de terroristes (photo ci-dessous) qui s'est maladroitement avancée au nord de la province du Kanem", a déclaré le porte-parole de l'état-major général des armées du Tchad, le général de brigade Azim Bermandoa Agouna.

    "La colonne a été totalement décimée" et un bilan de l'accrochage sera ultérieurement donné, selon l'état-major qui a également annoncé le lancement d'un "ratissage" pour traquer des rebelles en fuite après ce premier contact au sol entre les forces tchadiennes et les rebelles du Fact.
    VyeQmpUN.jpegLes affrontements qui ont eu lieu samedi au nord de Mao, dans la province du Kanem, localité située à moins de 300 km de la capitale Ndjamena, ont inquiété certaines missions diplomatiques accréditées au Tchad.

    Le bureau des Affaires étrangères et du Commonwealth (département exécutif du gouvernement britannique chargé des affaires étrangères) a conseillé, samedi 17 avril, aux ressortissants britanniques présents au Tchad de quitter le pays "dès que possible".

    "Ce changement de niveau de conseil a été motivé par une avancée vers le sud-ouest de véhicules rebelles armés au-delà de la ville de Faya Largo, apparemment en direction de N'Djamena", selon le bureau des Affaires étrangères et du Commonwealth.

    Les États-Unis ont aussi ordonné samedi le départ des personnels américains non essentiels de l'ambassade des États-Unis à N'Djamena "en raison de troubles civils et de violence armée".

    Selon le département d'État américain, "les groupes armés non gouvernementaux du nord du Tchad se sont déplacés vers le sud et semblent se diriger vers N'Djamena. En raison de leur proximité croissante avec N'Djamena, et de la possibilité de violence dans la ville, les employés non essentiels du gouvernement américain ont reçu l'ordre de quitter le Tchad par avion commercial. Les citoyens américains au Tchad souhaitant partir doivent profiter des vols commerciaux".

    En réaction à ces alertes, le ministre tchadien des Affaires étrangères, Amine Abba Sidick, a appelé, sur twitter, "certaines missions diplomatiques à garder leur calme".

    Il a souligné que "la situation n'est pas préoccupante" et elle est "bien maitrisée par l'armée tchadienne".

    Pour rappel, c’est le dimanche 11 avril qu’un convoi armé appartenant au groupe rebelle "Fact" a traversé le Tchad depuis la Libye et a engagé des combats avec les forces tchadiennes.

    "Le samedi 17 avril, le convoi rebelle s'est déplacé vers le sud-ouest, passant la ville de Faya Largo. Le convoi semble se diriger vers la capitale, N'Djamena. En outre, un autre convoi de la Fact a été vu approchant la ville de Mao par le nord", a précisé samedi le bureau des Affaires étrangères et du Commonwealth.

    Ces événements interviennent au lendemain de l'élection présidentielle du 11 avril courant, tenue dans un climat politique tendu, marqué notamment par l'appel de l'opposition à boycotter le scrutin.

    Les résultats provisoires de cette élection se font toujours attendre.

  • Tchad : Après les élections présidentielles, un risque de guerre civile

    Imprimer

    Le Front de l'alternance et de la concorde (Fact) de l'opposition tchadienne a confirmé avoir attaqué l'armée le 11 avril, jour de l'élection présidentielle, dans la ville de Zouarké, et que la ville est tombée "sans résistance entre les mains des rebelles".

    Le Front de l'alternance et de la concorde a appelé les soldats à le rejoindre.

    Lundi dernier, au matin, l'armée tchadienne a lancé des frappes aériennes contre un convoi rebelle dans la ville de Zouarké dans la région rocheuse du Tibesti au nord du pays, à mille kilomètres de N'Djamena, selon ce qu'une source militaire a rapporté à RFI, indiquant que "l'ennemi a été traité (c'est-à-dire qu'il a été neutralisé).

    Selon un témoin oculaire de "RFI", lundi matin, deux avions MiG-21 ont frappé la ville de Zouarké pour arrêter l'avancée des rebelles. L'armée a indiqué qu'elle avait envoyé des renforts au Tibesti et que "toutes les mesures avaient été prises pour neutraliser les rebelles". En réalité, l'armée et les douaniers ont abandonné les sites de Zouarké. Selon RFI, citant une source rebelle, "ils ont laissé beaucoup de matériel derrière " que les rebelles ont récupéré.

    Mahamat Mahdi Ali.jpegRFI" a révélé que selon ses informations, la coalition militaire tchadienne composée de quatre mouvements rebelles a envoyé environ 100 véhicules à Faya Largo avec environ 500 hommes. Mahamat Mahdi Ali (photo), secrétaire général de l'alliance militaire rebelle, a déclaré: "Nous forcerons Idriss Déby à partir".

    Depuis 2018, des groupes rebelles cherchant sans succès à renverser le régime tchadien mènent des incursions et des attaques dans le Tibesti depuis la Libye.