Fartousi Kazem (porte-parole des Brigades Sayyid a

  • Irak : Des factions irakiennes pro-iraniennes menacent les Américains

    Imprimer

    Les factions armées irakiennes fidèles à l'Iran ont menacé les États-Unis d'une guerre massive s'ils n'évacuent pas leurs forces en Irak avant la fin de cette année.

    Brigades de Sayyid al-Shuhada
    La faction des "Brigades Sayyid Al-Shuhada" a déclaré que "la guerre sera ouverte" contre les forces américaines, après l'expiration du délai de la présence des forces de combat américaines en Irak fin 2021.

    Le porte-parole de la faction des « Brigades Sayyid Al-Shuhada », Kazem Al-Fartousi, a déclaré au réseau médiatique « Rudaw » : « Le gouvernement a épuisé tous ses efforts, dans le cadre du calendrier qu'il a annoncé lors de la visite du Premier ministre Mustafa Al-Kazemi à aux États-Unis d'Amérique ».

    "C'est donc une obligation mutuelle, qu'elle soit niée par la partie américaine ou non", a-t-il ajouté.

    الولائي.jpeg3500 soldats étrangers en Irak
    Le réseau a indiqué qu'il y a actuellement environ 3 500 soldats étrangers sur le sol irakien, dont 2 500 Américains.

    Vendredi 19 novembre 2021, le chef de la faction des « Brigades Sayyid Al-Shuhada », Abu Ala' Al-Walai (photo ci-contre), avait annoncé « ouvrir la porte au volontariat » dans les rangs de ses forces et « augmenter la préparation », en prévision de ce il a qualifié de "confrontation décisive et historique" avec les forces américaines.

    Le "Comité de coordination de la Résistance irakienne menace
    A son tour, le "Comité de coordination de la Résistance irakienne" a indiqué dans un communiqué, vendredi, que ses armes "seront présentes" si les forces américaines n'achèvent pas leur retrait d'ici fin décembre.

    Dans le communiqué, la commission a confirmé qu'elle ne rendrait pas ses armes, ajoutant : "Nous n'avons encore vu aucune manifestation de retrait... au contraire". Et il a ajouté avoir surveillé les forces américaines et constaté qu'elles augmentaient leurs effectifs et leurs équipements sur leurs bases en Irak.

    De son côté, le commandement des opérations conjointes irakiennes a démenti vendredi la prolongation de la date de retrait des forces américaines d'Irak.

    Le porte-parole des opérations conjointes, le général de division Tahsin al-Khafaji, a déclaré à l'agence de presse irakienne : « Parler de prolongation de la date du retrait des forces américaines est inexact et incorrect.

    Al-Khafaji a souligné que "la date de départ des forces de combat le 31 décembre est fixée et qu'il n'y a aucun changement".

    Relations stratégiques irako-américaines
    Auparavant, la coalition internationale contre l'Etat islamique avait confirmé que son rôle en Irak ne changerait pas avec le retrait imminent des forces de combat fin décembre de cette année.

    Le porte-parole de la Force opérationnelle interarmées et directeur des affaires publiques de la Coalition internationale, Joel Harper, a déclaré à l'agence de presse irakienne : « Le rôle de la Coalition internationale en Irak ne changera pas, et elle passera des opérations de combat au rôle de conseil, responsabilisation et assistance."