Fars Air Qeshm

  • Iran/Russie : Un avion d'une société iranienne associée au CGRI a livré une cargaison à Moscou. L'Iran pourrait avoir commencé les livraisons de drones à la Russie

    Imprimer

    Jeudi 28 juillet, un Boeing 747 de la compagnie aérienne iranienne Fars Air Qeshm a atterri à l'aéroport Sheremetyevo de Moscou. Il s'agit d'une entreprise privée spécialisée dans le transport de passagers et de marchandises.

    Fars Air Qeshm est connu pour avoir des liens avec le Corps des gardiens de la révolution islamique d'Iran (CGRI). Des avions Fars Air Qeshm étaient auparavant utilisés pour livrer des armes ou des composants d'armes au Hezbollah libanais.

    Le blogueur israélien Abu Ali, qui suit les événements au Moyen-Orient, estime que l'avion de Fars Air Qeshm pourrait avoir livré des drones iraniens à Moscou.

    Il n'y a pas eu de commentaires officiels à ce sujet.

    Ces derniers jours, après la visite du président russe Vladimir Poutine à Téhéran, plusieurs autres vols de ce type entre l'Iran et la capitale russe ont été enregistrés. Les experts de Conflict Intelligence Team (CIT) notent qu'il s'agit sans doute de livraisons de drones ou de fourniture de pièces et d'équipements pour des avions civils (la réalisation d'un tel accord a été rapportée la veille).

    A noter qu'à ce jour, pas un seul drone de fabrication iranienne n'a été aperçu, encore moins abattu, au-dessus du territoire de l'Ukraine, où l'armée russe est en guerre depuis le 24 février 2022.

    Il y a quelques semaines, le conseiller américain à la sécurité nationale, Jake Sullivan, a déclaré lors d'un briefing que les dirigeants américains avaient des informations sur les projets de l'Iran de transférer des centaines de drones, à la fois de reconnaissance et de frappe, vers la Russie. Sullivan a également déclaré que les autorités américaines sont conscientes que l'Iran est prêt à former des spécialistes russes pour piloter ces drones, et que le processus de formation commencerait dès juillet. La source de cette information n'a pas été précisée dans la déclaration de Sullivan.

    Au cours des dernières décennies, l'Iran a activement développé son programme d'avions militaires sans pilote, ayant obtenu certains succès dans ce domaine. Les drones de frappe iraniens sont activement utilisés par les rebelles chiites Houthis yéménites et d'autres groupes armés, en particulier le Hezbollah libanais. Selon les experts, l'Iran surpasse la Russie dans le développement et la production de drones, mais est nettement inférieur à des pays comme les États-Unis, Israël, la Grande-Bretagne, la Turquie et la Chine.

    La Russie connaît actuellement une grave pénurie de drones dans la zone de combat sur le territoire de l'Ukraine. On sait que même les drones du ministère des Situations d'urgence sont utilisés par l'armée russe.

    Les autorités israéliennes sont préoccupées par les informations faisant état d'une coopération militaro-technique entre l'Iran et la Russie, notamment en ce qui concerne les informations sur les livraisons imminentes de drones iraniens à l'armée russe.

    Rappelons à cet égard que l'armée russe utilise activement (y compris en Ukraine) des drones Forpost, qui sont les "jumeaux" du drone israélien Searcher MkII. En particulier, des drones Forpost-R sont utilisés. Ces drones ont été développés sur la base d'une copie sous licence du drone israélien Searcher MkII.