Fantio (région de Tillaberi)

  • Niger : douze militaires nigériens tués, 8 autres blessés et plusieurs dizaines de djihadistes neutralisés

    Imprimer

    Une attaque survenue samedi 4 décembre 2021 à Téra, à proximité des frontières maliennes a fait douze tués parmi les militaires nigériens et en a blessé 8 autres. Plusieurs dizaines de djihadistes ont été neutralisés.

    "Le 4 décembre 2021, ayant eu l'information sur la présence de terroristes dans les environs de sa position, le chef de détachement des Forces de défense et de sécurité déployé à Fantio dans le Garoual pour la sécurisation dudit village dépêcha un élément pour vérification", a indiqué un communiqué du ministère de la Défense nationale diffusé dimanche soir à la télévision publique.

    "Cet élément, composé d'un véhicule blindé et de trois Toyota montés, s'est accroché à des centaines de terroristes armés, à cinq kilomètres de sa position", a ajouté la même source, précisant que "l'élément s'est farouchement défendu et a occasionné des dizaines de morts à l'ennemi, avant d'être submergé par le nombre".

    Le détachement de l'armée nigérienne de Fantio est située dans le département de Téra, région de Tillaberi, dans la zone dite des "trois frontières" à cheval entre le Burkina Faso, le Mali et le Niger.

    Les attaques armées se sont multipliées au cours des dernières semaines dans cette zone, visant aussi bien les objectifs militaires que les civils.

  • Niger : cinq civils tués dans une attaque près la frontière du Burkina Faso

    Imprimer

    Cinq civils nigériens ont été tués et deux autres ont été blessés, mercredi 12 mai, dans une attaque perpétrée par des hommes armés non identifiés dans le village de Fantio, dans l'ouest du Niger, près de la frontière du Burkina Faso, a annoncé la société civile locale.

    "La région de Tillabéri est endeuillée de nouveau avec l'attaque du village de Fantio", a rapporté le mouvement de veille sécuritaire de la société civile "Urgence Tillabéri" dans un communiqué.

    Cinq villageois ont été tués et deux autres ont été blessés dans cette attaque, a précisé la même source, ajoutant que les assaillants ont également vandalisé une église.

    Aucune partie n'a encore revendiqué l'attaque et aucune déclaration officielle n'a été faite à ce propos, jeudi à 14h30 GMT.

    Ces dernières semaines les attaques armées se sont multipliées dans la région de Tillabéri, frontalière du Burkina Faso et du Mali.

    Le mardi 4 mai courant, des hommes armés non identifiés ont attaqué le village de Intoussane situé dans le département de Banibangou, près de la frontière malienne. Selon un bilan publié par le gouvernement, quinze militaires nigériens avaient été tués et six autres blessés dans cette attaque.

    "Urgence Tillabéri" a rapporté que dans la nuit de dimanche 2 au lundi 3 mai, d'autres hommes armés avaient tué le fondateur d'un complexe scolaire privé du village de Dessa situé dans le département d'Ayorou, près de la même frontière malienne.

    Depuis 2017 la région nigérienne de Tillaberi fait face à des attaques attribuées aux groupes terroristes opérant dans la "zone des trois frontières" située entre le Burkina, le Mali et le Niger.

    Face à la récurrence des attaques, le gouvernement nigérien a instauré l'état d'urgence dans la plupart des départements de cette région.