FAMa (Forces Armées Maliennes)

  • Mali : 248 civils tués par les forces de sécurité maliennes (ONU)

    Imprimer

    Au Mali 248 civils ont été tués par les Forces de sécurité au cours du premier trimestre 2022, a indiqué Antonio Guterres Secrétaire général des Nations Unies dans son rapport présenté au Conseil de Sécurité et rendu public jeudi 16 juin 2022.

    Lors de la présentation du rapport au Conseil de Sécurité, Abdoulaye Diop (photo ci-dessus), ministre malien des Affaires étrangères, a indiqué que ''le Gouvernement du Mali a rejeté certaines allégations de violation et d’atteinte aux droits de l’homme attribuées aux Forces de défense et de sécurité maliennes, dans la dernière note trimestrielle de la MINUSMA''.

    ''Le rapport trimestriel récemment publié par la division des droits de l'homme de la MINUSMA, couvrant la période du 1er janvier au 31 mars, montre que les groupes terroristes ont commis le plus grand nombre d'atteintes aux droits de l'homme (410)'' explique le document.

    Selon le rapport '' le nombre total de violations et d'abus imputables aux forces de défense et de sécurité maliennes est passé de 31 au quatrième trimestre 2021 à 320 au premier trimestre 2022, alors que le Mali intensifiait les opérations antiterroristes dans le centre''.

    Guterres a indiqué que ''le rapport de la division des droits de l'homme attribue la mort de 248 civils, dont la plupart sont membres de la communauté peul (232), aux forces de sécurité'' expliquant que ''ces conclusions n'incluent toutefois pas l'incident largement rapporté dans le village de Mourah, au centre du Mali, qui s'est produit du 27 au 31 mars, car la MINUSMA n'a pas été autorisée à accéder à la zone pour mener sa propre enquête''.

    En outre le rapport du Secrétaire général rappelle sa proposition de juillet 2021 d'augmenter l'effectif autorisé de la MINUSMA de 2069 personnels en uniforme. ''Cependant, il est peu probable que le Conseil envisage une augmentation du plafond des troupes avant l'achèvement de l'examen de l'ONU'' a-t-il ajouté.

    Le gouvernement note pour sa part qu' "à l’issue d’enquêtes minutieuses, nous nous sommes rendus compte que ces allégations sont tendancieuses, non recoupées, rapportées selon des témoignages contradictoires et ne s’appuyant sur aucune preuve tangible".

  • Mali : 18 'terroristes neutralisés dans les régions de Bandiagara et Douentza

    Imprimer

    Dix-huit ''terroristes'' dont 3 chefs actifs, ont été neutralisés, samedi 11 juin 2022, dans des frappes aériennes contre des refuges terroristes dans les régions de Bandiagara et Douentza, dans le centre du Mali, a annoncé samedi, l’état-major général des armées dans un communiqué.

    « Sur la base de renseignements, des actions aéroterrestres dans la région de Bandiagara ont fait le bilan suivant : 3 refuges terroristes démantelés, des armes, munitions et matériels de fabrication d'Engins Explosifs Improvisés (IED) détruits, des matériels civils volés aux populations récupérés, 13 terroristes neutralisés dont 3 chefs actifs à savoir Moussa Sangaré, Alias Emerana, Younoussa Sangaré et Boubary Sangaré », indique le communiqué.

    Le colonel Souleymane Dembelé Directeur de l'Information et des Relations Publiques des Armées (Dirpa) a souligné que « la traque de nombreux blessés tentant de s'exfiltrer vers la frontière continue ».

    Il ajoute, en outre, que « dans la région de Douentza, 5 terroristes ont été neutralisés et leur armes et moto récupérées. La consolidation des actions de sécurisation de la route Douentza-Boni continuent d'être une priorité ».

    Le colonel Dembelé annonce que « des frappes aériennes ont ciblé ce samedi 11 juin 2022 des refuges terroristes dans la région de Nara et la zone du Baoulé, dont l'exploitation est en cours dans le sud du pays ».

    En outre, « les opérations de routine de sécurisation des personnes et leurs biens, de même que la protection des forces se sont poursuivis avec une attention particulière sur la région de Menaka où les FAMa (Forces armées maliennes) consolident leurs positions en prélude au retrait de la Task force Takuba », explique la même source.

    Dembélé a affirmé vendredi, lors d'un point de presse que « 168 Terroristes ont été neutralisés et 37 autres interpellés, une quantité d'armes et véhicules ont été saisies au cours du mois de mai 2022, dans le centre et le sud du pays ».

  • Mali : 2 soldats maliens tués et 38 "terroristes" neutralisés

    Imprimer

    Au moins deux militaires maliens ont été tués et neuf autres blessés dans une embuscade survenue sur l'axe Gossi-Gao, jeudi après-midi 2 juin 2022. 7 terroristes ont été neutralisés au cours du même incident a indiqué l'état-major général des armées du Mali dans un communiqué.

    En outre, l'armée a annoncé avoir neutralisé 31 "terroristes" dont des responsables recherchés, notamment Abou Yahya Salahine, adjoint de l'émir de la Katibat Serma, ainsi que le chef de base dans le secteur de Niaki, au cours d'une frappe contre un camp terroriste située à 3 km à l'Ouest du village de Serma dans la commune de Boni région de Douentza.

    La Katiba Serma est affiliée au Groupe de Soutien à l'Islam et aux Musulmans (GSIM), une alliance jihadiste affiliée à Al-Qaïda

    « Les FAMa (Forces Armées Maliennes) ont réagi dans les actions aéroterrestres à une embuscade complexe sur l'axe Gossi – Gao cet après-midi avec un bilan provisoire de deux morts et 9 blessés côté FAMa, avec 2 véhicules détruits par des engins explosifs improvisés et du côté ennemis 7 terroristes neutralisés », a annoncé le colonel Mariam Sagara directrice adjointe de la Direction de l'information et de Relations Publiques de Armées.

    Et d'ajouter :« Sur la base de renseignements précis reçus, les forces aériennes FAMa ont mené, dans la matinée du 27 mai 2022 aux environs de 6 heures, une frappe contre une base terroriste située à 03 km à l'Ouest du village de Serma, commune de Boni, région de Douentza. Le bilan de cette frappe fait état de 31 terroristes neutralisés dont des responsables recherchés ».

    Colonel Mariam Sagara Directrice adjointe de l'Information et des relations publiques des armées a expliqué que « les terroristes dans de multiples actions désespérées ont ciblé les populations civiles comme suit : Massacre des chevaux des paysans dans le cercle de Djenné, abus et menaces constatés sur les populations à Youwarou et à Tara, restrictions des mouvements des moyens de transport sur le tronçon de Douentza-Boni, abus sur les forains dans la foire d'Isseye dans le cercle Mondoro ».
    FT3bptCWQAg6l0H.jpeg

    Elle affirme, en outre, que « les priorités opérationnelles ont porté sur les actions de sécurisation des populations et de ravitaillements ».

    Les embuscades et les attaques aux engins explosifs improvisés sont récurrentes, notamment dans le centre du Mali et la région des trois frontières entre le Mali, le Niger et le Burkina Faso.

    Le Mali a basculé dans l'insécurité depuis 2012 et, malgré le déploiement de forces régionales et internationales, la situation ne s'est pas stabilisée.

  • Mali : 12 "terroristes" neutralisés à Toubakoro Sylla

    Imprimer

    Douze "terroristes" ont été neutralisés du 10 au 14 mai 2022 et 7 autres interpellés, dans la zone de Toubakoro Sylla, dans le cercle de Banamba, région de Koulikoro, dans le sud du pays, a annoncé, lundi, l'armée malienne dans une note sur sa page officielle sur Facebook.

    « 12 terroristes neutralisés, 7 interpelés, 12 motos, des bidons d’essence et du matériel de guerre saisis. Tel est le bilan d’une opération offensive menée par le GTIA (groupement tactique interarmes) Keletigui 1 dans la zone de Toubakoro Sylla située à une cinquantaine de km au nord de Banamba. C’était du 10 au 14 mai 2022 », a indiqué la même source.
    .
    L'armée explique que « tout a commencé quand une section renforcée du GTIA, lors de sa progression a été accrochée, le mercredi 11 mai 2022 par une colonne logistique des groupes armés terroristes (GAT) entre Toubakoro Sylla et Séméné. Face à la puissance de feu et la détermination des FAMa (Forces armées maliennes), les groupes armés terroristes ont pris la poudre d’escampette avec une perte de 7 morts et 6 éléments arrêtés ».
    « Au cours de leur fuite en direction du sud de Toubakoro Sylla, un autre GAT a été intercepté par le deuxième échelon du GTIA, initialement installé à Ouléni », ajoute-t-elle, avant d'affirmer que « cette seconde opération a permis la neutralisation de 5 terroristes. Des motos et du matériel de combat ont été récupérés ».

  • Mali : 12 terroristes neutralisés dans le centre dans des frappes aériennes

    Imprimer

    Douze terroristes ont été neutralisés et 7 autres blessés dans des frappes aériennes menées par l'armée malienne contre des bases des groupes ''terroristes'' Katiba Serma et Ansaroul Al Islam, les 27, 28 et 29 avril dans le centre du pays, a annoncé, vendredi soir 29 avril, l'état-major général des armées du Mali dans un communiqué.

    « L'Etat major général des armées informe l'opinion nationale et internationale que les Forces Armées Maliennes (FAMa) ont mené avec succès des frappes aériennes contre des groupes terroristes respectivement dans le secteur de Yirma les 27 et 28 avril 2022, Niasso-Sebé et Sossobé-Togoro le 29 avril 2022 », a indiqué le Directeur adjoint de l'Information et des relations publiques des armées (Dirpa), Colonel Souleymane Dembelé.

    « Ces actions matérialisent davantage la montée en puissance continue des FAMa ainsi que l'efficacité de la coordination entre les services de renseignement, les structures de planification et les forces d'intervention », a souligné la même source.

    Présentant le bilan de l'opération, il a indiqué que « 12 terroristes ont été neutralisés, 7 blessés évacués dans une forêt située aux alentours du village d'Issey pour y recevoir des soins, 3 véhicules calcinés dont un pick-up équipé d'une mitrailleuse 12,7mm et plusieurs motos dont 1 tricycle brûlés ».

    « Le 29 avril 2022, les frappes ont ciblé un important dépôt logistique opérationnel des terroristes situé entre les localités de Niasso-Sebé et Sossobé-Togoro. Cette cache des terroristes a été détruite grâce à la précision des renseignements et au choix des points visés ayant occasionné de grandes et multiples explosions en différents point du dépôt » explique le communiqué.

  • Mali : 5 militaires tués dans une explosion

    Imprimer

    Au moins cinq soldats maliens ont été tués et un autre blessé, lundi 25 avril, dans une explosion sur l'axe Bandiagara-Bankass, ont annoncé les Forces armées maliennes (FAMa) dans un communiqué.

    « Une patrouille FAMa de sécurisation de la RN15, suite à l’enlèvement d’un camion-citerne sur l’axe Bandiagara-Bankass ce lundi 25 avril 2022, s’est lancée à la poursuite dudit véhicule dans la commune de Dialo. C’est au niveau du pont de Parou, aux environs de 09H30 qu’un véhicule de cette patrouille a sauté sur un engin explosif improvisé (EEI) », a indiqué le communiqué publié sur la page Facebook de l'armée malienne. Le bilan fait état de 5 morts côté FAMa et 1 blessé, a ajouté la même source.

    Le Premier ministre, Choguel Kokalla Maïga, a présidé, ce lundi, une réunion du Cadre politique de gestion de la crise du Centre, a indiqué la Primature dans un communiqué.

    ''Cette réunion à laquelle ont participé tous les départements impliqués porte sur le document de stratégie de stabilisation du Centre. Ce document de stratégie qui comporte plusieurs axes vise à faire du Centre une Zone stable et prospère'', a expliqué la même source.

    Depuis 2012, le Mali est confronté à une crise sécuritaire alimentée de revendications séparatistes et d'attaques terroristes, notamment dans le nord et le centre du pays.

     

  • Mali : Un groupe jihadiste affirme détenir un mercenaire russe du groupe Wagner

    Imprimer

    La principale alliance jihadiste au Sahel détient un Russe membre de la société militaire privée Wagner, "capturé" dans le centre du Mali, selon une revendication au nom de ce mouvement transmise à l'AFP.
    FRJeiLEWQAEp7Oi.jpeg

    C'est la première fois que le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM), lié à el-Qaïda, annonce la capture d'un Russe engagé sur le front de la lutte antijihadiste au Mali. Le GSIM n'a cependant pas fourni de preuve permettant d'attester de la véracité de son annonce faite par voie de communiqué dans la nuit de dimanche à lundi.

    Dirigé par des militaires depuis 2020, le Mali a fait appel massivement à ce qu'il présente comme des "instructeurs" venus de Russie pour soutenir son armée alors que Paris et Washington dénoncent régulièrement la présence dans le pays de "mercenaires" du groupe privé russe Wagner, accusations fermement démenties par Bamako. C'est "durant la première semaine d'avril" que le GSIM affirme avoir "capturé un soldat des forces russes Wagner dans la région de Ségou", dans le centre du Mali.

    "Ces forces meurtrières ont participé avec l'armée malienne à une opération de parachutage sur un marché dans le village de Moura où ils ont affronté plusieurs moudjahidines avant d'encercler cette localité pendant cinq jours et tuer des centaines de civils innocents", ajoute le communiqué du GSIM, en arabe, sans plus de détail sur le lien entre la capture du Russe et les événements de Moura.

    Cette ville a été le théâtre fin mars d'une opération controversée de l'armée malienne. Selon les autorités de Bamako, les soldats maliens y ont "neutralisé" 203 jihadistes, mais l'ONG Human Rights Watch (HRW) accuse des membres des Forces armées maliennes (FAMa) d'y avoir exécuté sommairement 300 civils, avec l'aide de combattants étrangers. La mission de l'ONU au Mali (Minusma) demande depuis lors en vain aux autorités maliennes de l'autoriser à se rendre sur place pour enquêter afin de faire la lumière sur ces événements.

    Pilotes russes
    Selon des sources concordantes, un ressortissant russe en opération avec des soldats maliens a été tué le 19 avril dans le centre du Mali. Il s'agit du premier décès confirmé d'un Russe dans le cadre d'opérations militaires dans le pays depuis que la junte a pris le pouvoir en 2020. Dimanche, l'armée malienne a annoncé la mort de six soldats dans trois attaques simultanées avec des "véhicules bourrés d'explosifs", contre trois camps militaires dans le centre du pays.

    Dans un message audio transmis à l'AFP, ces opérations ont été revendiquées par la katiba Macina, du prédicateur peul Amadou Koufa. Ce groupe de combattants est subordonné à Iyad Ag Ghaly, le chef du GSIM. Entre autres dégâts, l'armée malienne a fait état d'"un hélicoptère légèrement endommagé".

    Dans une vidéo semblant avoir été publiée sur internet pour la première fois dimanche, on voit un hélicoptère de conception russe aux couleurs de l'armée malienne apparemment endommagé au sol. Sur ces images, que l'AFP n'a pas pu authentifier ni dater, apparaissent furtivement deux hommes blancs à côté de ce qui semble être des soldats maliens. Selon un document de source diplomatique consulté récemment par l'AFP, presque tous les hélicoptères maliens sont pilotés par des Russes assistés de copilotes maliens.

    Le Mali est plongé depuis 2012 dans une crise sécuritaire profonde que le déploiement de forces étrangères n'a pas permis de régler. La junte militaire au pouvoir s'est rapprochée de Moscou en même temps qu'elle se détournait de la France, engagée militairement dans le pays contre les jihadistes depuis 2013. Parties du nord du pays, les violences jihadistes se sont étendues vers le centre et le sud avant que le conflit ne se complique avec l'apparition de milices communautaires et de bandes criminelles. Le conflit a fait des milliers de morts, civils et combattants, et le centre du Mali est actuellement un des principaux foyers de la crise sahélienne.