Expulsions de jihadistes

  • Italie : Un Égyptien de 27 ans expulsé pour des raisons de sécurité d'État

    Imprimer

    En exécution du décret du ministre de l'Intérieur pour des raisons de sécurité de l'Etat, un citoyen égyptien de 27 ans a été expulsé hier par l'aéroport de  Rome-Fiumicino.

    Résident de la province de Venise, l'Egyptien de 27 ans avait attiré l'attention des services de sécurité en février 2020 grâce à la veille sur les réseaux sociaux des sujets en relation avec l'extrémisme islamique. Son profil Facebook avait révélé la présence de messages et de publications qui témoignaient d'une adhésion à l'idéologie djihadiste. En particulier, en octobre 2020, il avait publié des commentaires sur les attentats terroristes en France qualifiant le meurtre de l'enseignant parisien Samuel Paty de "héros martyr". 

    Les expulsions pour raisons de sécurité de l'Etat effectuées de 2015 à aujourd'hui se montent à 547, dont 27 en 2021.

  • Italie : Exemple d'expulsion d'un jihadiste tunisien

    Imprimer

    Ghaith Abdessalem.jpegGhaith Abdessalem, un Tunisien de 26 ans résidant à Lomagna (Lecco) a été expulsé d'Italie. Ghaith Abdessalem est considéré par la justice italienne comme un partisan de l'Etat islamique, sur lequel pendait un mandat d'expulsion signé dès 2015. Plusieurs fois arrêté pour des crimes de droit commun, il avait déjà été expulsé d'Italie.

    Immédiatement après avoir été libéré de prison en février 2021 pour une série de condamnations pour évasion, vol qualifié et pour être rentré illégalement en Italie à plusieurs reprises malgré des expulsions forcées ordonnées par le ministère de l'Intérieur, il avait présenté une demande d'asile politique affirmant qu'il risquait d'être torturé en Tunisie. Dans l'attente de l'examen de sa demande, il avait été transféré au Centre d'identification et d'expulsion de Gradisca D'Isonzo à Gorizia, où il a toutefois décidé de renoncer à sa demande de protection internationale, probablement parce qu'il savait qu'elle ne serait guère acceptée. Il a été embarqué sur le premier vol disponible vers son pays d'origine le mois dernier. Il ne pourra pas revenir en Italie avant 10 ans.