EUPHRATE

  • https://www.frontlive-chrono.com du mercredi 28 novembre 2018

    Imprimer

    Afghanistan: forte explosion près de la société privée de sécurité britannique G4S à Kaboul

     

    Algérie : Bouteflika, « manœuvres politiques » en vue des prochaines élections présidentielles

     

    Cameroun : 29 blessés dans un attentat-suicide dans l’extrême-nord

     

    Italie : arrestation d’un Libanais d’origine palestinienne préparant un attentat au nom de l’EI

     

    Syrie: Saoudiens et émiratis auraient déployés des troupes à l’est de l’Euphrate

     

    Syrie: Nouveau round de négociations à Astana (Kazakhstan)

     
    Abonnement nécessaire pour lire les articles de Frontlive-Chrono 
    Trois options : 100€ pour un an / 60€ pour six mois ou 12€ par mois

  • Articles parus sur https://www.frontlive-chrono.com le 31 octobre 2018

    Imprimer

    Abonnement à Frontlive-Chrono nécessaire pour lire l’intégralité des articles – 
    Trois options : 100€ pour un an / 60€ pour six mois / 12€ par mois

     

    Afghanistan: attaque suicide près d’une prison de Kaboul, au moins 6 morts

    France: Vidéo d’allégeance à l’EI : sept personnes interpellées dans l’ouest

     

    Russie : un kamikaze de 17 ans se fait exploser dans une antenne régionale du FSB

     

    Syrie: combats entre jihadistes et rebelles dans la future « zone démilitarisée »

    CONTINUER LA LECTURE (Abonnés à Frontlive-Chrono)
     

    Syrie: Quatre miliciens kurdes tués par l’artillerie turque en Syrie

  • Syrie : Les Forces Démocratiques Syriennes s'emparent de l'important gisement pétrolier d'Omar

    Imprimer
    Syrie 
    OmarFields
    Les Forces Démocratiques Syriennes s'emparent de l'important gisement pétrolier d'Omar
    Les Forces Démocratiques Syriennes (FDS), une alliance rebelle kurdo-arabe soutenue par les Etats-Unis, ont finalement gagné la course de vitesse qui l'opposait aux forces pro-gouvernementales pour le contrôle des importants gisements pétroliers et gaziers d'Omar. Les FDS ont annoncé avoir pris dimanche le contrôle, dimanche 22 octobre, de ce gisement pétrolier.
    Le gisement d'al-Omar, sur la rive orientale de l'Euphrate, est l'un des principaux champs pétroliers du pays. Il était jusqu'ici tenu par les jihadistes de l'Etat islamique (Daech).
    "Nos forces ont réussi à libérer ce gisement sans dégâts notables", a déclaré Lilwa al Abdallah, une porte-parole de l'offensive lancée dans la province de Deir ez-Zhor. Le gisement d'al-Omar est situé à une dizaine de kilomètres au nord de Mayadin, ville reprise mi-octobre à l'EI par les forces gouvernementales syriennes et leurs alliés.
    Les FDS, à l'est de l'Euphrate, et les forces pro-Bachar el-Assad, sur l'autre rive, sont engagées dans deux offensives concurrentes contre l'EI. Des discussions entre la coalition sous commandement américain, qui appuie les FDS, et l'armée russe, qui soutient les forces du régime, ont régulièrement lieu pour éviter tout risque d'incidents.
    Communiqué des FDS :
    "Nos forces ont mené une opération militaire de grande envergure visant la concentration de mercenaires dans les champs de pétrole d'Omar aux premières heures de la matinée (22 octobre 2017) afin de venir à bout des mercenaires et de leur ôter l'occasion de commettre des actes de sabotage à cause de leurs défaites dans les régions libérées. Nos forces ont, par conséquent, libéré les anciens champs des militants et les ont chassés des champs avec peu de dégâts. 
    Nos forces continuent à traquer les survivants qui se sont réfugiés dans le quartier d'hébergement des ouvriers adjacent aux champs où ils se sont mis à l'abri dans ces bâtiments, tandis que nos forces s'affrontent avec eux pour les expulser ou les éliminer 
    Laila Al Abdullah, porte-parole officielle de la campagne Asefat AL-Jazeera."

    Jean René Belliard

    ptolemee@belliard74.com

  • Syrie : Entremise russe entre les Forces Démocratiques Syriennes (FDS) et le régime syrien pour réduire les tensions

    Imprimer
    Syrie 

    Entremise russe entre les Forces Démocratiques Syriennes (FDS) et le régime syrien pour réduire les tensions
    La situation évolue très vite en Syrie. Les Américains veulent-ils éviter une évolution à l'irakienne entre FDS et armée gouvernementale comme cela est le cas entre Peshmergas et forces irakiennes ? Ou bien les Kurdes syriens, ayant constaté que les Américains n'avaient pas bougé le petit doigt pour éviter qu'ils se fassent écraser par l'armée irakienne? toujours est-il que les militaires russes ont encore une fois profité du soudain refroidissement entre la Coalition internationale dirigée par les USA et les forces kurdes, majoritaires au sein des FDS, pour jouer leur propre partition.
    Les Forces Démocratiques Syriennes (FDS), jusqu'ici soutenues par les Etats-Unis, auraient remis le champ de pétrole de Tabiyah et ses installations voisines à l'armée loyaliste syrienne (AAS), suite à une visite de représentants syriens et russes dans la ville de Hassakah (Hasaké), contrôlée par les Kurdes des FDS. 
    Selon les renseignements, des unités de l'Armée Arabe Syrienne (AAS), accompagnées de «Russes» non identifiés sont déjà entrées dans la zone pétrolière. Cependant, aucune photo ou vidéo confirmant ces affirmations n'est disponible en ligne. La situation reste donc encore incertaine. Dans le même temps, des rapports circulent selon lesquels des représentants des FDS pourraient se rendre, le 10 novembre, à une réunion organisée sur la base aérienne de Hmeimeim utilisée par les forces aériennes russes, dans la province de Lattaquié. Les parties sont conviées à discuter d'un certain nombre de questions pour parvenir à une désescalade des tensions entre l'AAS et les FDS.
    Ces tensions se sont accrues depuis le mois de septembre, lorsque les FDS et l'AAS se sont lancées à une véritable course de vitesse dans la province de Deir ez-Zhor pour occuper les infrastructures pétrolières et gazières sur la rive orientale de l'Euphrate.
    Et depuis le début de ces offensives concurrentes, les deux camps s'accusent mutuellement d'incidents qui pourraient conduire à un affrontement de grande échelle.
     
    Jean René Belliard

     

  • Syrie Le MoD russe accuse les USA de favoriser le passage des jihadistes d'Irak en Syrie

    Imprimer

    Le MoD russe accuse les USA de favoriser le passage des jihadistes d'Irak en Syrie
    Igor Konashenkov 
    Le ministère russe de la Défense a accusé les États-Unis et "leur coalition contre l'Etat islamique" de "fool play" (jeu truqué) dans la guerre contre l'État islamique en Irak.
    Le ministère russe a porté ses accusations après avoir observé le faible nombre de frappes aériennes menées par la coalition dirigée par les États-Unis contre le groupe État islamique en septembre. La baisse des frappes aériennes aurait permis aux membres du groupe jihadiste de gagner la Syrie, affirme Moscou. Cela aurait permis, toujours selon Moscou, à l'Etat islamique de se redéployer dans la province de Deir ez-Zhor pour mener la bataille contre les forces pro-gouvernementales syriennes. 
    «Dans la partie occidentale de l'Irak, d'où les forces terroristes gagnent la rive orientale de l'Euphrate (où les forces aérospatiales russes ne sont pas en activité), le territoire contrôlé par l'EI continue de croître et il est de plus en plus vaste que celui (qu'il contrôle) en Syrie ", a déclaré mardi le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konashenkov. 
    Il a ajouté que l'analyse des chiffres des frappes aériennes fournies par le Pentagone dans le cadre de la campagne de lutte contre l'Etat islamique  permet "de voir des changements étranges". 
    "Par exemple, en septembre, avec le début de l'opération menée par les troupes syriennes soutenues par les forces aérospatiales russes pour reconquérir la province Deir ez-Zhor, la coalition internationale dirigée par les États-Unis a considérablement réduit l'intensité de ses frappes contre l'EI, effectuant près de cinq fois moins de raids en Irak qu'en Syrie", a déclaré Konashenkov.
    Il poursuit : "Curieusement, cette diminution de l'intensité des frappes en Irak a coïncidé avec le redéploiement de grandes forces terroristes des zones frontalières de l'Irak vers Deir ez-Zhor où elles tentent maintenant de s'implanter sur la rive orientale de l'Euphrate.
    La coalition dirigée par les Etats-Unis qui fait semblant de mener la lutte contre l'EI, surtout en Irak, voit tout cela, mais continue à prétendre combattre activement contre l'EI en Syrie, pour une raison quelconque ". 
    Konashenkov a déclaré qu'au cours de la semaine dernière, les troupes syriennes et les forces aérospatiales russes se sont concentrées sur la bataille contre l'Etat islamique dans la ville d'al-Mayadin, dans la vallée de l'Euphrate.
    Les avions russes effectuent environ 150 frappes par jour contre les positions de l'Etat islamique près de Mayadin. 
    Cependant, en dépit d'être presque encerclé par l'armée syrienne à Mayadin, l'État islamique reconstitue ses rangs et ses approvisionnements dans la vallée de l'Euphrate où les Forces Démocratiques Syriennes (FDS) soutenues par les États-Unis mènent leur propre opération contre l'État islamique. 
    C'est pourquoi e porte-parole russe s'interroge sur les vrais objectifs des efforts militaires de la coalition dirigée par les États-Unis. 
    "Le ravitaillement des terroristes d'Irak soulève de sérieuses questions sur les véritables objectifs des opérations anti-terroristes menées dans la région par les avions des États-Unis et de la soi-disant coalition internationale ", a déclaré Konashenkov. 
    Fin septembre, dans une précédente accusation, le ministère russe de la Défense avait publié des photos montrant la présence de forces américaines à proximité des positions de l'Etat islamique, affirmant n'avoir observé aucun combat. 
     
    Vidéo des accusations russes (langue russe sous-titrée en anglais) :
    https://www.liveleak.com/ll_embed?f=af2739a915bb

    Lire la suite

  • Syrie : Dernières nouvelles de la bataille de Deir ez-Zhor

    Imprimer
    Syrie 
    Euphrate
    Des unités spéciales de l'armée syrienne ont traversé l'Euphrate à l'est de Deir ez-Zhor le lundi 18 septembre au matin
    Dimanche 17 septembre au soir, des unités spéciales de l'Armée Arabe Syrienne (AAS), avec l'appui de conseillers militaires russes, ont traversé  l'Euphrate à l'est de la ville de Deir ez-Zhor et ont pris position sur sa rive orientale, a révélé le média russe pro-gouvernemental Riafan, citant ses correspondants sur le terrain. 
    L'opération a été couverte par les forces aérospatiales russes qui ont mené une série de frappes aériennes sur les positions de l'Etat islamique sur la rive orientale de l'Euphrate. 
    Puis, les forces pro-gouvernementales ont engagé des unités de l'EI dans un échange de coups de feu, forçant les jihadistes  à se retirer vers le nord. 
    Les soldats de l'AAS fortifiaient, lundi 18 septembre, leur tête de pont sur la rive orientale et devraient rapidement progresser vers le nord.  
    Vidéo de la traversée de l'Euphrate
    Le bureau d'information du 5e corps d'assaut de l'AAS, surnommé "Chasseurs de l'EI" (ISIS hunters - صائدو داعش) a mis en ligne une vidéo montrant la traversée de l'Euphrate le 18 septembre au matin:
     
    dixneufseptembre 
    Mardi 19 septembre : Dernières nouvelles de la bataille de Deir ez-Zhor
    Mardi 19 septembre, l'Armée Arabe Syrienne (AAS), la Garde Républicaine Syrienne (SRG) et leurs alliés ont continué à élargir leur tête de pont sur la rive orientale de l'Euphrate.
    Les forces gouvernementales ont pris le contrôle total des villages de Marat et Mazlum après avoir repoussé une contre-attaque des jihadistes de Daech, tuant une quarantaine d'islamistes. Après cela, les troupes gouvernementales, avec des unités de la redoutable 4ème Division blindée en tête, ont avancé dans la direction de Khsham, sur la route d'al-Mayadin. 
     
    Progression également en direction de Mayadin sur la rive occidentale de l'Euphrate 
    Les forces gouvernementales ont également progressé en direction d'al-Mayadin sur la rive ouest de l'Euphrate. Des affrontements avec les jihadistes de Daech ont eu lieu dans le village d'al-Jubaliah sur la route d'al-Mayadin. Cependant, le village n'a pas encore été libéré. Les combats sont toujours en cours.  
    Les jihadistes de Daech opposent une forte résistance au nord de la tête de pont
    Les forces gouvernementales sont confrontées à de violentes contre-attaques des jihadistes de l'EI au nord de la tête de pont installée sur la rive orientale de l'Euphrate, a déclaré, mardi 19 septembre, le porte-parole de la Défense russe, le major, le général Igor Konashenkov.
    Le général Konashenkov accuse la coalition internationale 
    Konashenkov a accusé par la même occasion les forces assistées par les Etats-Unis de ne pas lutter efficacement contre les jihadistes. Il en a voulu pour preuve le fait que les contre-attaques et les bombardements les plus sérieux des jihadistes ont été menés à partir du front nord de la tête de pont, c'est-à-dire à proximité des Forces Démocratiques Syriennes (FDS) assistées par la coalition internationale.
    "Selon les rapports des commandants syriens de première ligne, l'armée syrienne rencontre les contre-attaques les plus sévères et les tirs à partir de la direction nord. C'est-à-dire où se trouvent les forces des FDS et les unités des forces spéciales des États-Unis, qui administrent une assistance médicale à ces militants au lieu de libérer Raqqa. Vous ne devez pas posséder des connaissances militaires profondes pour voir la cohérence dans toutes ces coïncidences", a déclaré le général Konashinkov.
    Konashenkov a ajouté que les rejets d'eau des barrages de l'Euphrate contrôlés par les forces soutenues par les États-Unis empêchent le gouvernement d'avancer au nord de Deir ez-Zhor.  
    "Ainsi, la situation de l'eau sur l'Euphrate s'est considérablement détériorée au cours des dernières 24 heures. Dès que les troupes du gouvernement syrien ont commencé à traverser la rivière, le niveau de l'eau dans l'Euphrate a augmenté en quelques heures et la vitesse actuelle a presque doublé à deux mètres par seconde ", a-t-il déclaré. "Comme il n'y a pas eu de pluie, la seule source de ces changements dans la situation de l'eau est la décharge d'eau induite par l'homme dans les barrages en amont de l'Euphrate. Ces établissements sont détenus par des groupes d'opposition contrôlés par la coalition dirigée par les États-Unis. "  
    "Si la coalition internationale menée par les Etats-Unis ne souhaite pas lutter contre le terrorisme en Syrie, alors qu'elle ne gêne pas au moins ceux qui s'y attellent de manière continue et efficace", a ajouté le général russe.  
    Mais malgré cela et la forte résistance des islamistes de Daech, les forces gouvernementales ont réussi à libérer 60 km2 sur la rive orientale de l'Euphrate.     
    Les Forces Démocratiques Syriennes FDS), appuyées par les USA, se rapprochent de l'Euphrate
    De leus côtés, les FDS se rapprochent «rapidement» de la rive orientale de l'Euphrate. Mais elles ne l'ont pas encore atteinte car elles progressent avec prudence après le bombardement dont elles ont été la cible par les armées de l'air russe et syrienne, dans la zone industrielle de Deir ez-Zhor.
    Les FDS seraient maintenant à environ 2 km de la rive orientale. Cette information confirme qu'elles n'ont toujours pas pris le village d'al-Hussiniyah. 
     
    Jean René Belliard

     

    Lire la suite

  • Syrie : La coalition internationale confirme qu'une force alliée a été bombardée par Moscou à Deir ez-Zor

    Imprimer
    Syrie 
    FDS
    La coalition internationale confirme qu'une force alliée a été bombardée par Moscou à Deir ez-Zor
    Les Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance de combattants kurdes et arabes antijihadistes soutenues par les Etats-Unis, ont accusé samedi 16 septembre l'aviation russe de les avoir bombardées dans l'est de la Syrie, un incident démenti par Moscou mais confirmé par la coalition internationale menée par Washington. Un général russe a reconnu que les forces russes effectuaient des raids aériens des deux côtés de l'Euphrate mais que l'armée russe n'avait pas constaté de combats entre les FDS et Daech au cours des derniers jours.
    Deux offensives concurrentes en cours dans l'est syrien
    Dans l'est syrien, deux offensives concurrentes sont actuellement en cours pour chasser les jihadistes de l'Etat islamique (Daech) de Deir ez-Zhor, la dernière province qu'il contrôle majoritairement dans ce pays.
    Les forces prorégime soutenues par les Russes se concentrent sur la ville même de Deir ez-Zhor, alors que les FDS appuyées par l'aviation de la coalition internationale progressent dans l'est de la province.
    "Nos forces ont été la cible d'une attaque de l'armée de l'air russe et du régime dans la zone industrielle" au nord-est de la ville de Deir ez-Zhor, ont indiqué samedi les FDS dans un communiqué. "Six combattants ont été blessés."
    "Ce n'est pas possible. Pourquoi les bombarderions-nous?", a affirmé à l'AFP un porte-parole de l'armée russe, Igor Konashenkov, sur la base militaire russe de Hmeimeim (ouest de la Syrie).
    La coalition internationale a toutefois assuré dans un communiqué que "des forces russes (avaient) frappé une cible à l'est de l'Euphrate en Syrie près de Deir ez-Zhor, blessant des forces partenaires de la coalition".
    "Les munitions russes ont touché un lieu dont les Russes savaient qu'elles comprenaient des Forces démocratiques syriennes et des conseillers de la coalition. Plusieurs combattants des FDS ont été blessés et soignés après la frappe", a indiqué la coalition, qui a précisé qu'aucun de ses conseillers militaires n'avait été blessé.
    Certaines parties tentent d'entraver la lutte contre l'EI, dénoncent les FDS
    Les FDS, qui mènent également une offensive pour déloger l'EI de son bastion de Raqqa (nord), ont accusé "certaines parties" de tenter d'entraver leur avancée au moment où elles "remportent de grandes victoires contre l'EI".
    En annonçant son offensive contre l'EI dans la province de Deir ez-Zhor, cette alliance avait assuré qu'il n'y avait aucune coordination avec les forces du régime. Mais la coalition internationale a déjà dit qu'il existe dans la zone une "ligne de +déconfliction+", censée éviter les incidents dans un ciel encombré d'avions de la coalition, du régime et russes.
    Une ligne de déconfliction fonctionnant 24 heures sur 24
    Cette ligne "avec la Russie est ouverte 24 heures sur 24", a rappelé samedi un commandant de la coalition, le général américain Paul Funk, dans le communiqué. "Nous faisons tout notre possible pour éviter une escalade inutile entre les forces qui combattent notre ennemi commun", l'EI.
    A Deir ez-Zhor, les FDS opèrent sur la rive est de l'Euphrate, fleuve qui coupe en diagonale cette province riche en pétrole. Les incidents entre les FDS et le régime sont rares. En juin, un avion syrien avait été abattu par la coalition dans la province de Raqqa, Washington affirmant qu'il s'agissait d'une riposte à un tir de cet appareil contre les FDS.
    Le régime hostile aux FDS et aux forces étrangères sur le territoire syrien
    Le régime est très méfiant à l'égard des FDS, dont les forces kurdes syriennes sont la principale composante. Les Kurdes de Syrie ont déjà créé une région fédérale dans les zones qu'ils contrôlent, provoquant l'ire de Damas.
    'Force étrangère illégitime'
    Vendredi 15 septembre, une conseillère du président Bachar el-Assad, Bouthaina Chaabane, a prévenu que le régime allait combattre "les FDS, l'EI ou toute force étrangère illégitime présente sur le territoire". "Les FDS tentent, sous les ordres des Américains, de parvenir aux régions pétrolières pour les contrôler. Ils n'y parviendront pas", avait-t-elle dit.
    L'OSDH affirme qu'un avion syrien a été abattu par l'Etat islamique
    L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a affirmé samedi que l'EI avait abattu un avion présumé syrien au sud-ouest de Deir ez-Zhor mais qu'il était tombé en territoire progouvernemental près de la ville.
    La Russie s'interroge sur les "progrès rapides" des FDS contre l'Etat islamique
    Le porte-parole du ministère russe de la Défense, le major-général Igor Konashenkov, se pose des questions et affirme que "seuls les représentants de la coalition internationale peuvent répondre à la question" : comment les FDS ont pu progresser jusqu'à présent sans aucun combat avec les jihadistes de l'EI.
     
    Jean René Belliard