ÉTATS-UNIS

  • Syrie : Les Forces Démocratiques Syriennes concluent un accord avec une société américaine pour le commerce de pétrole

    Imprimer

    Les Forces Démocratiques Syriennes (FDS), la coalition de groupes rebelles majoritairement kurdes qui contrôlent une large partie du nord et du nord-est de la Syrie, ont conclu un accord avec une compagnie pétrolière américaine, a rapporté Al-Monitor le 30 juillet, citant des sources familières avec le sujet.
    L'une des sources a déclaré à l'agence basée à Washington que l'accord prévoyant la commercialisation du pétrole produit dans le territoire contrôlé par les Forces Démocratiques Syriennes (FDS) et la modernisation des champs pétrolifères existants avait été signé la semaine dernière.
    La source a identifié la société comme étant Delta Crescent Energy LLC, basée dans le Delaware. Une licence d'exploitation en Syrie a été accordée à la société par l'Office of Foreign Assets Control, OFAC.
    Les Forces Démocratiques syriennes contrôlent la plupart des ressources pétrolières de la Syrie. Les plus grands champs pétrolifères, Rmelan et Omar, sont tous deux contrôlés par le groupe dirigé par les Kurdes. Environ 500 soldats américains sont également déployés dans le nord-est de la Syrie pour "garder" ces champs pétrolifères.
    Ferhat Abdi Şahin, alias "Mazloum Abdi", commandant en chef des FDS a informé le sénateur américain Lindsay Graham sur cet accord lors d'un récent appel téléphonique.
    Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a également confirmé qu'il était au courant de l'accord pétrolier des FDS lors d'une session de la commission des relations étrangères du Sénat le 30 juillet.
    Selon Al-Monitor, les États-Unis ont également accepté de fournir deux raffineries modulaires aux FDS. Ces raffineries ne couvriront que 20 % des besoins de l'administration autonome.
    Au cours des derniers mois, les forces américaines ont amélioré la sécurité dans tous les principaux champs pétrolifères du nord-est de la Syrie. Des centaines de membres expérimentés des FDS ont été recrutés et formés par les Etats-Unis pour aider à la protection de ces champs.
    Damas considère naturellement cet accord comme illégal. Rappelons que le gouvernement syrien achète du carburant aux Forces Démocratiques Syriennes.

  • Israël utilise une "fenêtre optimale" pour attaquer le programme nucléaire iranien

    Imprimer

    La société américaine de renseignement et d'analyse Stratfor a publié un article affirmant qu'Israël est probablement derrière l'explosion et l'incendie de l'installation nucléaire iranienne de Natanz le 2 juillet. Selon l'évaluation des experts de Stratfor, Israël pourrait être à l'origine d'autres incidents similaires en Iran ces dernières semaines, notamment l'explosion sur le territoire du complexe de missiles Hodjir le 26 juin.
    Selon les auteurs de cette publication, la raison de l'activation d'un plan d'attaque d'Israël en direction de l'Iran est que Jérusalem est déçue de l'incapacité des pays occidentaux et arabes à freiner les capacités militaires et nucléaires de l'Iran. Stratfor écrit que les dirigeants israéliens craignent l'arrivée prochaine d'une administration "moins amicale" à la Maison Blanche, et utilisent donc une "fenêtre optimale mais limitée" pour endommager le programme nucléaire iranien.
    Le 5 juillet, l'édition américaine du New York Times a publié un article intitulé "L'Iran a reconnu les graves dommages causés à l'installation nucléaire de Natanz". Le sous-titre de l'article affirmait : "Un membre des services de renseignement au Moyen-Orient a déclaré qu'Israël aurait posé une bombe dans un bâtiment où des centrifugeuses perfectionnées étaient en cours de développement". Les auteurs de l'article sont Farnaz Fassihi, un journaliste américain d'origine iranienne considéré comme l'un des principaux experts sur le Moyen-Orient, Richard Peres Pena, un journaliste américain d'origine cubaine, et Ronen Bergman, un expert israélien de premier plan sur le renseignement israélien et auteur de plusieurs livres et de nombreux articles sur le sujet. L'article indique que l'explosion et l'incendie de la principale installation d'enrichissement du combustible nucléaire iranien ont non seulement causé des dommages importants, mais devraient également ralentir le programme nucléaire iranien pendant plusieurs mois. Une source informée, membre d'une des agences de renseignement d'un pays du Moyen-Orient a déclaré au New York Times qu'Israël était responsable de ce sabotage. Il a également affirmé qu'une bombe puissante avait été placée dans l'enceinte de Natanz. Selon NYT, la version de la bombe a été confirmée par un représentant du Corps des Gardiens de la Révolution Islamique (CGRI), qui s'est exprimé sous le couvert de l'anonymat.
    Auparavant, l'édition koweïtienne d'Al-Jarida avait affirmé que l'explosion à Natanz était le fait de pirates informatiques israéliens, tandis que le service persan de la chaîne de télévision de la BBC avait évoqué la responsabilité d'un groupe clandestin, les "guépards de la mère patrie".
    Le représentant du CGRI a exclu la version d'une cyber attaque. Il a également déclaré que les versions concernant un tir de missile de croisière ou l'attaque d'un drone avaient été vérifiées, mais la version la plus probable est que quelqu'un a transporté une bombe puissante dans le bâtiment. La nature des dommages en est la preuve.
    Il convient de noter que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, le ministre de la défense israélien Beni Ganz et le ministre des affaires étrangères israélien Gabi Ashkenazi ont tous deux répondu de manière vague aux questions sur l'éventuelle implication des Israéliens dans l'attaque de Natanz sans confirmer ou rejeter cette version.
    L'expert du renseignement d'un pays du Moyen-Orient, répondant aux questions du New York Times, a insisté sur l'implication d'Israël dans l'attaque de Natanz, tout en niant l'implication des Israéliens dans l'explosion de Parchin et celle au nord de Téhéran.
    Les autorités de Téhéran ont classé secrète l'enquête sur l'attaque de Natanz.
    Behruz Kamalvandi, de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique, a déclaré le 5 juillet à propos de l'explosion de Natanz : "Cet incident peut ralentir le développement et l'expansion des travaux de création de centrifugeuses améliorées. Des équipements modernes et des instruments de mesure précis étaient présents dans cette installation et ont été détruits ou endommagés". Selon l'évaluation du fonctionnaire, des dommages matériels importants ont été causés, ce qui retardera de plusieurs mois le développement du programme. Il a confirmé que le bâtiment où la dernière étape de l'assemblage des centrifugeuses améliorées avait été achevée avait été endommagée.
    Le 5 juillet, l'ancien Premier ministre israélien, Ehud Barak, a déclaré sur Radio 103FM qu'une "sorte de grange" avait explosé à Natanz. Selon lui, aucune production de centrifugeuses ne pourrait avoir lieu dans un tel bâtiment.

  • Irak : Le spécialiste du jihadisme Hicham al-Hachémi assassiné à Bagdad

    Imprimer

    Le chercheur irakien Hicham al-Hachémi, spécialiste des mouvements jihadistes, dont le groupe Etat islamique (EI), a été assassiné lundi soir 6 juillet 2020 près de son domicile dans la région de Zayouna, à l'est de Bagdad, a indiqué un haut responsable du ministère de l'Intérieur.

    Hashemi, docteur en jurisprudence islamiste, avait récemment reçu des menaces de mort publiées en ligne par des groupes pro-iraniens, l'accusant de soutenir "Israël et les États-Uni

    Hashemi, père de famille de 47 ans, apparaissait quotidiennement dans les médias locaux ou internationaux pour commenter l'activité des groupes jihadistes, la politique irakienne et les actions des factions armées chiites pro-Iran. Ce natif de Bagdad était également consulté par de nombreuses chancelleries et personnalités politiques irakiennes.

    Très introduit dans les milieux sunnites comme chiites, mais également parmi les Kurdes --comme le président de l'Irak Barham Saleh dont il était proche--, il a été à plusieurs reprises l'organisateur de rencontres de réconciliation entre différentes factions et personnalités, opposées sur le plan politique ou confessionnel.

    Un des enquêteurs en charge de l'affaire a indiqué à l'AFP que Hashemi avait été assassiné devant son domicile dans le quartier de Zayyouna, dans l'est de Bagdad. Il venait de s'installer au volant de sa voiture quand un homme armé lui a tiré dessus, a-t-il ajouté. L'assassin s'est alors approché de lui et lui a tiré quatre balles à bout portant dans la tête. "Les lâches ont assassiné mon ami et l'un des chercheurs les plus brillants d'Irak, Hicham al-Hashemi, je suis choqué", a tweeté Harith Hasan, lui-même chercheur et aujourd'hui conseiller du Premier ministre Moustafa al-Kazimi.


    Un homme apprécié
    Sur les réseaux sociaux, les messages de condoléances à sa famille et les éloges pleuvaient, tant à un expert reconnu ayant écrit pour les centres de recherche Chatham House à Londres et le Center for Global Policy à Washington, entre autres, qu'à un homme apprécié pour son humour et sa modestie.

    La représentante de l'ONU en Irak Jenin Hennes-Blachart s'est dite "choquée" par cet "assassinat". "Nous condamnons fermement cet acte lâche et atroce", a-t-elle écrit sur Twitter. "J'appelle le gouvernement à identifier rapidement les auteurs et à les traduire devant la justice". Hashemi avait vigoureusement pris position en faveur de la révolte populaire lancée en octobre dernier qui réclamait une refonte totale du système politique irakien et dénonçait la mainmise iranienne sur Bagdad.

    Durant les six mois de contestation, plusieurs dizaines de militants ont été assassinés par des hommes armés, souvent à bord de mobylettes, près de leur domicile. Les autorités continuent d'assurer ne pas pouvoir identifier les auteurs.

    En septembre, avant même que n'éclatent les manifestations sans précédent de l'automne, Hashemi avait été menacé de mort avec 13 autres personnalités irakiennes par des groupes en ligne pro-Iran. Dans une campagne de cyber-harcèlement, ils s'en étaient pris à lui et aux autres, les accusant d'être des "collaborateurs", des "traîtres à la patrie", "pro-Israël" et "pro-Américains".

    En novembre 2019, alors qu'Abdel-Mahdi était au pouvoir et que des manifestations de masse protestaient contre l'influence des milices soutenues par l'Iran, Hashemi avait disparu des ondes radio. Il avait déclaré à ses relations qu'il avait été menacé par les Kataëb Hezbollah (milice chiite irakienne pro-iranienne).  Plus récemment, il était redevenu plus présent dans les médias au fil et à mesure des mois, avaient déclaré ses amis, et donc encore plus menacé.

    Lorsque le premier ministre actuel, al-Kazemi, avait ordonné un raid sans précédent contre des membres des Kataêb Hezbollah, accusant cette milice de planifier de nouvelles attaques, al-Hashemi avait été parmi les premiers à partager tous les détails sur les réseaux sociaux. Ceci lui a valu une avalanche de nouvelles menaces de mort de la part de partisans des milices pro-iraniennes. Depuis, tous les membres des Kataëb Hezbollah interpellés par les forces de sécurité ont été libérés et les tirs de roquettes, notamment contre les intérêts américains, ont repris.

    Dans un article publié sur Facebook dimanche 5 juillet, al-Hashemi avait encore déclaré que le récent changement à la tête de l'Etat irakien avait affecté le pouvoir du mouvement lié à l'Iran en Irak. Il avait ajouté que leurs récentes attaques étaient motivées par "la vengeance et la falsification.

    L'assassinat de Hisham al-Hashemi est la meilleure preuve que son travail et sa voix ont eu un impact, et qu'il était craint par les milices et les terroristes, en particulier depuis sa forte condamnation du meurtre des manifestants, dont il avait rejoint les rangs.

     

  • Frontlive-Chrono du mercredi 13 mai 2020

    Imprimer

    USA : Le FBI a déclassifié l’implication d’un diplomate Saoudien dans les attentats du 11 septembre à la suite d’une erreur

    « Le Bureau fédéral d’enquête américain, qui reste en contact avec les familles des Américains tués lors des attentats du 11 septembre 2001 à New York, a révélé « l’un des secrets gouvernementaux les plus sensibles » en raison d’une erreur accidentelle », selon un article exclusif publié par Yahoo News le mercredi 13 mai. L’histoire fait référence à…Abonnés


    Irak : Persistance de la menace terroriste

    Des sources irakiennes ont révélé que 5 soldats et 3 civils étaient morts lors des dernières attaques menées par l’Etat islamique dans différentes régions du pays. C’est ce qu’a rapporté le journal al-Jazeera le 12 mai, sur la base de rapports de la cellule de sécurité des médias. Plus précisément, deux membres du personnel de…Abonnés


    Irak : Nouvelle opération de sécurité contre l’Etat islamique, au sud-ouest de Kirkouk

    La Cellule des médias de sécurité du « Joint Operations Command » en Irak a déclaré qu’aujourd’hui, mercredi 13 mai, les forces militaires et de sécurité ont lancé une opération de sécurité pour traquer les membres de l’Etat islamique dans les zones du gouvernorat de Kirkouk (250 km au nord de Bagdad). Une déclaration de la Cellule…Abonnés


    Niger : Au moins 75 « terroristes de Boko Haram » ont été tués au cours de deux opérations

    Le Niger a affirmé mercredi qu’au moins 75 « terroristes de Boko Haram » ont été tués lundi 11 mai au cours de deux opérations militaires dans le sud-est du pays et en territoire nigérian, un bilan qui n’a pas pu être vérifié de source indépendante. Un « groupe » de 25 « terroristes » a été tué au sud de…Abonnés


    Cisjordanie : Un adolescent palestinien tué par l’armée israélienne

    Un adolescent palestinien a été tué mercredi 13 mai par l’armée israélienne dans des heurts dans le sud de la Cisjordanie, a indiqué le ministère palestinien de la Santé, peu de temps après l’arrivée en Israël du secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo pour une visite éclair. Zaïd Qaysia, 15 ans, a été tué par un…Abonnés

  • Frontlive-Chrono - Jeudi 23 avril 2020

    Imprimer

    English (Anglais) Русский (Russe) العربية (Arabe) Deutsch (Allemand) Español (Espagnol) Italiano (Italien) 日本語 (Japonais) Nederlands (Néerlandais) 简体中文 (Chinois simplifié) polski (Polonais) Português (Portugais - du Portugal)

    Syrie: morts et blessés dans des explosions à Ras el-Aïn, une zone contrôlée par les milices rebelles syriennes pro-turques

    L’Observatoire syrien des droits de l’homme a rapporté ce jeudi matin que des explosions avaient été entendues simultanément dans le village d’Al-Ahras, dans la zone d’Al-Manajir, dans la campagne de Ras Al-Ain (Sri Kaniyeh), et dans le village d’Amiriya, également dans la campagne de Ras Al-Ain. Selon les informations de l’Observatoire, les explosions ont été…Login abonnés


    Syrie : Des combattants du Hezbollah irakien tués, blessés dans une nouvelle attaque de Daech à Mayadin

    Le chef des gardiens de la révolution, armée idéologique de la République islamique d’Iran, a promis jeudi une « réponse décisive » aux Etats-Unis si les menaces du président Donald Trump de « détruire » des embarcations iraniennes dans le Golfe étaient mises à exécution. « Nous déclarons aux Américains que nous sommes absolument déterminés et sérieux (…), et que…Login abonnés


    Libye: Arrestation du bras droit d’Ashmawi, qui a participé aux attentats contre des églises

    L’armée libyenne a annoncé l’arrestation de l’un des terroristes égyptiens les plus dangereux, alors qu’il combattait dans les rangs des forces du Gouvernement d’Accord National (GNA) dans la capitale, Tripoli. Rappelons que le GNA est soutenu par les Nations Unies. Le porte-parole du commandement général de l’Armée Nationale Libyenne (ANL), le général de division Ahmed…Login abonnés


    Turquie : Ankara fait état de la « neutralisation » de 112 militants kurdes.

    Au cours de la semaine dernière, la Turquie a « neutralisé » 112 militants kurdes dans le cadre d’opérations anti-terroristes menées sur son territoire. C’est ce qui ressort d’une déclaration officielle du ministère turc de l’Intérieur. L’opération, menée par l’armée et la gendarmerie, a été lancée le 15 avril. Selon le ministère de l’Intérieur, son but était…Login abonnés

  • Frontlive-Chrono du mercredi 22 avril 2020

    Imprimer

    Articles publiés en : English (Anglais) Русский (Russe) العربية (Arabe) Deutsch (Allemand) Español (Espagnol) Italiano (Italien) 日本語 (Japonais) Nederlands (Néerlandais) 简体中文 (Chinois simplifié) polski (Polonais) Português (Portugais - du Portugal)

    Etats-Unis/Iran : Trump ordonne de « détruire » toute embarcation iranienne harcelant des navires américains

    Donald Trump a annoncé mercredi qu’il avait donné l’ordre de détruire toute embarcation iranienne qui s’approcherait de façon dangereuse de navires américains dans le Golfe. « J’ai donné l’ordre à l’US Navy d’abattre et de détruire toute embarcation iranienne qui harcèlerait nos navires en mer », a tweeté le président des Etats-Unis. Il y a une semaine,…Login abonnés


    Trafics et terrorisme : coup de filet en Asie du Sud-Est

    En pleine crise sanitaire, plus de 180 personnes ont été arrêtées, dont l’une soupçonnée de terrorisme, lors d’une opération coordonnée par Interpol en Asie du Sud-Est, qui a aussi permis de sauver 130 victimes de traite d’êtres humains. Cette opération baptisée Maharlika III, menée du 24 février au 20 mars, a notamment abouti à l’interpellation…Login abonnés


    Israël : Attaque terroriste près de la colonie de Ma’ale Adumim : Un garde-frontière blessé, l’agresseur abattu – Vidéo

    Mercredi 22 avril au matin, un Palestinien a blessé un garde-frontière israélien à un poste de contrôle près de la colonie de Ma’ale Adumim. L’agresseur a été neutralisé. Selon des informations non officielles, le terroriste a été abattu. Les ambulanciers du service Magen David Adom, qui sont arrivés sur les lieux, affirment que le soldat…Login abonnés

  • Frontlive-Chrono du vendredi 21 février 2019

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe) deDeutsch (Allemand) esEspañol (Espagnol) itItaliano (Italien) nlNederlands (Néerlandais) plpolski (Polonais) pt-ptPortuguês (Portugais - du Portugal)

    Les articles de Frontlive-Chrono sont accessibles aux seuls abonnés
    – Se connecter en utilisant le mot de passe et cliquer sur « rester connecté ».
    – Pour les lecteurs qui ne seraient pas encore abonnés,  cliquer sur « s’abonner » dans la barre d’outils, choisir le type d’abonnement en cliquant sur une des durées proposées et suivre les instructions.
    – Trois types d’abonnements: 12€/mois – 60€ pour six mois ou 100€ pour un an.
    Les abonnés bénéficient d’un accès à tous les articles protégés listés dans « catégories ».


    Afghanistan : Les États-Unis et les talibans s’accordent sur une semaine de « réduction de la violence » dans tout le pays

    Une semaine de « réduction de la violence » entre les talibans, les Etats-Unis et les forces de sécurité afghanes va bientôt commencer, a déclaré un fonctionnaire vendredi, avant la signature éventuelle d’un accord entre les Etats-Unis et les insurgés. Si la trêve partielle se poursuit, elle marquera une étape historique dans plus de 18 ans de…CONTINUER LA LECTURE


    Algérie: Très forte mobilisation pour le 1er anniversaire de la contestation

    Les Algériens ont manifesté très massivement vendredi, entretenant, à la veille de son premier anniversaire, la flamme d’une contestation inédite qui a chassé le président Abdelaziz Bouteflika mais n’a pas réussi à abattre le « système » au pouvoir depuis l’indépendance. A Alger, la manifestation n’a cessé de grossir au fil de l’après-midi, au point d’emplir plusieurs…CONTINUER LA LECTURE


    L’Arabie saoudite intercepte des missiles balistiques houthis visant des villes saoudiennes

    La défense antiaérienne d’Arabie saoudite a intercepté des missiles lancés par les rebelles houthis visant une ville saoudienne, a affirmé la coalition militaire sous commandement saoudien engagée dans la guerre au Yémen. L’attaque houthi présumée aurait pris pour cible la ville portuaire saoudienne de Yanbu, située à 900 km de la frontière yéménite. Le port…CONTINUER LA LECTURE


    Mali: Une cinquantaine de jihadistes « neutralisés » dans le centre du pays, selon l’état-major français

    La force française Barkhane a mis « hors de combat » ces derniers jours une cinquantaine de jihadistes dans le centre du Mali, a annoncé l’état-major français, alors qu’un groupe a récemment prêté allégeance à l’organisation Etat islamique (EI) dans cette zone. « Entre le 9 et le 17 février, Barkhane a mené plusieurs opérations dans le centre…CONTINUER LA LECTURE