Etat islamique en Turquie

  • Turquie : 16 membres de l'État islamique arrêtés à Istanbul par le département antiterroriste

    Imprimer

    Lundi 26 septembre, une opération a été menée dans dix quartiers d'Istanbul pour arrêter des membres de l'État islamique. Selon le Daily Sabah, 16 suspects au total ont été arrêtés par les forces de sécurité.

    La police d'Istanbul a déclaré que l'opération avait été menée par le département antiterroriste. Les arrestations ont été effectuées sur la base de renseignements, selon lesquels des membres d'un groupe associé au mouvement jihadiste international pourraient également préparer des attentats terroristes en Turquie.

    Le service de presse de la police a noté que l'opération s'est déroulée simultanément à 14 adresses.

  • Turquie : Capture d'un membre dirigeant de l'Etat islamique

    Imprimer

    Le président Recep Tayyip Erdogan a annoncé, jeudi 8 septembre 2022, que les forces turques avaient arrêté un "cadre supérieur" de l'Etat islamique.

    Le président turc a déclaré que ce chef islamiste, citoyen irakien, était connu sous le pseudonyme d'Abou Zeyd. Son vrai nom est Bashar Khattab Ghazal al-Sumaidai, a-t-il précisé à des journalistes à bord de son vol de retour d'une tournée de trois pays des Balkans. Il a ajouté qu'un rapport de l'ONU publié en juillet identifiait al-Sumaidai comme "l'un des principaux dirigeants" de l'organisation islamiste.

    Les médias turcs ont indiqué que certains éléments indiquent que Sumaidai pourrait en fait être l'homme connu sous le nom d'Abou Hassan al-Hashimi al-Qurashi, un Irakien qui serait le nouveau calife autoproclamé, donc chef suprême, de l'Etat islamique. "Les connexions de ce terroriste en Syrie et à Istanbul étaient suivies depuis longtemps, et les services de renseignement ont obtenu des informations selon lesquelles il entrerait illégalement en Turquie", a déclaré le président Erdogan.

    "Il a été arrêté lors d'une opération du service de sécurité du MIT (services secrets turcs) et de la police d'Istanbul", a M. Erdogan, sans préciser la date de cette arrestation. L'EI a été vaincu en Irak en 2017 et en Syrie deux ans plus tard, mais des cellules dormantes du groupe mènent toujours des attaques dans les deux pays.

  • Turquie : 5 dirigeants de l'Etat islamique arrêtés pour avoir comploté des attentats à l'intérieur du pays

    Imprimer

    Les autorités turques ont arrêté 5 dirigeants de l'Etat islamique, l'un dans la province méridionale de Gaziantep, et les quatre autres dans la région de Jarabulus au nord de la Syrie, ainsi que 6 de leurs collaborateurs.

    Le ministère turc de l'Intérieur a déclaré, dans un communiqué, que les cinq dirigeants de l'Etat islamique prévoyaient de lancer des attaques à l'intérieur du pays.

    Le ministère de l'Intérieur a indiqué que les forces de gendarmerie de l'État méridional de Gaziantep ont arrêté Ramo Muhammad al-Hamad, surnommé "Rami Remo", le 31 août, alors qu'il prévoyait de lancer une attaque.

    Le communiqué ajoute : « Remo est considéré comme responsable du système judiciaire au sein de l'Etat islamique. Il avait été libéré de la prison d'Al-Kaf dans le gouvernorat de Hasakeh, dans l'est de la Syrie, à la condition qu'il parte pour la ville de Jarabulus, située dans le secteur de l'Opération « Bouclier de l'Euphrate » dans le nord du pays. »

    Le ministère a expliqué que les aveux de Remo ont aidé les forces de sécurité à arrêter 4 autres dirigeants de l'Etat islamique dans la région de Jarabulus alors qu'ils tentaient d'infiltrer la Turquie pour mener une attaque sur son territoire.

    Le ministère turc a identifié les personnes arrêtées. Il s'agit de l'officier de renseignement Ibrahim Al-Saleh, surnommé « Abu Rasoul », du responsable des réseaux sociaux, Hussam Dawoud, surnommé « Abu Ayyub », du responsable de la formation, Ahmed Al-Helou, surnommé « Abu Abdul Rahman Al-Shami", et de l'imam Kimi Aydan, surnommé "Al-Shami". 

    Le ministère a confirmé que les forces de sécurité ont également arrêté 6 individus qui coopéraient avec les membres de l'organisation et leur fournissait une assistance. Elles ont également saisi un fusil Kalachnikov, un chargeur et 27 balles de fusil.

  • Turquie : Un mort et quatre blessés dans un attentat à la bombe

    Imprimer

    Un attentat à la bombe visant un bus transportant des gardiens de prison à Bursa, ville industrielle du nord-ouest de la Turquie, a fait un mort et quatre blessés, ont annoncé mercredi 20 avril les autorités turques.

    Une bombe, placée près d'un poteau électrique au bord d'une route, a explosé au passage du bus transportant les gardiens de prison, faisant "un martyr", a déclaré le gouverneur de Bursa, Yakup Canbolat, à la chaîne privée turque NTV. L'attentat a également fait quatre blessés, dont un dans un état grave, a annoncé le gouverneur. Le bus visé transportait une trentaine de gardiens et l'explosion a été "visiblement déclenchée" par un système télécommandé, a ajouté le gouverneur.
    "Les opérations pour arrêter les responsables sont en cours", a tweeté le ministre turc de l'Intérieur Suleyman Soylu.

    L'attentat n'a pas été revendiqué.

    La Turquie a subi une vague d'attentats en 2016, revendiqués par le groupe jihadiste Etat islamique et par le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), une organisation qualifiée de "terroriste" par Ankara et ses alliés occidentaux. 

    Cette attaque survient alors que la Turquie a lancé depuis lundi une offensive aérienne et terrestre contre le PKK, qui dispose de bases et de camps d'entraînement dans le nord de l'Irak.

    Ancienne capitale de l'empire ottoman avant Constantinople, Bursa, connue pour ses soieries, accueille l'une des principales zones industrielles de Turquie, en particulier pour l'automobile et le textile.

  • Turquie : Arrestation de 6 personnes, dont une liée à Daech, qui se sont infiltrées depuis la Syrie

    Imprimer

    Les gardes-frontières turcs ont arrêté 6 personnes qui se sont infiltrées sur le territoire turc depuis la Syrie, dont un terroriste de l'Etat islamique.

    Le communiqué du ministère turc de la Défense a annoncé, vendredi, l’arrestation des six personnes qui tentaient d'entrer illégalement en Turquie.

    La Défense turque a confirmé que l'une des personnes était membre de l'Etat islamique.

  • Turquie : Un suspect dans l'attentat de 2017 dans une discothèque d'Istanbul arrêté au Kirghizistan

    Imprimer

    Un homme soupçonné d'être lié à l'attentat du 1er janvier 2017 dans une discothèque d'Istanbul a été arrêté, vendredi 10 décembre 2021 au Kirghizstan, ont annoncé vendredi les services de sécurité de ce pays d'Asie centrale.

    "Il a été établi que le détenu était impliqué dans une attaque terroriste d'envergure" dans une discothèque d'Istanbul "dans laquelle 39 citoyens de 18 pays ont été tués", a indiqué le Comité d'Etat pour la sécurité nationale dans un communiqué. Selon ce communiqué, l'homme a été arrêté le 8 décembre à Bichkek, la capitale kirghize, et placé dans un centre de détention provisoire des services de sécurité. Seules les initiales de l'homme ont été fournies, les services de sécurité kirghiz précisant qu'il est "citoyen d'un Etat étranger".

    Abdulgadir Masharipov,.jpegLe 1er janvier 2017, Abdulgadir Masharipov (photo ci-contre), armé d'un fusil d'assaut avait tiré au hasard sur la foule qui fêtait le Nouvel An au Reina, une discothèque huppée d'Istanbul, avant de prendre la fuite. L'attentat avait fait 39 morts, en majorité des touristes venus de pays arabes, et près de 80 blessés. Ce fut le premier en Turquie a être revendiqué de façon directe par l'Etat islamique (Daech), même si Ankara lui a imputé d'autres attaques. Après une vaste chasse à l'homme, Abdulgadir Masharipov, un citoyen ouzbek, avait été arrêté une quinzaine de jours plus tard et avait avoué être l'auteur du carnage, avant de se rétracter lors du procès. Il a été condamné à la prison à vie en septembre 2020. 

  • Turquie : Arrestation à Istanbul de deux membres de Daech ayant planifié des attaques contre des lieux de culte

    Imprimer

    Les forces de police de la ville d'Istanbul ont arrêté, dimanche 31 octobre 2021, deux suspects qui auraient planifié des attaques armées contre des lieux de culte et des institutions gouvernementales au nom de l'organisation islamique Daech.

    Des sources sécuritaires ont déclaré à l'Agence Anadolu que les forces antiterroristes du commandement de la police d'Istanbul ont arrêté deux personnes dans le quartier de Gazi Osman Pacha, après que des enquêtes ont conduit à l'éventuelle appartenance de ces deux éléments à des groupes prévoyant de perpétrer des attaques armées au nom de l'organisation islamique Daech dans toute la Turquie.

    Les mêmes sources ont ajouté que les enquêtes des forces de police et les informations dont elles disposaient ont conclu que les deux suspects pourraient cibler des lieux de culte, des institutions gouvernementales et des forces de sécurité par des attaques armées en Turquie.

    Les forces de police ont transféré les suspects, "Diyar. K" et "Ardal S." au tribunal après la fin de leur interrogatoire, où le ministère public a ordonné leur détention en attendant l'achèvement de l'enquête.