Etat islamique en Turquie

  • Turquie: Quatorze suspects de Daech interceptés dans la capitale Ankara

    Imprimer

    Les équipes du service des renseignements et de la lutte contre le terrorisme de la police d'Ankara ont intercepté 14 individus d'origine étrangère en lien avec l'organisation terroriste Daech et les zones de conflit.

    Les équipes avaient été informées de la présence de 21 suspects de Daech dans la capitale turque, Ankara. Des opérations simultanées ont été lancées lundi matin à l'aube permettant d'intercepter 14 d'entre eux.

    Après avoir subi un contrôle de santé, les suspects ont été remis à la direction de la sécurité.

    Les travaux se poursuivent pour intercepter d'autres suspects.

  • Turquie : Arrestation de deux membres présumés de Daech à la frontière avec la Syrie

    Imprimer

    Les autorités turques ont arrêté deux membres présumés de l'Etat islamique (Daech) qui tentaient de passer de Syrie en Turquie, a annoncé dimanche 21 février le ministère turc de la Défense.

    "Nos gardes frontières stationnées dans les zones de Reyhanli et Narlica de la ville de Hatay (sud) ont arrêté 16 personnes tentant d'entrer illégalement sur notre territoire, dont deux membres de l'organisation terroriste Etat islamique et deux de Hayat Tahrir al-Sham", a affirmé le ministère sur Twitter.

    Le groupe jihadiste Hayat Tahrir al-Sham (HTS) est lié à Al-Qaïda et contrôle près de la moitié de la province d'Idleb (nord-ouest) en Syrie.

    La nationalité des personnes arrêtées n'a pas été communiquée par le ministère.

    Dans les années qui ont suivi le début du conflit en Syrie, en 2011, la Turquie, frontalière, a été l'un des principaux points de transit des jihadistes cherchant à rejoindre la Syrie en guerre.

    Depuis la chute du "califat" autoproclamé de l'Etat islamique  en mars 2019, nombre d'entre eux ont fait le chemin inverse et rejoint la Turquie.

    Longtemps accusée de "laisser faire, laisser passer", Ankara annonce désormais régulièrement l'arrestation de membres présumés de l'Etat islamique qui se trouvent sur son territoire.

    Ankara a expulsé depuis l'an dernier plusieurs dizaines de jihadistes, notamment européens, vers leurs pays d'origine.

  • Turquie: 3 suspects de l'Etat islamique arrêtés à Kayseri

    Imprimer

    Une opération menée le 26 janvier contre l’Etat islamique a permis d’intercepter 3 ressortissants étrangers à Kayseri.

    Les équipes de commandement de la gendarmerie provinciale ont arrêtés les trois individus d’origine syrienne suspectés d’appartenance à l’organisation terroriste Daech.

    Les suspects, qui ont été soumis à des contrôles de santé, ont été incarcérés vendredi.

  • Turquie : Les forces de sécurité turques arrêtent 24 Irakiens pour liens présumés avec l'Etat islamique

    Imprimer
    La police turque a arrêté jeudi soir 24 Irakiens pour des liens présumés avec l'État islamique dans la province centrale de Kirsehir, ont rapporté vendredi les médias officiels. 
     
    Les unités antiterroristes de la ville de Kirsehir ont mené des raids simultanés contre 26 suspects à 32 adresses et arrêté 24 personnes. Ils recherchent les deux suspects restants, selon l'agence Anadolu.
     
    Des documents et du matériel liés à l'Etat islamique ont été confisqués lors des raids. 
     
    Les forces de sécurité turques ont procédé récemment à plusieurs arrestations à grande échelle de suspects étrangers de l'Etat islamique. Le 13 novembre, ils ont arrêté huit Irakiens dans la province de Samsun, sur la mer Noire. Lundi, les forces de la province de Kayseri ont arrêté sept Syriens qui auraient été impliqués dans des activités armées de l'Etat islamique dans la ville syrienne d'Azaz entre 2011 et 2015. 
     
    La Turquie n'a pas révélé l'appartenance ethnique des Irakiens arrêtés et il n'y a eu aucun commentaire de la part du gouvernement irakien. 

     

  • Turquie : Arrestation de suspects en liens avec l'Etat islamique à la suite d'informations sur des attaques pour le Nouvel An

    Imprimer
    La police a mené des campagnes d'arrestation de jihadistes présumés au cours des deux dernières années à chaque fin décembre depuis qu'un homme armé a tué 39 personnes dans une discothèque d'Istanbul le soir du Nouvel An 2017. L'attaque avait été revendiquée par l'Etat islamique.
     
    Cette année encore,  la police a arrêté, jeudi 31 décembre à Istambul, 35 ressortissants étrangers soupçonnés d'avoir des liens avec l'Etat islamique.
     
    Les forces de sécurité turques ont effectué des descentes simultanées sur 34 résidences dans 14 quartiers de la ville, sur la base d'informations faisant état  d'éventuelles attaques terroristes au moment des célébrations du Nouvel An.
     
    15 autres personnes ont été arrêtées à Ankara dans le cadre d'une autre enquête sur Daech.
     
    La Turquie a imposé un couvre-feu général et total de neuf heures lu soir du 31 décembre à cinq heures du matin le 4 janvier, ceci dans le cadre de la lutte contre l'épidémie du virus Covid 19.

     

  • Turquie : Arrestation de sept membres de l'Etat islamique "préparant des attentats"

    Imprimer

    Les autorités turques ont arrêté mardi sept membres présumés du groupe jihadiste Etat islamique (EI) qui préparaient des attentats, ont annoncé le procureur de la République d'Ankara et les médias locaux. Interpellés à Ankara, les suspects préparaient des attentats pour le 29 octobre, fête nationale de Turquie, et le 10 novembre, date de commémoration de Mustafa Kemal Atatürk, fondateur de la République turque, a précisé la chaîne d'information NTV.

    Deux des individus arrêtés ont participé à des affrontements armés en Syrie et l'un d'eux ferait partie des "bourreaux" de l'EI, selon NTV. Le bureau du procureur d'Ankara a fait état de l'arrestation de sept individus soupçonnés d'appartenir à l'EI dans le cadre de deux enquêtes séparées dans la capitale turque, sans fournir de précisions. La nationalité des personnes arrêtées n'a pas été communiquée. Dans les années qui ont suivi le début du conflit en Syrie, en 2011, la Turquie, frontalière, a été l'un des principaux points de transit des jihadistes cherchant à rejoindre ce pays en guerre.

    Depuis la chute du "califat" autoproclamé de l'EI en mars 2019, nombre d'entre eux ont fait le chemin inverse et rejoint la Turquie. Longtemps accusée de "laisser faire, laisser passer", Ankara annonce désormais régulièrement l'arrestation de membres présumés de l'EI qui se trouvent sur son territoire.

    La Turquie a été frappée en 2015 et 2016 par de nombreux attentats meurtriers attribués ou revendiqués par le groupe Etat islamique, dont le dernier en date a fait 39 morts, principalement des étrangers, dans une discothèque d'Istanbul la nuit du Nouvel An 2017.

  • Turquie : Ankara annonce l'arrestation de Mahmut Uzden, le plus haut responsable de l'Etat islamique en Turquie

    Imprimer

    Le ministre turc de l'Intérieur, Suleiman Soylu, a déclaré mardi 1eer septembre que la police avait arrêté Mahmut Uzden, le plus haut responsable de l'Etat islamique en Turquie. Uzden, qui dirigeait les militants de l'Etat islamique opérant sur le territoire turc, avait le rang d'émir.

    Soylu a déclaré sur Twitter que "des complots importants" avaient été découverts lors de la saisie d'une grande quantité de documents en la possession du militant. Il n'a donné aucun autre détail supplémentaire.