Etat islamique en Syrie

  • Syrie : L'armée de l'air russe élimine un groupe de l'Etat islamique en Syrie centrale

    Imprimer

    Mercredi 24 février, au moins dix membres de l' Etat islamique ont été tués au cours d'une nouvelle vague de frappes aériennes russes sur la région centrale de la Syrie , rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

    L'OSDH a déclaré que des avions de combat des Forces aérospatiales russes (VKS) avaient effectué plus de 90 frappes aériennes sur les positions présumées de l'Etat islamique dans la région centrale au cours des dernières 24 heures. La plupart des frappes aériennes ont touché le triangle Hama-Alep-Raqqa et l'ouest de Deir Ezzor.

    Malgré les frappes aériennes russes intenses, les combattants de l'Etat islamique ont pu mener une nouvelle série d'attaques contre les forces gouvernementales syriennes dans la région centrale.

    «L'Etat islamique a réussi à tuer neuf soldats loyalistes du régime lors d'attaques surprises dans le triangle Hama-Alep-Raqqa», lit-on dans le rapport de l'OSDH.

    L'OSDH a également affirmé que la communication avait été perdue avec un groupe de 12 combattants pro-gouvernementaux qui opéraient dans la région centrale.

    Les cellules de l'Etat islamique lancent des attaques dans la région centrale depuis leur principal bastion, le désert de Homs. La vaste zone désertique s'étend entre l'est de la province de Homs et l'ouest de celle Deir Ezzor. Des centaines de jihadistes s'y sont retranchés depuis trois à quatre ans.

    Les récentes opérations menées dans la région centrale par les forces gouvernementales syriennes et le VKS ont infligé de lourdes pertes à l'Etat islamique. Néanmoins, le groupe islamiste continue d'être très actif dans la région.

  • Turquie : Arrestation de deux membres présumés de Daech à la frontière avec la Syrie

    Imprimer

    Les autorités turques ont arrêté deux membres présumés de l'Etat islamique (Daech) qui tentaient de passer de Syrie en Turquie, a annoncé dimanche 21 février le ministère turc de la Défense.

    "Nos gardes frontières stationnées dans les zones de Reyhanli et Narlica de la ville de Hatay (sud) ont arrêté 16 personnes tentant d'entrer illégalement sur notre territoire, dont deux membres de l'organisation terroriste Etat islamique et deux de Hayat Tahrir al-Sham", a affirmé le ministère sur Twitter.

    Le groupe jihadiste Hayat Tahrir al-Sham (HTS) est lié à Al-Qaïda et contrôle près de la moitié de la province d'Idleb (nord-ouest) en Syrie.

    La nationalité des personnes arrêtées n'a pas été communiquée par le ministère.

    Dans les années qui ont suivi le début du conflit en Syrie, en 2011, la Turquie, frontalière, a été l'un des principaux points de transit des jihadistes cherchant à rejoindre la Syrie en guerre.

    Depuis la chute du "califat" autoproclamé de l'Etat islamique  en mars 2019, nombre d'entre eux ont fait le chemin inverse et rejoint la Turquie.

    Longtemps accusée de "laisser faire, laisser passer", Ankara annonce désormais régulièrement l'arrestation de membres présumés de l'Etat islamique qui se trouvent sur son territoire.

    Ankara a expulsé depuis l'an dernier plusieurs dizaines de jihadistes, notamment européens, vers leurs pays d'origine.

  • Syrie: 21 jihadistes de Daech tués dans des raids russes au cours des dernières 24 heures

    Imprimer

    Au moins 21 jihadistes du groupe Etat islamique (Daech) ont péri dans plusieurs raids menés par l'aviation russe dans plusieurs régions en Syrie, a indiqué samedi 20 févrierl'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

    L'ONG a fait état de 21 jihadistes tués dans "au moins 130 frappes aériennes (...) menées au cours des dernières 24 heures par l'aviation russe et ciblant l'organisation Etat islamique".

    Les frappes ont été menées "dans une zone à cheval sur les provinces d'Alep, Hama et Raqqa" dans le nord de la Syrie, mais aussi "dans le désert de Homs (centre) et Deir Ezzor (est)".

    Les raids, qui se sont poursuivis samedi matin, font suite à une série d'attaques menées vendredi par l'Etat islamique contre les forces du régime et ses alliés, ayant tué au moins huit membres d'une milice pro-Damas, selon l'OSDH.

    Malgré sa mise en déroute avec la chute de son "califat" en mars 2019, l'Etat islamique mène toujours des attaques meurtrières en Syrie, notamment dans le désert de la Badiya, qui s'étend de la province centrale de Homs jusqu'à celle de Deir Ezzor, à la frontière avec l'Irak.

    Des combats de plus en plus réguliers ont eu lieu ces derniers mois dans cette vaste zone entre les jihadistes et les forces du régime, appuyées par ses alliés.

    Depuis mars 2019, plus de 1.300 combattants du régime ont été tués dans ces affrontements, ainsi que 145 membres de milices pro-Iraniennes, contre plus de 750 jihadistes de l'Etat islamique, selon l'OSDH.

  • Syrie : L'Armée Arabe Syrienne (régime) sur le pied de guerre pour reprendre la ville d'al-Bab aux forces turques et leurs alliés

    Imprimer

    L'Armée arabe syrienne (AAS) se prépare à lancer une grande opération militaire pour libérer la ville d'al-Bab dans le nord d'Alep des forces turques et pro-turques, ont rapporté plusieurs sources pro-gouvernementales le 19 février.
    Euqe83dXUAE6sPC.jpeg

    D'importants renforts de la 5e division et de la 25e division des forces de missions spéciales de l'armée sont arrivées près d'al-Bab. Selon des sources pro-gouvernementales, plus de 300 chars de combat, véhicules blindés et artillerie y ont été déployés.

    Le major Youssef Hammoud, un porte-parole de l'Armée Nationale Syrienne (ANS) soutenue par la Turquie, a déclaré qu'un certain nombre d'unités de l'AAS ont été déployées dans quatre zones proches de la ville d'al-Bab.

    Le porte-parole de l'ANS n'a pas exclu la possibilité que l'AAS et ses alliés, y compris les forces russes, lancent une attaque terrestre surprise sur la ville.

    "Nous ne faisons pas confiance à la partie russe parce qu'elle n'est pas digne de confiance, et tous les accords qui ont été conclus avec elle n'étaient pas basés sur une confiance mutuelle", a déclaré Hammoud.

    L'armée turque et ses mandataires ont occupé la ville d'al-Bab après une bataille féroce avec l'Etat islamique, qui a eu lieu entre 2016 et 2017. Depuis lors, un état d'anarchie règne dans la ville.

    La ville d'Al-Bab est située sur l'autoroute M4, qui relie le nord-est de la Syrie aux régions septentrionales et côtières du pays. Cela rend la ville du nord d'une grande importance pour Damas. Les forces turques n'abandonneront probablement pas la ville sans livrer un combat acharné.

  • Syrie : Les Forces Démocratiques Syriennes publient des détails sur leurs opérations contre Daech à Deir ezZor

    Imprimer

    Jeudi 18 février, les Forces démocratiques syriennes (FDS), une coalition de combattants dominée par les Kurdes et soutenues par les États-Unis ont donné des détails sur leur opération contre les cellules de l'Etat isamique à Deir Ezzor.

    L'opération a été lancée le 4 février pour venger Saada al-Hermas et Hind al-Khudair, deux responsables locaux des FDS  assassinés par des jihadistes de Daech dans le sud-est de Deir Ezzor en janvier. L'opération des FDS a été menée dans l'ensemble de la partie de Deir Ezzor sous leur contrôle. L'opération s'est terminée le 14 février.

    Dans leur communiqué officiel, les FDS ont révélé que 87 membres  de Daech à Deir Ezzor ont été appréhendés au cours de l'opération de dix jours.

    Les jihadistes capturés comprennent les responsables du meurtre d'al-Hermas et d'al-Khudair, ainsi qu'Ibrahim Abdul Razak, un commandant local de l'Etat islamique connu sous le nom d '«Hitler».

    «Au cours de cette opération, nous avons porté un coup dur aux tentatives de l'Etat islamique de se revitaliser et d'intensifier ses activités, et la campagne a atteint ses objectifs», indique le communiqué.

    Des unités des FDS ont également découvert un tunnel creusé par le groupe islamiste dans la ville d'al-Dshishah au sud-est de la province de Deir Ezzor.

    Au cours de l'opération, les armes suivantes ont été saisies par les FDS:
    15 fusils d'assaut de type Kalachnikov;
    Une mitraillette Uzi;
    Quatre fusils Sniper;
    Huit armes de poing;
    Cinq fusils de chasse;
    Deux grenades à main;
    Deux mines terrestres.
    Plusieurs unités kurdes des Unités de Protection du Peuple (YPG) des unités kurdes de protection des femmes (YPJ) et des forces de sécurité des FDS, appelées Asayish, ont pris part à l'opération. La coalition dirigée par les États-Unis a également apporté son soutien.

    L'opération à grande échelle a infligé des pertes aux cellules de l'Etat islamique à Deir Ezzor. Cependant, cela n'a pas mis fin à la présence du groupe terroriste dans la région.

  • Syrie : Des frappes aériennes russes tuent 10 membres de Daech dans le centre du pays

    Imprimer

    Jeudi 18 février, douze terroristes de l'Etat islamique ont été tués dans une série de frappes aériennes russes sur la région centrale de la Syrie , selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

    Selon l'OSDH, au moins 20 frappes aériennes russes ont ciblé les positions de l'Etat islamique dans le Jebel Bishri, qui se trouve le long de la frontière administrative entre les provinces de  Raqqa et Deir Ezzor.

    «Des avions de combat russes survolent toujours la région», indique le rapport du SOHR.

    La veille, les avions de combat russes ont effectué plus de 100 frappes aériennes sur les positions de l'Etat islamique dans l'est de la province de Homs, l'est de celle de Hama, le sud de Raqqa et l'ouest de Deir Ezzor.

    Les forces aérospatiales russes soutiennent les troupes gouvernementales syriennes dans la région centrale depuis quelques mois maintenant. Les frappes aériennes russes sont destinées à mettre hors d'état de nuire les cellules de l'Etat islamique dans la région.

    Plus tôt cette semaine, un drone russe a découvert une grande cache d'armes de l'Etat islamique dans l'est de la province de Homs. La cache a ensuite été attaquée par les forces gouvernementales.

    Malgré des pertes subies lors de ces bombardements, les cellules de l'Etat islamique poursuivent leurs tentatives d'étendre leur influence dans le centre de la Syrie. Le groupe jihadiste tente de créer de nouvelles places fortes dans le triangle Hama-Alep-Raqqa ainsi que dans l'ouest de Deir Ezzor.

  • Syrie : Après une «accalmie» de 48 heures, les avions russes ont repris leurs attaques des militants de Daech

    Imprimer

    L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) rapporte que le jeudi 18 février, les avions de combat russes ont frappé plus de 40 positions de l'Etat islamique dans le nord de la Syrie.

    Les frappes ont repris après une «accalmie» de 48 heures.