Etat islamique en Syrie

  • Syrie : L'armée arabe syrienne et les forces aérospatiales russes neutralisent 14 jihadistes de Daech au sud de Raqqa

    Imprimer

    Au moins 14 membres de l'Etat islamique ont été tués. Ces djihadistes avaient participé à la récente attaque contre la ville de Resafa dans le sud de la province de Raqqa, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) le 16 octobre.

    Selon l'OSDH, les jihadistes ont été tués lors d'affrontements avec l'armée arabe syrienne (AAS) et des frappes aériennes russes.

    L'AAS a repris toutes les positions qu'elle avait perdues lors de l'attaque, qui a eu lieu tôt le 15 octobre. Les avions de combat des Forces aériennes russes ont effectué plus de 40 frappes aériennes contre les islamistes qui avaient pris part à l'attaque de Resafa.

    L'attaque a été lancée depuis le mont al-Bishri qui longe la frontière administrative entre Raqqa et Deir Ezzor.

    Resafa est situé sur l'autoroute reliant Raqqa à Hama. Les jihadistes prévoyaient probablement de bloquer l'autoroute stratégique, qui est utilisée pour transporter du carburant du nord-est de la Syrie vers les zones contrôlées par le gouvernement.

    Malgré de lourdes pertes au cours des derniers mois, l'Etat islamique tente toujours d'étendre son influence dans le centre de la Syrie. L'insurrection du groupe jihadistes dans la région semble ne pas vouloir s'arrêter.

  • Syrie : 8 soldats syriens tués au cours d'une attaque de Daech contre une ville clé au sud de Raqqa

    Imprimer

    Vendredi 15 octobre 2021, les combattants de l'Etat islamique ont lancé une opération à grande échelle contre des positions de l'Armée Arabe Syrienne (AAS) situées autour de la ville de Resafa, au sud de la province de Raqqa.

    L'armée arabe syrienne (AAS) et ses alliés ont réussi à repousser l'attaque après avoir affronté les terroristes pendant plusieurs heures. 

    Les avions de guerre des forces aérospatiales russes (VKS) ont fourni à l'armée un soutien aérien rapproché.

    Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), huit soldats de l'AAS et des combattants syriens pro-gouvernementaux ont été tués au cours de l'attaque.

    Resafa est située sur la route principale reliant Raqqa à Hama. La ville est également reliée par des routes à Deir Ezzor dans l'est de la Syrie et à Alep dans la région nord du pays.

    Des militants pro-gouvernementaux ont déclaré que les djihadistes de l'Etat islamique avaient lancé l'attaque depuis leurs repaires sur le mont al-Bishri qui s'étend le long de la frontière administrative entre les provinces de Raqqa et Deir Ezzor. 

    L'attaque a été l'une des plus grandes offensives de l'Etat islamique dans le centre de la Syrie cette année. 

    Les cellules de l'Etat islamique s'efforcent d'étendre leur influence dans le centre de la Syrie depuis plus d'un an maintenant, mais en vain. Les opérations de ratissage répétées de l'AAS et les frappes aériennes intenses du VKS russe ont infligé de lourdes pertes au groupe islamique.

  • Syrie : L'armée de l'air russe a tué au moins 55 membres de Daech en une semaine

    Imprimer

    Les avions de combat des forces aérospatiales russes ont effectué plus de 200 frappes aériennes contre des positions de l'Etat islamique dans la région centrale de la Syrie au cours de la première semaine d'octobre, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), le 8 octobre.

    Selon l'OSDH, les frappes aériennes russes ont visé des positions de Daech à la périphérie d'Ithriyah, Resafa et d'autres zones du triangle Hama-Alep-Raqqa, la périphérie de Soukhnah et Palmyre dans la partie orientale de la province de Homs. et plusieurs zones à l'ouest de Deir Ezzor.

    « En l'espace d'une semaine, ces frappes aériennes ont coûté la vie à 17 combattants de l'organisation [EI] et en ont blessé pas moins de 27 autres », a déclaré le groupe dans son rapport.

    Les cellules de l'Etat islamique dans le centre de la Syrie ont récemment intensifié leurs attaques. Les terroristes ont tué un officier de l'armée syrienne et plusieurs combattants pro-gouvernementaux au cours de la semaine dernière.

    Les avions de combat russes opèrent 24 heures sur 24 au-dessus du centre de la Syrie afin de soutenir les opérations de ratissage menées par les forces gouvernementales dans la région.

    Malgré de lourdes pertes au cours de la dernière année à la suite de frappes aériennes et d'opérations au sol, les cellules de l'Etat islamique continuent d'être actives dans la région centrale. 

  • Syrie : L'Etat islamique revendique l'attaque d'un gazoduc - l'électricité rationnée

    Imprimer

    L'Etat islamique (Daech) a revendiqué samedi 18 septembre 2021 une attaque contre un important gazoduc au sud-est de Damas qui a provoqué des coupures d'électricité et un rationnement du courant dans la capitale et ses faubourgs. Le système électrique en Syrie s'appuie sur la fourniture de gaz et de fioul.

    Selon un communiqué de l'Etat islamique, des membres de ce groupe "sont parvenus à poser et mettre à feu des explosifs visant un gazoduc alimentant les centrales de Tichrine et Deir Ali".

    La centrale de Deir Ali, toujours hors service samedi, produit la moitié des besoins en électricité du pays, a rappelé le ministre syrien de l'Electricité Ghassan al-Zamel, cité par l'agence officielle SANA. Selon lui, l'attaque à l'explosif, commise vendredi soir, a mis la centrale temporairement hors service, affectant plusieurs autres centrales, et provoquant des délestages à Damas et sa banlieue ainsi que dans d'autres secteurs. Le courant est revenu environ 30 minutes plus tard. Il a indiqué que des réparations avaient débuté dès samedi mais averti qu'un rationnement électrique strict durerait jusqu'à ce que les centrales tournent à nouveau normalement.

    Malgré sa défaite territoriale en mars 2019, le groupe jihadiste continue de perpétrer des attaques meurtrières dans les zones autrefois sous son contrôle, notamment contre les infrastructures gazières et pétrolières.

    Le conflit en Syrie, déclenché en 2011, a causé la mort de plus de 380.000 personnes et le déplacement de plus de la moitié de la population d'avant-guerre. Il a ravagé les réseaux d'électricité et les infrastructures gazières et pétrolières à travers le pays.

    Le régime de Bachar el-Assad a également perdu le contrôle des principaux champs pétroliers tandis que les sanctions occidentales empêchent les importations d'hydrocarbures de l'étranger. Les Syriens vivant en zone gouvernementale doivent s'arranger à la maison et au travail pour vivre avec des délestages durant jusqu'à 20 heures par jour.

  • Syrie : Après la mort d'un officier russe, les avions russes attaquent des militants de Daech

    Imprimer

    L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) rapporte qu'après la mort d'un militaire russe dans l'explosion d'un IED dans la province désertique de Homs, des avions russes ont lancé une série de frappes sur des positions de l'État islamique.

    Au total, selon l'OSDH, au cours des seules dernières 24 heures, les avions russes ont effectué plus de 60 raids aériens dans les régions de Shulah, Resafa, Atriya, Sukhna et Jebel Al-Bishri.

  • Syrie : Un officier russe tué dans le centre désertique syrien - vraisemblablement par l'Etat islamique

    Imprimer

    Lieutenant-colonel Alexeï Schneider..pngUn officier russe a été tué dans le centre de la Syrie le 9 septembre. Il a été identifié par des sources russes comme étant le lieutenant-colonel Alexei Schneider, âgé de 45 ans.

    Selon un communiqué du ministère de la Défense de la Fédération de Russie, l'officier faisait partie d'une unité de la police militaire russe qui recherchait le chemin d'un convoi humanitaire dans la province de Homs lorsqu'il a été pris pour cible par une bombe en bordure de route.

    La bombe a éventré le camion militaire dans lequel se trouvait l'officier. Il s'agissait d'un KamAZ-5350 avec une cabine blindée KDZ MM-501/2. Des photos partagées par la chaîne Military Informant sur Telegram confirment que le camion a été détruit lors de l'attaque.

    Le camion était équipé du système de brouillage RP-377VM1 B35169, ce qui suggère que l'explosion de la bombe a été télécommandée via un fil depuis un endroit voisin.

    Aucun groupe n'a encore revendiqué l'attaque. Cependant, l'Etat islamique reste le principal suspect. Les cellules du groupe islamique radical mènent une insurrection contre les forces gouvernementales syriennes et leurs alliés dans la région centrale depuis environ trois ans.

    Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, des avions de guerre des forces aérospatiales russes ont effectué plus de 60 frappes aériennes sur des caches de l'Etat islamique dans le centre de la Syrie en réponse à l'attaque meurtrière.

    Les forces gouvernementales syriennes et leurs alliés lanceront probablement une opération pour sécuriser la zone où l'attaque a eu lieu dans les prochains jours.

  • Syrie : L'Etat islamique tuent et blessent 14 militaires syriens lors d'une attaque à grande échelle dans le centre syrien

    Imprimer

    Mardi 7 septembre, des combattants de l'Etat islamique ont mené une attaque à grande échelle contre l'armée arabe syrienne et ses alliés dans la région désertique de l'est de la province de Homs.

    L'attaque visait un réseau de positions situées à l'est de la ville de Sukhnah, juste à la frontière administrative avec la province de Deir Ezzor. Les jihadistes de l'Etat islamique se sont affrontés avec des combattants pro-gouvernementaux pendant quelques heures, puis se sont retirés.

    Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, six combattants pro-gouvernementaux ont été tués et huit autres ont été blessés au cours de l'attaque.

    "Certaines des personnes [blessées lors de l'attaque] sont dans un état critique, ce qui suggère que le nombre de morts va augmenter", a déclaré l'Observatoire Syrien des Droits de l'Homme (OSDH).

    Trois jours plus tôt, une attaque similaire par des combattants de l'Etat islamique avait visé un certain nombre de positions près de la ville d'Ithriyah, dans l'est de la province de Hama. L'attaque avait coûté la vie à huit combattants soutenus par l'Iran qui soutenaient les forces pro-gouvernementales.

    Les récentes attaques de l'Etat islamique dans le centre de la Syrie ne sont pas restées impunies. Au cours des derniers jours, les avions de combat russes ont effectué des dizaines de frappes aériennes sur les positions supposées de l'Etat islamique dans la région. Au moins neuf terroristes auraient été tués.

    Les forces gouvernementales syriennes et leurs alliés opèrent contre les cellules de l'Etat islamique dans la région centrale depuis plus de deux ans maintenant.