Etat islamique en Syrie

  • Syrie : Attaque de l'Etat islamique - 5 militants pro-iraniens non syriens tués

    Imprimer

    Des membres de l'Etat islamique ont attaqué des points de contrôle militaires de milices pro-iraniennes dans le désert de Palmyre, dans l'est de la province de Homs. Des mitrailleuses moyennes et légères ont été utilisées dans les combats entre des membres de l'Etat islamique et des miliciens pro-iraniens au sud-ouest de la ville de Palmyre. Cinq combattants non-syriens, membres des milices soutenues par l'Iran ont été tués et plusieurs autres blessés.

    Les combattants de l'Etat islamique ont également attaqué des positions de "Liwaa Al-Qods", une brigade de Fedayin palestiniens pro-russes, dans le désert de Palmyre. Cependant, aucune victime n'a encore été signalée.

    Il convient de noter que des éléments armés non syriens participent actuellement à des opérations de ratissage dans le désert avec les forces du régime depuis la mi-juillet.

    Les membres de l'Etat islamique sont très actifs à Palmyre, dans la partie orientale de la province de Homs et son désert, où ils mènent fréquemment des attaques contre les forces du régime et les milices soutenues par le régime.

    Le 14 septembre, des sources fiables de l'OSDH ont rapporté que des avions de combat russes avaient mené près de 20 frappes aériennes contre des positions et des caches de l'Etat islamique dans le désert de Resafa dans la province de Raqqa.

  • Syrie : Un jihadiste de l'Etat islamique se fait sauter au cours d'un raid des Forces Démocratiques Syriennes (FDS)

    Imprimer

    Les forces antiterroristes des FDS ont fait une descente au domicile d'un membre de l'Etat islamique dans le quartier d'Al-Sina'a dans la ville de Raqqah, jeudi 15 septembre 2022.

    Le terroriste a résisté aux forces des FDS, faisant deux blessés parmi les membres des FDS. Puis, se voyant encerclé, il s'est fait sauter à l'aide d'une grenade. L'explosion a également blessé au moins un enfant.

    Dans un autre incident, le 13 septembre, une femme et deux enfants ont été blessés par des tirs aveugles lors d'un raid d'une patrouille des Forces de sécurité intérieure (Asayish) des FDS dans une maison du quartier d'Al-Layz dans la ville d'Abu Hamam, dans l'et de la province de Deir Ezzor. Un membre des forces asayish a été tué et une voiture civile a été incendiée lors du raid. Dix personnes ont été arrêtées suite à l'incident.

    Quelques heures plus tôt, une patrouille militaire des Forces de sécurité intérieure (Asayish) avait fait une descente dans des maisons de la ville d'Abu Hamam pour arrêter des suspects.
    Les suspects ont refusé de se rendre et se sont affrontés avec les membres Asayish, faisant plusieurs victimes, au milieu d'une tension croissante dans la région.

     

  • Turquie : 5 dirigeants de l'Etat islamique arrêtés pour avoir comploté des attentats à l'intérieur du pays

    Imprimer

    Les autorités turques ont arrêté 5 dirigeants de l'Etat islamique, l'un dans la province méridionale de Gaziantep, et les quatre autres dans la région de Jarabulus au nord de la Syrie, ainsi que 6 de leurs collaborateurs.

    Le ministère turc de l'Intérieur a déclaré, dans un communiqué, que les cinq dirigeants de l'Etat islamique prévoyaient de lancer des attaques à l'intérieur du pays.

    Le ministère de l'Intérieur a indiqué que les forces de gendarmerie de l'État méridional de Gaziantep ont arrêté Ramo Muhammad al-Hamad, surnommé "Rami Remo", le 31 août, alors qu'il prévoyait de lancer une attaque.

    Le communiqué ajoute : « Remo est considéré comme responsable du système judiciaire au sein de l'Etat islamique. Il avait été libéré de la prison d'Al-Kaf dans le gouvernorat de Hasakeh, dans l'est de la Syrie, à la condition qu'il parte pour la ville de Jarabulus, située dans le secteur de l'Opération « Bouclier de l'Euphrate » dans le nord du pays. »

    Le ministère a expliqué que les aveux de Remo ont aidé les forces de sécurité à arrêter 4 autres dirigeants de l'Etat islamique dans la région de Jarabulus alors qu'ils tentaient d'infiltrer la Turquie pour mener une attaque sur son territoire.

    Le ministère turc a identifié les personnes arrêtées. Il s'agit de l'officier de renseignement Ibrahim Al-Saleh, surnommé « Abu Rasoul », du responsable des réseaux sociaux, Hussam Dawoud, surnommé « Abu Ayyub », du responsable de la formation, Ahmed Al-Helou, surnommé « Abu Abdul Rahman Al-Shami", et de l'imam Kimi Aydan, surnommé "Al-Shami". 

    Le ministère a confirmé que les forces de sécurité ont également arrêté 6 individus qui coopéraient avec les membres de l'organisation et leur fournissait une assistance. Elles ont également saisi un fusil Kalachnikov, un chargeur et 27 balles de fusil.

  • Syrie : Les services de renseignement syriens ont éliminé un important dirigeant de l'Etat islamique dans la province de Daraa.

    Imprimer

    Mahmoud Ahmad Al-Hallaq.jpegLundi 15 août 2022, une source de sécurité a déclaré que le principal chef militaire de l'Etat islamique dans la région sud, Mahmoud Ahmad Al-Hallaq (photo), connu sous son nom de guerre d'"Abu Omar Al-Jababi", a été tué au cours d'une opération spéciale qui s'est déroulée dans la ville de Tafas, dans l'ouest de la province de Daraa.

    "Le terroriste Abu Omar al-Jababi était l'ancien chef de la branche militaire de l'Etat islamique dans le bassin du Yarmouk et responsable des camps d'entraînement, et il a travaillé avec le terroriste assassiné Abu Salem al-Iraqi et le terroriste Abd al-Rahman al- Iraqi, en coordination avec les services de renseignement d'un pays arabe », a déclaré la source anonyme à l'agence gouvernementale syrienne.

    Al-Jababi était un officier de l'armée arabe syrienne qui a fait défection au début de la guerre. Il a d'abord rejoint la 24e brigade d'infanterie de l'Armée syrienne libre (ASL) avant de refaire défection pour rejoindre le groupe affilié à l'Etat islamique "Jeich Khalid Ibn al-Walid" dans le bassin de Yarmouk.

    Le terroriste avait quitté l'ASL juste après son retour d'un voyage en Jordanie. Les services de renseignement syriens affirment qu'il aurait rencontré des responsables du centre d'opérations militaires dirigé par les États-Unis. À l'époque, plusieurs militants de l'opposition syrienne ont déclaré avoir commencé à travailler pour les services de renseignement jordaniens, toujours selon les services syriens.

    Après l'accord de réconciliation de 2018 à Daraa, al-Jababi a commencé à travailler en secret pour l'Etat islamique. Il a été à à l'origine d'une série d'attaques terroristes et d'assassinats, dont beaucoup visaient d'anciens rebelles et des civils.

    Al-Jababi a été le principal assistant militaire du chef de l'Etat islamique dans le sud de la Syrie, Abu Salem al-Iraqi, qui a été tué lors d'une opération spéciale des services de renseignement syriens dans la ville d'Adawan, dans l'ouest de la province de Daraa, le 9 août 2022.

    Les deux terroristes s'étaient réfugiés à Tafas, où l'armée arabe syrienne mène actuellement des opérations de ratissage dans le cadre d'un récent accord avec les habitants.

    L'élimination d'al-Jababi et d'al-Iraqi est sans aucun doute un coup dur pour l'Etat islamique. Cependant, cela n'affectera probablement pas les opérations quotidiennes du groupe islamique à Daraa et dans d'autres parties de la région sud de la Syrie.

  • Syrie : L'Etat islamique menace près de 20 employés de l'administration autonome à Deir Ezzor

    Imprimer

    L'Etat islamique a menacé des employés de l'Assemblée populaire de « l'administration autonome » avec un message papier.

    Des membres de l'Etat islamique ont mis un papier avec la marque de l'Etat islamique sur la porte de l'Assemblée du peuple dans la ville d'Al-Hariji dans la province de Deir Ezzor.

    Le message contenait les noms et le poste de 18 employés et la phrase «prévenu est prévenu» dans une menace directe de les tuer.

    Il convient de noter que l'Etat islamique a mené une série d'attaques contre des positions des FDS et des postes militaires dans de nombreuses zones de la province de Deir Ezzor contrôlée par les FDS et le Conseil militaire de Deir Ezzor.

    Mardi soir 9 août 2022, l'Etat islamique a attaqué un véhicule militaire des FDS dans le village d'Al-Wahid, tuant des membres des FDS et en blessant d'autres.

  • Syrie : Attaque de l'Etat islamique -  Cinq membres des FDS tués et blessés à l'est de Deir Ezzor

    Imprimer

    Deux membres des Forces Démocratiques Syriennes (FDS) ont été tués et trois autres blessés lorsque des membres de l'Etat islamique ont ouvert le feu sur un véhicule militaire des FDS dans le village d'Al-Zer, dans l'est de la province de Deir Ezzor.

    Cette attaque armée intervient alors qu'on constate une intensification des activités de l'Etat islamique dans les zones tenues par les FDS dans le nord et l'est de la Syrie.

    L'Organisation Syrienne des Droits de l'Homme (OSDH) a documenté 113 opérations menées par l'Etat islamique, y compris des attaques armées et des explosions, dans les zones sous le contrôle de l'administration autonome depuis début 2022. Selon les statistiques de l'OSDH, ces opérations ont fait 91 morts : 34 civils et 57 membres des FDS, les Forces de sécurité intérieure et autres formations militaires opérant dans les zones sous le contrôle de l'administration autonome (FDS).

    Il convient de noter que ces attaques n'ont pas inclus l'attaque de la prison de Ghuwayran, qui a laissé de lourdes pertes.

  • Syrie : L'un des dirigeants de l'État islamique en Syrie s'est suicidé en déclenchant sa "ceinture du shahid"

    Imprimer

    L'édition en langue arabe Al-Arabi al-Jadid, publiée à Londres, a révélé , mardi 9 août , qu'un des dirigeants de l'État islamique s'était suicidé dans le sud de la Syrie.

    Selon la publication, Abu Salem al-Iraqi s'est suicidé en activant la "ceinture de shahid" lorsque sa maison dans la province de Dar'a a été prise d'assaut par les rebelles de l'Armée syrienne libre, un groupe rebelle très actif en Syrie. Deux autres personnes ont été tuées avec lui, dont l'une négociait avec al-Iraqi pendant le siège.