Etat islamique en Syrie

  • Syrie : Poursuite des violents affrontements entre le régime et l'Etat islamique - 28 combattants tués

    Imprimer

    Au moins 28 combattants du régime syrien et du groupe jihadiste Etat islamique (Daech) ont péri ces dernières 24 heures dans la province de Raqqa, dans le nord de la Syrie, dans des affrontements entre les deux camps et des raids anti-Etat islamique, selon une ONG.

    "L'Etat islamique a mené depuis lundi plusieurs attaques successives contre des positions et des barrages de l'armée syrienne et de ses alliés dans la Badia (désert) de Raqqa tuant 13 membres des forces du régime", a indiqué à l'AFP le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane. En représailles, l'aviation syrienne, soutenue par les avions russes, "bombarde sans répit des positions de l'Etat islamique" dans le secteur, a ajouté M. Abdel Rahmane. "Les raids aériens se poursuivent" à l'heure actuelle, a-t-il indiqué. Au total, 15 jihadistes ont péri dans ces bombardements et les affrontements au sol entre les deux camps.

    Depuis sa défaite en Syrie en mars 2019, l'Etat islamique mène régulièrement des attaques meurtrières, notamment dans le vaste désert qui s'étend de la province centrale de Homs à celle de Deir ez-Zor (est). Les attaques des jihadistes en Syrie ciblent aussi bien l'armée syrienne et ses alliés que les forces kurdes, longtemps soutenues par Washington dans leur lutte anti-Etat islamique. Début juillet, des affrontements opposant les forces du régime aux combattants de l'Etat islamique ont fait une cinquantaine de morts en 48 heures dans le centre désertique, dont 20 combattants pro-régime et 31 jihadistes. En août, l'Etat islamique a revendiqué l'attentat ayant couté la vie à un général russe et blessé deux militaires près de la ville de Deir ez-Zor.

  • Syrie : 36 soldats syriens et jihadistes de Daech tués dans de violents affrontements au centre de la Syrie

    Imprimer

    Des affrontements très violents entre l'armée arabe syrienne (AAS) et les jihadistes de Daech se déroulent dans la région centrale, rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) le 19 septembre.

    Selon l'OSDH, les violents affrontements ont lieu dans le triangle Alep-Hama-Raqqa, au nord du désert de Homs. Des centaines de jihadistes et de chefs du groupe terroriste y ont trouvé refuge.

    Les avions de guerre des forces aérospatiales russes appuieraient les troupes syriennes dans la région centrale avec un soutien aérien rapproché.

    "Seize membres des forces du régime ont été tués au cours des derniers jours, tandis que 20 jihadistes ont été éliminés par les frappes aériennes russes et les affrontements", indique l'OSDH dans son rapport.

    L'AAS a récemment déployé d'importants renforts dans la région centrale. Certaines des unités d'élite sur les lignes de front du Grand Edleb ont été déplacées dans la région pour affronter les cellules de l'Etat islamique..

    Les terroristes de Daech ont lancé des dizaines d'assauts contre les forces gouvernementales dans l'est de Homs, l'est de Hama, le sud de Raqqa et l'ouest de Deir Ezzor au cours des derniers mois. La veille, on a retrouvé à Deir ez-Zor les corps de six membres des services qui ont été massacrés par les jihadistes.

    L'AAS et ses alliés semblent déterminés à contenir la présence croissante de l'Etat islamique dans la région centrale.

  • Syrie : Cinq combattants de la brigade palestinienne al-Quds, pro-Assad, tués par l'Etat islamique dans la province de Deir ez-Zor

    Imprimer

    Samedi 19 septembre, cinq combattants de la brigade al-Quds, un groupe pro-gouvernemental palestino-syrien, ont été tués par l'explosion d'une mine terrestre (IED) à Deir Ezzor.

    Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), l'attaque a eu lieu dans la ville d'al-Shumaitiyah, dans le nord-ouest de la province de Deir Ezzor. L'Etat islamique est très actif dans la région, et est probablement à l'origine de l'attentat.

    La Brigade palestinienne Al-Quds est alliée du régime de Bachar al-Assad. Cette brigade a été créée en 2013. Elle est formée des descendants de palestiniens vivant dans le camp de réfugiés de Khandarat dans la banlieue d'Alep. Le personnel du groupe est connu pour son haut niveau d'entraînement au combat. La brigade est l'une des unités les plus efficaces du côté d'Assad.

    L'agence de presse de Daech, Amaq, a annoncé le 20 septembre un second attentat à Deir Ezzor. Les jihadistes ont pris pour cible un camion de l'armée arabe syrienne (AAS) dans la banlieue de la ville de Mayadin, dans le sud de la province de Deir ez-Zor. L'attentat a fait des victimes.

    Par ailleurs, les forces de défense nationale (FDN) ont déclaré qu'un de leurs commandants de terrain, "Fayez Ghadban al-Qisum" (photo ci-dessous), a été tué alors qu'il participait à une opération de ratissage dans l'ouest de la province de Deir Ezzor.

    EiV81VTWsAAYebo.jpeg

     

  • Syrie : Un autre commandant de la 8ème brigade du 5ème Corps soutenu par la Russie survit à une tentative d'assassinat à Daraa

    Imprimer

    Vendredi 18 septembre, un autre commandant de la 8e brigade soutenue par la Russie, une unité du 5e corps de l'armée arabe syrienne (AAS) iincorporant d'anciens rebelles, a survécu à une tentative d'assassinat dans l'est de la province de Daraa.

    Des tireurs non identifiés ont ouvert le feu sur le commandant "Yasser Hamed al-Zoubi (photo ci-dessus), alors qu'il passait sur une route reliant les villes de al-Jizah et Elemtaih. Le commandant a échappé à la tentative d'assassinat sans blessures graves.

    Al-Zoubi était un combattant des forces de la jeunesse d'Al-Sunnah, une faction de l'Armée libre syrienne, avant accepté l'accord de réconciliation de 2018 à Daraa.

    Selon des sources locales, Al-Zoubi a été l'un des premiers combattants à se joindre au processus de réconciliation. Plus tard, il s'est engagé dans la 8e brigade et est devenu commandant de terrain dans cette unité soutenue par la Russie.

    La veille, un attentat à l'explosif avait visé Ali Ahmed al-Sabah al-Miqdad, commandant adjoint de la 8e brigade et Qassem al-Sabah al-Miqdad, directeur financier de l'unité, dans l'est de Daraa. L'attaque a échoué.

    Aucun groupe n'a encore revendiqué les récentes attaques contre les commandants de la 8ème Brigade. L'Etat islamique reste cependant le principal suspect. Les cellules de Daech sont très actives dans l'est de la province de Daraa.

     

  • Syrie : Les jihadistes de l'Etat islamique massacrent six soldats syriens dans le sud de la province de Deir ez-Zor

    Imprimer

    Les jihadistes de Daech ont massacré six soldats de l'Armée Arabe Syrienne (AAS) dans le sud de la province de Deir Ezzor, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) le 18 septembre.

    Selon l'OSDH, les corps des soldats ont été retrouvés à Bir Abu al-Hayaya, dans la périphérie de la ville de Mayadin.

    "Les six soldats ont été massacrés au couteau", a déclaré à l'OSDH se basant sur une source locale ayant eu connaissance de l'incident.

    L'identité des victimes et les circonstances entourant leur capture par le groupe islamiste n'ont pas été révélées par l'OSDH.

    Les jihadistes de Daech ont intensifié leurs attaques au sud et à l'ouest de la province de Deir Ezzor au cours des dernières semaines. Les jihadistes mènent leurs attaques depuis leurs caches dans le désert de Homs tout proche.

    Au début de ce mois, les forces syriennes et iraniennes ont démantelé une cellule de Daech dans la ville de Boukamal, au sud de Deir Ezzor. Les terroristes, qui étaient déguisés en personnel iranien, achetaient des provisions pour leurs camarades restés dans le désert de Homs.

    L'Etat islamique tente clairement d'étendre son influence aux zones contrôlées par le gouvernement dans la région de Deir ez-Zor et dans d'autres régions du centre de la Syrie.

  • Syrie :Trois corps mutilés de membres des srvices syriens retrouvés dans la province de Daraa

    Imprimer

    Mardi 15 septembre, des habitants de l'est de Daraa ont découvert les corps de trois membres de l'armée arabe syrienne (AAS) qui avaint été enlevés avant d'être exécutés.

    Les corps ont été retrouvés près d'un point de contrôle situé entre les villes d'al-Musayfrah et d'al- Sahoah. Au moins une des victimes a été décapitée par les agresseurs.

    Selon des sources locales, les victimes servaient dans la 5ème division de l'armée et étaient originaires de la province de Soueida, à l'est de Daraa. Les soldats auraient été stationnés à un poste de contrôle à l'est de Daraa.

    Jusqu'à présent, aucun groupe n'a revendiqué l'attaque. L'Etat islamique, dont les cellules sont connues pour être très actives dans l'est de Daraa, reste le principal suspect.

    La semaine dernière, le général de brigade Talal al-Qasim de la 5e division de l'Armée Arabe Syrienne avait été assassiné par des tireurs non identifiés dans la partie est de la province de Daraa. Plusieurs autres attaques contre le personnel de l'armée ont eu lieu dans la même région. Néanmoins, aucun suspect n'a été arrêté par les forces de sécurité.

    Les attaques répétées contre les forces gouvernementales et même les combattants locaux dans la région de Daraa sont le résultat de mesures de sécurité insuffisantes. L'absence de véritable coordination entre le gouvernement et la population locale complique encore le problème.

    Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

  • Syrie : Une offensive de Daech dans le sud de la province de Raqqa entraîne une puissante réponse de l'armée de l'air russe

    Imprimer

    Tard le 11 septembre, les jihadistes de l'Etat islamique ont lancé une attaque sur les positions de l'armée arabe syrienne (AAS) dans le sud de la province de Raqqa.

    Selon le blog "Raqqa Is Being Slaughtered Silently", l'attaque visait des positions à proximité des villes de Resafa et Mansurah. Des sources locales ont fait état d'importants affrontements dans le secteur.

    L'attaque de l'Etat islamique a provoqué une puissante réaction des forces aérospatiales russes. Les avions de guerre russes ont fourni aux troupes syriennes un soutien aérien rapproché. Plus de huit frappes aériennes ont visé les combattants de Daech, les forçant à interrompre leur attaque.

    L'offensive des jihadistes au sud de Raqqa a probablement été lancée depuis le désert de Homs, le principal bastion de Daech dans la région centrale.

    Les avions de guerre russes ont pilonné les caches de l'Etat islamique dans le désert de Homs. Selon un récent rapport de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), les frappes aériennes et les affrontements avec l'armée syrienne ont coûté la vie à 38 jihadistes jusqu'à présent.

    Malgré les lourdes pertes subies, l'Etat islamique retranché dans le désert de Homs est toujours déterminé à étendre son influence dans la région centrale.