Etat islamique en Somalie

  • Somalie : De nombreux djihadistes de l'Etat islamique éliminés dans le Puntland

    Imprimer

    Les forces du Puntland ont tué des dizaines de djihadistes de l'Etat islamique et détruit leur repaire à proximité de Balidhidin, une zone de la région de Bari, où le ministre de la Sécurité de l'État, Abdisamad Gallan, avait été la cible d'engins piégés le mois dernier.

  • L'Etat islamique a intensifié ses actions au Cameroun, en Somalie, au Nigéria et au Congo 

    Imprimer

    Des mouvements revendiquant leur affiliation à l'Etat islamique ont intensifié leurs opérations militaires dans différentes régions d'Afrique au cours des dernières semaines. Les membres du groupe islamiste radical ont lancé des attaques au Cameroun, en Somalie, au Nigeria et au Congo.

    Cameroun
    Le 27 juin, des combattants de l'Etat islamique au Cameroun ont pris d'assaut une base militaire et ont tendu une embuscade à une unité des forces gouvernementales près de la ville de Sandoa Gry dans la région de l'Extrême-Nord. 26 militaires camerounais ont été tués. Les islamistes ont également détruit un véhicule et saisi des armes.

    Somalie
    Le 28 juin, les cellules du groupe terroriste en Somalie ont ciblé deux policiers qui collectaient des impôts dans la ville de Tibili Sheikh Ibrahim sur la route Afgoye-Mogadiscio à l'aide d'un engin explosif improvisé (IED). Les deux policiers ont été tués.

    Nigeria
    Au Nigeria, des jihadistes de l'Etat islamique ont tendu une embuscade à un convoi des Forces armées nigérianes (NAF) sur une route reliant les villages de Cutmbi et Bulingua dans l'État de Borno, au nord-est, le 27 juin. Deux militaires nigérians ont été tués.

    Le lendemain, les islamistes ont tendu une embuscade à un deuxième convoi de la NAF sur une route entre les villages de Bulka et Bama à Borno. Les terroristes ont saisi cinq motos après avoir tué ou blessé des militaires nigérians.

    Congo
    Le 29 juin, des combattants de l'Etat islamique au Congo ont attaqué un certain nombre de bâtiments gouvernementaux dans la ville d'Evao, dans la province de l'Ituri, au nord-est. Plusieurs bâtiments ont été incendiés par les islamistes. Le lendemain, les terroristes ont abattu deux militaires congolais dans la ville de Bandi Mbisi en Ituri. Un fusil d'assaut a été saisi par les terroristes.

    Alors que l'Etat islamique fait face à de sérieuses pressions au Moyen-Orient, il continue de croître dans différentes parties de l'Afrique. La menace du groupe terroriste en Afrique devrait être traitée plus sérieusement par l'Union africaine et les Nations Unies.

  • Somalie : Affrontements entre armée et djihadistes de l'Etat islamique dans le Puntland

    Imprimer

    Les forces de sécurité ont mené au cours des dernières 48 heures une opération de sécurité contre des membres de l'État islamique près du village de Balidhidhin dans la région de Bari, dans les hautes terres de l'est du Puntland où ils sont retranchés. Elles ont fait exploser un VBIED, des bunkers et des abris utilisés par les djihadistes.

    Les forces de sécurité annoncent avoir tué plus de 24 membres de l'Etat islamique et capturé plusieurs autres au cours de l'opération. Elles ont également intercepté deux véhicules chargés de matières explosives que les membres de l'Etat islamique prévoyaient d'utiliser dans des attaques terroristes. Les véhicules ont été détruits.
    2021:04:05-2.jpeg

    De son côté, l'Etat islamique revendique avoir tué au moins 21 soldats. Les 21 militaires seraient tombés dans un guet-apens lors d’une opération visant les positions des djihadistes de l'Etat islamique au sud-est de Bossasso. Les djihadistes ont utilisé une voiture piégée, puis les ont mitraillés lors de leur retraite.
    2021:04:05.jpeg

  • Somalie : l'Etat islamique revendique sa première attaque à Mogadiscio

    Imprimer

    L'Etat islamique a revendiqué une attaque qui a blessé trois soldats au niveau du carrefour Hosh à Mogadiscio, suscitant l'inquiétude des autorités sécuritaires du pays.

    ElPYrPtXIAA2CSi.jpeg

    L'attaque perpétrée dimanche 25 octobre et qui s'est soldée par trois soldats sérieusement blessés et la capture d'un membre du commando islamiste, a été revendiquée par l'Etat islamique par l'intermédiaire de son organe de propagande Amaq. L'attaque pourrait indiquer que l'Etat islamique pourrait chercher à s'implanter sérieusement dans la capitale somalienne.

    Jusqu'ici, la plupart des attaques qui ont ensanglanté Mogadiscio sont le fait des militants islamistes Shabaab, affiliés à al-Qaïda. Les Shabaab sont surtout présents dans les régions rurales au centre et au sud du pays. L'Etat islamique contrôle peu de secteurs et lance surtout ses attaques dans le nord et notamment dans le Puntland.

    Les Shabaab et l'Etat islamique se sont affrontés en 2017, ce qui a eu pour résultat la disparition momentanée de l'Etat Islamique-Somalie, l'obligeant a faire appel à des combattants étrangers pour reconstituer ses troupes. En août 2020, l'Africom (commandement militaire US en Afrique) a entrepris un premier raid contre l'Etat islamique dans la région du Puntland, provoquant la mort de plusieurs djihadistes.

    Les camps d'entraînement de l'Etat islamique-Somalie sont situés dans les monts Golis, au Puntland. Des images ont été diffusées où on voit les militants s'entraîner en présence de djihadistes étrangers. Jusqu'à récemment, les seules attaques menées par l'EI-Somalie ont concerné le port de Bossaso. L'attaque de dimanche est la première à Mogadiscio.

  • Somalie : Frappe américaine contre le groupe Etat islamique

    Imprimer

    Les Etats-Unis ont annoncé mercredi avoir mené une frappe aérienne en Somalie contre le groupe Etat islamique (EI) qui venait d'attaquer l'armée somalienne, tuant sept jihadistes.
    Au moment de la frappe non loin du port de Bossasso, sur le golfe d'Aden, des militaires américains "se trouvaient dans la zone pour conseiller et assister les forces somaliennes et partenaires", a précisé le commandement militaire américain pour l'Afrique (Africom) dans un communiqué. La frappe a tué sept jihadistes a précisé l'Africom, ajoutant qu'à sa connaissance, aucun civil n'a été tué ou blessé.
    L'Etat islamique en Somalie
    L'EI, un groupe très modeste en Somalie par rapport aux shebab affiliés à Al-Qaïda, est actif dans la région du Puntland, au nord de la Somalie, où ses combattants ont établi des camps d'entraînement et de stockage d'armes, venant essentiellement du Yémen voisin.
    Les shebab constituent de très loin le principal groupe islamiste radical dans ce pays de la corne de l'Afrique. Ils ont proclamé leur allégeance à el-Qaëda, organisation à laquelle ils ont été officiellement intégrés en 2012. Mais un petit nombre d'entre eux --environ 200-- a ensuite fait défection au profit de l'EI. La dernière opération de l'Africom contre l'EI remonte à octobre 2019.

  • Somalie :Les forces du Puntland tuent plusieurs militants de l'Etat islamique et saisissent des explosifs

    Imprimer

    Les forces spéciales du Puntland ont tué lundi au moins huit militants de Daech dans le nord de l'État fédéral somalien
    Selon des sources de sécurité, les forces spéciales du Puntland ont ciblé les militants dans la région d'Iskushuban, dans la région de Bari, qui a servi de base aux militants de l'Etat islamique. Des militants Shabaab ont également été aperçus dans la région le long de la bande côtière de l'océan Indien.
    Des combats intenses ont éclaté à la base de Daech lorsque les forces du Puntland ont tiré sur eux, entraînant des échanges de tirs nourris qui ont duré plusieurs heures le lundi matin, selon les forces de sécurité. Au moins huit militants de Daech sont morts sur place et plusieurs autres ont été gravement blessés.
    Deux camions transportant de la nourriture et des explosifs pour les islamistes ont également été saisis. Les explosifs étaient destinés à lancer des attaques sporadiques de petite à grande échelle à travers le Puntland.
    L'opération des forces spéciales du Puntland était prévue depuis de nombreux mois suite à l'intensification des activités des terroristes islamistes au Puntland, qui a vu des dizaines de fonctionnaires et de citoyens innocents être assassinés par les terroristes.
    Les combats ont eu lieu dans les villages de Seel II et de Timirshe à Bari, où les militants auraient recruté intensivement des jeunes locaux pour leur groupe.
    Ces derniers mois, des actions de militants islamistes ont été signalées dans l'État fédéral du Puntland, plutôt calme et paisible jusqu'à une date récente.