Etat islamique en Libye

  • Libye: arrestation de membres de Daech dans le nord-ouest du pays

    Imprimer

    Les autorités libyennes ont annoncé, samedi 23 octobre 2021, avoir arrêté des membres de l'organisation islamique radicale Daech dans la ville de Msallata, au nord-ouest du pays.

    C'est ce qu'a déclaré le commandant de la Force antiterroriste, le colonel-major Mohamed Al-Zein, selon l'Agence de presse officielle libyenne.

    Al-Zein a précisé que l'arrestation de ces éléments avait été effectuée en coordination avec le bureau du procureur général.

    Et le commandant de la Force antiterroriste de poursuivre : "Nous frapperons d'une main de fer tous les repaires des groupes terroristes et extrémistes"

    Le responsable sécuritaire n'a pas fourni plus de détails, dans l'immédiat, sur les circonstances de l'opération ni sur le nombre des personnes arrêtées.

  • Libye : Arrestation d'un chef de l'Etat islamique

    Imprimer

    Les forces antiterroristes libyennes ont capturé Moubarak al-Kharmi, un haut responsable de l'Etat islamique, lors d'une opération dans la ville de Bani Walidi.

    Dans un communiqué, les Forces d'opérations conjointes ont déclaré que deux autres membres de Daech ont également été capturés au cours de l'opération qui, selon elle, a été menée en coordination avec le bureau du procureur général libyen.

    La déclaration a décrit al-Kharmi comme une figure importante dans les activités du réseau terroriste en Afrique du Nord.

    Pour sa part, le Premier ministre libyen Abdul Hamid Dbeibah a salué l'arrestation d'al-Kharmi comme un "grand succès".

    "L'arrestation de Moubarak al-Kharmi est un grand succès pour nos forces de sécurité et nos vaillants jeunes des Forces d'opérations conjointes. La lutte contre le terrorisme se poursuivra dans toute notre patrie bien-aimée", a déclaré Dbeibah sur Twitter.

    Il a déclaré que la capture d'al-Kharmi allait permettre de « découvrir des renseignements vitaux sur Daech ».

  • Libye : Arrestation d'un membre important de l'Etat islamique

    Imprimer

    al-Ajili Ali al-Ajili al-Hasnawi.jpegLes forces spéciales de la brigade Tareq Bin Ziyad (Armée Nationale Libyenne) a arrêté de  al-Ajili Ali al-Ajili al-Hasnawi (photo ci-contre), un membre important de l'Etat islamique. Il aurait été chargé par Abou Talha Al-Libi des transferts d'armes entre le Mali, Jabal al-Abyad (Nord Sinai ,Egypte ), l'Algerie et la Tunisie.

  • Libye : L'Etat islamique revendique l'explosion d'une voiture piégée

    Imprimer

    E3OzKJuXMAEgLjw.jpegL'Etat islamique (Daech) a revendiqué lundi 7 juin 2021 l'explosion d'une voiture piégée survenue la veille dans la ville libyenne de Sebha (sud), ayant entraîné la mort de deux agents des forces de l'ordre. Deux agents de sécurité ont été tués et cinq autres blessés dimanche dans cet attentat visant un checkpoint à Sebha, ville désertique située à 750 km au sud de la capitale Tripoli, selon des sources sécuritaires contactées par l'AFP.

    Dans un communiqué diffusé par son agence de propagande Amaq, l'Etat islamique a revendiqué cette attaque menée par un de ses "chevaliers" contre un "poste de contrôle de la milice" du maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l'Est libyen et chef de l'Armée nationale libyenne (ANL), avançant un bilan de quatre morts. Le kamikaze a été identifié par l'Etat islamique sous le nom de Mohamed al-Mouhajir. Il a activé la charge de sa voiture piégée a l’entrée de la locaux de la police judiciaire [pro Haftar] . Parmi les morts se trouvle chef de la PJ de Sebha, Ibrahim Abdel Nabi.
    E3OzKJ2X0AMdXI_.jpegRevendication VBIED Sebha 6:06:2021.jpeg

    Le chef du gouvernement libyen de transition, Abdelhamid Dbeibah, a condamné dimanche un "acte terroriste lâche" et présenté ses condoléances aux familles des deux "martyrs".

    Il s'agit de la première attaque jihadiste menée par l'Etat islamique dans le pays depuis plus d'un an, rappelle le SITE Intelligence Group, organisme spécialisé dans la surveillance des sites internet islamistes. La dernière opération de l'Etat islamique contre les forces de l'Armée Nationale Libyenne avait pris pour cible la base aérienne de  Tamanhint, le 3 juin 2020. Le dernier attentat à la voiture kamikaze dans le pays a eu lieu  le 7 mai 2018 à Syrte.

    Chef-lieu du Fezzan, la province sud de la Libye, la ville de Sebha a été le théâtre de plusieurs attaques jihadistes ces dernières années. 

    La Libye a plongé dans le chaos avec la chute en 2011 du régime de Mouammar Kadhafi, un chaos marqué par l'existence de pouvoirs rivaux, par des violences sanglantes et par la présence de milices, de combattants étrangers et de groupes jihadistes. L'interminable transition politique libyenne s'est accompagnée d'une désintégration de l'appareil sécuritaire, favorisant l'arrivée dans ce pays d'Afrique du Nord de groupes jihadistes, au premier rang desquels figure l'Etat islamique dès 2014. Le groupe avait alors multiplié les attaques meurtrières, avant de perdre peu à peu de son influence avec la perte de ses fiefs autour des villes de Syrte (nord-centre) fin 2016 et de Derna (est) en 2018. Mais même affaiblis, les jihadistes constituent toujours une menace persistante pour le pays, après leur repli dans le désert ou parmi la population sur la côte méditerranéenne.

    Cet attentat intervient alors que la Libye est engagée dans un processus politique parrainé par l'ONU ayant permis l'installation, en mars, d'un gouvernement de transition dirigé par M. Dbeibah chargé de réunifier le pays et de préparer un double scrutin législatif et présidentiel crucial prévu en décembre 2021.

  • Libye : Des avions non identifiés, vraisemblablement américains, ont démoli des sites islamistes à Ubari

    Imprimer

    Des avions non identifiés ont effectué, dimanche 14 mars 2021, des frappes aériennes sur des sites hébergeant des éléments extrémistes dans la région d'Ubari, dans le sud-ouest de la Libye. Des dirigeants de cette organisation extrémiste ont probablement été tués.

    Les membres de l'organisation avaient mentionné, depuis samedi soir,  avoir entendu des bruits de drones au-dessus de leurs positions. Des frappes aériennes ont effectivement été menées sur le quartier Achareb et les hauteurs des montagnes de la ville d'Ubari. Des destructions importantes ont été causées par les bombardements. La cible était une maison dans laquelle les éléments islamistes étaient enfermés. L'Armée Nationale Libyenne a revendiqué ultérieurement la capture d'un important membre de l'Etat islamique. Il s'agirait d'Abu Omar, l'un des dirigeants de Daech les plus importants en Libye.

    L'empreinte de l'AFRICOM, le commandement américain en Afrique
    Ces frappes aériennes portent l'empreinte du Commandement américain pour l'Afrique (AFRICOM), qui avait déjà mené une attaque similaire en juillet 2018 sur une maison du quartier Achareb de la ville d'Ubari, tuant des dirigeants d'Al-Qaïda.

    Les médias locaux ont précisé que des unités militaires de l'Armée Nationale Libyenne (photo ci-dessous) avaient pris d'assaut l'une des maisons où des chefs de l'Etat islamique étaient enfermés, toujours  dans le quartier de Achareb dans la ville d'Ubari. Trois membres de l'Etat islamique, dont une femme, ont été arrêtés. Vidéo.

    L'opération de l'Armée Nationale Libyenne s'est déroulée avant que la maison et un dépôt de munitions soient bombardés et détruits. 

    Il est à noter que depuis des mois, l'Armée Nationale Libyenne poursuit les dirigeants de l'Etat islamique et d'Al-Qaïda, qui tentent de les repositionner dans le sud du pays. En décembre 2020, 7 terroristes islamistes avaient été arrêtés par l'ANL, tandis que des repaires d'AQMI étaient détruits dans la région d'Ubari. 
    Q_JvQi8_.jpeg



  • Libye : Informations sur le responsable de Daech tué à Sebha

    Imprimer

    Nous disposons de plus d'informations sur l'identité du responsable jihadiste tué lors de l'élimination d'une cellule de l'Etat islamique par l'Armée Nationale Libyenne
    dans le quartier Abdul Kafi dans la ville de Sebha, lundi soir 17 septembre. Il s'agit du responsable de l'armement de l'Etat islamique en Libye..

    Il s'agit d'un certain «Djamel Belkacem», de nationalité algérienne, résidant à Tripoli. Il s'occupait de l'achat de cargaisons d'armes en grande quantité à Tripoli et d'autres régions de l'ouest libyen, et organisait des livraisons des armes en secret aux groupes jihadistes dans le sud. Il était également en charge de fournir un soutien logistique aux jihadistes depuis Tripoli.

    «Djamel Belkacem» était surveillé depuis environ un an et demi. Les informations recueillies indiquaient que «Belkacem» était «l'ingénieur en armement». Un grand nombre de membres de Daech, de différentes nationalités, se trouvent actuellement en Libye. Il y a des algériens, des tunisiens, des saoudiens et également des européens.

    Les jihadistes membres de Daech sont concentrés en grand nombre dans le sud, et notamment dans les villes de Sabha, Murzuq et la région de Ghadwa (Ghoddua).

    Rappelons que l'Armée Nationale Libyenne(ANL) de Khalifa Haftar a revendiqué avoir tué 11 jihadistes de différentes nationalités au cours des affrontements entre l'ANL et l'Etat islamique, qui a duré des heures dans un quartier de Sabha, lundi 17 septembre.

    L'Armée Nationale Libyenne avait reçu des informations sur les mouvements d'un groupe terroriste à l'intérieur du quartier résidentiel Abdul Kafi à Sebha. Exploitant ces renseignements «des unités des 116e et 160e brigades d'infanterie» ont investi le secteur.

  • Libye : L'Armée Nationale Libyenne élimine une cellule de l'Etat islamique

    Imprimer

    La Division de l'information militaire du commandement général de l'Armée Nationale Libyenne (ANL), fidèle au maréchal Khalifa Haftar, a rapporté mardi sur Facebook que la 116ème brigade de l'ANL avait mené une bataille dans le quartier Abd al-Kafi dans la ville de Sebha et complètement éliminé une cellule affiliée à l'Etat islamique.

    La Division de l'information militaire a précisé que le temps mis pour venir à bout de la résistance des jihadistes était dû au système de défense de la cellule jihadiste, notamment au fait que tous les abords étaient minés, à l'utilisation de kamikazes dans les combats et à la puissance de ses armements.

     

    Les jihadistes ont tiré plus de 32 grenades propulsées sur les combattants de l'ANL.
    Huit jihadistes, parmi lesquels un Saoudien et un Australien ont été tués au cours de cette opération. La 116ème brigade a également perdu trois combattants, parmi lesquels le commandant Ibrahim Mubarak Al-Sulaymani.

    Il est à noter que l'armée nationale libyenne avait déjà annoncé, il y a un mois, avoir éliminé une cellule de l'Etat islamique qui s'apprêtait à attaquer des sites pétroliers dans le sud du pays.

    Un responsable militaire des opérations de la région sud du commandement général de l'ANL avait déclaré à l'époque que le groupe de l'Etat islamique qui venait d'être éliminé dans la ville de "Ghadwa" (ou Ghodwa) prévoyait d'attaquer d'importantes installations pétrolières dans le sud.

    L'Armée Nationale Libyenne a affirmé sa détermination à éliminer les groupes terroristes et à faire face à ce qu'elle a qualifié d'agression turque.

    Un responsable militaire de l'ANL avait précédemment rapporté que l'Etat islamique avait retrouvé un nouveau souffle dans le pays, et avait commencé à redevenir active dans le pays.

    jihadiste 1.jpeg

    Eh8Ud9IXgAAVJ1E.jpeg

    Eh8UeY8WoAAi52m.jpeg