Etat islamique en Irak

  • Irak : La Syrie a remis 50 membres irakiens de l'Etat islamique aux autorités irakiennes

    Imprimer

    Samedi 8 janvier 2022, les autorités irakiennes ont annoncé que 50 membres irakiens de l'Etat islamique leur avaient été livrés par la Syrie.

    "L'Irak reçoit 50 membres irakiens des gangs de l'Etat islamique qui ont été précédemment arrêtés sur le territoire syrien … Ils ont été remis à l'Agence fédérale de renseignement et d'enquête du ministère de l'Intérieur pour prendre les mesures juridiques nécessaires à leur encontre", a déclaré la cellule des médias de sécurité irakiens. dans un rapport.

    La cellule des médias de sécurité n'a pas précisé qui exactement en Syrie a remis les suspects. Cependant, elle a déclaré que le processus avait eu lieu au poste frontière de Rabia, qui est contrôlé par les Forces Démocratiques Syriennes (FDS) soutenues par les États-Unis.

    Les autorités irakiennes continuent de se coordonner contre l'Etat islamique avec leurs homologues de Damas par le biais de la coalition Russie-Syrie-Iran-Irak qui maintient une salle d'opérations conjointes dans la zone verte hautement fortifiée de Bagdad.

    Dans le même temps, les autorités irakiennes se coordonnent avec les FDS avec l'aide de la coalition dirigée par les États-Unis. Les deux parties travaillent ensemble sur la question des membres présumés de l'Etat islamique et des réfugiés dans la région du nord-est de la Syrie ainsi que sur la sécurité des frontières.

    Au cours des derniers mois, des centaines de réfugiés irakiens qui s'étaient réfugiés dans des camps dans le nord-est de la Syrie tenus par les FDS sont retournés en Irak. Le 5 janvier, 95 familles irakiennes comprenant 1 250 membres sont encore rentrées dans leur pays grâce à la coopération continue entre les autorités du pays et les FDS.

  • Irak : Huit éléments de l'Etat islamique arrêtés lors d'opérations sécuritaires

    Imprimer

    Les forces de sécurité irakiennes ont arrêté, mercredi 5 janvier 2022, 8 membres de l'Etat islamique lors d'opérations menées dans 3 provinces.

    La Cellule des médias de sécurité (affiliée au ministère de la Défense) a déclaré dans un communiqué que "les forces de renseignement du ministère de l'Intérieur ont pu arrêter 8 éléments de l'Etat islamique dans les gouvernorats de Kirkouk (nord), Diyala (est) et Bagdad (centre)."

    "Quatre éléments de l'organisation terroriste Daech ont été arrêtés à Bagdad, travaillant dans le secteur dit de Diwan al-Dawa et des mosquées, et 3 autres à Kirkouk dans le secteur dit de Karma, tandis que le huitième a été arrêté dans la province de Diyala", selon le même communiqué.

  • Irak : Un raid de l'armée française tue cinq jihadistes

    Imprimer

    Cinq personnes, qu'elles ont qualifiées de terroristes, ont été tuées jeudi 30 décembre 2021 lors d'un raid lancé par des avions français dans le nord de l'Irak, ont rapporté des sources médiatiques.

    Russia Today, en arabe, a cité des sources de sécurité irakiennes disant que les morts appartenaient à l'Etat islamique, et le raid a été effectué selon des informations et des données antérieures. 

    Elle a indiqué que le raid a eu lieu dans les collines de Qara Jokh au nord du pays.

    Forces françaises en Irak
    Le président français Emmanuel Macron a confirmé, lors d'une conférence de presse en marge de la « Conférence de Bagdad pour la coopération et le partenariat », qui s'est tenue en août dernier, que son pays « maintiendra ses forces en Irak pour aider à lutter contre le terrorisme tant que le gouvernement irakien le demandera. ."

    Dans son discours lors de la conférence, le président français a souligné que "tous ceux qui combattent le terrorisme sont des frères d'armes", ajoutant que "le peuple irakien a beaucoup souffert, mais l'Irak se dirige aujourd'hui vers la stabilité et le développement", notant que "La France restera attachée à soutenir l'Irak et les forces irakiennes." .

    Pourtant, en mars 2020, l'Irak avait annoncé le départ des forces françaises opérant dans le pays au sein de la coalition internationale contre l'Etat islamique, sur la base d'"accords" avec Bagdad. La France, membre de la coalition dirigée par les États-Unis, compte toujours 200 soldats en Irak, dont 160 entraînent l'armée irakienne, selon l'état-major français.

     

  • Irak : Un officier de police enlevé et exécuté par l'Etat islamique

    Imprimer

    Les autorités irakiennes ont annoncé, mercredi 29 décembre 2021, la mort d'un officier de police, deux semaines après son enlèvement par les jihadistes de l'Etat islamique (Daech) dans l'est du pays.

    Sur ses chaînes Telegram, l'Etat islamique a publié mardi soir des photos présentées comme celles de la victime décapitée, après son "enlèvement" dans la région du mont Hamrin.

    Le colonel Yasser al-Jourani avait été enlevé à la mi-décembre avec deux amis dans cette région de Hamrin où ils se trouvaient pour pratiquer la chasse, a indiqué à l'AFP une source de sécurité.

    Quant aux deux compagnons de chasse du colonel, le premier a été retrouvé tué par balle et le second grièvement blessé après avoir été torturé, avant de succomber à ses blessures, selon la source de sécurité.

    Ces derniers jours, les forces de sécurité ont annoncé une vaste campagne dans la région montagneuse du mont Hamrin, où les jihadistes restent très actifs dans la province de Diyala.

    En trois jours, les opérations accompagnées de frappes aériennes ont tué "cinq membres de Daech" et permis la découverte de plusieurs "caches terroristes" où se trouvaient des bombes et des armes, selon un communiqué d'une cellule conjointe des forces de sécurité. "Deux corps de deux personnes kidnappées ont été retrouvés", précise le communiqué sans identifier les victimes.

    3 autres membres de l'Etat islamique tués et deux personnes kidnappées libérées dans le mont Hamrin, mercredi 29 décembre
    FHnDgbdX0AA2dBa.jpeg

    Mercredi 29 décembre 2021, le ministère irakien de la Défense a déclaré que les forces spéciales du 2ème régiment avaient réussi à libérer deux personnes kidnappées et à éliminer 3 membres de l'Etat islamique dans le mont Hamrin, de la province de Diyala.

    La défense irakienne a publié sur « Facebook » une déclaration disant : " Les héros du deuxième régiment, la première brigade des forces spéciales, ont commencé une opération de raid et de recherche dans le lac Hamrin dans le gouvernorat de Diyala, qui a entraîné la mort de trois jihadistes et la libération de deux pêcheurs kidnappés, en plus de la découverte d'un certain nombre d'armes moyennes et légères." 

    L'opération de ratissage a été menée avec la participation d'une force de l'appareil antiterroriste, le régiment de Diyala, et une partie de l'armée irakienne.
    FHnDgbdXMAYC3Cb.jpeg

    Malgré ses revers, l'Etat islamique "maintient une présence largement clandestine en Irak et en Syrie et mène une insurrection soutenue de part et d'autre de la frontière entre les deux pays", selon un rapport onusien publié en 2021.

    La fréquence des attaques de l'Etat islamique a augmenté récemment, en particulier dans les provinces de Salah al-Din et Kirkouk dans le nord du pays, et dans la province de Diyala

    Dans ces deux pays, l'organisation jihadiste conserverait "en tout 10.000 combattants actifs", d'après le rapport de l'ONU.

     

  • Irak : opérations de ratissage contre Daech dans 3 gouvernorats et dans les monts Hamrin

    Imprimer

    Dimanche 26 décembre, les forces irakiennes et les Forces de mobilisation populaire (Hashd al-Chaabi - une coalition de groupes paramilitaires intégrés à l'armée majoritairement pro-iraniens) ont lancé une série d'opérations de sécurité dans trois gouvernorats irakiens et dans les monts Hamrin.

    La Cellule des médias de sécurité irakienne a déclaré dans un communiqué que les forces de la sécurité ont lancé ce matin, trois opérations préventives, sous la supervision du Commandement des opérations conjointes, et selon des informations précises du renseignement.

    Le communiqué indique que la première opération a été lancée dans le sud-ouest du district de Rutba par l'intermédiaire de la cinquième division et du commandement des opérations de la province sunnite d'Anbar, tandis que la seconde était lancée à l'ouest de Tharthar.

    Quant à la troisième opération, elle a été lancée dans le sud du district de Hatra dans le gouvernorat de Ninive, avec la participation de la 20e division et des unités du "West Niniveh Operations Command".

    Le communiqué a souligné que ces opérations coïncidaient avec la poursuite des restes des" gangs terroristes" de l'Etat islamique, la lutte contre le crime sous ses diverses formes et afin de créer un environnement sûr.

    chaîne de montagnes Hamrin
    De son côté, les unités du Hashd al-Chaabi ont annoncé, dimanche 26 décembre, le lancement d'une opération de sécurisation à partir de 5 axes dans la chaîne de montagnes Hamrin.

    Une déclaration de la commission a déclaré que « les plans ont été élaborés en coordination avec le commandement des opérations de la province de Diyala de l'armée, et ont été présentés et approuvés dans le cadre d'opérations conjointes. Les opérations de ratissage à la recherche des éléments de l'Etat islamique sont menés à partir de 5 axes par les 1er, 4e, 20e, 24e et 23e brigades, la brigade de réserve de Diyala, le régiment des forces spéciales et la 52e brigade du Hashd al-Chaabi, avec le soutien de l'armée de l'air.

    Elle a ajouté que "les opérations visaient à poursuivre les restes de l'ennemi (Etat islamique) et à éliminer leurs caches dans ces zones pour restreindre ses mouvements et l'empêcher de mener des attaques contre les forces de sécurité et les civils".

    L'Autorité de mobilisation populaire (Hashd al-Chaabi) a indiqué que "les forces armées mènent une opération de sécurité du côté opposé, en coordination avec la Mobilisation populaire".

    Les Forces de mobilisation populaire, en coopération avec le commandement des opérations conjointes irakiennes, continuent de poursuivre les « restes » de l'Etat islamique dans de nombreuses provinces irakiennes, la dernière en date étant l'exécution d'une opération de sécurité contre l'Etat islamique dans les montagnes Hamrin du gouvernorat de Diyala, en novembre dernier. 

    La chaîne de montagnes Hamrin est l'une des zones reculées du pays et se caractérise par une nature géographique accidentée, qui représente un environnement approprié pour permettre aux éléments de l'Etat islamique de se cacher et lancer des attaques.

    En 2017, l'Irak a déclaré la victoire sur l'Etat islamique en reprenant le contrôle de l'ensemble de son territoire, dont environ un tiers de la superficie du pays  a été envahi par l'Etat islamique à l'été 2014. Cependant, l'Etat islamique maintient toujours des cellules dormantes dans de vastes zones dans l'Irak et lance des attaques sporadiques.

     

  • Irak : Découverte de 11 corps de policiers irakiens dans un charnier de l'Etat islamique

    Imprimer

    Les forces kurdes du nord de l'Irak ont découvert un charnier contenant au moins les corps de 11 membres de la police irakienne qui auraient été tués par le groupe Etat islamique (Daech) en 2018, a indiqué jeudi 16 décembre 2021 à l'AFP un responsable kurde.

    "Une fosse commune a été découverte ce jeudi dans la région de Douraji", qui compte de nombreuses grottes autrefois utilisées comme repaires par les jihadistes, a dit ce responsable des Peshmergas.

    Douraji se trouve près de Ghara, dans la province de Salaheddine, dans une zone disputée entre le gouvernement fédéral et le Kurdistan autonome.

    "Nous travaillons depuis 11H00. Les corps de 11 policiers irakiens au moins ont jusque-là été extraits de ce charnier, on pense qu'ils étaient aux mains de l'Etat islamique en 2018", a ajouté le responsable kurde.

    Les Peshmergas et la police fédérale irakienne participent à ces recherches qui se poursuivent pour essayer de trouver d'autres corps, selon ce responsable au sein des forces du Kurdistan autonome d'Irak. Il a expliqué que la découverte du charnier avait été rendue possible grâce à des "renseignements obtenus sur des repaires de l'Etat islamique dans la région où les jihadistes emprisonnaient les membres des forces irakiennes qu'ils capturaient".

    L'Etat islamique, qui contrôlait de vastes zones de l'Irak entre 2014 et 2017, a laissé plus de 200 charniers, selon les statistiques des Nations Unies, et il est probable que ces tombes contiennent plus de 12 000 corps en Irak et 5 000 dans le nord de la Syrie.

  • Irak : Les forces irakiennes lancent deux opérations pour poursuivre Daech à Kirkouk et à Diyala

    Imprimer

    Mercredi 15 décembre 2021, le ministère de la Défense a déclaré, dans deux déclarations distinctes, que les forces conjointes de l'armée et de la police avaient lancé deux opérations militaires pour ratisser un certain nombre de zones et de villages dans les gouvernorats de Kirkouk et de Diyala.

    Le ministère a ajouté que les deux opérations visent à "renforcer la sécurité et la stabilité, poursuivre les gangs terroristes de l'Etat islamique et nettoyer les terres".

    Les deux opérations interviennent après la fréquence croissante des attaques de l'Etat islamique contre les forces irakiennes ces dernières semaines, notamment dans la zone frontalière séparant les autorités fédérales et la région du Kurdistan au nord du pays.

    Pendant des mois, les forces irakiennes ont lancé de nombreuses campagnes militaires et des opérations de ratissage pour poursuivre les restes de l'Etat islamique à travers le pays.