Etat islamique en Irak

  • Irak .. Arrestation du "sniper du sud" de "Daech

    Imprimer

    Dimanche 20 septembre, l'Agence fédérale de renseignement a annoncé l'arrestation du soi-disant «tireur d'élite du sud» de Daech lors d'une opération basée sur des renseignements.

    Un communiqué de l'agence a déclaré: "En intensifiant les efforts de renseignement et en mobilisant les sources, les détachements de l'Agence de renseignement représentés par la Direction du renseignement de Bagdad, en coordination avec une force Asayish de Sulaymaniyah, ont mené une opération conjointe qui a abouti à l'arrestation de l'un des terroristes recherchés conformément aux dispositions de l'article 4 du terrorisme pour appartenance à des gangs de l'Etat islamique. .

    Elle a ajouté: "Le terroriste a travaillé dans la soi-disant "province du Sud". Le dénommé Al-Farouq, baptisé le" tireur d'élite du sud ", était un "sniper" de Daech dans la région des lacs et d'Al-Jarf.

    L'agence a noté que "ce sniper avait diffusé des vidéos de ses actions par l'intermédiaire de l'Agence Amaq, organe de propagande de l'Etat islamique, il a admis sa participation à des opérations terroristes contre les forces de sécurité et des civils.

    Lien permanent Catégories : Etat islamique en Irak, IRAK 0 commentaire
  • Irak : Des dizaines de soldats irakiens tués et blessés lors d'une attaque de Daech au véhicule kamikaze contre un convoi de l'armée dans la provinde d'Anbar

    Imprimer

    Le 12 septembre, les jihadistes de l'Etat islamique ont ciblé un convoi de l'armée irakienne dans la province occidentale d'al-Anbar à l'aide d'un engin explosif improvisé transporté par véhicule (VBIED).

    L'agence de presse du groupe terroriste, Amaq, a déclaré que l'attaque avait eu lieu à al-Sakar, à l'ouest de la ville de Ramadi. Le VBIED, qui était garé sur le bord de la route, a explosé au passage du convoi qui transportait des troupes pour une opération de ratissage dans la région.

    Selon Amaq, 20 membres des services irakiens, dont au moins deux officiers, ont été tués ou blessés lors de l'attaque. Huit véhicules militaires ont également été détruits.

    Irak : Des dizaines de soldats irakiens tués et blessés lors d'une attaque de Daech au véhicule kamikaze contre un convoi de l'armée dans la provinde d'Anbar
    Le 12 septembre, les jihadistes de l'Etat islamique ont ciblé un convoi de l'armée irakienne dans la province occidentale d'al-Anbar à l'aide d'un engin explosif improvisé transporté par véhicule (VBIED).

    L'agence de presse du groupe terroriste, Amaq, a déclaré que l'attaque avait eu lieu à al-Sakar, à l'ouest de la ville de Ramadi. Le VBIED, qui était garé sur le bord de la route, a explosé au passage du convoi qui transportait des troupes pour une opération de ratissage dans la région.

    Selon Amaq, 20 membres des services irakiens, dont au moins deux officiers, ont été tués ou blessés lors de l'attaque. Huit véhicules militaires ont également été détruits.

    L'etat islamique a également visé un véhicule de l'armée irakienne à l'ouest de la ville de Rutba, dans l'ouest de l'Irak, avec un engin explosif improvisé. Un officier et trois soldats auraient été tués dans l'attaque.

    Les jihadistes de l'Etat islamique sont très actifs à al-Anbar, dont le désert est connu pour être le bastion historique du groupe terroriste en Irak.

    Les opérations répétées des forces gouvernementales irakiennes dans la province d'al-Anbar ont infligé quelques pertes aux restes de Daech dans la région. Cependant, elles n'ont pas réussi à mettre fin à la présence du groupe dans ce secteur.

    Voir la vidéo de l'attaque (Etat islamique)

  • Irak : La coalition est toujours prête à frapper l'Etat islamique si Bagdad le demande

    Imprimer

    Les forces de la coalition internationale en Irak se sont déclarées prêtes à mener des frappes aériennes contre des cibles de l'Etat islamique si on leur demandait de le faire, ajoutant que tous leurs mouvements sont effectués en coordination avec le gouvernement irakien.

    Hier, la cellule des médias de sécurité du commandement des opérations conjointes en Irak a annoncé qu '«une force conjointe de la brigade commando du commandement des opérations de Samarra et des brigades de la paix, ont réussi à tuer au cours d'une embuscade quatre des plus importants dirigeants des gangs terroristes de l'Etat islamique. Deux d'entre eux, parmi les morts, portaient des ceintures explosives. " L'opération a été menée dans la région d'Al-Farhateya, au sud de Samarra.

    Les forces irakiennes ont récemment intensifié leurs opérations dans plusieurs provinces contre les dirigeants et les membres de l'organisation.

    "La coalition internationale s'est engagée à vaincre l'Etat islamique et à empêcher les terroristes de mener leurs activités. Elle poursuit son engagement à soutenir les partenaires en Irak et en Syrie", a déclaré le porte-parole des forces de la coalition, le colonel Wayne Maruto, dans un communiqué diffusé par Radio Sawa du département d'État américain.

    "Nous continuerons à fournir des conseils sur la planification des opérations, le partage de renseignements, et quand on nous demandera de lancer des frappes aériennes, nous le faisons. Nous travaillons donc avec le gouvernement irakien, et toutes nos actions sont menées en coordination avec lui", a-t-il ajouté.

    Maruto a discuté du rôle que les attentats du 11 septembre ont joué dans le renforcement de la participation de la communauté internationale à la guerre contre le terrorisme.

    "Ces attaques ont eu un impact sur nous", a-t-il déclaré. "Environ 80 pays sont déterminés à lutter contre le terrorisme pour garantir que de telles attaques ne se reproduisent plus."

    Mercredi, le Commandement central américain a annoncé la réduction de moitié de ses forces en Irak, passant d'environ 5 200 à 3 000 soldats au cours du mois de septembre.

    "Après avoir reconnu les progrès réalisés par les forces irakiennes et consulté et s'être coordonné avec le gouvernement irakien et nos partenaires de la coalition, les États-Unis ont décidé de réduire leur présence militaire en Irak", a déclaré le commandant du CENTCOM, le général Kenneth McKinsey de Bagdad.

    À la fin de 2018, il y avait environ 5200 soldats américains en Irak, et ils constituaient l'essentiel des 7500 membres des forces de la coalition de l'époque, selon des responsables américains. Mais les États-Unis ont considérablement réduit la taille de leurs forces ces derniers mois.

    Les responsables américains confirment que la réduction était prévue depuis longtemps après la défaite de l'Etat islamique, mais ils ont admis que le calendrier avait été accéléré en raison des attaques de missiles lancées par des factions pro-iraniennes, et à la lumière de l'épidémie du virus Corona.

    Depuis le début de l'année, des dizaines d'attaques de missiles contre les forces de la coalition internationale et l'ambassade américaine dans la zone verte fortement fortifiée de Bagdad ont tué au moins trois soldats américains, un soldat britannique et un soldat irakien.

  • Irak : Un kamikaze se fait exploser à Kirkouk, dans le nord du pays

    Imprimer

    L'armée irakienne a annoncé mardi que deux membres du personnel de sécurité avaient été blessés, après qu'un kamikaze se soit fait exploser dans le gouvernorat de Kirkouk, dans le nord du pays.

    Selon un communiqué de la "Cellule des médias de sécurité" de l'armée, "les forces de sécurité ont encerclé un kamikaze, ce qui l'a incité à se faire exploser à Wadi (Abu Shaha) dans le gouvernorat de Kirkouk (nord)".

    Le communiqué a souligné que "l'attentat suicide a blessé deux membres de la police fédérale", sans expliquer la gravité de leurs blessures.

    Et lundi, l'armée a annoncé dans un communiqué que les forces du Service antiterroriste avaient tué deux dirigeants de l'organisation terroriste «Daech» lors d'une opération militaire au sud du gouvernorat de Kirkouk, en plus d'arrêter 4 militants de l'organisation dans les gouvernorats de Kirkouk (nord) et d'Anbar (ouest).

    Depuis le début de cette année, les forces irakiennes ont intensifié leurs opérations de combats et de raids pour poursuivre les restes de l'Etat islamique, tandis que les attaques de jihadistes ne cessent de croître, en particulier dans la zone entre Kirkouk et Salaheddine (nord) et Diyala (est), connue sous le nom de "Triangle de la mort".

  • Irak : Des F-16 de l'armée de l'air irakienne martèlent des grottes servant de caches à l'Etat islamique dans les monts Hamrin

    Imprimer

    L'armée de l'air irakienne (IQAF) a effectué une série de frappes aériennes sur des caches de l'Etat islamique dans les monts de Hamrin, au nord du pays.

    Dans une déclaration publiée le 4 septembre, le major général Yehia Rasool, porte-parole du commandant en chef irakien, a déclaré que les F-16 de l'IQAF avaient détruit un certain nombre de grottes à Hamrin, qui étaient utilisées par les terroristes comme caches.

    Le commandant Rasool a partagé des vidéos de deux des frappes aériennes sur les monts Hamrin. Des missiles guidés de précision ont clairement été utilisés par l'IQAF.

    Les monts Hamrin, qui s'étendent entre la province de Diyala et le Tigre, sont connues pour être un repaire de l'Etat islamique. De là, les jihadistes lancent régulièrement des attaques contre les forces gouvernementales.

    Au cours des derniers mois, l'IQAF s'est davantage impliqué dans les opérations anti-Daech dans l'ouest et le nord de l'Irak. Des dizaines de frappes aériennes ont visé les jihadistes dans ces deux régions.

    La coopération entre les troupes au sol et l'IQAF permet aux forces irakiennes d'opérer contre l'Etat islamique, indépendamment de la coalition dirigée par les États-Unis, qui prévoit de quitter l'Irak dans les trois prochaines années.

    Voir les vidéos 

     

  • Irak : L'Etat islamique tend une embuscade aux troupes irakiennes près de la frontière avec l'Arabie saoudite

    Imprimer

    Les jihadistes de Daech ont tendu une embuscade aux troupes irakiennes à proximité du poste frontière d'Arar avec l'Arabie Saoudite, qui devrait rouvrir prochainement.

    Le poste frontière d'Arar, qui est situé au sud de la province occidentale d'al-Anbar, est la principale porte d'entrée entre l'Irak et le Royaume.

    L'embuscade, qui visait une unité de gardes-frontières irakiens, a eu lieu le 2 septembre. Selon une déclaration de l'agence de presse de l'Etat islamique, Amaq, sept militaires irakiens ont été tués et au moins cinq autres blessés, dont un major nommé "Ali al-Malki".

    Les jihadistes ont également détruit trois véhicules militaires et saisi plusieurs armes avant de se replier dans le désert d'al-Anbar.

    L'attaque a eu lieu alors que l'on rapportait qu'un accord proche avait été conclu avec l'Arabie Saoudite pour ouvrir le point de passage d'Arar, qui a été fermé la plupart du temps depuis la guerre du Golfe en 1990. Les responsables irakiens et saoudiens se sont rencontrés pour discuter de la question le 4 septembre et ont convenu de prendre des mesures plus rapides pour rouvrir le point de passage.

    L'Etat islamique qui est très actif dans toute la province d'Al-Anbar, s'inquiète apparemment d'un éventuel rapprochement entre l'Irak et l'Arabie Saoudite.

  • Irak : Une voiture piégée explose entre Tikrit et Kirkouk, tuant une femme

    Imprimer

    Mardi 1er septembre, une voiture piégée a explosé entre Tikrit et Kirkouk tuant une femme et blessant 3 agents de sécurité, selon la Cellule de sécurité des médias.

    Une déclaration de la cellule a déclaré qu'une voiture piégée "avait explosé au poste de contrôle du pont Maryam Bek, sur la route Tikrit-Kirkouk", ce qui a entraîné la mort d'une femme et a blessé "trois membres du personnel du checkpoint. Personne n'a revendiqué la responsabilité de l'attaque.

    Depuis le début de cette année, les attaques de membres de l'Etat islamique se sont multipliées en Irak, en particulier dans la zone entre Kirkouk et Salaheddine (nord) et Diyala (est), connue sous le nom de "Triangle de la mort" .