Etat islamique au Maroc

  • Maroc : Le démantèlement d'une cellule jihadiste au Maroc met en évidence les dangers dans la région du Sahel

    Imprimer

    Le directeur du Bureau central de recherche judiciaire au Maroc, Abdelhak Khiam, a déclaré dans un entretien à l'Agence France-Presse que la cellule de l'Etat islamique, qui a été récemment démantelée, se préparait à assassiner des "personnalités" et à attaquer"des quartiers généraux des services de sécurité" dans le Royaume.

    Khiam a déclaré qu'il s'agissait d'une "cellule dangereuse prête à agir à tout moment", exprimant son inquiétude quant à l'influence de l'organisation dans un contexte régional complexe.

    Cinq Marocains ont été arrêtés jeudi et des engins explosifs ont été découverts à plusieurs endroits, à Tanger et dans divers endroits de Rabat, par le Bureau central des investigations judiciaires de la Direction générale de la surveillance foncière nationale. Les jihadistes ont opposé une «résistance farouche». L'un des suspects a tenté de se faire exploser en utilisant une cartouche de gaz de grande taille, faisant preuve d'une violente résistance. L'escouade anti-terroriste a du tirer 4 balles, des grenades assourdissantes et des bombes fumigènes pour bloquer la vision, ce qui a permis de venir à bout de la résistance des jihadistes. Un policier a été grièvement blessé.au cours de l'affrontement. 

    Les perquisitions menées dans les magasins et les résidences utilisés par les détenus ont permis de découvrir des ceintures explosives et plusieurs composants chimiques permettant la fabrication d'explosifs, dont trois kilogrammes de nitrate d'ammonium, en plus d'équipements électroniques, de masques et d'armes blanches.Khiam a déclaré à l'Agence France Presse: "C'est la particularité de cette cellule: nous n'avions pas trouvé de tels matériels utilisés par des terroristes depuis les attentats de 2003", qui ont fait 33 morts à Casablanca, puis après avoir ciblé les "vestiges" du réseau en 2007.

    Jeudi, les enquêteurs ont également trouvé un "emblème" de l'Etat islamique, tandis que les enquêtes préliminaires ont confirmé que les membres de la cellule proclamaient leur allégeance à l'Etat islamique.

    "bombe a retardement" 
    Le chef présumé de la cellule, un vendeur ambulant de poissons de 37 ans, avait été condamné en 2004 pour un crime et c'est depuis qu'il a commencé à se radicaliser.

    À l'instar des meurtriers de deux touristes scandinaves en décembre 2018, les suspects actuels âgés de 29 à 43 ans sont tous impliqués dans de petits métiers, comme l'agriculture ou la menuiserie.

    Selon le responsable marocain, la cellule ne semble pas avoir de contact direct avec l'État islamique mais elle se préparait à viser «des personnalités publiques et militaires, et le siège des services de sécurité».

    Il a déclaré: "Le défi auquel sont confrontées toutes les agences de lutte contre le terrorisme dans le monde est la technologie et le cyber-terrorisme." Il a expliqué: «Le discours violent, le discours extrémiste promu par (les partisans) de l'Etat islamique, fait que maintenant, malheureusement, n'importe qui peut adhérer directement à cette idéologie sans avoir de relation avec les théoriciens».

    Selon le responsable marocain, la cellule ne semble pas avoir de contact direct avec l'État islamique mais elle se préparait à viser «des personnalités publiques et militaires, et le siège des services de sécurité».

    Il a déclaré: "Le défi auquel sont confrontées toutes les agences de lutte contre le terrorisme dans le monde est la technologie et le cyber-terrorisme." Il a expliqué: «Le discours violent, le discours extrémiste promu par (les partisans) de l'Etat islamique, fait que maintenant, malheureusement, n'importe qui peut adhérer directement à cette idéologie sans avoir de relation avec les théoriciens».

    Il a ajouté: «Même si l'Etat islamique est vaincu au Levant, en Syrie et en Irak, son idéologie s'est répandue et n'a pas besoin d'un pays. Elle peut croître là où il trouve des partisans.» Compte tenu de cela, «les cellules se déplacent en secret comme des cellules dormantes, et dans la plupart des cas, il n'y a pas de relations entre elles».

    L'autre défi, selon Khiam, est que l'État islamique, après sa défaite en Syrie et en Irak, s'est développé dans la région du Sahel et du Sahara profitant du conflit libyen, «et dans des pays comme le Mali, qui ne contrôlent pas leur sécurité».

    "Les cellules terroristes se multiplient dans la région, ainsi que les réseaux du crime organisé, de trafic de drogue, d'armes et de trafic de personnes", a-t-il déclaré. "Tout cela ... fait de la région du Sahel, à mon avis, une bombe à retardement.

  • Maroc : Démantèlement d'une nouvelle cellule terroriste

    Imprimer

    Une cellule affiliée au groupe Etat islamique qui planifiait des attentats-suicide a été démantelée jeudi au Maroc, cinq hommes ont été arrêtés et divers équipements saisis, dont des ceintures explosives, a annoncé la police marocaine.

    Les cinq "extrémistes" âgés de 29 à 43 ans ont été interpellés au cours d'une opération simultanée menée dans différents sites, à Tanger et dans dans les villes de Tiflet et Témara, dans la région de Rabat, selon le Bureau central d'investigation judiciaire (BCIJ) chargé notamment de la lutte antiterroriste. Les perquisitions menées dans les commerces et logements utilisés par les suspects comme "base arrière de soutien logistique" ont notamment permis de saisir des ceintures explosives, 3 kilos de nitrate d'ammonium (généralement utilisé comme composant explosif), des équipements électroniques et un lot d'armes blanches, selon la même source.

    Le chef de la cellule, fiché comme un multirécidiviste, "avait planifié avec ses complices de cibler des installations et sites sensibles à l'aide d'engins et de ceintures d'explosifs pour déstabiliser (...) le royaume", selon la même source. Les suspects avaient déjà "effectué des missions de reconnaissances des cibles à attaquer par des attentats-suicide (....), afin de servir l'agenda destructeur de Daech", l'acronyme du groupe EI, selon la même source.

    Un policier aurait été blessé à l'arme blanche pendant une des interpellations, selon un des médias locaux présents sur un des lieux pendant l'opération qui a donné lieu à un déploiement impressionnant des forces spéciales marocaines.