Etat-Islamique au Congo

  • L'Etat islamique a intensifié ses actions au Cameroun, en Somalie, au Nigéria et au Congo 

    Imprimer

    Des mouvements revendiquant leur affiliation à l'Etat islamique ont intensifié leurs opérations militaires dans différentes régions d'Afrique au cours des dernières semaines. Les membres du groupe islamiste radical ont lancé des attaques au Cameroun, en Somalie, au Nigeria et au Congo.

    Cameroun
    Le 27 juin, des combattants de l'Etat islamique au Cameroun ont pris d'assaut une base militaire et ont tendu une embuscade à une unité des forces gouvernementales près de la ville de Sandoa Gry dans la région de l'Extrême-Nord. 26 militaires camerounais ont été tués. Les islamistes ont également détruit un véhicule et saisi des armes.

    Somalie
    Le 28 juin, les cellules du groupe terroriste en Somalie ont ciblé deux policiers qui collectaient des impôts dans la ville de Tibili Sheikh Ibrahim sur la route Afgoye-Mogadiscio à l'aide d'un engin explosif improvisé (IED). Les deux policiers ont été tués.

    Nigeria
    Au Nigeria, des jihadistes de l'Etat islamique ont tendu une embuscade à un convoi des Forces armées nigérianes (NAF) sur une route reliant les villages de Cutmbi et Bulingua dans l'État de Borno, au nord-est, le 27 juin. Deux militaires nigérians ont été tués.

    Le lendemain, les islamistes ont tendu une embuscade à un deuxième convoi de la NAF sur une route entre les villages de Bulka et Bama à Borno. Les terroristes ont saisi cinq motos après avoir tué ou blessé des militaires nigérians.

    Congo
    Le 29 juin, des combattants de l'Etat islamique au Congo ont attaqué un certain nombre de bâtiments gouvernementaux dans la ville d'Evao, dans la province de l'Ituri, au nord-est. Plusieurs bâtiments ont été incendiés par les islamistes. Le lendemain, les terroristes ont abattu deux militaires congolais dans la ville de Bandi Mbisi en Ituri. Un fusil d'assaut a été saisi par les terroristes.

    Alors que l'Etat islamique fait face à de sérieuses pressions au Moyen-Orient, il continue de croître dans différentes parties de l'Afrique. La menace du groupe terroriste en Afrique devrait être traitée plus sérieusement par l'Union africaine et les Nations Unies.

  • RDC Congo : L'Etat islamique responsable de l'assassinat de Chrétiens

    Imprimer

    Selon le journaliste Wassim Nasr, l’Etat islamique a revendiqué l'assassinat la semaine dernière de 13 chrétiens et 3 militaires dans le village de Ndalia dans l’Ituri.

    EvGTQq-XcAQLTJ6.jpeg

  • Congo : 17 civils tués dans une nouvelle attaque de rebelles musulmans à Beni

    Imprimer

    Dix-sept civils ont été tués et d'autres portés disparus, samedi 31 octobre à l’aube, lors d’une attaque attribuée par les autorités aux rebelles des Forces démocratiques alliés (ADF) dans deux villages isolés du territoire de Beni, dans l’Est de la République démocratique du Congo (RDC).

    Vers 01h, des rebelles munis de machettes et de fusils d’assaut ont investi les village de Lisasa et Kitsimba « entrant dans les maisons avant de saccager un centre de santé, d’emporter des médicaments et d’enlever un infirmier », a déclaré Muhindo Meso, chef du groupement de Buliki dont relève le village de Lisasa.
    Avant de se retirer, les assaillants ont « profané » une église catholique.

    Sans confirmer le bilan « qui doit été lourd », un haut responsable militaire, a rapporté que les assaillants "étaient nombreux" et que ces deux villages sont "sous contrôle d’un groupe armé et non des forces gouvernementales".
    Cette localité était jusqu’ici épargnée des exactions des rebelles ADF. La dernière attaque rebelle date de 4 ans, en 2016, selon Donat Kibwana, administrateur du territoire de Beni.

    Beni
    Territoire frontalier avec l’Ouganda, Beni est cible des attaques récurrentes et sanglantes de l’ADF depuis 2014. La dernière attaque de ce groupe armé a visé, mercredi dernier, la localité de Mamove, tuant 19 civils.

    L’ADF est, à l'origine, un groupement de rebelles musulmans ougandais qui se sont installés dans l'est de la RDC en 1995, fuyant le nouveau régime en Ouganda. Depuis quelques années, leur recrutement s'est élargi à d'autres nationalités dont même des Congolais. Les Forces démocratiques alliés qui n’ont jamais fait de revendications officielles, sont accusés par Kinshasa et par l’ONU d'être responsables de massacres de milliers de civils dans le territoire de Béni, depuis 2014.

    L'Etat islamique a revendiqué plusieurs des attaques de l'ADF
    Sans preuves d’une collaboration, Daech a revendiqué certaines des attaques de l’ADF dans la région. Leur dernière revendication concerne l’attaque de la prison de Beni durant laquelle plus de 1400 détenus, dont des combattants, se sont évadés.

  • Congo : l'État islamique revendique l'attaque d'une église - Amaq

    Imprimer

    L'État islamique a revendiqué vendredi la responsabilité d'une attaque contre une église dans l'est du Congo qui a tué au moins 18 personnes, a rapporté Amaq, l'agence de presse du groupe jihadiste, sans toutefois fournir de preuves.

    L'attaque a eu lieu mercredi soir dans le village de Baeti, situé à une dizaine de kilomètres à l’Ouest de la commune de Oicha chef-lieu du territoire de Beni, groupement Batangi-Mbau, secteur de Beni-Mbau, dans la province du Nord-Kivu. Un groupe de défense des droits civiques a fait état d'un bilan d'au moins 18 morts et l'incendie d'une église.