Etat de Yobe

  • Nigeria : L'Etat islamique (ISWAP) prend d'assaut un camp militaire dans la province de Borno après une attaque au véhicule kamikaze 

    Imprimer

    Le 5 janvier 2022, l'agence de presse de l'Etat islamique, Amaq, a publié des photos documentant une récente attaque perpétrée par l'aile de l'État islamique - Province d'Afrique de l'Ouest (ISWAP).

    L'attaque, qui a eu lieu le 3 janvier, visait un camp des Forces armées nigérianes (NAF) dans la ville de Marte, dans l'État de Borno, au nord-est.

    Les islamistes de l'ISWAP ont réussi à prendre d'assaut le camp militaire à la suite d'une attaque au véhicule piégé. Le kamikaze, dont la photo a été partagée par Amaq, a été identifié comme étant « Abu Suleiman al-Ansari ».photo_2022-01-05_18-53-01-768x380.jpeg

    Selon Amaq, dix militaires de la NAF ont été tués ou blessés à la suite de l'attaque contre le camp militaire.

    L'année dernière, l'ISWAP a intensifié ses opérations contre la NAF et d'autres forces gouvernementales dans la région nord-est du Nigéria, en particulier dans les États de Borno et de Yobe.

    Le groupe islamique semble déterminé à renforcer encore plus sa présence dans la région du nord-est en 2022. Les forces gouvernementales nigérianes devront faire beaucoup plus d'efforts pour réduire l'influence du groupe.

  • Nigeria : Les avions de guerre Super Tucano nouvellement acquis par le Nigeria frappent les positions de l'Etat islamique (ISWAP) près du lac Tchad

    Imprimer

    Les avions de combat A-29 Super Tucano COIN [contre-insurrection] nouvellement acquis par la Force aérienne nigériane (NAF) ont effectué une série de frappes aériennes contre la branche de l'Etat islamique au Nigeria (ISWAP), a rapporté PRNigeria le 1er décembre 2021.

    Selon le rapport, les frappes aériennes ont visé une armurerie et des bases d'entraînement de l'ISWAP situées près du lac Tchad, plus précisément à Kayowa, Tumbum Jaki et Tumbun Akawu. Des centaines de combattants et de commandants de l'ISWAP se seraient trouvés sur les positions ciblées.

    Une source militaire a déclaré à PRNigeria que les frappes aériennes avaient été menées après une mission de surveillance et de reconnaissance.

    "Les emplacements avaient été précédemment signalés par des sources de renseignement comme les endroits où se trouve l'usine d'IED [Improvised Explosive Device], car des activités de soudage dissimulées sous une végétation dense étaient suspectées", a déclaré la source. « Pendant la frappe, des explosions ont été observées, confirmant qu'il y avait du matériel de fabrication de bombes sur les lieux.

    La source anonyme a poursuivi en affirmant qu'un certain nombre de commandants de haut rang de l'ISWAP avaient été éliminés lors des frappes.

    Le Nigeria a commandé 12 avions de combat A-29 Super Tucano à la société américaine Sierra Nevada Corporation en 2018. Les avions de combat sont entrés en service dans la NAF en août 2021.

    L'A-29 a été conçu pour effectuer des missions de renseignement, de surveillance, de reconnaissance ainsi que des frappes air-sol de précision.

    Les forces militaires et de sécurité nigérianes luttent sans relâche contre l'ISWAP dans la région nord-est du pays. Pourtant, le groupe islamique maintient une forte présence dans la région, notamment dans les États de Borno et de Yobe.

  • Nigeria : Trois soldats tués dans une embuscade jihadiste

    Imprimer

    Au moins trois soldats ont été tués dans l'embuscade de leur convoi militaire, tendue par des jihadistes dans l'État de Yobe, dans le nord-est du Nigeria, ont indiqué samedi deux sources de sécurité.

    Les convois militaires sont de plus en plus la cible d'attaques du groupe État islamique en Afrique de l'Ouest (ISWAP), dans le nord-est du Nigeria où les soldats luttent pour mettre fin à une insurrection de 12 ans qui a tué plus de 40.000 civils.

    Les assaillants ont arrosé le convoi à l'arme lourde lors de l'embuscade vendredi, dans le village de Tamsu Kawu, le long de l'autoroute de 120 kilomètres reliant Maiduguri et Damaturu, la capitale de l'État de Yobe, ont indiqué deux sources militaires à l'AFP. "Nous avons perdu trois soldats dans l'embuscade des terroristes de l'ISWAP", a déclaré l'un de ces deux officiers, selon lequel les jihadistes ont saisi un véhicule militaire. Un second officier militaire a confirmé le bilan. L'attaque s'est produite alors que l'armée revendique une série de succès contre les djihadistes, notamment des raids sur leurs camps.

    Le 17 septembre, au moins 16 soldats nigérians ont été tués dans une embuscade de l'ISWAP le long de l'autoroute reliant Maiduguri et la ville de garnison de Monguno, dans la région du lac Tchad. Une semaine plus tard, huit soldats sont morts lorsque d'une attaque par le groupe djihadiste près de la ville de Dikwa, dans la même région.

    L'ISWAP a consolidé son territoire ces derniers mois dans la région du lac Tchad après la mort d'Abubakar Shekau, le commandant du groupe rival Boko Haram, dans des combats entre les deux forces djihadistes. Reconnu par le groupe État islamique, l'ISWAP est né en 2016 d'une scission avec Boko Haram, auquel il reproche notamment des meurtres de civils musulmans.

    Depuis 2019, l'armée a fermé ses plus petites bases pour s'installer dans des garnisons plus grandes et fortifiées, appelées "super camps", pour tenter de mieux résister aux attaques. Une stratégie qui a laissé davantage de liberté de mouvement aux jihadistes dans les zones rurales, estiment les critiques de ces "super camps". Le conflit qui a provoqué le déplacement d'environ deux millions de personnes dans le nord-est du pays, s'est étendu aux pays voisins, ce qui a conduit à la mise en place d'une coalition militaire régionale contre les groupes islamistes.

  • Nigeria : l'Etat islamique dans la province d'Afrique de l'Ouest (ISWAP) inflige de lourdes pertes aux forces gouvernementales

    Imprimer

    Les combattants de l'Etat islamique de la province d'Afrique de l'Ouest (ISWAP) ont infligé de lourdes pertes aux forces gouvernementales nigérianes lors de deux attaques récentes dans l'État de Borno, au nord-est.

    Lors de la première attaque, qui a eu lieu le 13 juillet, les islamistes ont visé plusieurs postes des forces locales pro-gouvernementales près de la ville de Lambwa.

    Quatre combattants et un civil, prétendument un espion du gouvernement, ont été tués par les djihadistes. Au cours de l'attaque, les membres de l'Etat islamique ont également capturé une camionnette et mis le feu à plusieurs maisons.

    La deuxième attaque, plus importante, a eu lieu le 15 juillet. Les guérilleros de l'Etat islamique ont pris d'assaut une base des forces armées nigérianes dans la ville de Kawri. Au moins un militaire a été tué.

    Au cours de l'attaque, les islamistes ont incendié un véhicule blindé de transport de troupes Mowag Piranha I de fabrication suisse, une voiture blindée Panhard AML de fabrication française et une camionnette. Les djihadistes ont également capturéquatre camionnettes ainsi que des quantités d'armes et de munitions.
    photo_2021-07-17_20-22-40.jpegphoto_2021-07-17_20-22-44.jpegphoto_2021-07-17_20-22-49.jpeg

    Les combattants de l'Etat islamique ont intensifié leurs attaques contre les forces gouvernementales nigérianes et les civils au cours des dernières semaines. Les islamistes ont mené des attaques dans les provinces de Borno, Yobe et Adamawa.

    Le groupe islamiste radical a établi une forte présence au Nigeria au cours de la dernière année. Malgré les efforts du gouvernement, la menace posée par le groupe continue de croître.

  • Nigeria : L'Etat islamique (ISWAP) lance une attaque contre la ville de Kanamma dans le nord-est

    Imprimer

    L'"Etat islamique de la Province d'Afrique de l'Ouest" (ISWAP) a lancé une attaque contre la petite ville désertique de Kanamma, dans l'État de Yobe, au nord-est du Nigéria.
    E0lJe7CX0AUMmw1.jpeg

    Kanamma, qui est située le long de la frontière avec la République du Niger est la principale ville du gouvernement local de Yunusari et l'endroit où les djihadistes nigérians (Talibans nigérians) avaient établi leur base entre le début et le milieu des années 2000, le groupe était le prédécesseur de Boko Haram.

    L'armée nigériane est connue pour avoir une base d'opérations avancée à Kanamma.

    Yunusari était la destination de certains des réfugiés  qui ont fui  la ville de Geidam assiégée par l'ISWAP qui a duré plusieurs
    jours.E0lJfIsWUAMWBR0.jpeg

    E0pr1PkWUAECmxP.jpeg

    E0pr1EwWUAoALsI.jpegE0pr03CXMAwFUwc.jpeg

  • Nigeria : L'Etat islamique (ISWAP) occupent la ville de Geidam pendant plusieurs heures 

    Imprimer

    Les combattants de l'État islamique de la province d'Afrique de l'Ouest (ISWAP) ont occupé la ville de Geidam dans le nord-est du Nigéria malgré les tentatives de l'armée d'en chasser les djihadistes.

    Geidam est l'une des principales villes de l'État de Yobe et est située près de la frontière avec l'État voisin de Borno et la République du Niger.

    L'armée de l'air nigériane est intervenue pour soutenir la contre-offensive militaire contre l'incursion des djihadistes qui a commencé vendredi soir 23 avril et s'est poursuivie samedi.

    Les troupes du 159ème bataillon déployées dans le secteur 2 de l'opération "Lafiya Dole" sont basées à Geidam.

    La riposte militaire contre les insurgés a été rendue difficlle en raison du fait que les islamistes s'étaient barricadés dans la ville, ce qui rendait difficile les frappes aériennes.

    Les insurgés arrivés à bord de plusieurs camions se sont déchaînés, détruisant des propriétés privées et publiques, y compris des moyens de télécommunication. Ils n'ont par contre fait aucun mal aux civils, selon les premières informations.

    Les djihadistes sont de retour dans la ville dimanche 25 avril
    De violents combats sont en cours entre les troupes nigérianes et les membres  de  l'État islamique (ISWAP) à Geidam. 

    Les islamistes s'étaient retirés de la ville  après l'avoir occupée plus de 24 heures à partir du vendredi 23 avril. Mais ils ont fait une nouvelle incursion, dimanche 25 avril.

    Un homme politique local a déploré que "la formation militaire qui y est stationnée ne se soucie pas de réagir à ce qui se passe ou de les contrer. L'armée est assise à l'ouest de la ville tandis que les islamistes se déplacent librement dans la ville, détruisant les structures gouvernementales et d'autres choses appartenant à notre peuple, attaquant ou harcelant des innocents expulsés de leurs maisons." 

    «Le seul mot que je puisse utiliser ici est que les gens sont impuissants dans leur patrie. C'est terrible », a-t-il ajouté.

  • Nigeria : L'armée repousse une attaque de l'Etat islamique (ISWAP) à Damasak - Un chef de l'ISWAP éliminé avec des dizaines d'autres djihadistes

    Imprimer

    L'armée nigériane a repoussé jeudi 18 mars 2021 une attaque de l'Etat islamique de la Province d'Afrique de l'Ouest (ISWAP)  dans la zone de Damasak Mobbar, dans l'État de Yobe.

    Les djihadistes ont attaqué vers 18h00 mais ils ont été repoussés par une puissance de feu supérieure de l'armée nigériane. Des hélicoptère Mi35, 2 jets Alpha et un drone sont intervenus pour pilonner les djihadistes.

    Des dizaines d'islamistes ont perdu la vie, y compris un commandant de l'ISWAP. Trois véhicules ont été détruits, dont deux appartenant à une organisation non gouvernementale internationale.
    hYFrHD5h.jpeg