Etat de Kaduna

  • Nigeria : Des islamistes de l'Etat islamique (ISWAP) enlèvent un prêtre catholique dans l'Etat du Borno

    Imprimer

    Des éléments armés, soupçonnés d'être des membres de l'Etat islamique de la Province d'Afrique de l'Ouest (ISWAP), ont kidnappé un prêtre catholique des diocèses de Maiduguri, le révérend Fr. Élie Juma Wada.

    Wada avait été enlevé sur la route Damboa-Maiduguri mercredi 30 juin 2021. Il voyageait de la paroisse de Buma à Shani à Damaturu pour la messe d'action de grâces du 10e anniversaire de son ami, le révérend père Yakubu Inda Philibus à l'église catholique St. Mary, Damaturu.

    Un utilisateur de Facebook, Manasseh Comfort Dooshima a également confirmé l'incident.

    « S'il vous plaît, mes chers amis de Facebook, prions pour la libération de cet homme de Dieu du nom de Rev.Fr Elijah Juma Wada qui a été kidnappé par Boko Haram (en fait ISWAP) dans l'État de Borno. Il est prêtre catholique du diocèse de Maiduguri. Que Dieu ait pitié de votre serviteur », a-t-elle dit.

    Ce n'est pas la première fois que des djihadistes kidnappent un religieux. En décembre 2020, Bulus Yakura, un pasteur d'Ekklesiyar Yan'uwa avait été kidnappé après que les insurgés aient attaqué le village de Pemi, Chibok.

    En janvier 2020, Lawan Andimi, président de l'Association chrétienne du Nigeria (CAN), à Michika LGA d'Adamawa avait été kidnappé et tué par les islamistes.

    E5i9letX0AIIhev.jpegInsécurité grandissante dans l'Etat de Kaduna (nord-ouest du Nigeria)
    Des bandits armés ont envahi un pensionnat de l'Etat nigérian de Kaduna et kidnappé 140 lycéens, vraisemblablement pour les échanger contre une rançon, dernière attaque de ce genre qui frappe depuis plusieurs mois le nord-ouest du pays.

    Au total, 165 lycéens dormaient dans le pensionnat du lycée Bethel Secondary School, dans la localité de Chikun, dans la nuit de lundi à mardi lorsque des "hommes armés ont escaladé le grillage pour pénétrer dans l'école", a rapporté à l'AFP Emmanuel Paul, un professeur. Ils ont emmené avec eux 140 élèves, mais 25 ont réussi à s'échapper, a-t-il indiqué, soulignant que "tout indique que les assaillants sont arrivés à pied".

    Il s'agit de la troisième attaque importante commise à Kaduna ces trois derniers jours. Dimanche au moins huit employés d'un hôpital de cet Etat ont été kidnappés, selon la police; Des sources locales affirment de leur côté que quinze personnes du "Centre national de lutte contre la tuberculose et la lèpre de Kaduna" ont été enlevées, dont deux infirmières et leurs deux bébés. Sept personnes ont également été tuées dimanche soir dans des attaques sporadiques dans des localités voisines, a indiqué Samuel Aruwan, chargé de la sécurité au sein du gouvernement de Kaduna.

    L'insécurité grandissante est devenu un véritable fléau ces derniers mois dans le nord du Nigeria. Des groupes criminels, communément appelés "bandits" par les autorités, terrorisent les populations du nord-ouest et du centre du Nigeria. Ils attaquent des villages, volent du bétail et enlèvent sur les routes des personnalités locales ou des voyageurs contre rançon. Ils opèrent à partir de camps situés dans la forêt de Rugu qui s'étend sur les Etats nigérians de Zamfara, Katsina, Kaduna et du Niger.

    Récemment, ces groupes criminels se sont lancés dans des attaques visant des écoles et des universités, pratiquant des enlèvements de masse d'élèves contre rançon. Plus de 1.000 enfants, adolescents ou étudiants ont été enlevés depuis le mois de décembre, et certains sont toujours aux mains de leurs ravisseurs.

    Position ferme du gouverneur de l'Etat de Kaduna
    Le gouverneur de l'Etat de Kaduna, Nasir Ahmad El-Rufai, contrairement à certains de ces homologues des Etats voisins, refuse catégoriquement de négocier avec ces groupes armés et de payer des rançons.

    Il avait également menacé de pénaliser toute personne payant des rançons pour retrouver leurs proches, pour ne pas encourager les kidnappings. "La position ferme adoptée par El-Rufai de ne pas payer commence à faire des émules dans la région, et d'autres gouverneurs adoptent cette stratégie", a commenté auprès de l'AFP Idayat Hassan, directrice du Centre for Democracy and Development, basé à Abuja. "El-Rufai est considéré comme un ennemi et doit être puni", poursuit-elle pour expliquer le nombre croissant d'attaques de grande ampleur dans cet Etat.

    Ne pouvant assurer la sécurité dans les écoles et les lycées, de nombreux Etats de du nord-ouest du Nigeria, région considérée comme l'une des plus pauvres au monde, ont déjà fermé la plupart des pensionnats des écoles publiques, renvoyant des milliers d'enfants à la maison. "Dans un pays qui compte environ 13,2 millions d'enfants déscolarisés, le chiffre le plus élevé au monde, ces kidnappings ne font qu'empirer la situation", poursuit la chercheuse.



  • Nigeria : De nombreux élèves kidnappés dans une école privée musulmane

    Imprimer

    La série noire des enlèvements de masse d'écoliers continue au Nigeria, où un grand nombre d'enfants ont encore été enlevés dimanche par des dizaines d'hommes armés dans une école privée musulmane dans le centre-nord du pays.

    Le nombre exact d'enfants enlevés était encore incertain lundi matin, mais environ 200 se trouvaient dans l'école Salihu Tanko, située dans l'Etat du Niger, au moment de l'attaque qui s'est déroulée dimanche après-midi. Plusieurs ont réussi à s'enfuir, mais les ravisseurs ont "pris plus de cents élèves, avant de laisser ceux qu'ils considéraient comme trop petits, ceux entre 4 et 12 ans", a confié à l'AFP un responsable de l'école, sous couvert d'anonymat.

    Les autorités locales ont confirmé dimanche soir l'enlèvement sur Twitter, précisant que le nombre d'enfants kidnappés était "encore incertain". Les ravisseurs ont "relâché onze enfants, qui étaient trop petits pour marcher", ont précisé les autorités, qui dénoncent cet événement "malencontreux" et la hausse des kidnappings contre rançon à travers le centre et le nord du Nigeria.

    Le gouverneur local, Sani Bello, a ordonné aux "agences chargées de la sécurité de ramener les enfants au plus vite". Un porte-parole de la police, Wasiu Abiodun, a déclaré que les assaillants sont arrivés en moto et qu'ils ont commencé à tirer avant de tuer un habitant et d'en blesser un autre et d'enlever les enfants.

    Les enlèvements d'écoliers
    Ce nouveau kidnapping survient au lendemain de la libération de 14 étudiants dans l'Etat de Kaduna (nord), après 40 jours de détention. Cinq étudiants avaient été exécutés par leurs ravisseurs dans les jours qui ont suivi leur kidnapping pour faire pression sur les familles et contraindre le gouvernement à payer une rançon.

    Des familles, citées par la presse locale, ont déclaré qu'elles avaient payé 180 millions de naira (357.000 euros) au total pour retrouver leurs enfants. Ces bandes armées, dont les membres sont communément appelés "bandits", terrorisent les populations dans le centre-ouest et le nord-ouest du Nigeria, pillant des villages, volant le bétail et menant des enlèvements de masse contre rançon.

    Depuis plusieurs mois, ces bandits se livrent essentiellement à des kidnappings de masse visant les établissements scolaires: 730 enfants et adolescents ont déjà été enlevés depuis décembre 2020.

    Plusieurs de ces enlèvements avaient fait la Une des journaux internationaux et provoqué une émotion mondiale, notamment fin février, lorsque 279 adolescentes, âgées entre 12 et 16 ans, avaient été kidnappées, et libérées cinq jours jours plus tard, dans l'Etat de Zamfara dans le nord-ouest du Nigeria. Cette série noire avait commencé en décembre dernier, avec l'enlèvement de 344 garçons de leur pensionnat à Kankara, dans le nord du Nigeria. Ils avaient été relâchés au bout d'une semaine, après des négociations.

    Risque de déscolarisation
    La multiplication de ces kidnappings fait craindre une aggravation de la déscolarisation, particulièrement des filles, dans ces régions pauvres et rurales qui comptent déjà le plus fort taux d'enfants n'allant pas à l'école du pays. Face aux enlèvements, de nombreux Etat ont pris la décision de fermer temporairement les pensionnats.

    Depuis des décennies, le Nigeria est proie aux kidnappings, les criminels ciblant surtout des hommes riches et influents. Mais ces dernières années, ils visent même les plus pauvres, et des bandes armés lancent leurs attaques sur des grands axes routiers notamment, où des voyageurs sont régulièrement enlevés.

    Début mai, des centaines de personnes ont bloqué une autoroute à la sortie d'Abuja, pour protester contre la hausse importante des kidnappings contre rançon dans la périphérie de la capitale fédérale.

    Les gangs criminels mènent des attaques depuis leurs camps dans la forêt de Rugu, située aux confins des Etats de Zamfara, Katsina, Kaduna et du Niger.

    Les assaillants sont d'abord motivés par l'appât du gain, même si certains bandits ont prêté allégeance à des groupes jihadistes présents dans le nord-est du Nigeria, à des centaines de kilomètres.

  • Nigeria : Trois des quelque vingt étudiants enlevés dans l'Etat de Kaduna exécutés par leurs ravisseurs

    Imprimer

    Trois des quelque vingt étudiants enlevés mardi soir 20 avril dans l'État de Kaduna, au nord du Nigéria, ont été exécutés par leurs ravisseurs. C'est ce qu'a révélé le ministre local de l'Intérieur Samuel Aruwan.

    Les exécutions semblent indiquer que la violence dans ces enlèvements, organisés contre rançon, s'intensifie. "C'est un acte diabolique et absolument brutal des bandits armés qui ont enlevé les étudiants de l'Université de Greenfield et qui ont tué trois de leurs otages", a déclaré Aruwan.

    L'enlèvement a eu lieu mardi soir. Selon la police locale, il y avait de nombreux ravisseurs et ils ont tué un employé de l'université. On ne sait pas exactement combien d'étudiants ont été kidnappés. Aruwan n'a pas pu donner un nombre exact.

    Depuis des mois, des gangs procèdent à des enlèvements dans des établissements d'enseignement et demandent ensuite une rançon. Depuis décembre, 730 enfants et adolescents ont été enlevés. 

    Etat de Kaduna carte.jpg

    Lien permanent Catégories : Etat de Kaduna, NIGERIA 0 commentaire
  • Nigeria : Affrontements entre islamistes radicaux et des bandits non religieux dans le nord-ouest du Nigéria

    Imprimer

    Les violences et l'anarchie qui ravagent certaines régions du nord-ouest du Nigéria ont pris une nouvelle dimension avec la tension croissante entre les groupes terroristes religieux et non religieux. 

    Le groupe islamiste Jama'atu Ansaril Muslimina fi Biladis Sudan, communément appelée Ansaru, est aux prises avec des groupes terroristes liés aux Peuls connus localement sous le nom de "bandits". 

    Au cours d'u moins un incident, Ansaru a tué le parent d'un chef d'un groupe armé dans le Nord-Ouest. Le chef se mobilisait pour lancer une grande offensive contre Ansaru avant cet incident. 

    Ansaru est une faction séparée de Boko Haram dirigée par Abubakar Shekau. Elle est apparue officiellement en 2012 après une scission. Quelques mois plus tard, elle a été déclarée organisation terroriste étrangère par le département d'État des États-Unis aux côtés de Boko Haram.

    Le groupe est resté discret pendant des années jusqu'en 2019, lorsqu'une chaîne de propagande d'Al-Qaïda a publié une photo des combattants d'Ansaru. 

    En janvier 2020, Ansaru a revendiqué la responsabilité d'une attaque contre un convoi de l'armée nigériane à Kaduna. Des informations sur l'incident ont montré plus tard que le convoi empruntant la route Kaduna-Zaria était celui de l'émir de Potiskum, une ville du nord-est du Nigéria. 

    Les forces de sécurité nigérianes ont intensifié leurs opérations en réponse à la ré-émergence d'Ansaru en 2020. En février 2020, des unités tactiques de la police nigériane ont pris d'assaut l' un des camps d'Ansaru dans la forêt de Kuduru, dans la région de Birnin Gwari à Kaduna.  

    Le 13 août, l'armée de l'air nigériane (NAF) a dépêché un groupe d'hélicoptères  et d'avions de combat pour cibler les positions d'Ansaru dans la forêt de Kuduru et, en novembre 2020, l'armée a déclaré que des avions de combat avaient effectué des frappes aériennes visant le camp d'Ansaru dans la forêt de Dunya, État de Katsina.

    Lors d'une récente conversation avec The Guardian, un religieux basé à Kaduna, Sheikh Abubakar Gumi, a déclaré que des groupes armés étaient en guerre avec Ansaru et qu'ils avaient également donné 10 jours à Al-Qaïda pour quitter leur territoire.

    Gumi a révélé qu'il y avait eu une infiltration de groupes armés dans le nord-ouest par des terroristes religieux. Ils ont affirmé que les militaires tuaient leurs enfants et leurs femmes et qu'ils devaient accepter l'aide des Peuls de l'extérieur. Mais au fur et à mesure qu'ils sont arrivés, des terroristes islamiques les ont rejoints. 

    Gumi a également déclaré au journal qu'Ansaru avait contacté le chef de gang et qu'une rencontre avait eu lieu dans l'État du Niger dans le centre-nord du pays. 

    Ansaru a dit au chef de gang de ne pas faire confiance à au Sheikh Abubakar Gumi et à son entourage; qu'ils étaient  des érudits démocratiques et qu'ils n'étaient pas les bienvenus. C'est pourquoi Gumi exhorte le gouvernement à intervenir rapidement.

    Selon le religieux, le chef de gang a répondu à Ansaru que son groupe connaissait mieux l'islam et qu'il continuerait à avoir des relations avec Gumi.

    Ansaru a alors tendu une embuscade à l'oncle de l'homme et l'a tué. Le chef de gang a donné 10 jours aux terroristes d'Ansaru pour quitter la brousse, dit Gumi. 

    On ne sait pas si Sheikh Gumi faisait référence à Dogo Gide, un chef terroriste qu'il avait rencontré en février lors d'une session de dialogue de paix tenue dans la forêt de Dutsen Magaji au Niger. Le média nigérian HumAngle avait précédemment signalé qu'il existait des liens entre Gide et Ansaru.

    En juin, l'armée a mené des frappes aériennes sur un camp connu sous le nom de Kango situé dans un village abandonné par la population et situé au nord de la forêt de Kuyanbana dans l'État de Zamfara.

    Les frappes aériennes ont entraîné la destruction du camp, tuant et blessant des dizaines de combattants. Dogo Gide aurait également été blessé lors des frappes aériennes.

    Selon un rapport de l'International Crisis Group rapport publié en mai 2020, le conflit entre agriculteurs Haoussa et bergers peuls a tué au moins 8000 personnes depuis 2011 et déplacé plus de 200 000 autres, dont certains se sont déplacés vers la République voisine du Niger.

  • Nigeria : Le groupe terroriste islamiste Boko Haram fait son retour sur le devant de la scène

    Imprimer

    Au cours des dernières semaines, Jama'atu Ahlul Sunnah Lidda'awatu Wal-Jihad (JAS), également connu sous le nom de Boko Haram, a mené une série de raids audacieux, de massacres et d'enlèvements dans le nord du Nigéria et à Diffa en République du Niger.

    L'activisme soudain du groupe semble être une tentative de Boko Haram de reprendre de l'importance et de sortir de l'ombre de la faction dissidente affiliée à l'État islamique d'Afrique de l'Ouest (ISWAP).

    Ce regain d’activité se produit à un moment où les groupes terroristes du Nord-Ouest et du Nord-Est du Nigeria commencent à exploiter la saison sèche pour mener des attaques contre les civils et les forces de sécurité. 

    La saison sèche offre un terrain qui facilite la mobilité des groupes armés et provoque une résurgence des affrontements entre éleveurs et.

    Le 11 décembre, un groupe d'hommes armés à motocyclette a enlevé des centaines d'écoliers de l'École des sciences du gouvernement de Kankara, dans l'État de Katsina. 

    HumAngle a appris que le profil des ravisseurs correspondait à celui des groupes armés connus pour pratiquer les enlèvements dans la région. Cependant, quelques jours plus tard, le chef de Boko Haram, Abubakar Shekau, a revendiqué la responsabilité de l'enlèvement et une source a informé HumAngle qu'un total de 523 écoliers étaient détenus par le groupe terroriste.

    Les autorités de l'État parlent de 333 étudiants portés disparus. La différence entre les deux chiffres s’explique par le fait que, selon des, plusieurs étudiants auraient réussi à s’échapper et erreraient dans les forêts. 

    L'incident de Kankara rappelle celui de Chibok, dans l'État de Borno, en 2014, lorsque Boko Haram avait enlevé 276 écolières du dortoir de l'école. 

    Cent sept des filles ont jusqu'à présent été libérées ou se sont échappées. Plusieurs autres sont toujours portées disparues. L'enlèvement a suscité des condamnations et des critiques internationales. 

    Le 12 décembre, des insurgés appuyés par une quinzaine de camions surmontés de canons ont lancé un raid audacieux sur la ville d'Askira-Uba, près de la  forêt de Sambisa, repaire des jihadistes de Boko Haram.

    Le même jour, le groupe Bakura, une filiale de Boko Haram opérant dans la région du lac Tchad, a attaqué un camp de réfugiés en République du Niger, dans la région de Diffa. Au moins 28 personnes ont été tuées et 800 maisons détruites. L'attaque a ensuite été revendiquée par Boko Haram dans une vidéo.

    Ces séries d'attaques, enregistrées dans les 12 premiers jours de décembre, ont été précédées, le 8 novembre, par l’assassinat par décapitation d'au moins 78 riziculteurs à Zabarmari dans la grande région de Maiduguri. 

    Quelques jours plus tôt, le dimanche 8 novembre, le groupe avait lancé une attaque de nuit contre la ville de garnison de Gwoza, incitant les troupes nigérianes à engager les avions de combat et des forces terrestres pour repousser les insurgés.

    Entre 2014 et 2015, la ville de Gwoza a servi de quartier général de Boko Haram, mais l'armée a repris la ville en mars 2015, permettant aux habitants déplacés de revenir progressivement.

    Le groupe s'est principalement concentré sur des raids sur les villages de la zone d'influence et sur les attaques des agriculteurs, des bûcherons et des voyageurs vulnérables.

    Ces récentes attaques pourraient signaler une résurgence du groupe après de graves hémorragies causées par la scission en 2016 des membres qui se sont ralliés à l’Etat islamique (ISWAP) et l'impact de l'opération militaire « Deep Punch » en 2017.

    Il montre également une expansion de l'activité terroriste au-delà de la zone d'influence traditionnelle de Boko Haram grâce à l’utilisation de bases satellites et de groupes affiliés aux caractéristiques géographiques, ethniques et culturelles diverses.  

    Chidi Nwaonu, un expert en sécurité, affirme que JAS (Boko Haram) tente de se rétablir en tant que groupe prééminent. Il a ajouté que si l’autorité de Boko Haram dans le Nord-Est est toujours contestée, il peut alors se regrouper dans le Nord-Ouest. 

    S'exprimant lors d'une réunion avec les principaux commandants de la police au sujet des attaques dans l'État de Kaduna, le chef de la police du pays, Mohammed Adamu, a déclaré que les autorités étaient au courant de la présence de Boko Haram. 

    Des remarques similaires ont été faites par un représentant du renseignement intérieur à la Umaru Shinkafi Legacy Foundation au sujet de groupes terroristes formant des alliances avec des bandits dans le Nord-Ouest.

    En juillet, HumAngle a rapporté que Boko Haram gagnait du terrain et dans un autre rapport publié en juin, ce journal a révélé que le groupe avait noué des alliances au nord-ouest. 

    Boko Haram n'est pas le seul à étendre ses opérations dans le nord-ouest, l'ISWAP (Etat islamique) et l'affilié d'Al-Qaïda Ansaru sont également présents dans la région et les forces de sécurité nigérianes ont signalé avoir ciblé leurs camps lors de frappes aériennes et d'opérations au sol.

    L'anarchie, les espaces non gouvernés et négligés du Nord-Ouest fournissent à ces groupes un environnement fertile pour recruter et soutenir les opérations. De même, les liens culturels et transfrontaliers permettent un accès facile à d'autres groupes terroristes au Sahel tels que la filiale de l'État islamique au Grand Sahara (ISGS) de l'ISWAP et la filiale d'Al-Qaida Jama'at Nasr al-Islam wal Muslimin.

  • Frontlive-Chrono: Récapitulatif des principaux évènements du Moyen Orient, Afrique du nord et Sahel du 20 février 2019

    Imprimer

    Parutions sur le site Frontlive-Chrono pour la journée du mercredi 20 février 2019 :

    FRANÇAIS

    • Égypte : neuf hommes exécutés pour l’assassinat du Procureur général – Abonnés
    • Gaza : En réponse à l’envoi de ballons incendiaires, l’armée israélienne frappe une position du Hamas dans le sud de la bande de Gaza – Abonnés
    • Irak : six corps retrouvés après l’enlèvement d’une dizaine de personnes – Abonnés
    • Nigeria: Nouveau bilan de l’attaque de la semaine dernière dans l’état de Kaduna : « plus de 130 » morts – Abonnés
    • Syrie : Le chef du Front al-Nosra, Abou Mohammad al-Jolani grièvement blessé et dans le coma – Abonnés
    • Syrie : 17 camions transportant hommes, femmes et enfants quittent la poche de l’Etat islamique – Abonnés

    ENGLISH

    • Egypt hangs nine accused of killing top Egyptian official – Subscribers
    • Gaza: In response to the firing of incendiary balloons, the Israeli army hits a Hamas position in the southern Gaza Strip – Subscribers
    • Iraq: six bodies found after the kidnapping of 12 people – Subscribers
    • Nigeria: New assessment of last week’s attack: “more than 130” dead – Subscribers
    • Syria: Front al-Nusra leader Abu Mohammad al-Jolani seriously wounded and in a coma – Subscribers
    • Syria: 17 trucks carrying men, women and children leave the pocket of the Islamic State – Subscribers

    DEUTSCH

    • Ägypten hängt neun Angeklagte, die des Mordes am ägyptischen Spitzenbeamten beschuldigt sind – Abonnenten
    • Gaza: Als Reaktion auf das Abfeuern von Feuerlöschballons trifft die israelische Armee eine Hamas-Position im südlichen Gazastreifen – Abonnenten
    • Irak: sechs Leichen gefunden nach der Entführung von 12 Personen – Abonnenten
    • Syrien: Lkw mit Männern, Frauen und Kindern verlassen die letzte IS-Hochburg in Syrien – Abonnenten

    NEDERLANDS

    • Egypte hangt negen beschuldigd van het doden van top Egyptische ambtenaar – Abonnees
    • Gaza: Als reactie op het afvuren van brandballonnen raakt het Israëlische leger een Hamas-positie in de zuidelijke Gazastrook – Abonnees
    • Irak: zes lichamen gevonden na de ontvoering van 12 personen – Abonnees
    • Syrië: Vrachtwagens met mannen, vrouwen en kinderen verlaten laatste IS-bolwerk in Syrië – Abonnees

    Русский

    • Египет: Казнены девять осужденных за убийство генпрокурора — Подписчики
    • Газа: В ответ на «огненные» шары ЦАХАЛ нанес удар по позиции ХАМАСа на юге сектора Газы — Подписчики
    • Ирак: шесть трупов, обнаруженных после похищения 12 человек — Подписчики
    • Сирия: лидер «Джабхат ан-Нусры», Абу Мухаммад аль-Джулани, тяжело ранен и находится в коме — Подписчики
    • Сирия: Из удерживаемого ИГ анклава в Сирии эвакуированы последние мирные жители — Подписчики

    POLSKI

    • Egipt: dziewięć osób stracono za zabójstwo Prokuratora Generalnego – Subskrybenci
    • Gaza: W odpowiedzi na kulki ognia IDF uderzył w Hamas w południowej Strefie Gazy – Subskrybenci
    • Irak: sześć ciał znalezionych po uprowadzeniu 12 osób – Subskrybenci
    • Syria: Ostatnia ewakuacja ludności cywilnej z enklawy IS w Syrii – Subskrybenci

    Abonnement nécessaire pour lire les articles de Frontlive-Chrono 
    Trois options : 100€ pour un an / 60€ pour six mois ou 12€ par mois