Etat d'Al-Qadarif

  • Soudan : Montée des tensions à la frontière avec l'Ethiopie

    Imprimer

    Lundi 29 novembre 2021, le lieutenant-général Abdel-Fattah Al-Burhan, commandant de l'armée soudanaise, a inspecté  la zone frontalière d'Al-Fashqa avec l'Éthiopie, à la suite de la récente attaque des forces éthiopiennes contre Al-Qafsha dans l'est du pays.
    fash.jpeg

    Des sources militaires ont déclaré que la dernière attaque éthiopienne avait causé la mort de 23 officiers et soldats soudanais. Des dizaines de civils ont également été tués et blessés.

    Le  porte-parole des forces armées a déclaré : « Nos forces travaillant pour sécuriser la récolte à Al-Fashqa Al-Saghira dans la région de Barakat Noreen qui a été attaquée par des groupes de l'armée éthiopienne et des milices visant à intimider les agriculteurs, sabotant le la saison des récoltes sur nos terres. Et les forces armées ont compté un certain nombre de martyrs, et elles continueront à protéger la patrie et à défendre nos terres. »
    fashaqa.jpeg

    L'armée soudanaise avait annoncé, samedi 27 novembre, que l'armée éthiopienne et les milices qui lui sont fidèles, avaient attaqué la zone frontalière d'Al-Fashqa, une zone agricole disputée entre les deux pays.

    protéger les agriculteurs
    L'agence de presse officielle soudanaise "SUNA" a rapporté que les forces soudanaises étaient présentes dans la région pour protéger les agriculteurs pendant la saison des récoltes.

    Le conflit vieux de plusieurs décennies avec l'Éthiopie est centré sur de vastes étendues de terres agricoles, situées à l'intérieur des frontières du Soudan, selon un accord qui a défini la ligne de démarcation entre les deux pays au début du XXe siècle.

    Les deux pays ont tenu des séries de négociations, le plus récemment à Khartoum en décembre 2020, pour régler le différend, mais ils n'ont fait aucun progrès.

    Les tensions montent
    Les tensions se sont intensifiées à la fin de l'année dernière après que le Soudan a déployé ses forces à Al-Fashqa.

    Le conflit frontalier entre le Soudan et l'Éthiopie concerne 3 régions, à savoir, le Petit Fashqa, le Grand Fashqa et les régions du sud, d'une superficie d'environ deux millions d'acres et situées entre 3 fleuves, à savoir Setit, Atbara et Baslam, ce qui les rend très fertiles.

    Al-Fashqa s'étend sur une distance de 168 km avec la frontière éthiopienne sur la distance frontalière totale de l'État de Qadarif (Gedaref) avec l'Éthiopie, qui est d'environ 265 km.

    À la suite d'opérations militaires, le Soudan a récupéré 92% de ces terres fertiles, il y a des mois, pour la première fois depuis que l'armée soudanaise s'en était retirée il y a 25 ans.

    Le commandant de l'armée soudanaise, Abdel Fattah Al-Burhan, avait auparavant promis que son pays récupérerait sept sites frontaliers avec l'Éthiopie par la diplomatie et non par la force.
    Al_Qadarif_in_Sudan_(Kafia_Kingi_disputed).svg.png

     

     

     

     

  • Soudan : l'Éthiopie bombarde une patrouille de l'armée soudanaise dans une région frontalière

    Imprimer

    D'après les médias soudanais les troupes de l'armée nationale soudanaise ont subi des bombardements éthiopiens sur la bande frontalière de l'État d'Al-Qadarif, à l'est du Soudan.

    Le site d'information Sudan Tribune a rapporté dimanche soir qu'une patrouille de l'armée soudanaise en provenance de Jabal Abou al-Touyour a été bombardée par des obus de mortier Hawn tirés par les forces éthiopiennes dans l'État frontalier de d'Al-Qadarif (est).

    La même source a ajouté que "les forces de l'armée soudanaise ont riposté au bombardement sans déplorer aucune perte dans ses rangs".

    Les médias soudanais n'ont pas précisé les motifs de l'attaque, et l'armée soudanaise n'a encore fait aucune déclaration à ce sujet.

    Abdullah Hamdok, le Premier ministre soudanais a assuré, dans la journée du jeudi, au secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, que l'armée de son pays s'était positionnée au long de de ses frontières avec l'Éthiopie et que Khartoum ne voulait entrer en guerre avec personne.

    Le différend frontalier entre les deux pays est reparti de plus belle à la suite des escalades déclenchées par une attaque armée visant une force de l'armée soudanaise au "Jabal at Turiyah" (est) à la mi-décembre.

    Le Soudan accuse l'armée éthiopienne de soutenir ce qu'elle décrit comme des "milices éthiopiennes", ce qu'Addis-Abeba nie et qualifie de "bandes de hors-la-loi".