Espions

  • Iran : Conséquences des tensions avec l'UE, l'Iran arrête des citoyens européens, révèle Le Figaro

    Imprimer

    Une personne ayant la double nationalité française et iranienne et un ressortissant allemand ont été arrêtés en Iran il y a plus de deux semaines, a rapporté vendredi le quotidien français Le Figaro.

    Sans citer ses sources, le journal a déclaré que les deux personnes avaient été arrêtées et détenues avant le 4 février comme levier en prévision de la condamnation du diplomate iranien Assadolah Assadi en Belgique ce même jour.

    Le diplomate iranien a été condamné à 20 ans de prison pour avoir projeté de commettre un attentat lors d'un rassemblement de l'opposition iranienne en France en 2018.

    Le Figaro a déclaré que le Franco-iranien avait été arrêté dans le désert aux commandes d'un drone.

    Le ministère français des Affaires étrangères n'a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire. Ni les responsables allemands ni iraniens n'étaient immédiatement joignables.

    Les arrestations, si elles sont confirmées, interviennent à un moment sensible. Les États-Unis ont indiqué jeudi qu'ils étaient prêts à discuter avec l'Iran de la manière dont les deux pays pourraient revenir à l'accord de 2015 visant à empêcher Téhéran d'acquérir des armes nucléaires.

    Dans une déclaration commune, les États-Unis, la France, la Grande-Bretagne et l'Allemagne ont également appelé l'Iran à libérer tous leurs ressortissants détenus arbitrairement.

    Le Corps des Gardiens de la Révolution Islamique d'Iran (CGRI)  a arrêté des dizaines de binationaux ces dernières années, principalement pour espionnage.

    Des militants des droits de l'homme ont accusé l'Iran d'avoir arrêté des binationaux pour tenter de gagner des concessions d'autres pays. Téhéran nie détenir des personnes pour des raisons politiques et a accusé de nombreux étrangers détenus dans ses prisons d'espionnage.

  • Iran : Téhéran annonce l'arrestation de cinq iraniens accusés d’espionner pour Israël, la Grande Bretagne et l’Allemagne

    Imprimer

    Mardi 11 août, les autorités iraniennes ont annoncé l'arrestation de cinq citoyens iraniens soupçonnés d'espionnage pour Israël, la Grande-Bretagne et l'Allemagne. Un communiqué officiel de Téhéran a indiqué que les arrestations avaient eu lieu ces derniers mois.
    "Ces derniers mois, cinq Iraniens qui espionnaient pour des services de renseignement étrangers ont été arrêtés", a déclaré le porte-parole de la justice Gholamhossein Esmaili lors d'une conférence de presse virtuelle.
    Shahram Shirkhani a espionné pour le renseignement britannique et a tenté de recruter des responsables iraniens pour l'agence britannique MI6, a déclaré Esmaili. Shirkhani avait transmis des informations classifiées sur les contrats de la Banque centrale et du ministère iranien de la Défense, a-t-il déclaré. Il a été reconnu coupable et condamné à une peine de prison.
    Masoud Mosaheb, qui était le secrétaire général de l'association d'amitié Iran-Autriche, a également été condamné à dix ans de prison pour espionnage pour le Mossad israélien et les services de renseignement allemands, a déclaré le porte-parole.
    Il n'a pas fourni d'autres détails sur les trois autres détenus.

    Lien permanent Catégories : Espions, IRAN 0 commentaire