Errachidia

  • Maroc : Nouvelles arrestations après le démantèlement d'une cellule pro-Etat islamique

    Imprimer

    Quatre nouvelles personnes ont été arrêtées au Maroc ces derniers jours. Elles sont suspectées d'appartenir à une cellule "terroriste" affiliée à l'Etat islamique (Daech), démantelée à la mi-septembre dans le sud du royaume, ont indiqué mercredi 22 septembre 2021 les autorités marocaines.

    Les membres de la cellule "s'apprêtaient à perpétrer des actes terroristes sur le territoire national, ayant pour cibles des installations sécuritaires et militaires", a affirmé le Bureau central d'investigation judiciaire (BCIJ) dans un communiqué publié mercredi par l'agence de presse MAP. Le texte ne précise pas où ils ont été interpellés les 16, 20 et 22 septembre.

    Les suspects ciblaient également "une liste de fonctionnaires exerçant au sein de services sécuritaires et militaires et d'administrations publiques (...) soit par empoisonnement ou liquidation physique", est-il ajouté dans le communiqué. Ils "ont prêté allégeance au prétendu émir de l'organisation +Daech+ et adhéré à une campagne d'enrôlement et d'embrigadement au profit de leur organisation terroriste pour laquelle ils ont choisi le nom +Jamaât Attawhid Al Islami Bi Al Maghrib+", détaille la même source. Les membres de cette organisation "ont manifesté leur volonté d'embrigadement et de recrutement pour rejoindre +Wilayate Khorasan+, considérée comme le nouveau repaire des organisations terroristes" en Afghanistan. Et ils "ont également exprimé leur soutien et bénédiction des opérations terroristes ayant visé récemment l'aéroport de la capitale afghane", note le BCIJ.

    Le 14 septembre, les autorités marocaines avaient arrêté à Errachidia (Sud-Est) trois personnes suspectées d'appartenir à la même cellule et qui planifiaient "des crimes terroristes". Les sept suspects au total ont été placés en garde-à-vue, "à la disposition de l'enquête judiciaire menée par le BCIJ sous la supervision du parquet compétent", toujours selon le communiqué.

    Depuis 2002, la police a démantelé plus de 2.000 cellules "terroristes" et interpellé plus de 3.500 personnes dans le cadre d'affaires liées au "terrorisme", selon des chiffres communiqués en février par le BCIJ.

  • Maroc : Une cellule pro-Daech démantelée, trois arrestations

    Imprimer

    Maroc : Une cellule pro-Daech démantelée, trois arrestations
    Les autorités marocaines ont annoncé mardi 14 septembre 2021 avoir démantelé dans le sud du pays une cellule "terroriste" affiliée à l'Etat islamique (Daech) et arrêté trois suspects.

    Selon un communiqué du Bureau central d'investigation judiciaire (BCIJ) publié par l'agence officielle MAP, les trois suspects, arrêtés dans la ville d'Errachidia (sud-est) et âgés de 21, 27 et 37 ans, planifiaient "des crimes terroristes" et avaient "choisi comme cible imminente d'assassinat" une personne travaillant dans "un service d'utilité publique".

    Les perquisitions menées aux domiciles des suspects et dans le local commercial de l'un d'entre eux ont notamment permis la saisie d'uniformes paramilitaires, de manuscrits faisant l'apologie d'"opérations terroristes" et de matériel informatique.

    Par ailleurs, le chef de la cellule était actif "dans l'embrigadement et le recrutement", précise le communiqué. Les trois hommes "se partageaient les contenus numériques à caractère terroriste comme ceux documentant les attentats suicide et les assassinats commis par Daech". Ils ont été placés en garde-à-vue et l'enquête se poursuit pour "déterminer les liens régionaux et internationaux de cette cellule, ainsi que l'ensemble de ses (...) projets", et afin d'"interpeller toutes les personnes impliquées dans ses activités extrémistes", toujours selon le communiqué.

    Depuis 2002, la police marocaine a démantelé plus de 2.000 cellules "terroristes" et interpellé plus de 3.500 personnes dans le cadre d'affaires liées au "terrorisme", selon les chiffres communiqués en février par le BCIJ. Dans son communiqué de mardi, le BCIJ fait état de "la persistance des menaces terroristes en raison de la détermination de certaines organisations islamistes radicales à commettre des crimes susceptibles de porter gravement atteinte à l'ordre public".