Erbil

  • Irak : Les forces de sécurité capturent le coordinateur de Daech au Kurdistan

    Imprimer

    Les forces de sécurité de la région du Kurdistan irakien ont appréhendé un dangereux terroriste dirigeant une cellule dormante de l'Etat islamique lors d'un raid près de la capitale de la région, Erbil, a annoncé la coalition dirigée par les États-Unis le 21 août dernier.

    "Agissant sur mandat, le 20 août, les troupes d'élite de la direction de lutte contre le terrorisme kurde ont capturé les membres d'une cellule dormante de Daech à Erbil", a révélé dans un Tweet le colonel Myles B. Caggins III, porte-parole de la coalition.

    Selon le colonel Caggins, le terroriste était responsable de la coordination du mouvement des terroristes de Daech, de l'argent et des armes à travers la région du Kurdistan.

    "La cellule dormante qui a été démantelée à Erbil était en contact avec d'autres responsables de l'Etat islamique - des dirigeants de niveau intermédiaire - et s'arrangeait pour que les combattants se déplacent à travers le Kurdistan vers d'autres régions d'Irak et de Syrie. Cela implique de transférer de l'argent, d'organiser des maisons d'accueil et de donner des instructions à ces combattants", a expliqué le porte-parole.

    Le porte-parole a refusé de révéler plus d'informations car elles sont utilisées par les services de renseignement pour planifier des raids supplémentaires.

    Le Kurdistan est considéré comme l'une des régions les plus sûres d'Irak. Néanmoins, les terroristes de Daech y maintiennent une petite présence.

    Lien permanent Catégories : Erbil, ÉTAT ISLAMIQUE, KURDISTAN 0 commentaire
  • Irak : Bagdad annule la visite du ministre turc de la Défense après que des soldats irakiens aient été tués dans une frappe aérienne turque

    Imprimer

    Le ministère irakien des Affaires étrangères a annoncé l'annulation d'une visite prévue de Hulusi Akar, le ministre turc de la Défense, à Bagdad demain, jeudi, sur fond «d'attaques répétées des forces militaires turques et de violation de la souveraineté de l'Irak».
    Une déclaration du ministère irakien des Affaires étrangères diffusée mercredi soir indique : «Nous annonçons l'annulation de la visite du ministre turc de la Défense en Irak, prévue jeudi, et le ministère des Affaires étrangères convoquera l'ambassadeur de Turquie, lui remettra une note de protestation fortement formulée et l'informera du rejet confirmé par l'Iraq des attaques de son pays. Et les violations ».
    Le ministère déclare que «l'Iraq rejette catégoriquement et condamne fermement l'attaque flagrante que la Turquie a menée en bombardant à l'intérieur des terres irakiennes dans la région de Sidakan du gouvernorat d'Erbil dans la région du Kurdistan irakien avec un drone, qui a causé la mort de deux officiers et d'un soldat des forces armées irakiennes, et que l'Irak considère cet acte comme une violation...C'est un acte d'hostilité qui viole les chartes et les lois internationales qui régissent les relations entre les pays.
    Il a ajouté que ces actions contredisaient «le principe de bon voisinage, qui devrait être une raison de la volonté de mener à bien le travail participatif de sécurité au service des deux parties», et que «la répétition de telles actions, et le non-respect des demandes de l'Irak d'arrêter les violations et de retirer les forces turques pénétrant à l'intérieur de nos frontières internationales, sont une cause de reconsidération de la taille de la coopération entre les deux pays à différents niveaux.
    La déclaration a renouvelé la position de l'Irak de ne pas "utiliser ses territoires comme quartier général ou couloir pour nuire à l'un quelconque des pays voisins", et il refuse également d'être "une arène de conflits et de règlement de comptes pour des parties extérieures". (Dpa)

  • Irak : Offensive turque dans le Kurdistan irakien - Un parti lié au PKK annonce 9 morts dans ses rangs

    Imprimer

    Une formation kurde liée au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK, opposition kurde en Turquie) a annoncé lundi la mort de sept de ses combattants et deux de ses partisans dans des frappes turques au Kurdistan irakien.
    Le Parti pour une vie libre du Kurdistan (PJAK), une formation de Kurdes iraniens opposés au régime de Téhéran et qui dispose de bases au Kurdistan irakien, a affirmé que ces personnes ont été tuées "le 7 août lors de frappes aériennes turques".
    Le 4 août, des frappes "menées par des drones" cette fois, avaient entraîné "d'importants dégâts matériels et des incendies", sans faire de victimes, dans la même région de Charbazher, au nord de Souleimaniyah, frontalière de l'Iran, précise le communiqué du PJAK.
    Erbil, capitale du Kurdistan irakien, est actuellement dans une position inconfortable. D'une part, le Kurdistan autonome irakien se présente comme le prolongement naturel de la région semi-autonome kurde de Syrie et un exemple pour les Kurdes de Turquie et d'Iran. Mais d'autre part, il est régulièrement le théâtre de bombardements contre des positions du PKK et de ses alliés syriens et iraniens sur son sol.
    En dépit des protestations des autorités irakiennes, la Turquie continue à lutter contre le PKK qu'elle considère comme "terroriste", comme les Etats-Unis et l'Union européenne. Mi-juin, Ankara a ainsi lancé une nouvelle campagne au Kurdistan irakien, "Griffes du tigre", avec frappes aériennes et commandos héliportés pour opérer au sol Au moins cinq civils ont déjà péri dans ces violences, tandis qu'Ankara a annoncé la mort de deux de ses soldats et le PKK d'un de ses combattants.
    Le PKK livre une guérilla séparatiste sur le sol turc depuis 1984. Le conflit entre l'Etat turc et les combattants kurdes a fait plus de 40.000 morts, dont de nombreux civils, depuis son déclenchement.

  • https://www.frontlive-chrono.com - Samedi 29 décembre 2018

    Imprimer

    Belgique: Un adolescent de Verviers recrutait pour une attaque terroriste pour le compte de Daech dans le pays

     

    Egypte : 40 extrémistes islamistes éliminés au Caire et au Sinaï

     

    Irak : Derniers incidents sécuritaires

     

    Israël cible une position du Hamas après un tir depuis Gaza

     

    Pays-Bas: La police arrête 4 personnes suspectées de préparer un attentat terroriste

     
    Abonnement nécessaire pour lire les articles de Frontlive-Chrono 
    Trois options : 100€ pour un an / 60€ pour six mois ou 12€ par mois

  • https://www.frontlive-chrono.com du 27 novembre 2018

    Imprimer

    Afghanistan: Trois soldats américains tués dans le centre du pays

     

    Irak : Attention à la peste jihadiste

     

    Irak: Arrestation de 12 terroristes de Daech à Ninive

     

    Somalie : trois militants Shebab tués dans la région de Hiran

     

    Yémen : L’activité du port de Hodeida réduite de moitié

     
    Abonnement nécessaire pour lire les articles de Frontlive-Chrono 
    Trois options : 100€ pour un an / 60€ pour six mois ou 12€ par mois

  • Irak : L'armée irakienne détruit un véhicule-kamikaze de Daech près de Mossoul

    Imprimer

    Ceci est un court extrait de la newsletter quotidienne publiée par le groupe Ptolémée animé par Jean René Belliard et envoyée aux abonnés uniquement.

    Pour prendre un abonnement, écrire à ptolemee@belliard74.com

    Lire la suite

  • Irak : La résistance des forces kurdes s'effondrent en raison de dissensions internes entre le PDK et l'UPK

    Imprimer
    Irak

    La résistance des forces kurdes s'effondrent en raison de dissensions internes entre le PDK et l'UPK 
    La résistance des forces kurdes à l'offensive menée par l'armée irakienne et les milices chiites s'est effondrée dès le premier jour de combat en raison de dissensions internes.
    Alors que le Parti Démocratique du Kurdistan de Barzani (PDK) a déclaré qu'il resterait sur ses positions et se battrait jusqu'au bout, l'Union Patriotique du Kurdistan (UPK) semble avoir abandonné le combat et laissé entrer les forces adverses.  
    Du coup, le PDK de Masoud Barzani a accusé l'UPK d'avoir abandonné Kirkouk et les États-Unis pour leur absence de soutien. 
    Signe de l'effondrement de la résistance kurde, les forces irakiennes ont pris le contrôle du siège du gouvernorat de Kirkouk
    Forces irakiennes à l'intérieur du bureau du gouverneur à Kirkouk 
    Le contre-terrorisme et la police irakienne ont pris lundi 16 octobre  le contrôle du siège du gouvernorat de Kirkouk, désert, où seul le drapeau irakien est désormais hissé, a indiqué le général Raëd Jawdat, qui dirige la police fédérale.
    Le gouverneur Najm Eddine Karim, limogé par Bagdad il y a un mois pour avoir décidé d'organiser le référendum d'indépendance kurde dans cette province disputée, n'était pas présent lors de l'entrée des forces, a indiqué une source au sein de gouvernorat.
    Des conséquences sur la guerre contre l'Etat islamique 
    Le porte-parole militaire américain à Bagdad a qualifié la situation de "stable" mais a déclaré que la "tension accrue" avait distrait les forces irakiennes de la lutte contre les jihadistes de l'Etat islamique. 
    La coalition dirigée par les Etats-Unis contre l'Etat islamique, qui soutient à la fois l'armée irakienne et les forces peshmergas, a déclaré qu'elle "exhortait toutes les parties à éviter des actions d'escalade" et n'a montré de soutien à aucune des parties en conflit.   
    Des milliers de civils fuient Kirkouk après le retrait confus des Peshmergas
    « Des milliers de civils ont fui la ville de Kirkouk, vers les provinces du District du Nord de l'Irak, à cause du retrait confus et chaotique des Peshmergas de la ville», a déclaré lundi une source sécuritaire irakienne.  
    « Ce retrait a suscité la peur parmi les familles kurdes, ce qui les a contraint de fuir d'urgence », a indiqué le capitaine Hamed al-Obeidi, un officier de la police de Kirkouk.  
    A la suite de la progression rapide des forces fédérales vers la ville, des milliers de Kurdes l'ont fuie, avec leurs familles, en direction des autres provinces du District, a noté l'officier. 
     
    Vidéo des combats de la nuit (vidéo Peshmerga) :
    Vidéo d'un échange de tirs à Kirkouk (côté Peshmergas) : 
    Cliquer sur ce lien pour voir la vidéo
    Vidéo (côté Peshmergas) : 
    Cliquer sur ce lien pour voir la vidéo
    Vidéo (côté Hashed al-Chaabi - milices chiites) montrant des civils chiites (arabes ou turkmènes) applaudissant lorsqu'un char de Hashed al-Chaabi abat une pancarte de Barzani, le leader kurde : 
    Cliquer sur ce lien pour voir la vidéo   

    Jean René Belliard

    ptolemee@belliard74.com