ÉTAT ISLAMIQUE

  • Syrie : Nouvelle explosion dans la ville d'al-Bab contrôlée par les Turcs

    Imprimer

    Le 11 juillet au matin, une voiture piégée a explosé dans la ville d'al-Bab, occupée par les Turcs, dans la province d'Alep, au nord de la Syrie.
    La voiture piégée a explosé près de la mosquée al-Bushi, qui se trouve sur une route au nord de la ville. L'explosion a provoqué d'importants dégâts matériels.
    Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, au moins quatre personnes ont été blessées dans l'attentat.
    Les forces kurdes sont généralement accusées d'être derrière de tels attentats dans les zones occupées par les Turcs dans la province d'Alep. Néanmoins, l'Etat islamique est également fortement suspecté. Le mois dernier, le groupe jihadiste a repris ses activités dans ces zones. Ses cellules ont perpétré au moins trois attentats.
    L'armée turque et ses alliés locaux n'ont pas réussi à ce jour à stopper la recrudescence des attentats et ces zones connaissent aujourd'hui un état de non-droit.


  • Syrie : Le chef d'une cellule de Daech éliminé prés de Deraa (sud syrien)

    Imprimer

    Tahir al-Masri, le chef d'une des principales cellules de Daech dans la province de Daraa, dans le sud de la Syrie, a été éliminé le vendredi 10 juillet.
    Selon des sources locales, Tahir al-Masri circulait sur une route entre les villes d'Umm Mayathin  et de Tayyibah dans l'est de la province de Deraa lorsqu'il a été arrêté par plusieurs hommes armés. Le jihadiste a été exécuté sur place et son cadavre brûlé.
    Al-Masri, originaire de la ville d'Umm Mayathin dans l'est de Daraa, était l'un des principaux commandants de la sécurité de l'Etat islamique dans la région du sud.
    "Tahir était un commandant éminent de l'Etat islamique, il était le chef d'une des cellules de sécurité qui avaient trouvé refuge dans la région d'al-Nakhlah au sud de la ville de Daraa", a déclaré un journaliste pro-opposition.
    C'est à titre de représailles pour la mort d'al-Masri, que les jihadistes de Daech ont attaqué une unité de la Direction du renseignement militaire près d'Elemtaih. Des affrontements violents ont éclaté mais on n'a pas de rapports de pertes éventuelles.
    L'assassinat d'al-Masri est soit une opération sécuritaire menée par les services de renseignement syriens, ou un acte de vengeance de combattants locaux. Au cours des derniers mois, les cellules de l'Etat islamique ont tué de nombreux membres des services syriens et des habitants de Daraa.

  • Tunisie: Attentat de Daech contre les touristes déjoué

    Imprimer

    Les autorités tunisiennes déclarent avoir déjoué une attaque contre le secteur du tourisme. Des agences gouvernementales auraient également été ciblées par des terroristes de l'Etat islamique. Selon le ministère de l'Intérieur, plusieurs personnes suspectées d'être membres de Daech ont été arrêtées.
    La Tunisie a connu dux attaques terroristes majeures, il y a cinq ans, au cours desquelles des touristes ont été tués. En mars 1995, des terroristes ont frappé au célèbre musée du Bardo à Tunis, faisant plus de vingt morts. En juin de la même année, près de 40 personnes ont été tuées lors d'une attaque dans la station balnéaire de Sousse.

  • Espagne: La police démantèle une cellule recrutant des djihadistes à Barcelone

    Imprimer

    La police nationale a démantelé une cellule terroriste qui recrutait et endoctrinait des djihadistes à Badalona, en Catalogne.
    "La police nationale a arrêté trois personnes dans la ville de Badalona [Barcelone] pour leur implication présumée dans des crimes de recrutement et d'endoctrinement à des fins terroristes", a indiqué la police espagnole dans un communiqué.
    À la suite de l'opération, les trois détenus ont été traduits en justice et ont été incarcérés sur ordre du juge.
    Les trois hommes faisaient partie d'une organisation dont le but était d'attirer les jeunes et de les endoctriner à la lutte djihadiste par un processus de radicalisation qui avait déjà atteint un stade avancé.
    Les agents avaient commencé à enquêter sur la cellule de Badalona il y a un an et demi, après avoir obtenu des informations indiquant que les trois hommes effectuaient un travail de recrutement et d'endoctrinement de plusieurs personnes de leur environnement.
    Des enquêtes policières ont permis de relier les membres du groupe à la radicalisation d'un citoyen marocain qui s'était rendu en Syrie pour rejoindre Daech.
    Selon la police, les djihadistes "tenaient régulièrement des réunions avec un petit groupe de personnes et les endoctrinaient avec des messages sur la création d'un califat universel".
    Au cours de ces séances d'endoctrinement, ils ont fourni aux jeunes recrues un "contenu radical dans lequel ils incitaient au djihad".
    Afin d'effectuer les réunions sans être découverts par la police, les membres de la cellule avaient adopté des mesures de sécurité scrupuleuses telles que des manœuvres de diversion aux entrées et sorties des lieux où se tenaient les réunions.
    L'opération de police à Badalona a conduit à trois perquisitions aux domicilex des personnes détenues, où les agents ont saisi du matériel électronique, des téléphones et divers faux documents.
    Ces derniers mois, la police nationale a mené six opérations antiterroristes qui se sont soldées par l'arrestation de 13 suspects djihadistes.

  • Frontlive-Chrono du mercredi 1er juillet 2020

    Imprimer

    Italie : Saisie record de 14 tonnes d’amphétamines produites en Syrie par l’Etat islamique

    Cet article a été aussi publié en : English (Anglais) Русский (Russe) العربية (Arabe) Deutsch (Allemand) Italiano (Italien) 日本語 (Japonais) Nederlands (Néerlandais) Svenska (Suédois) 简体中文 (Chinois simplifié)

    La police italienne a annoncé mercredi la saisie record de 14 tonnes d’amphétamines, sous la forme de 84 millions de comprimés de captagon produits en Syrie par le groupe Etat islamique (Daech).
    Cette prise réalisée dans le port de Salerne (au sud de Naples) a une valeur d’un milliard d’euros sur le marché, précise un communiqué de la police italienne, évoquant « la plus grande saisie d’amphétamines au niveau mondial ».
    L’amphétamine a été découverte dans trois conteneurs. L’amphétamine était sous forme de comprimés. Ils étaient dissimulés dans des rouleaux de papier industriels et des équipements mécaniques pour éviter qu’ils ne soient détectés par le scanner. Ces rouleaux, de plusieurs couches, d’environ deux mètres de hauteur et 1,40 mètre de diamètre (probablement fabriquées en Allemagne), étaient censés cacher environ 350 kg de comprimés dans chacune d’entre eux. Les comprimés étaient placés entre les couches internes pour ne pas être détectés.

     

    « Nous savons que l’Etat islamique finance ses activités terroristes principalement par la contrebande de drogues fabriquées en Syrie », selon le communiqué de la police.
    Le communiqué ajoute que la Syrie est devenue le plus grand producteur mondial d’amphétamines ces dernières années. Des comprimés de Captagon en provenance de Syrie ont été saisis à de nombreux endroits ces derniers temps.
    Le captagon est en fait un médicament qui a été développé dans les années 1960 pour aider les enfants hyperactifs. Bientôt, le médicament a été interdit car il s’est révélé très addictif.
    Le médicament est endémique et améliore les performances et a été utilisé comme une sorte de médicament dopant par les combattants de l’Etat islamique, mais aussi par d’autres combattants en Syrie pendant la guerre civile. La police italienne appelle Captagon la « drogue djihadiste ».

     

    D'autres articles sur notre site web : https://www.frontlive-chrono.com/