Echange de prisonniers

  • Yémen : Deux otages américains échangés contre 240 Houthis

    Imprimer

    Les États-Unis et les rebelles chiites Houthis ont conclu un accord d'échange de prisonniers et d'otages. Les militants chiites ont libéré deux citoyens américains: Sandra Loli et Mikael Jidada. Les restes d'un autre citoyen, Bilal Fatin, ont été transférés aux États-Unis. Les circonstances de sa mort ne sont pas rapportées.

    Les États-Unis ont annoncé mercredi la libération des deux Américains qui étaient détenus au Yémen par les rebelles houthis, dans ce qui semble avoir été un accord d'échange contre 240 de leurs partisans bloqués au Sultanat d'Oman.

    "Le président Trump estime qu'il est d'une importance fondamentale de demander la libération et le retour chez eux des citoyens américains qui ont été pris en otage. Nous ne nous reposerons pas tant que nous ne les rendrons pas dans les bras de leurs proches", a déclaré Robert O'Brian, le conseiller américain à la sécurité nationale.

    L'enlèvement des citoyens américains au Yémen n'avait pas été signalé auparavant. Comme on le sait, Loli, une employée d'une organisation humanitaire, avait été prise en otage il y a environ trois ans. Jidada, un entrepreneur, avait été kidnappé en 2019.

    L'échange de plus de 1000 prisonniers suite à un accord conclu en Suisse aura lieu jeudi et vendredi
    L'échange de plus de 1.000 prisonniers dans le Yémen en guerre aura lieu jeudi et vendredi, a affirmé un responsable des rebelles houthis, Abdel Kader al-Mortadha. Un accord sur l'échange de 1.081 prisonniers avait été conclu fin septembre en Suisse avec le parrainage des Nations unies. 

    Le processus d'échange prévoit pour jeudi 15 octobre la libération de 480 prisonniers houthis en échange de 250 prisonniers affiliés au gouvernement, tandis que le deuxième lot sera échangé vendredi, avec la libération de 200 prisonniers houthis en échange de 251 prisonniers de la résistance sudiste,. Ces derniers seront transportés via les aéroports de Sanaa et Aden.

    "L'échange aura lieu, avec l'aide de Dieu, aux dates prévues d'aujourd'hui et de demain", a écrit jeudi dans un tweet ce responsable du dossier des prisonniers chez les rebelles. "Les préparatifs (en vue de cet échange) ont été achevés par toutes les parties", a-t-il ajouté.

    La chaîne de télévision Al-Massirah, contrôlée par les houthis, a indiqué qu'un premier groupe de rebelles était attendu jeudi en milieu de journée à l'aéroport international de Sanaa, la capitale yéménite contrôlée par les insurgés.

    La logistique de l'opération, prévoyant des vols entre différentes villes yéménites, est assurée par le Comité international de la Croix-Rouge (CICR). "Les équipes du CICR sont présentes dans différents aéroports. Les préparatifs sont en cours, et si tout se passe comme prévu, nous espérons que l'opération de libération aura lieu dans les prochaines heures", a déclaré une porte-parole de l'organisation.

    L'accord d'échange conclu en septembre avait été vu comme un signe de progrès dans le processus politique visant à trouver une solution au conflit au Yémen, où s'affrontent depuis 2015 le gouvernement, appuyé par une coalition militaire menée par l'Arabie saoudite, et les houthis, soutenus par l'Iran. Cette guerre a fait des dizaines de milliers de morts, pour la plupart des civils, et entraîné ce que l'ONU décrit comme étant la pire crise humanitaire dans le monde.

    L'échange devant avoir lieu jeudi intervient au lendemain de la libération de deux Américains qui étaient détenus par les houthis qui ont obtenu, dans un apparent échange, le retour de quelque 240 membres de leur groupe longtemps retenus à Oman.