Druzes syriens

  • Syrie : La 4ème division de l'armée syrienne a mené une opération sécuritaire près de la ville de Daraa

    Imprimer

    Dimanche 8 novembre, la 4 e division de l' Armée arabe syrienne (AAS) appuyée par les forces de sécurité a mené une opération de sécurité dans la banlieue sud de la ville de Daraa.

    L'opération a eu lieu dans les régions d'al-Shayah et d'al-Nakhlah. L'armée et les forces de sécurité étaient à la recherche de plusieurs personnes

    Au cours de l'opération, les forces gouvernementales ont affronté un certain nombre d'anciens rebelles. Au moins deux personnes ont été blessées dans les affrontements, qui ont impliqué l'utilisation d'armes lourdes.

    La Ligue libre de Horan a déclaré que des combattants locaux travaillant pour la direction du renseignement militaire avaient pris part à l'opération. Le Comité central de Daraa, une coalition d'anciennes factions rebelles, était également au courant de l'opération.

    L'opération a provoqué un groupe de combattants locaux dans l'ouest de Deraa, qui ont pris le contrôle d'un poste de la 4ème division de l'armée dans la ville de Jailin. Les combattants ont capturé par la même occasion deux officiers et dix soldats. De plus, des combattants locaux ont bombardé un poste de contrôle de la direction du renseignement de l'armée de l'air dans la ville de Kerak. L'armée a rapidement répliué par des frappes d'artillerie.

    EmTU2H6XEAExg0k.jpeg

    La situation continue de se dégrader ce dimanche soir. Les combattants locaux ont bloqué de nombreuses routes et pris le contrôle de plusieurs postes de contrôle qu'ils ont incendié (photo ci-dessous). Un lieutenant-colonel de la 4ème division aurait été tué.  

    EmUMbncXMAEyKsv.jpeg

    Une situation sécuritaire en train de déraper
    L'enlèvement des militaires syriens pourrait conduire à une grave escalade dans l'ouest de Deraa. Habituellement, les médiateurs russes résolvent ces problèmes en quelques jours. Mais aujourd'hui, il semble que le mouvement ait pris une telle ampleur qu'il pourrait faire perdre aux forces de Bachar al-Assad le contrôle de la région de Deraa. Si tel est le cas, il faut s'attendre à ce que les forces du régime lancent une opération de grande ampleur avec l'aide des Iraniens, tant cette région est stratégique pour eux. On ignore ce que sera la réaction des Russes, qui sont très présents dans la région à travers le 5ème corps d'assaut, une unité d'anciens rebelles syriens pro-russes.

    Deux cheikhs druzes tués lors d'affrontements avec des hommes armés de Deraa
    Samedi 7 novembre, des affrontements ont éclaté entre des combattants druzes de Soueida et des hommes armés non identifiés de Daraa dans le sud de la Syrie.

    Selon le blog al-Suwayda 24, le conflit a commencé lorsque des hommes armés ont enlevé trois chasseurs qui se déplaçaient entre les villes d'al-Thaala et d'al-Tireh dans l'ouest de la province de Soueida, le long de la frontière administrative avec Daraa.

    Des combattants druzes du groupe des «hommes de dignité» ont lancé une opération dans la région afin de capturer les ravisseurs et de libérer les chasseurs.

    Les combattants se sont affrontés avec les ravisseurs à l'ouest de Kanakir. Au cours des affrontements, deux combattants druzes ont été tués et plusieurs autres ont été blessés. Les deux combattants, Amer Farag et Taher al-Germani, étaient tous deux des érudits religieux druzes [cheikhs].

    Les corps des cheikhs ont été rendus aux «hommes de dignité» par des combattants du 5 e corps, une unité pro-russe , qui n'ont pas pris part aux affrontements.

    Les hommes de dignité
    Les «Hommes de dignité», qui ont été formés en 2014, sont connus pour leur position contre le gouvernement de Damas. Le groupe, cependant, n'a jamais attaqué l'armée arabe syrienne.

    En septembre, 16 combattants druzes ont été tués et au moins 63 autres ont été blessés lorsque les «hommes de dignité» ont lancé une attaque ratée contre le 5em corps pro-russe dans l'ouest de Daraa.

    Sheikh Amer Farag sur le côté droit et Sheikh Taher al-Germani sur la gauche. source- pages facebook.jpg

    L'influence croissante des groupes armés locaux dans le sud de la Syrie déstabilise lentement la région. Durant le mois d'octobre 31 hommes ont été tués lors d'incidents sécuritaires dans la région de Daraa : 10 soldats, 10 rebelles réconciliés et 10 anciens rebelles.

  • Syrie : Combats entre druzes et combattants pro-russes en Syrie, des dizaines de morts et de blessés

    Imprimer

    Au moins 16 combattants druzes ont été tués et 63 autres blessées lors d'affrontements armés entre des unités d'autodéfense druzes et le Cinquième corps, un groupe armé pro-russe, dans la province de Suweida, dans le sud-ouest de la Syrie. Les pertes du Cinquième corps s'élèverait à 12 soldats tués et 23 autres blessés.

    Les combattants druzes, conduits par le groupe baptisé les "Hommes de Dignité", ont lancé le 29 septembre une attaque contre la 8ème Brigade du 5ème Corps de l'Armée Arabe Syrienne. Leur objectif était de reprendre les terres agricoles dans la région d'al-Qrayya, occupées par la 8ème brigade. Les combattants de la 8ème Brigade, qui est dirigée par l'ancien commandant rebelle Ahmad al-Auda, avaient capturé ces terres agricoles par la force il y a un certain temps.

    Le Cinquième Corps a contre-attaqué, utilisant des mortiers et des missiles guidés antichars Les "Hommes de Dignité", qui sont connus pour leur opposition au gouvernement de Damas, n'ont pas réussi à reprendre les terres agricoles. Les affrontements les plus violents ont eu lieu dans la région de Jabl al-Druz.

    Jabl al-Druz
    Jabl al-Druz est une zone densément peuplée de Druzes en Syrie, située à 70 kilomètres de la frontière israélienne. Les résidents locaux sont restés neutres pendant la guerre civile, mais les unités d'autodéfense ont dû faire face aux attaques de l'État islamique.

    Cinquième Corps
    Le Cinquième Corp» a été créé en 2016 à l'initiative de la Russie. Il a été rejoint par des combattants rebelles qui ont rallié régime de Bachar al-Assad. Il est considéré comme faisant partie de l'armée syrienne, mais est étroitement contrôlé par la Russie.

    Situation anarchique dans le sud syrien
    La situation autour d'Al-Qrayya est maintenant calme. Néanmoins, une nouvelle série d'affrontements pourrait bientôt commencer, car les combattants druzes sont toujours déterminés à récupérer leurs terres agricoles.

    Le conflit met en évidence l'état d'anarchie qui règne dans le sud de la Syrie. Les forces gouvernementales perdent peu à peu leur influence sur la région. Cela pourrait bientôt conduire à des événements plus dangereux.

  • Syrie : Les Russes ont pris le contrôle du Golan syrien

    Imprimer

    Le site Internet Mako a publié un article de l'un des vétérans du journalisme israélien, Ehud Yaari, sous le titre "Poutine s'est emparé du Golan syrien".
    La publication affirme que "ces dernières semaines, les Russes ont activement, mais sans grande publicité", opéré dans le sud de la Syrie pour évincer les Iraniens et le Hezbollah des hauteurs de Deraa, de Quneitra et du Golan syrien, et transférer le contrôle du sud-ouest du pays au groupe pro-russe «Armée de Khuran», commandé par Ahmad al-Abdu, qui, auparavant, s'était rebellé contre le régime de Bachar al-Assad.
    Yaari affirme qu'Israël avait déjà fourni une aide humanitaire aux rebelles de l '«armée de Khuran», qui opérait contre les forces du régime et les forces pro-iraniennes.
    Selon le journaliste, les militants de l'armée de Khuran démantèlent actuellement les postes de contrôle du Hezbollah dans les villages du sud-ouest de la Syrie. Dans le même temps, la police militaire russe encourage la réconciliation entre les Druzes et les musulmans de la région. Il est à noter qu’à Daraa, Quneitra et les régions druzes de la partie syrienne du plateau du Golan, une administration civile propre est en cours de formation.
    Des informations faisant état d'une prise de contrôle des zones du sud-ouest de la Syrie par la police militaire russe sont parues depuis 2018. Cependant, au sud-ouest de Damas jusqu'à récemment, il y avait de nombreuses installations militaires de milices pro-iraniennes, y compris du Hezbollah libanais.