Drones kamikazes des Houthis

  • Arabie saoudite : Nouvelle attaque de drones et de missile balistique au sud du royaume

    Imprimer

    Tard, jeudi 7 octobre 2021, la coalition dirigée par l'Arabie saoudite a annoncé qu'elle avait intercepté un missile balistique et deux drones suicides qui ont été lancés depuis le Yémen par les rebelles chiites yéménites Houthis.

    Dans un communiqué, la coalition a déclaré que le missile et les drones visaient vers la ville de Khamis Mushait dans la province sud-saoudienne d'Asir.

    « Nous prenons des mesures opérationnelles pour protéger les civils contre les violations et les tentatives futiles », indique le communiqué.

    Habituellement, les missiles balistiques sont interceptés avec les systèmes de missiles sol-air MIM-104 Patriot de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite et de ses alliés. Les drones suicides sont cependant abattus par des avions de chasse de la Royal Saudi Air Force avec des missiles air-air.

    La veille, un drone suicide lancé depuis le Yémen avait visé l'aéroport international d'Abha. Quatre ouvriers civils avaient été blessés. La coalition dirigée par l'Arabie saoudite a affirmé qu'un site de lancement de drones des Houthis dans le nord du Yémen avait été détruit en réponse à l'attaque.

    Les Houthis ne revendiquent plus leurs attaques de missiles et de drones contre l'Arabie saoudite.

    Cependant, le groupe yéménite a intensifié ses attaques contre l'Arabie saoudite après le récent retrait des systèmes de défense aérienne américains du Royaume.

  • Arabie saoudite : Destruction d'un drone lancé par les rebelles chiites yéménites houthis au-dessus de Khamis Mushait

    Imprimer

    La coalition dirigée par les Saoudiens au Yémen a annoncé samedi 2 octobre 2021 avoir détruit un drone piégé lancé par les rebelles chiites yéménites Houthis vers le sud-ouest du Royaume.

    La coalition a déclaré dans un communiqué publié par l'agence de presse officielle saoudienne (SPA) que "les défenses aériennes saoudiennes ont intercepté et détruit un drone piégé lancé par la milice houthie vers la région de Khamis Mushait (sud-ouest de l'Arabie saoudite)".

    La déclaration n'a pas donné d'autres détails et il n'y a eu aucun commentaire des Houthis à ce sujet.

    Les autorités saoudiennes ont précisé que des maisons et des magasins avaient été endommagés par les débris d'un drone houthi visant le gouvernorat "Ahad Al Masarha" dans le sud-ouest du royaume, lors de l'interception et de la destruction du drone.

    Les Houthis lancent régulièrement des missiles balistiques et des drones sur les régions saoudiennes. La plupart sont détruits par les systèmes de défense saoudiens mais certains d'entre eux ont fait des victimes et provoqué des dégâts.

     

     

     

  • Arabie saoudite : Destruction d'un drone piégé lancé par les rebelles chiites yéménites sur Khamis Mushait

    Imprimer

    L'Arabie saoudite a annoncé, mardi 28 septembre 2021, avoir intercepté et détruit un drone piégé lancé par les rebelles chiites yéménites Houthis en direction de Khamis Mushait, dans le sud du royaume. 

    La semaine précédente, la coalition avait publié des images d'une opération visant à cibler deux bateaux houthis "piégés" dans la région d'Al-Salif dans le gouvernorat yéménite de Hodeidah.

    Récemment, les attaques lancées par le groupe chiite Houthi au Yémen contre les villes du Royaume, notamment les régions du sud proches de la frontière yéménite, se sont multipliées.

  • Arabie saoudite : Les rebelles chiites lancent une attaque à grande échelle contre le royaume avec un missile et cinq drones kamikazes

    Imprimer

    Vendredi 24 septembre, la coalition dirigée par l'Arabie saoudite a annoncé avoir intercepté et abattu au-dessus de la région sud de l'Arabie saoudite cinq drones suicides et un missile balistique qui avaient été lancés depuis le Yémen par le groupe Ansar Ullah, le bras armé des rebelles chiites yéménites houthis.

    La coalition a affirmé que les cinq drones étaient en route pour attaquer la ville de Khamis Mushait dans la province méridionale d'Asir, alors que le missile balistique se dirigeait vers la capitale provinciale de Jizane.

    « Les tentatives agressives de la milice [Houthi] d'attaquer des civils et des cibles civiles ont été déjouées », a déclaré la coalition dans un communiqué partagé par l'agence de presse saoudienne.

    Les Houthis n'ont pas encore revendiqué l'attaque. Habituellement, le groupe yéménite annonce de telles attaques à grande échelle contre l'Arabie saoudite dans les 24 heures.

    L'attaque survient alors que l'Arabie saoudite s'efforce de remplacer les systèmes de défense antimissile américains qui ont récemment été retirés du Royaume.

    Les Houthis ont voulu profiter de la crise actuelle en Arabie saoudite. Le 4 septembre, le groupe a lancé six missiles et dix drones sur le Royaume. Une deuxième attaque à grande échelle avec un missile et quatre drones a visé le Royaume le 17 septembre.

    De telles attaques à grande échelle contre l'Arabie saoudite sont destinées à distraire et à épuiser la coalition dirigée par l'Arabie saoudite, qui continue de perdre du terrain au Yémen.

  • Arabie saoudite : 3 drones piégés lancés par les rebelles yéménites houtis abattus par la défense aérienne saoudienne

    Imprimer

    Les défenses aériennes saoudiennes ont intercepté et détruit 3 drones piégés lancés par les rebelles Houthis vers l'Arabie saoudite.

    Les drones ont été interceptés à proximité de Khamis Mushait, dans le sud du royaume, selon un communiqué.

    La coalition arabe menée par l'Arabie saoudite a estimé que « l'escalade des Houthis  qui cible les civils et des objectifs civils est hostile et barbare. Les tentatives de la milice de lancer des drones piégés seront combattues et des mesures strictes ont été prises pour protéger les civils ».

    Les Houthis ont pris l'habitude de lancer des missiles balistiques et des drones piégés sur les régions saoudiennes. Plusieurs missiles et drones ont fait des victimes civiles.

    Depuis 2015, la coalition mène des opérations militaires au Yémen en soutien aux forces gouvernementales face aux rebelles chiites Houthis soutenus par l'Iran, qui contrôlent plusieurs gouvernorats, dont la capitale, Sanaa (nord), depuis septembre 2014.

    La guerre a coûté la vie à plus de 233 000 personnes, et 80 pour cent de la population yéménite de près de 30 millions de personnes est devenue dépendante de l'aide, dans la pire crise humanitaire au monde, selon les Nations Unies.

     

     

  • L'Arabie saoudite intercepte des missiles et drones tirés du Yémen

    Imprimer

    Les autorités saoudiennes ont annoncé, samedi 4 septembre 2021, avoir intercepté trois missiles balistiques tirés depuis le Yémen et visant la province orientale ainsi que les villes de Najrane et Jizane dans le sud.

    Des débris provenant de l'interception se sont éparpillés dans la ville orientale de Dammam, blessant deux enfants et endommageant 14 maisons, selon un porte-parole du ministère de la Défense, sans précisions sur la gravité des blessures.

    b2gTUNrk.jpeg"La défense aérienne saoudienne a intercepté et détruit trois missiles balistiques et trois) drones chargés de bombes lancés par la milice houthi soutenue par l'Iran", a déclaré un porte-parole, le général de brigade Turki Al-Malki (photo), dans un communiqué qualifiant ce comportement de "brutal et irresponsable". Selon la télévision publique El-Ekhbariya, qui a également fait état de cette interception, la coalition s'est engagée à prendre des "mesures strictes" pour protéger les civils.

    A la tête d'une coalition militaire depuis 2015, l'Arabie saoudite intervient au Yémen au côté des forces gouvernementales face aux rebelles chiites houthis. Elle est régulièrement la cible de tirs de missiles ou de drones lancés par les houthis, soutenus par l'Iran, rival du royaume saoudien. 

    Cette attaque intervient quatre jours après deux frappes de drones contre l'aéroport international d'Abha (sud), qui ont fait huit blessés et ont été attribuées aux rebelles houthis par les médias officiels saoudiens. Elle survient également quelques heures avant la prise de fonctions dimanche du nouvel envoyé des Nations unies pour le Yémen, Hans Grundberg.

    Les Houthis revendiquent l'attaque, précisant avoir ciblé les installations d'Aramco avec des missiles balistiques et des drones
    Les Houthis ont confirmé, dimanche 5 septembre 2021, avoir visé les installations d'Aramco à l'intérieur du territoire saoudien, avec des missiles balistiques et des drones, dans les régions de Najrane, Jeddah et Jizane, ajoutant que leur opération avait réussi.

    Les Houthis ont annoncé avoir ciblé des installations dans le port pétrolier de Ras Tanoura dans la région de Dammam, dans l'est de l'Arabie saoudite, avec 8 drones « Sammad 3 », et un missile balistique « Zulfiqar ».

    Dans un communiqué, les Houthis ont confirmé le bombardement des installations d'Aramco dans les régions de Djeddah, Jizan et Najran avec cinq missiles balistiques « Badr » et deux drones « Samad 3 », notant que « l'opération a atteint ses objectifs ».

    yahya-saree-768x605.jpegLe porte-parole des Houthis, Yahya Saree (photo ci-contre), a déclaré sur son compte Twitter : « Les forces armées yéménites avertissent l'ennemi saoudien des conséquences de son agression continue contre notre pays et notre peuple... et affirment son droit légitime de mener des opérations militaires plus qualitatives pour la défense de notre pays."

    L'est de l'Arabie saoudite abrite d'importantes infrastructures pétrolières. Une précédente attaque en septembre 2019 avait réduit momentanément de moitié la production de pétrole du pays.

    Le conflit au Yémen a fait des dizaines de milliers de morts et déplacé des millions de personnes. Il s'agit selon l'ONU de la pire crise humanitaire au monde. Les houthis, qui contrôlent la majorité du nord du Yémen et la capitale Sanaa, réclament à Riyad la fin du blocus aérien et maritime imposé à leur pays comme condition préalable à un accord de cessez-le-feu.

  • Yémen : Nouveaux combats à Ma'rib : soixante-cinq morts en 48 heures

    Imprimer

    Au moins 65 combattants ont été tués ces dernières 48 heures dans de nouveaux affrontements entre forces gouvernementales et rebelles chiites houthis dans la province de Ma'rib dans le nord du Yémen, a indiqué jeudi 2 septembre 2021 un responsable militaire.

    Dernier bastion du pouvoir dans le nord du pays ravagé par la guerre, la province de Ma'rib est le théâtre de violents affrontements et la cible d'une offensive des houthis depuis février dernier. "Côté forces gouvernementales, il y a eu 22 morts et 50 blessés, et côté houthis 43 morts ces dernières 48 heures" dans les combats au sud de la capitale provinciale éponyme, a précisé le responsable gouvernemental sous le couvert de l'anonymat. Les houthis ne rapportent de leur côté que très rarement les victimes dans leurs rangs.

    Depuis la prise de la capitale Sanaa en 2014, les rebelles, proches de l'Iran chiite, ont conquis la majeure partie du nord du pays au gouvernement, appuyé depuis 2015 par une coalition militaire dirigée par l'Arabie saoudite sunnite, grand rival de Téhéran. Les houthis cherchent principalement à s'emparer de la capitale provinciale de Ma'rib et encerclent la ville depuis des mois. Les combats ont fait des centaines de morts depuis février. Selon le responsable militaire, les combats, qui avaient baissé d'intensité ces dernières semaines, ont repris de plus belle il y a deux jours avec le lancement par les rebelles d'attaques contre des positions gouvernementales autour de la ville.

    A la faveur de ces attaques, les houthis ont réussi à avancer dans des zones au sud de la ville de Ma'rib, malgré les frappes aériennes saoudiennes en appui aux troupes loyalistes au sol, a-t-il précisé. La plupart des morts dans les rangs houthis ces deux derniers jours ont péri dans ces frappes, selon des sources militaires. Fin juin, plus de 100 combattants avaient péri lors de plusieurs jours de combats à Ma'rib, une zone clé riche en pétrole, où les forces loyalistes sont appuyées par des frappes aériennes de l'Arabie saoudite. Face aux déplacements de population et aux craintes d'une catastrophe humanitaire aggravée dans les zones à proximité des combats dans la région de Ma'rib, les appels à une trêve se sont multipliés à l'international.

    L'ONU et les Etats-Unis mènent, jusqu'à présent en vain, des efforts diplomatiques pour une relance des pourparlers afin de mettre un terme à une guerre qui a fait des dizaines de milliers de morts et entraîné la pire crise humanitaire au monde, selon les Nations unies. 

    Par ailleurs, les houthis lancent épisodiquement des missiles et drones vers le territoire saoudien, visant aéroports ou sites pétroliers. Ils ont rejeté une proposition de cessez-le-feu des Saoudiens en exigeant que ces derniers lèvent au préalable leur embargo aérien et maritime sur le Yémen.

    Ces nouveaux combats à Ma'rib ont lieu à quelques jours de la prise de fonctions du nouvel émissaire de l'ONU pour le Yémen, le Suédois Hans Grundberg, après le départ du Britannique Martin Griffiths. Ce dernier avait dressé mi-juin devant le Conseil de sécurité de l'ONU un constat d'échec de ses efforts pour mettre un terme à la guerre dans ce pays pauvre de la péninsule arabique, au terme d'une mission de trois ans.