Drone Samad 3

  • Yémen : Attaque contre un port stratégique, les rebelles chiites houthis accusés

    Imprimer

    Une attaque aux missiles a ciblé, samedi 11 septembre 2021, le port stratégique de Mokha au Yémen, qui reçoit une partie de l'aide humanitaire dont dépend la population de ce pays ravagé par la guerre, a indiqué un responsable militaire gouvernemental en accusant les rebelles houthis. L'attaque, qui n'a pas été revendiquée dans l'immédiat, n'a pas fait de victime, a précisé le responsable.

    "Trois missiles et des drones des houthis ont visé le port de Mokha, près de Bab al-Mandeb", dans le sud-ouest du pays, sur la mer Rouge, a-t-il dit à l'AFP, en soulignant que le port de Mokha était sous contrôle de Tariq Saleh et des troupes soutenues par les Émirats arabes unis. Tariq Saleh est le neveu de l'ancien président Ali Abdallah Saleh. Après des travaux de reconstruction et rénovation, le port avait rouvert il y a un mois, a-t-il ajouté.

    L'épave et les images de l'attaque suggèrent que les Houthis ont mené l'attaque avec des roquettes d'artillerie à guidage de précision Bader-1P, d'une portée de 150 km, et des drones suicides Samad-3, d'une portée de 1 000 km. Les deux armes peuvent atteindre leurs cibles avec une précision extrême, comme cela a été démontré lors de l'attaque de Mokah.
    E_ANOZjVUAQJ13P.jpeg

    Les ports du sud-ouest du Yémen sont essentiels pour les importations et l'acheminement de l'aide humanitaire. Ils sont rarement le théâtre de telles attaques depuis la signature en 2018 d'un accord sur la démilitarisation de la ville portuaire de Hodeida, au nord de Mokha. 

    Le conflit oppose depuis 2014 les rebelles, soutenus par l'Iran chiite, aux forces du gouvernement, appuyées par une coalition militaire dirigée par l'Arabie saoudite sunnite. La guerre qui a ravagé les infrastructures du pays le plus pauvre de la péninsule arabique n'a pas épargné les ports alors qu'il importe 90% de sa nourriture pour subvenir aux besoins de ses quelque 30 millions d'habitants. Les deux tiers dépendent des aides internationales. L'ONU met régulièrement en garde contre une famine qui pourrait devenir catastrophique au Yémen en 2021, l'organisation n'ayant réussi à récolter que 1,7 milliard de dollars auprès des donateurs internationaux, contre les 3,85 milliards nécessaires selon elle.

  • L'Arabie saoudite intercepte des missiles et drones tirés du Yémen

    Imprimer

    Les autorités saoudiennes ont annoncé, samedi 4 septembre 2021, avoir intercepté trois missiles balistiques tirés depuis le Yémen et visant la province orientale ainsi que les villes de Najrane et Jizane dans le sud.

    Des débris provenant de l'interception se sont éparpillés dans la ville orientale de Dammam, blessant deux enfants et endommageant 14 maisons, selon un porte-parole du ministère de la Défense, sans précisions sur la gravité des blessures.

    b2gTUNrk.jpeg"La défense aérienne saoudienne a intercepté et détruit trois missiles balistiques et trois) drones chargés de bombes lancés par la milice houthi soutenue par l'Iran", a déclaré un porte-parole, le général de brigade Turki Al-Malki (photo), dans un communiqué qualifiant ce comportement de "brutal et irresponsable". Selon la télévision publique El-Ekhbariya, qui a également fait état de cette interception, la coalition s'est engagée à prendre des "mesures strictes" pour protéger les civils.

    A la tête d'une coalition militaire depuis 2015, l'Arabie saoudite intervient au Yémen au côté des forces gouvernementales face aux rebelles chiites houthis. Elle est régulièrement la cible de tirs de missiles ou de drones lancés par les houthis, soutenus par l'Iran, rival du royaume saoudien. 

    Cette attaque intervient quatre jours après deux frappes de drones contre l'aéroport international d'Abha (sud), qui ont fait huit blessés et ont été attribuées aux rebelles houthis par les médias officiels saoudiens. Elle survient également quelques heures avant la prise de fonctions dimanche du nouvel envoyé des Nations unies pour le Yémen, Hans Grundberg.

    Les Houthis revendiquent l'attaque, précisant avoir ciblé les installations d'Aramco avec des missiles balistiques et des drones
    Les Houthis ont confirmé, dimanche 5 septembre 2021, avoir visé les installations d'Aramco à l'intérieur du territoire saoudien, avec des missiles balistiques et des drones, dans les régions de Najrane, Jeddah et Jizane, ajoutant que leur opération avait réussi.

    Les Houthis ont annoncé avoir ciblé des installations dans le port pétrolier de Ras Tanoura dans la région de Dammam, dans l'est de l'Arabie saoudite, avec 8 drones « Sammad 3 », et un missile balistique « Zulfiqar ».

    Dans un communiqué, les Houthis ont confirmé le bombardement des installations d'Aramco dans les régions de Djeddah, Jizan et Najran avec cinq missiles balistiques « Badr » et deux drones « Samad 3 », notant que « l'opération a atteint ses objectifs ».

    yahya-saree-768x605.jpegLe porte-parole des Houthis, Yahya Saree (photo ci-contre), a déclaré sur son compte Twitter : « Les forces armées yéménites avertissent l'ennemi saoudien des conséquences de son agression continue contre notre pays et notre peuple... et affirment son droit légitime de mener des opérations militaires plus qualitatives pour la défense de notre pays."

    L'est de l'Arabie saoudite abrite d'importantes infrastructures pétrolières. Une précédente attaque en septembre 2019 avait réduit momentanément de moitié la production de pétrole du pays.

    Le conflit au Yémen a fait des dizaines de milliers de morts et déplacé des millions de personnes. Il s'agit selon l'ONU de la pire crise humanitaire au monde. Les houthis, qui contrôlent la majorité du nord du Yémen et la capitale Sanaa, réclament à Riyad la fin du blocus aérien et maritime imposé à leur pays comme condition préalable à un accord de cessez-le-feu.

  • Arabie saoudite : Une installation d'Aramco et la base aérienne du roi Khaled visées par des drones kamikazes des rebelles yéménites houthis

    Imprimer

    Tôt le vendredi 23 avril, les rebelles yéménites Houthis ont mené une attaque de drone contre des cibles dans les provinces du sud de l'Arabie saoudite à Jizane et 'Asir.

    Le groupe yéménite a ciblé une installation du géant pétrolier saoudien Aramco dans une partie non spécifiée de Jizane avec un drone suicide Samad-3. Dans le même temps, le groupe a ciblé la base aérienne du roi Khaled à 'Asir avec deux drones Qasef-2K.

    Plus tard dans la matinée, un troisième drone Qasef-2K a été lancé par les Houthis contre une «installation militaire» sur la base aérienne du roi Khaled dans une deuxième attaque plus petite.

    Le Samad-3 a une autonomie de plus de 1500 km, tandis que la portée du Qasef-2K est d'environ 150 km seulement. Les deux drones sont généralement armés d'ogives à fragmentation hautement explosive, HE-FRAG.

    «Ce ciblage vient en réponse à l'agression et au blocus continus de notre cher pays», a déclaré le général Yahya Sari, porte-parole des Houthis dans un communiqué.

    La coalition dirigée par l'Arabie saoudite a affirmé que les trois drones avaient été interceptés avec succès. La coalition n'a pas commenté la deuxième attaque contre la base aérienne du roi Khaled.

    Les Houthis ont lancé des dizaines de drones suicides sur des cibles civiles et militaires en Arabie saoudite au cours des dernières semaines. De nombreux drones ont été interceptés par la coalition dirigée par l'Arabie saoudite. Cependant, u-plusieurs attaques ont atteint leur cible.

    Ces attaques visent à faire pression sur l'Arabie saoudite pour qu'elle mette fin à sa guerre contre le Yémen. 

     

  • Yémen : Les rebelles yéménites houthis annoncent des attaques à grande échelle dans les profondeurs saoudiennes

    Imprimer

    yahya-saree-768x605.jpegLundi 12 avril 2021, les rebelles chiites yéménites houthis ont annoncé le ciblage de plusieurs sites en Arabie Saoudite, dont une raffinerie d'Aramco, avec 17 drones et deux missiles. L'opération a été baptisée "Trente de Chaaban" (Chaaban est le huitième mois du calendrier musulman).

    Ils ont déclaré dans un communiqué publié par le porte-parole du groupe "Houthi", Yahya Sari (photo ci-contre), que 10 drones "Samad 3" avaient visé les raffineries d'Aramco dans les régions de Djeddah et Jubail.

    Il a souligné que des sites militaires sensibles dans les régions de Khamis Mushait et Jizane avaient été également pris pour cible par 5 drones «Qasef 2K» et deux missiles balistiques de type «Badr 1». 

    Il a souligné que les attaques se sont poursuivies du dimanche soir à l'aube de lundi, ajoutant: "Ils ont atteint leurs objectifs avec succès".

    Il a ajouté: "Les forces armées confirment que leurs opérations se poursuivront et s'intensifiront tant que l'agression et le blocus de notre pays se poursuivra".

    L'Arabie saoudite annonce avoir repoussé l'attaque massive des houthis
    L'Arabie saoudite a déclaré avoir intercepté, dimanche 11 avril, un missile balistique et trois drones piégés à Jizane (sud de l'Arabie saoudite).

    La coalition a déclaré que les tentatives délibérées et systématiques des rebelles yéménites houthis avaient été contrecarrées et repoussées, soulignant qu’elle prenait «les mesures opérationnelles nécessaires pour protéger les civils conformément au droit international humanitaire».

  • Arabie saoudite : L'aéroport d'Abha à nouveau ciblé par deux drones lancés par les rebelles yéménites houthis

    Imprimer

    Ansar Ullah, le bras armé des rebelles chiites yéménites  Houthis continue de lancer ses attaques contre le territoire du Royaume d'Arabie saoudite. Le groupe a annoncé, dimanche 14 février, avoir visé l'aéroport international d'Abha avec deux drones.

    Le porte-parole des Houthis, Yahya Sari, a déclaré dans un bref communiqué: "L'armée de l'air, grâce à Dieu, a pu viser l'aéroport international d'Abha ce dimanche après-midi avec deux drones Samad 3. "

    La télévision d'État saoudienne a annoncé que la coalition arabe dirigée par l'Arabie saoudite avait détruit deux drones lancés par les Houthis vers la région de Khamis Mushait en Arabie saoudite, zone d'où l'aéroport d'Abha est éloigné d'environ 18 km.

    Le porte-parole de la coalition arabe dirigée par l'Arabie saoudite, le général de brigade Turki Al-Maliki, a déclaré que les forces conjointes de la coalition "avaient réussi ce soir (dimanche) à intercepter et détruire deux drones sans pilote (piégés) lancés par les terroristes soutenus par l'Iran. La milice houthie cible de manière systématique et délibérée les civils et les zones d'habitations civiles  (Khamis Mushait)."

    Al-Maliki a confirmé samedi le succès des forces de la coalition contre les tentatives systématiques des Houthis de cibler l'aéroport international d'Abha, expliquant que les forces conjointes de la coalition ont pu, samedi matin, intercepter et détruire un drone kamikaze chargé d'explosifs lancé par les Houthis visant l'aéroport international d'Abha.

    Samedi soir, le groupe yéménite "Ansar Ullah", bras armé des houthis,  a proposé d'arrêter ses attaques contre l'Arabie saoudite en échange de l'arrêt des bombardements saoudiens. L'offre a été faite par Muhammad Ali Al-Houthi, membre du Conseil politique suprême du groupe, sur son compte sur "Twitter".

    Il a déclaré: "Nous sommes ceux qui appellent à la paix et avons proposé de nombreuses solutions pour cela, mais le résultat jusqu'à présent est que les bombardements des forces aériennes américaines, britanniques et européennes se poursuivent et les batailles se poursuivent".

    Au cours des derniers jours, «Ansar Allah» a intensifié ses attaques contre l'Arabie saoudite, ainsi que contre des cibles appartenant au gouvernement internationalement reconnu, en particulier dans le gouvernorat oriental de Marib.

     

  • Arabie saoudite : Les rebelles yéménites houthis attaquent l'aéroport international d'Abha pour la troisième fois cette semaine

    Imprimer

    Samedi 13 février, Ansarullah, la branche armée des rebelles chiites yéménites houthis ont mené une nouvelle attaque contre l'aéroport international d'Abha, dans la province sud-saoudienne d'Asir.

    Dans une déclaration, le général Yahya Sari, porte-parole des Houthis, a déclaré qu'une cible «sensible et importante» de l'aéroport avait été touchée par un drone suicide Samad-3.

    Le Samad-3 a été révélé lors de l'exposition "Martyr Saleh al-Samad" des industries militaires yéménites en 2019. Le drone a une portée de plus de 1500 km.

    "L'opération qui a ciblé l'aéroport international d'Abha samedi midi est venue en réponse aux frappes aériennes de l'agression [de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite], à l'escalade militaire et au siège continu de notre peuple", indique le communiqué.

    De son côté, la coalition dirigée par l'Arabie saoudite a affirmé que le drone des Houthis avait été intercepté par les moyens de défense aérienne. 

    "Les forces conjointes de la coalition ont intercepté et détruit ce matin un drone chargé d"explosifs lancé systématiquement et délibérément par la milice terroriste Houthi pour cibler des civils et des biens civils  sur l'aéroport international d'Abha", a déclaré la coalition dans un communiqué.

    Il s'agit de la troisième attaque des Houthis contre l'aéroport international d'Abha cette semaine. La première attaque, qui a été menée par quatre drones, a eu lieu le 10 février . Un avion de ligne a été endommagé. La deuxième attaque, menée par trois drones, a eu lieu le 12 février .

    Les Houthis ont également visé la base aérienne du roi Khaled à deux reprises les 11 et 12 février . De plus, un drone de combat saoudien a été abattu le 11 février .

    Les récentes attaques des Houthis sont un succès sur le plan militaire. Néanmoins, l'Arabie saoudite ne renonce pas à intervenir au Yémen. Même les récentes pressions de l'administration de Joe Biden n'ont pas réussi à contraindre le Royaume à mettre fin à sa guerre contre le Yémen.

  • Arabie saoudite : Ansar Ullah, le bras armé des rebelles chiites Houthis yéménites ont frappé l'aéroport international d'Abha

    Imprimer

    Jeudi 17 septembre, les forces aériennes yéménites, alliées des rebelles chiites yéménites Houthis, ont attaqué l'aéroport international d'Abha dans la province saoudienne de 'Asir à l'aide d'un drone suicide.

    Le général de brigade Yahya Sari, porte-parole de la branche pro-Houthi de l'armée yéménite, a déclaré qu'une "cible de grande valeur" avait été frappée par un drone Samad-3. Le drone Samad-3, qui a été révélé l'année dernière, a une portée de plus de 1 500 km.

    Dans un communiqué, le porte-parole a déclaré que l'attaque de l'aéroport international d'Abha était une réponse aux récentes frappes aériennes de la coalition dirigée par les Saoudiens sur son QG au Yémen.

    Les Houthis ont déclaré que l'attaque avait été un succès. Néanmoins, la coalition saoudienne affirme que le drone suicide a été intercepté avant d'atteindre sa cible.

    "Les forces conjointes de la coalition ont intercepté et détruit ce soir (jeudi) un drone chargé de bombes lancé délibérément par la milice terroriste Houthi pour cibler les civils et les biens civils à Khamis Mushait", a déclaré le porte-parole de la coalition, le colonel Turki al-Malaki, dans un communiqué officiel.

    Au début de ce mois, les Houthis ont lancé un missile balistique et trois drones suicide sur la capitale saoudienne, Riyad. La coalition a répondu par deux séries de frappes aériennes sur Sanaa, la capitale du Yémen.

    La coalition dirigée par les Saoudiens réagira probablement de la même manière à la nouvelle attaque des Houthis contre l'aéroport international d'Abha dans les prochains jours.