Dozos (chasseurs)

  • Mali : 18 morts dans des attaques dans le nord et le centre du pays

    Imprimer

    Au moins 18 personnes ont été tuées, samedi 23 octobre 2021, dans des attaques distinctes, dans les régions de Gao au nord et à Bandiagara dans le centre du Mali.

    Dix combattants des mouvements sédentaires du poste de sécurité de Wabaria à l'entrée de la ville de Gao dans le nord du Mali ont été tués, samedi, dans une attaque menée par des hommes armés, a indiqué Mohamed Attayoub Sidibé responsable du mouvement d'autodéfense Ganda-Izo et porte-parole du Mouvement de l'Inclusivité.

    « Le poste de sécurité des mouvements sédentaires de Wabaria a été attaqué par les Imakalkalane de Ebang Emalane en représailles pour la mort d'un des leurs qui aurait été tué par un jeune des mouvements sédentaires », a annoncé Mohamed Attayoub Sidibé porte-parole du Mouvement de l'Inclusivité.

    « Nos combattants étaient assis regroupés quand les assaillants sont venus et ont automatiquement ouvert le feu sur eux. 10 ont été tués, mais il faut rappeler que les victimes sont reparties entre tous les mouvements sédentaires », a expliqué la même source.

    Mohamed Attayoub Sidibé a en outre affirmé que 3 assaillants ont trouvé la mort dans la riposte des éléments du poste de Wabaria.

    Au même moment 5 chasseurs dozos ont été tués et 8 blessés dont 3 civils, dans les villages de Dourou et Tilé respectivement dans les communes de Dourou et Doucoumbo région de Bandiagara (centre).

    « Des hommes armés sont venus très tôt le matin, ils ont assiégé le village de Dourou, 2 chasseurs dozos sont décédés et trois autres civils blessés. 5 motos ont été incendiées, des greniers et des maisons incendiés et des animaux emportés  », a indiqué Oumar Sagara maire de la commune rurale de Dourou.

    « C'est la énième attaque, la dernière date du 5 juillet ou il y avait eu 6 morts », regrette le responsable communal.

    Des propos confirmés par N'Dinde Ongoiba Président du Conseil du Cercle de Bandiagara qui a, en outre, ajouté que des hommes non identifiés lourdement armés avaient attaqué le village de Tilé dans la Doucoumbo, toujours dans la région de Bandiagara.

    « Au cours de cette attaque de Tilé, 3 chasseurs dozos ont trouvé la mort et 5 autres blessés. Les assaillants ont aussi incendié des greniers », déplore N'Dinde Ongoiba, président du Conseil du Cercle de Bandiagara.

    « La défense est le devoir régalien de l’État. Nous demandons à l’État de sécuriser les personnes et leurs biens » a lancé le responsable communal.

    Depuis 2012, le Mali est confronté à une crise sécuritaire alimentée de revendications séparatistes et d'attaques terroristes, notamment dans le nord et le centre du pays.

  • Mali: des dizaine des morts dans des affrontements entre chasseurs et groupes armés terroristes à Femaye (centre)

    Imprimer

    Sept chasseurs dozos et plusieurs dizaines de terroristes présumés ont été tués dans un affrontement, vendredi, à Marebougou commune de Femaye dans la région de Mopti (centre), a indiqué, samedi, Moussa Diall maire de la localité.

    ''Les habitants étaient, vendredi, aux travaux champêtres quand des présumés terroristes à bord de motos et de tricycles les ont attaqués'', a expliqué Moussa Diall maire de la commune rurale de Femaye ajoutant qu'un affrontement a ensuite éclaté entre les chasseurs et les présumés terroristes.

    "Nous avons malheureusement enregistré sept morts et six blessés évacués au centre de santé de référence de Djenné et à l'hôpital Sominé Dolo de Mopti", regrette l'élu communal.

    Les assaillants ont essuyé de lourdes pertes en vies humaines estimée à plusieurs dizaines de morts, a ajouté la même source.

    "Je ne saurai vous dire combien ils sont exactement car les assaillants ont emmené des corps avec eux", a ajouté Moussa Diall.

    "Quand, nous avons appris l'attaque automatiquement nous avons relayé l'information à la hiérarchie, certes les FAMA sont arrivés à Marebougou mais avec beaucoup de difficultés à cause des fortes pluies", déplore le maire de la localité.

    Moussa Diall appelle les autorités à ériger un poste de sécurité à Femaye afin de mieux faire face à l'insécurité et invite les populations à rester très vigilantes.

    En juillet dernier, 2 personnes avaient trouvé la mort et 4 autres blessées, dans une attaque perpétrée par des présumés terroristes à Kounti-Marka dans la commune de Femaye selon le maire de la localité.

     

  • Mali : Affrontements entre jihadistes du JNIM et chasseurs Donzo

    Imprimer

    Selon des sources locales, des affrontements ont eu lieu, ce jeudi matin 31 décembre, entre des hommes armés présumés du Groupe de Soutien à l'Islam et aux Musulmans (GSIM ou JNIM en anglais) et des Donzo (chasseurs traditionnels), dans la zone de Gouma Koura. Le bilan provisoire fait état d'un blessé côté Donzo.

    Dans un autre incident, un engin explosif a visé ce matin, un véhicule de l'armée malienne, à Boulkessy près de la frontière avec le BurkinaFaso, sans faire de victimes.

  • Mali : accord de cessation des hostilités entre Peuls et Dozos (chasseurs traditionnels)

    Imprimer

    Att.E.B.

    Les chasseurs traditionnels (Dozos) et la communauté peul du Mali sont parvenus, samedi, à un accord pour mettre fin aux violences intercommunaires qui les opposent depuis des années, a rapporté dimanche l'Agence malienne de presse, l'Amap (officielle).

    "Les chasseurs traditionnels et la communauté peul ont scellé, samedi, un accord de cessation des hostilités, au dernier jour du forum de la paix, ouvert jeudi, à Niono, dans le centre", a rapporté l'agence de presse officielle.

    L'accord a été signé par les représentants de deux groupes, avec "une forte implication de hautes personnalités nationale", a précisé le média, ajoutant que les deux communautés ont décidé de " la cessation de toutes formes de violence, de Farabougou à San".

    En outre, le forum a recommandé "d’assurer le désarmement de toute personne possédant illégalement une arme, d’assurer la sécurité des personnes et des biens, de multiplier les concertations intercommunautaires dans le cadre de la mise en œuvre des recommandations issues de la rencontre, d’impliquer le Haut conseil islamique dans la résolution des crises, d’inviter l’ensemble des communautés du cercle de Niono à créer les conditions de la paix et de l’entente", selon la même source.

    Jeudi, un forum sur la paix s'est ouvert à Niono, dans le centre du Mali, avec comme objectif de trouver des solutions au climat d'insécurité qui secoue cette région du Mali, depuis plusieurs années, notamment les violences inter-communaires entre les chasseurs traditionnels et la communauté peul.

  • Mali : Cinq soldats maliens tués dans deux attaques dans le centre du pays

    Imprimer

    Cinq soldats maliens ont été tués et cinq blessés dimanche en milieu de journée lors de deux attaques simultanées dans le centre du Mali, région théâtre depuis le début de l’année de plusieurs attaques attribuées aux jihadistes, ont indiqué les forces armées maliennes (FAMA).
    La double attaque s’est déroulée vers 12H30 (GMT et locales). «Entre Goma-Coura et Diabaly, une mission FAMa a été accrochée par des terroristes. Au même moment le camp de Gomacoura a été attaqué à l’arme lourde», a précisé l’armée sur Twitter.
    «Au cours de cette attaque, les FAMa ont enregistré un bilan provisoire de 5 morts, 5 blessés et des véhicules détruits. Côté ennemi, aucun bilan n’est encore disponible. Un renfort y a été dépêché. Les fouilles sont toujours en cours», selon la même source. «C’est un convoi militaire quittant Goma-Coura vers Diabaly» qui a été visé, a déclaré à l’AFP sous le couvert de l’anonymat un élu local de Diabaly, localité à environ 300 km au Nord-Ouest de Bamako.
    «Il est tombé aux environs de midi dans une embuscade. Il y a quatre pickups et un BRDM (véhicule blindé) portés disparus», a ajouté cet élu, expliquant que les habitants de cette zone du cercle de Niono, dans la région de Ségou, à une centaine de kilomètres de la frontière mauritanienne, vivent «la peur au ventre».
    Au moins 24 soldats maliens avaient été tués à la mi-juin dans une embuscade attribuée aux jihadistes dans la localité de Bouka Wéré, au Sud-Est de Diabaly. Le 26 janvier, le camp de Sokolo, également dans le centre du Mali, avait été l’objet d’une attaque qui avait coûté la vie à 20 soldats, revendiquée par le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM), principale alliance jihadiste du Sahel affiliée à Al-Qaïda.
    Le centre du Mali est pris dans une recrudescence de la violence depuis l’apparition en 2015 d’un groupe jihadiste dirigé par le prédicateur peul Amadou Koufa, qui a largement recruté au sein de sa communauté, et rejoint le GSIM dès sa création en 2017.
    Ces violences se sont étendues aux pays voisins, Niger et Burkina Faso. Aux attaques jihadistes se mêlent des affrontements entre les Peuls, majoritairement éleveurs, et les ethnies bambara et dogon, pratiquant essentiellement l’agriculture, qui ont créé leurs «groupes d’autodéfense», notamment en s’appuyant sur les chasseurs traditionnels «dozos». Les relations entre l’armée et certaines communautés du cercle de Niono sont en outre tendues depuis le début de l’année.
    Un rapport de la Minusma, la Mission de l’ONU au Mali, a accusé en avril l’armée malienne d’être impliquée dans la mort d’au moins une cinquantaine de personnes dans le cercle de Niono entre janvier et avril. Ce rapport note «avec inquiétude l’implication de plus en plus croissante des FDSM (forces de sécurité et de défense) dans des violations de droits de l’Homme» dans cette zone.

     

  • Frontlive-Chrono du vendredi 17 janvier 2020 - Site web spécialisé sur le Moyen Orient, l'Afrique du nord et le Sahel

    Imprimer

    Liban: les manifestants bloquent les rues de Beyrouth à l’expiration de l’ultimatum pour la formation d’un gouvernement

    Vendredi 17 janvier, les manifestants ont bloqué un certain nombre de rues dans la capitale, Beyrouth, après l’expiration du délai de 48 heures accordé à l’autorité pour former un gouvernement. Depuis quatre semaines, le Premier ministre désigné Hassan Diab poursuit des consultations pour former un gouvernement qui risque désormais d’être rejeté par les manifestants. Jeudi…

    Algérie : 48e défilé hebdomadaire d’un « Hirak » en quête de nouveau souffle (vidéo)

    Une foule de plusieurs milliers de manifestants est descendue dans les rues d’Alger pour réclamer un « changement de régime », pour le 48e vendredi d’affilée, au moment où le mouvement (« Hirak ») de protestation populaire cherche un nouveau souffle. « Algérie libre et démocratique! », ont repris en chœur les protestataires, encadrés par un important dispositif policier, a constaté…

    Pakistan : 80 islamistes condamnés à de lourdes peines pour les manifestations contre la chrétienne Asia Bibi

    Un tribunal pakistanais a condamné plus de 80 islamistes à une peine de 55 ans de prison chacun, pour leur participation à des violentes manifestations contre l’acquittement de la chrétienne Asia Bibi, accusée de blasphème contre l’islam, a-t-on appris vendredi auprès d’un responsable de la mouvance islamiste. Le jugement, inhabituellement sévère pour ce genre d’affaires…

    Mali : 15 civils tués dans un village peul

    Quinze civils peuls ont été tués par des hommes armés à Sinda, village situé à 12 km de Douentza », a déclaré une source sécuritaire malienne, sans identifier les assaillants. « Certains ont été égorgés dans leur sommeil, d’autres après avoir été arrêtés par de présumés chasseurs traditionnels communément appelés ‘dozos’, ou en tout cas ils étaient…

    Lien permanent Catégories : Abdelaziz Bouteflika, ALGÉRIE, Ali Khamenei, Aoun Michel, Asia Bibi, Ayatollah Ali Khameneï, Bambara (ethnie), Beyrouth, Bouteflika (président), Chrétiens du Pakistan, Condamnations pour blasphème, Contingent militaire britannique, Contingent militaire danois, Contingent militaire estonien, Corps des Gardiens de la Révolution Islamique, Corps expéditionnaire français, Dioura (localité), Diyab Hassan, Dogon (ethnie), Douentza, Dozos (chasseurs), Etat Islamique d'Afrique de l'Ouest (ISWAP), Force al-Qods, FRONTLIVE-CHRONO, G-5 SAHEL, Gangafani (village dogon), Gourma (région proche du Burkina), Groupe de soutien à l'Islam et aux Musulmans, Hariri Saad, Hirak (mouvement de contestation), IRAN, Islamistes radicalisés, Junaid Hafeez (professeur condamné à mort pour bla, Khadim Hussain Rizvi (chef du TLP), Koufa Amadou (prédicateur jihadiste peul), LIBAN, Liptako (région), MALI, Manifestations contre la classe politique, Minusma, Ogossagou (village peul), Opération Barkhane, PAKISTAN, Peuls (ethnie), Qasem Souleimani, Rawalpindi, Sinda (village peul), Sobane-Kou (village dogon), Tebboune Abdelmadjid (élu président le 12/12/2019), Tehreek-e-Labaik Pakistan, Yoro (village dogon) 0 commentaire