Division Hamza

  • SYRIE : Dix personnes tuées et blessées dans une nouvelle explosion à Ras al-Aïn, une ville occupée par les Turcs

    Imprimer

    Jeudi 27 août au matin, une moto piégée a explosé dans la ville frontalière de Ras al-Ain, au nord-est de la Syrie, qui est occupée par les forces turques.

    La moto piégée était apparemment garée près d'un magasin au rond-point Al-Bared (la poste en arabe), dans le centre de Ras al-Ain.

    Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), l'explosion a tué deux personnes. Au moins huit autres personnes ont été blessées, dont certaines seraient dans un état critique.

    Au cours des deux dernières semaines, Ras al-Ain a été témoin d'une série de manifestations et d'affrontements. La décision turque de nommer un militant turkmène de la division al-Hamza comme directeur du poste frontière avec la Turquie, a provoqué la colère des habitants.

    Le 7 juillet, une explosion a eu lieu sur la place Al-Forn, près du bâtiment de la sécurité criminelle (siège des factions pro-turques), tuant 6 personnes et en blessant 15 autres.
    Le 22 juillet, l'explosion d'une voiture piégée a secoué la ville de "Suluk", qui est également sous le contrôle des factions pro-turques, dans le secteur nord du gouvernorat de Raqqa.
    Le 23 juillet, 4 personnes ont été tuées et plusieurs autres blessées lorsqu'une voiture piégée a explosé près du rond-point Al-Jouza et du bâtiment du Conseil civil à Ras al-Ain.

    Les forces kurdes sont généralement accusées d'être responsables de ces attentats dans les zones occupées par les Turcs dans le nord et le nord-est de la Syrie. Néanmoins, la récente crise à Ras al-Ain suggère que la division al-Hamza pourrait être responsable de ces explosions.

    La nouvelle explosion à Ras al-Ain entraînera probablement une réaction brutale de la population locale contre la Turquie et ses représentants, qui ne font rien pour sécuriser la ville.

  • Syrie : Manifestations contre les rebelles pro-turcs à Ras al-AÏn (frontière turque)

    Imprimer

    La ville de Ras al-Ain, occupée par les Turcs, et sa région au nord de Hasaké ont été le théâtre d'une série de manifestations, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) le 22 août.

    Des chefs tribaux et des personnalités de premier plan ont participé aux manifestations contre les rebelles soutenus par la Turquie, qui font des ravages dans la ville depuis son occupation en octobre 2019.

    Les habitants soutiennent le conseil local de Ras al-Ain, qui a suspendu ses travaux pour protester contre la nouvelle gestion de la frontière de la ville avec la Turquie.

    Les autorités turques avaient nommé Ahmad Bulat, frère de Saif Abu Baker, chef de la division Hamza, comme responsable du passage de la frontière il y a quelques jours. Cette nomination a été considérée comme une insulte aux habitants de la ville, puisque Bulat est un militant du nord d'Alep.

    De violents affrontements ont éclaté à Ras al-Ain le 20 août entre les combattants locaux soutenant le conseil local et les hommes de la tribu alliés à la division Hamza.

    La Turquie tente d'affirmer sa domination sur Ras al-Ain en installant des militants loyaux à des postes clés, tout en ignorant les habitants de la ville.

    La situation risque de s'aggraver encore si la Turquie refuse de satisfaire aux exigences du conseil local de Ras al-Ain qui veut qu'un civil local soit nommé responsable du passage de la frontière. Les manifestants demandent également le retrait de la division Hamza de leur ville.


    Lien permanent Catégories : Division Hamza, Ras al-Aïn 0 commentaire
  • Syrie : Des rebelles soutenus par les Turcs se sont affrontés à Ras al-Aïn pour le contrôle d'un passage de la frontière

    Imprimer

    Jeudi 20 août, de violents affrontements ont éclaté entre des militants soutenus par la Turquie dans la ville de Ras al-Ain, occupée par la Turquie, dans le nord de la province d'Hassakeh.

    Les militants de la faction locale du bouclier d'Hassakeh ont attaqué des membres de la tribu al-Mualli, qui est alliée à la division Hamza. Un désaccord sur la gestion du passage frontalier de Ras al-Ain avec la Turquie est à l'origine du conflit.

    Au début de la semaine, les autorités turques ont nommé Ahmad Bulat, le frère de Saif Abu Baker, chef de la division Hamza, comme responsable du poste frontière de Ras al-Ain.

    Cette décision a provoqué une réaction brutale du conseil local de Ras al-Ain. Le conseil a suspendu ses travaux pour protester contre la nomination de Bulat, un rebelle du nord de la province d'Alep, à la place d'un civil local.

    "Trois personnes ont été tuées et cinq autres blessées, a déclaré l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

    La situation à Ras al-Ain est maintenant calme. Cependant, une nouvelle confrontation militaire pourrait éclater à tout moment, car la question du passage n'est pas encore résolue.

    La Turquie s'efforce d'affirmer sa domination sur les zones occupées par ses forces dans le nord et le nord-est de la Syrie. Contrairement à ses déclarations publiques, Ankara semble prévoir une présence militaire permanente en Syrie.