Dimbi

  • République centrafricaine : La ville de Kembé est tombée aux mains des rebelles

    Imprimer

    La ville de Kembé, de la préfecture de Basse-Kotto, est tombée, vendredi 15 juillet 2022, aux mains des éléments rebelles de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC).

    Vendredi vers 1 heure (heure locale) des rebelles ont lancé un assaut conte la ville. Les forces centrafricaines sur place, se sont repliées.

    Le journal local, « Corbeau News », a rapporté dans un article, vendredi, que « pour l’heure, la ville de Kembé est occupée par les rebelles. Les soldats FACA (Forces armées centrafricaines) ne sont pas présents. Ils sont signalés à 15 kilomètres de la ville d’Alindao et s’apprêtent à être déployés par voie aérienne ».

    Le même journal a souligné que « l’ONG ACTED s’apprête également à évacuer son personnel de Kembé à Bangui », la capitale centrafricaine.
    ERE461-WoAAKess.jpeg

    Selon la même source, les villes environnantes de Kembé ont été désertées par les civils, tout comme la ville de Dimbi qui « s’est complètement vidée de ses habitants », lesquels, craignent le pire après l’occupation de Kembé par les rebelles.

    Il faut rappeler que le 3 juillet dernier, les rebelles de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC), ont attaqué la position des soldats des forces armées centrafricaines (FACA) dans la ville de Dimbi, située à 618 kilomètres à l’est de Bangui.

    En avril dernier, l’ONG Action contre la faim a annoncé la suspension d’une partie de ses activités dans la Basse-Kotto au sud de la Centrafrique, suite à une attaque qui avait visé son personnel dans cette localité.

    « Face à la vague de violences, notamment de viols et d’homicides systématiques de civils, que la République centrafricaine connaît actuellement, il faut que les Nations unies renforcent la protection de la population de la Basse-Kotto », avait indiqué dans un rapport publié fin 2021, l’ONG Amnesty International.
    Carte.jpeg